PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

 Lettre d'accompagnement = Lettre de Motivation ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Azaby
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  565
   Âge  :  23
   Date d'inscription  :  13/09/2015
    
                         
Azaby  /  Gloire de son pair


Pour le résumé détaillé, toutes les maisons ne le réclament pas. Mais quand elles le font, c'est bien entendu obligatoire.

De mon côté, j'en rédige toujours un, assez générique, qui met en avant les enjeux du récit et profile gentiment le dénouement. Je l'envoie même quand il n'est pas réclamé (sauf quand la maison précise ne vouloir qu'une quantité bien précise de documents) car ça peut constituer un outil pour le comité de lecture. Un bon synopsis peut aider le lecteur à se plonger plus intensément dans le texte voire à dépasser un a-priori qu'il aurait pu avoir sur le titre, les enjeux du premier chapitre... ou inversement, balayer plus rapidement la candidature si elle ne correspond pas à ce que la structure cherche.

Jusqu'ici -après des dizaines et des dizaines d'envois-  personne ne m'a reproché de l'avoir fait. Et certaines maisons ont même répondu dans le mois au sujet du synopsis. Je pense qu'il n'y a rien à perdre à en ficeler un que tu pourras présenter à différentes structures. Ainsi, tu pourras argumenter concernant le choix des maisons que tu cibles avec du concret !


olknox a écrit:


=> Personnellement, je n'en dirais pas plus. N'envoie surtout pas de résumé détaillé.


Les éditeurs, à mon avis, ne publient pas de livre qui leur prendrait plus de 2 semaines de correction.

Le calcul est simple, un éditeur publie 1 livre par mois environ; ça veut donc dire qu'en 1 mois il doit tout faire: lire les manuscrits qui lui parviennent, prendre le temps pour préparer la stratégie de promotion, choisir la couverture, prendre contact avec l'imprimeur, etc.

A moins que l'éditeur ait des correcteurs externes, il ne consacrera au maximum que 2 semaines à la correction. Donc ça doit, de base, être pratiquement nickel.

Oulah, non, attention à ne pas tout confondre ! Déjà, la majorité des éditeurs ne publie pas un roman par mois, ensuite, si on sélectionne ton texte, tu patienteras (et travailleras !) bien six mois avant de le voir paraître en librairie. Les manuscrits sélectionnés ne paraissent pas dans le mois, loin s'en faut ! Very Happy

La qualité de l'orthographe est importante, mais je connais pas mal d'auteurs avec des difficultés en la matière qui se dépatouillent bien, le plus souvent car ils se font aider en amont. ^^
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  46
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  18/07/2014
    
                         
olknox  /  Petit chose


J'ai peut-être été un peu trop pessimiste sur les 2 semaines (= 10 jours de travail).

Mais c'est pas beaucoup plus que ça.

Après, c'est vrai que l'éditeur peut demander à l'auteur de réviser son texte dans son coin, mais l'éditeur lui-même ne va pas passer beaucoup de temps à tout réviser/proposer des réécritures.

Exemple pris au hasard, avec quidam éditeur, petit éditeur (166'000 eur chiffre affaire); ils ont publié 10 livres de mars 2019 à février 2020.

Si on décompte 2 mois de vacances, ça fait 1 livre par mois.

Sur ce mois, il faut tout faire : recevoir tous les manuscrits (j'imagine, 1 par jour), les lire/trier, n'en sélectionner qu'un, proposer les corrections, etc.

Même s'ils ne sont 2 (l'éditeur et un assistant), on voit que le temps est compté, et que l'orthographe/la qualité de l'écriture est un critère de sélection essentiel, simplement en raison du temps limité dont dispose un éditeur.

Autre exemple: l'arbre vengeur, 17 livres en 1 an, 100'000 eur de chiffre d'affaire.

Eux ne doivent consacrer pas plus de 1-2 semaines aux corrections, par livre. :mrgreen:

Ils ne sont que deux dans la ME et travaillent en plus à temps partiel (https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/bordeaux/petite-maison-edition-bordelaise-remporte-prix-flore-quelles-retombees-economiques-1575636.html)


Dernière édition par olknox le Mar 11 Aoû 2020 - 14:08, édité 1 fois
 
Azaby
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  565
   Âge  :  23
   Date d'inscription  :  13/09/2015
    
                         
Azaby  /  Gloire de son pair


olknox a écrit:
J'ai peut-être été un peu trop pessimiste sur les 2 semaines (= 10 jours de travail).

Mais c'est pas beaucoup plus que ça.

Après, c'est vrai que l'éditeur peut demander à l'auteur de réviser son texte dans son coin, mais l'éditeur lui-même ne va pas passer beaucoup de temps à tout réviser/proposer des réécritures.

Exemple pris au hasard, avec quidam éditeur, petit éditeur (166'000 eur chiffre affaire); ils ont publié 10 livres de mars 2019 à février 2020.

Si on décompte 2 mois de vacances, ça fait 1 livre par mois.

Sur ce mois, il faut tout faire : recevoir tous les manuscrits (j'imagine, 1 par jour), les lire/trier, n'en sélectionner qu'un, proposer les corrections, etc.

Même s'ils ne sont 2 (l'éditeur et un assistant), on voit que le temps est compté, et que l'orthographe/la qualité de l'écriture est un critère de sélection essentiel, simplement en raison du temps limité dont dispose un éditeur.

C'est bien plus que deux semaines ^^

Comme je te dis, il faut partir sur de longs mois de travaux éditoriaux avant toute parution. La majorité des maisons ne fait pas une sortie par mois et certaines structures qui publient avec un débit mitraillette pèchent parfois par leur organisation/leur excès de zèle quand ce ne sont pas des mastodontes du milieu.

C'est en effet à l'auteur d'assurer la majorité des corrections. Mais ça se fait toujours sous la supervision de l'éditeur qui valide ou non les épreuves soumises. Quant au correcteur, il est souvent (pas toujours, mais souvent) extérieur à la maison et payé à l'oeuvre corrigée.

Un roman qui paraît en septembre 2020, par exemple (mettant la crise sanitaire de côté) aura pu être sélectionné en 2019. En général, il faut compter entre six gros mois et un an entre le moment où tu reçois le "oui" et la parution effective.

Les maisons d'édition ont un planning éditorial très serré, et un roman n'est jamais (ou quasiment jamais) "rushé" en un mois.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  46
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  18/07/2014
    
                         
olknox  /  Petit chose


Pour être plus exact, la correction du livre est "rushée" :mrgreen:  En tout cas chez les éditeurs que je cite.

Mais c'est vrai que le processus d'édition en entier ne l'est pas (démarchage des libraires, relations presse, et imprimerie compris).

En fait, je parlais uniquement des corrections.

Mais pour en avoir le coeur net, il faudrait poser la question directement à l'arbre vengeur et à quidam (pour savoir s'ils paient spécifiquement un correcteur externe Smile

-----------------

Pour être encore plus précis, disons que l'éditeur à proprement parler ne "rush" pas forcément les corrections, simplement il se concentre sur les aspects formels du texte, les petites incohérences/contre-sens et, au besoin, il peut faire réécrire des paragraphes ou demander de rajouter des paragraphes, mais il n'a pas le temps pour faire réécrire (et examiner) des chapitres entiers.

S'il y a des problèmes au niveau de chapitres entiers, c'est le rôle d'un coach littéraire, l'éditeur n'en a pas le temps à mon avis.

En 1 semaine à 1 mois de travail, l'éditeur doit boucler votre texte et l'envoyer à l'étape suivante.

Si l'éditeur est mal organisé, ou bien si l'auteur a un travail à côté, ces 1 semaine à 1 mois peuvent se répartir sur l'année, mais au final ça reviendra au même au niveau de la quantité de travail. Arrow
 

 Lettre d'accompagnement = Lettre de Motivation ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-