PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20  Suivant
 

 Manuscrits et confinement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
wannakillromeo
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  702
   Âge  :  31
   Localisation  :  Bretagne
   Date d'inscription  :  31/03/2013
    
                         
wannakillromeo  /  Blanchisseur de campagnes


Tout à fait !
Et il me semble que je disais déjà ça sur un autre topic : en fait, tant mieux si de temps en temps ils publient des influenceurs, ou du "commercial" (je ne suis jamais à l'aise avec le dédain associé à ce mot, est-ce que plus un livre se vend moins il est bon ?), ça donne de la trésorerie pour prendre des paris avec des novices.
Rien n'est jamais gagné, mais je crois que c'est plus sain de se concentrer sur soi et ses écrits que de suranalyser le milieu, dresser des généralités et partir du principe que les éditeurs sont des espèces d'ennemis avec des dollars dans les yeux. Dans ce cas, pourquoi même envisager de publier ?
http://joannerichouxauteur.over-blog.com/
 
Ahava-brumes
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3368
   Âge  :  30
   Localisation  :  Dans un château hanté
   Pensée du jour  :  Mon idéal c'est d'aimer avec horreur
   Date d'inscription  :  25/05/2012
    
                         
Ahava-brumes  /  Didon de la farce


Bon, ok.
Depuis le(s) confinement(s), un nombre de plus en plus croissant de manuscrits déferle chez les éditeurs.
Mais en quoi est-ce que ça réduit nos chances d'être publié chez ledit éditeur ?

Ce qui compte, c'est pas les autres manuscrits, c'est notre texte à nous et s'il va plaire à l'éditeur. C'est une rencontre unique. Qui se fait ou ne se fait pas.

D'expérience, j'ai pas l'impression (c'est une impression, pas une vérité universelle, ça n'existe pas dans le monde de l'édition les vérités universelles) que c'est plus facile d'être repéré chez un petit éditeur plutôt qu'un gros, entre 50 manuscrits plutôt qu'entre 200 manuscrits.
La méthode d'écrémage est la même. Les attentes de l'éditeur aussi.
Le but au final est toujours de convaincre par rapport à une ligne éditoriale. (Et éventuellement d'autres facteurs commerciaux pas très jolis-jolis).
 
Plumerose
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1300
   Âge  :  102
   Localisation  :  Dans chacune des histoires que j'écris (je déménage beaucoup, donc... )
   Pensée du jour  :  Bof, bof...
   Date d'inscription  :  29/11/2017
    
                         
Plumerose  /  Tentatrice Alopécique


HODOBEMA a écrit:
J'avais aussi lu sur Twitter que les livres commerciaux (avec le nom d'un influenceur) permettait de renflouer les caisses et donc d'autoriser un potentiel échec avec un auteur débutant

Tout à fait, même si "ça bouffe du rayonnage en librairie", et donc c'est à double tranchant, mais sûr que ça fonctionne aussi comme cela... 

Spoiler:
 
 
Ahava-brumes
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3368
   Âge  :  30
   Localisation  :  Dans un château hanté
   Pensée du jour  :  Mon idéal c'est d'aimer avec horreur
   Date d'inscription  :  25/05/2012
    
                         
Ahava-brumes  /  Didon de la farce


Je sens que ça va faire mal à certains, mais… il y a quand même 60 à 70% de chances (en vrai, je suis nulle en maths) pour que ce que bave Loana dans un bouquin soit plus intéressant que la première autobiographie venue d'un anonyme (même bien rédigée). Ou un roman correct d'un auteur déjà publié.

Loana a un destin qui sort de l'ordinaire. Alors même quand elle chiale sur le plateau de TPMP et fait venir toute sa clique de vautours complètement camés et chelous — Eryl, Ortega et son ex violent— même quand elle décide  d'écrire un autre bouquin sur sa descente aux enfers, ses rêves d'enfants et ses addictions, ça va être plus parlant que si moi je rédigeais une fiction sur le même thème.
Parce que la trajectoire de son existence même éclaire sur le fonctionnement des médias et celui du PAF.
Ça va rien révolutionner et peut-être que ma fiction sera plus nuancée, plus crue, plus profonde, avec des qualités littéraires bien au-dessus que la commande de 300 pages sur la vie de Loana.

Mais Loana, elle incarne.  
Moi, je ne ferais que relater.

Spoiler:
 
 
elopez7228
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  921
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  11/01/2019
    
                         
elopez7228  /  Bile au trésor


Oh, c'est joliment dit, ça.
J'adopte ce point de vue. hop.
https://linktr.ee/emilie_goudin.lopez
 
Plumerose
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1300
   Âge  :  102
   Localisation  :  Dans chacune des histoires que j'écris (je déménage beaucoup, donc... )
   Pensée du jour  :  Bof, bof...
   Date d'inscription  :  29/11/2017
    
                         
Plumerose  /  Tentatrice Alopécique


Ahava-brumes a écrit:
Je sens que ça va faire mal à certains, mais… il y a quand même 60 à 70% de chances (en vrai, je suis nulle en maths) pour que ce que bave Loana dans un bouquin soit plus intéressant que la première autobiographie venue d'un anonyme (même bien rédigée). Ou un roman correct d'un auteur déjà publié.

Loana a un destin qui sort de l'ordinaire. Alors même quand elle chiale sur le plateau de TPMP et fait venir toute sa clique de vautours complètement camés et chelous — Eryl, Ortega et son ex violent— même quand elle décide  d'écrire un autre bouquin sur sa descente aux enfers, ses rêves d'enfants et ses addictions, ça va être plus parlant que si moi je rédigeais une fiction sur le même thème.
Parce que la trajectoire de son existence même éclaire sur le fonctionnement des médias et celui du PAF.
Ça va rien révolutionner et peut-être que ma fiction sera plus nuancée, plus crue, plus profonde, avec des qualités littéraires bien au-dessus que la commande de 300 pages sur la vie de Loana.

Mais Loana, elle incarne.  
Moi, je ne ferais que relater.

Spoiler:
 

Bien sûr, mais ça n'en fait pas de la littérature pour autant. 

Ceci dit, j'en ai lu, des parcours atypiques, qui je pense, m'aident aussi à nourrir ce que j'écris. 
Je n'ai simplement jamais considéré que c'était de la littérature, mais "des livres", c'est différent ! Wink 

Ceci dit, "Initiales BB" est passionnant si on se passionne pour ce phénomène de l'époque, ce qui était incarné par cette femme devenue soudain célèbre, et aussi, en parallèle, son vécu intérieur... : c'est un livre que j'ai lu avec grand intérêt, par exemple.
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  376
   Âge  :  42
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Tapage au bout de la nuit


hodobema a écrit:
Ahah ça me fait penser à PlumeRose qui avait cité un paragraphe d'une ME dans un autre topic :

PLUMEROSE a écrit:
[...]
Un dernier conseil : une vaste majorité de premiers romans (non publiés) s’ouvrent sur des considérations météorologiques.
Surprenez-nous.
"

Alors, pour rire, je suis allé voir dans la liste des best-sellers 2020, et voici ce que j'ai moissonné :

"L’Enigme de la chambre 622" : ouvre sur la météo

"L'Anomalie" : pas de météo

"La Vie est un roman" : ouvre sur la météo

"Miroir de nos peines" : pas de météo

"Le pays des autres" : pas de météo

"Le crépuscule et l'aube" : ouvre sur la météo

"C'est arrivé la nuit" : ouvre sur la météo

On remarquera donc qu'une majorité (pas "une vaste majorité" mais une majorité quand même) des livres plébiscités par les lecteurs parlent de météo dans leur premier chapitre. On remarquera même que 2 de ces 7 titres évoquent directement des considérations météorologiques (le crépuscule, l'aube, la nuit).

Et enfin, chose notable, dans les 3 romans qui n'évoquaient pas la météo d'une manière ou d'une autre dès le premier chapitre, ledit chapitre était un chapitre de type résumé, où l'on évoque tout un tas d'événements passés pour poser le décor de l'histoire. Dès qu'on ouvre sur une scène descriptive, les considérations météorologiques sont abordées, et de toute façon je ne vois pas trop comment on peut faire autrement, à moins que le personnage ne soit en intérieur dans une pièce sans fenêtre.

Ne vous prenez pas trop la tête avec ces conseils à l'emporte-pièce.
https://fabiendelorme.fr
 
Plumerose
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1300
   Âge  :  102
   Localisation  :  Dans chacune des histoires que j'écris (je déménage beaucoup, donc... )
   Pensée du jour  :  Bof, bof...
   Date d'inscription  :  29/11/2017
    
                         
Plumerose  /  Tentatrice Alopécique


fabiend a écrit:
hodobema a écrit:
Ahah ça me fait penser à PlumeRose qui avait cité un paragraphe d'une ME dans un autre topic :

PLUMEROSE a écrit:
[...]
Un dernier conseil : une vaste majorité de premiers romans (non publiés) s’ouvrent sur des considérations météorologiques.
Surprenez-nous.
"

Alors, pour rire, je suis allé voir dans la liste des best-sellers 2020, et voici ce que j'ai moissonné :

"L’Enigme de la chambre 622" : ouvre sur la météo

"L'Anomalie" : pas de météo

"La Vie est un roman" : ouvre sur la météo

"Miroir de nos peines" : pas de météo

"Le pays des autres" : pas de météo

"Le crépuscule et l'aube" : ouvre sur la météo

"C'est arrivé la nuit" : ouvre sur la météo

On remarquera donc qu'une majorité (pas "une vaste majorité" mais une majorité quand même) des livres plébiscités par les lecteurs parlent de météo dans leur premier chapitre. On remarquera même que 2 de ces 7 titres évoquent directement des considérations météorologiques (le crépuscule, l'aube, la nuit).

Et enfin, chose notable, dans les 3 romans qui n'évoquaient pas la météo d'une manière ou d'une autre dès le premier chapitre, ledit chapitre était un chapitre de type résumé, où l'on évoque tout un tas d'événements passés pour poser le décor de l'histoire. Dès qu'on ouvre sur une scène descriptive, les considérations météorologiques sont abordées, et de toute façon je ne vois pas trop comment on peut faire autrement, à moins que le personnage ne soit en intérieur dans une pièce sans fenêtre.

Ne vous prenez pas trop la tête avec ces conseils à l'emporte-pièce.
Oui, mais justement : la ME citée, soit ANNE CARRIERE, est une ME qui cherche autre que "faire du best-seller".


DONC : comparer ceci avec cela... bof, quoi... justement, non !!! 

Moi, j'adore leurs "conseils", ça me parle, comme par exemple ceci : " Quel est votre thème, votre ambition, en quoi ce livre ne pouvait être écrit que par vous."


Hé bien, oui... c'est pour cette raison que je leur enverrai ma dystopie. Parce que j'ai ce sentiment-là, oui, en effet... 

Maintenant, si à toi, ça ne te parle pas, et qu'une ME prenne les auteurs en considération, hé bien... ok, c'est ton point de vue. 

Pas le mien, et j'ai aussi apprécié ceci, chez eux, je cite : "Si vous n’avez pas reçu de réponse de notre part dans les quatre mois suivant votre envoi, c’est que nous n’avons malheureusement pas retenu votre projet. Nous avons conscience qu’il est désagréable de ne pas recevoir de lettre de refus (même si elle est toujours décevante, sur le fond comme sur la forme). Mais nous ne pouvons tout simplement plus allouer à cette tâche le temps d’une personne qualifiée que nous préférons réserver à la lecture de vos textes"

Maintenant, ok, ça ne te parle pas, très bien... alors, tu peux soumettre chez Fleuve qui t'enverra chez Librinova, et de là, si tu vends beaucoup, alors peut-être auras-tu un contrat et peut-être feras-tu "un best-seller".

Ce n'est pas l'esprit des éditions ANNE CARRIERE. 
 
hodobema
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  708
   Âge  :  25
   Date d'inscription  :  05/01/2021
    
                         
hodobema  /  Blanchisseur de campagnes


C'est marrant, moi je déteste quand les ME demandent ça (notre ambition et ce pourquoi notre livre nous représente), j'ai l'impression que c'est dans le même genre que la fameuse question aux entretiens d'embauche "Quelles sont vos qualités ou vos défauts ?" ou bien "Pourquoi vous ?". Et bien je n'en sais rien moi, parce que ça provient de ma tête ? Ces questions sont trop difficiles à répondre... Puis c'est quoi une ambition dans un roman ? "J'aimerais être publié" ou "J'aimerais devenir riche et célèbre" fin je trouve que cette question n'a pas de sens.
 
Plumerose
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1300
   Âge  :  102
   Localisation  :  Dans chacune des histoires que j'écris (je déménage beaucoup, donc... )
   Pensée du jour  :  Bof, bof...
   Date d'inscription  :  29/11/2017
    
                         
Plumerose  /  Tentatrice Alopécique


hodobema a écrit:
C'est marrant, moi je déteste quand les ME demandent ça (notre ambition et ce pourquoi notre livre nous représente), j'ai l'impression que c'est dans le même genre que la fameuse question aux entretiens d'embauche "Quelles sont vos qualités ou vos défauts ?" ou bien "Pourquoi vous ?". Et bien je n'en sais rien moi, parce que ça provient de ma tête ? Ces questions sont trop difficiles à répondre... Puis c'est quoi une ambition dans un roman ? "J'aimerais être publié" ou "J'aimerais devenir riche et célèbre" fin je trouve que cette question n'a pas de sens.

Ah oui... alors effectivement, ça dépend des gens... 

Moi, j'adore, vraiment ! C'est un "gros plus", c'est un peu comme si la ME se présentait aussi, en ce sens qu'elle expose une partie de ses attentes... 

Mais je peux comprendre que ça ne te parle pas, voire même, que ça puisse te faire fuir ! 
Spoiler:
 
 
MaddyForeigner
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1971
   Âge  :  43
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Journal du posteur


J'ai pourtant été claire dans ma comparaison.
À l'agrégation, comme pour n'importe quel concours d'ailleurs, toutes les copies sont anonymes.
Pour les manuscrits, on sait bien que non. Mais à aucun moment, je n'ai écrit que seul le nom de l'auteur importe. J'ai bien écrit que c'est comme pour un concours à l'exception près que le nom peut jouer pour certains candidats : seront publiés les anonymes qui méritent une bonne note et ceux qui ont déjà un nom même s'ils écrivent des bouses.
Quant à dire que Loana ou Nabila méritent plus de publier leur autobiographie... en fait, on connaît déjà leur vie sans avoir besoin de dépenser de l'argent. Il suffit d'allumer sa télé ou de se balader sur Internet. Mais a priori, je ne comprends même pas l'intérêt d'écrire son autobiographie (à moins de s'appeler Montaigne, Rousseau, Proust... mais sinon lire les autobiographies de mes contemporains ? Suspect et quant à écrire la mienne, quelle étrange idée ! Là encore, ça peut se disséminer sur les réseaux sociaux, sur Internet, sur les plateaux télé... on n'est plus à l'époque de l'intime, du "Moi seul" rousseauiste puisque le "Moi" s'exhibe partout, donc quel intérêt de se l'infliger ? J'aime la fiction et le nombrilisme doit rester ce qu'il est : de l'affiche publicitaire, du clinquant pour les plateaux télévisés, des images pour Instagram Smile ,de l'éphémère pour foule sentimentale... tout le contraire de la littérature.)
 
CDR33
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  64
   Âge  :  41
   Date d'inscription  :  09/03/2021
    
                         
CDR33  /  Clochard céleste


Ceci ferait un bon sondage.

Dans les épilogues de quêtes éditoriales qui se finissent en "non" ; préférez-vous :

-Obtenir un non qui renvoie vers Librinova
-Ne pas avoir de réponse
https://www.instagram.com/camille_collaudin_auteur/?hl=fr
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  376
   Âge  :  42
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Tapage au bout de la nuit


Citation :
Oui, mais justement : la ME citée, soit ANNE CARRIERE, est une ME qui cherche autre que "faire du best-seller".


DONC : comparer ceci avec cela... bof, quoi... justement, non !!!

C'est tout à fait vrai, donc je précise ma pensée : À moins de vouloir publier chez Anne Carrière, ne vous prenez pas trop la tête avec ces conseils à l'emporte-pièce. Les recommandations d'Anne Carrière n'engagent qu'Anne Carrière.

Cela dit, je suis allé voir sur le site de la ME, et voici le résultat de ma moisson sur les 3 premières nouveautés (en romans évidemment) :

"Les déraisonnables" : ouvre sur la météo

"si mes souvenirs sont bons" : pas de météo

"la chair du tigre" : ouvre sur la météo

Bref. Chacun en fera ce qu'il voudra.
https://fabiendelorme.fr
 
Plumerose
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1300
   Âge  :  102
   Localisation  :  Dans chacune des histoires que j'écris (je déménage beaucoup, donc... )
   Pensée du jour  :  Bof, bof...
   Date d'inscription  :  29/11/2017
    
                         
Plumerose  /  Tentatrice Alopécique


Oh, alors, c'est à prendre vraiment au sens figuré, genre : "ne nous racontez pas de banalités" !!! 

Tiens, du coup, je vais quand même jeter un coup d'oeil aux premières phrases de mes manuscrits, mais de mémoire, en effet, mon thriller s'ouvre sur la météo (ça caille, on est en plein hiver, et comme ça va compter, dans le roman... ) ; mais je leur enverrai ma dystopie, alors du coup. 

(pour la romance, c'est pareil : on démarre sur "ça caille" Manuscrits et confinement - Page 18 1f631  !!! mais ça n'ira jamais chez eux !!!)  Manuscrits et confinement - Page 18 1f605  Manuscrits et confinement - Page 18 1f606  Manuscrits et confinement - Page 18 1f606  Manuscrits et confinement - Page 18 1f606 


Je pense que c'est vraiment du sens figuré, car indiquer la saison, s'il fait froid ou chaud, c'est très important pour le ressenti du lecteur, mine de rien...  Wink 
Et je dirais même que je prends soin de vérifier que j'intègre bien ces éléments dans mes chapitres, pour que ce soit vivant, que le lecteur s'imagine une scène, qui n'est pas la même en hiver qu'en plein cagnard, par exemple...  scratch

DCR33 : moi, c'est clair : je n'envoie plus chez FLEUVE !  
Spoiler:
 
 
hodobema
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  708
   Âge  :  25
   Date d'inscription  :  05/01/2021
    
                         
hodobema  /  Blanchisseur de campagnes


Oui voilà je pense comme PlumeRose. Je pense qu'il faut surtout retenir le "surprenez-nous". Ils ne sont pas réticents à des clichés mais il faut qu'ils soient bien menés quoi. Commencer sur de la météo, ce n'est pas la mort, mais c'est tellement utilisé que c'est devenu un cliché. Après si c'est vraiment utile alors c'est justifiable, si c'est juste pour l'esthétique alors là c'est pas vraiment utile

Concernant Fleuve : Ils ont changé leur site et je n'y comprends plus rien. Je ne sais même pas où soumettre un manuscrit. On dirait même plus le site d'une ME je ne sais pas cmt expliquer
 

 Manuscrits et confinement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 18 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19, 20  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-