PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -50%
-50% sur les sacs à dos pour ordinateur ...
Voir le deal
19.99 €

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

 rémunération des auteurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  14272
   Âge  :  49
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  12/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


s.tupido a écrit:
ne plus autoriser les libraires à renvoyer les invendus
Ne pas oublier, au passage, d'interdire aux distributeurs de livrer des caisses de livres non demandés par les libraires
http://scriptorium2.canalblog.com
 
arthurbouloc
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  197
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  07/09/2019
    
                         
arthurbouloc  /  Tycho l'homoncule


Séléné : Oui, il paraît que les pires ce sont les livres des politiques genre "ma vie mon oeuvre"

Concernant un rééquilibrage de la rémunération des auteurs, on pourrait peut être imaginer une cotisation sur les droits d'auteur, reversée aux auteurs en complément de leurs revenus avec un minimum de droits d'auteur pour y avoir droit. ça ne passe pas par un salariat et ça passerait peut-être mieux auprès des éditeurs.

L'idée du salariat ne me déplaît pas mais est ce que ça n'entraverait pas l'émergence d'auteurs nouveaux (une ME ne va peut-être pas prendre de risque si elle n'est pas absolument certaine de payer le salaire avec). Enfin, faudrait peut-être que je lise le rapport Racine avant.
 
s.tupido
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  561
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  27/12/2017
    
                         
s.tupido  /  Gloire de son pair


@Séléné effectivement, ça passe par là également, j'avais oublié cet aspect.

@Arthur, c'est là que je voulais en venir sur la question du salaire : il est déjà assez difficile pour un nouvel auteur de trouver une maison d'édition, alors si la ME doit verser un salaire, on peut être quasi sûrs que seuls les auteurs confirmés et rentables seront payés par les ME, et c'est logique.
https://edewilmer.wordpress.com/
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2743
   Âge  :  39
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Et par ailleurs, est-ce qu'il ne faudrait pas revoir les conditions de rémunérations ?
Combien d'auteurs ici n'ont jamais touchés leurs droits d'auteurs parce que la ME ne survit même pas à la 1ère année ? Je n'ai jamais compris en quoi le calcul des droits d'auteur était si compliqué qu'on ne pouvait le faire qu'une fois par an. Aux Etats-Unis, l'avance est systématique et les droits d'auteur sont payés tous les semestres.
Il me semble qu'obliger les ME à payer leurs auteurs tous les trimestres, assurerait déjà qu'une partie soit effectivement payée.
 
Tim
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5732
   Âge  :  34
   Localisation  :  Oxfordshire
   Pensée du jour  :  Oui, je connais cette théorie.
   Date d'inscription  :  23/12/2007
    
                         
Tim  /  Morceau de musique survitaminé


s.tupido a écrit:
L'argument des éditeurs sur un salaire pour les auteurs est bidon, mais concrètement comment est-ce qu'on pourrait mettre en place un tel salaire ?
La différence entre deux auteurs est monstrueuse. Sur quels critères on peut rémunérer équitablement Guillaume Musso et un illustre inconnu qui écrit un livre sur son village natal dans une structure associative ? Le travail est le même, mais à part ça... Le seul critère pour le coup ce sont les ventes, et ça nous renvoie aux droits d'auteur.

Je vois les arguments du reste de ton message, je suis plus sceptique pour celui là: on pourrait dire "la différence entre deux cuisiniers est monstrueuse", "la différence entre deux CEO est monstrueuse", "entre deux ingénieurs R&D", "entre deux services IT", ça n'empêche pas qu'ils soient tous salariés et rémunérés pour leur travail. Je pense qu'on peut rémunérer équitablement Guillaume Musso et un illustre inconnu auteur local sur les mêmes critères qu'on rémunère équitablement Neymar et Julio Tavares.


Sur l'aspect "on part du principe que le livre sera édité in fine", je pense que c'est pour ça que c'est aussi et surtout le monde de la BD qui revendique ce salariat, car un type de fonctionnement fait que ces auteurs peuvent avoir à préparer un nombre précis de planche parfois avec des deadlines précises également, pour un éditeur qui a "commandé" le tome suivant, dont il est certain qu'il sera publié.
http://timslam.blogspot.com
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  14272
   Âge  :  49
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  12/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Selon le principe du pourcentage, les auteurs connus gagnent de toute façon plus que les inconnus, même sur un pourcentage identique.
Là où ça pèche actuellement c'est que les auteurs peu connus reçoivent des pourcentages moindres et ont même du mal à obtenir qu'on leur paye les déplacements pour des salons indiqués comme obligatoires sur le contrat.
http://scriptorium2.canalblog.com
 
s.tupido
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  561
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  27/12/2017
    
                         
s.tupido  /  Gloire de son pair


@Tim, je me suis probablement mal fait comprendre. Ce que je voulais dire, c'est que tu peux difficilement remplacer un auteur par un autre (ou plutôt un livre par un autre), tandis que tu peux le faire sans trop d'impact dans l'immense majorité des entreprises qui ont des salariés. Deux salariés à poste équivalent sont interchangeables sans que cela ne change radicalement les revenus de l'entreprise. Mets-moi à la place de Musso ou des autres auteurs qui ont un tel succès et tu verras la chute vertigineuse du chiffre d'affaires des grosses ME.
https://edewilmer.wordpress.com/
 
IrishSoul
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  150
   Âge  :  32
   Localisation  :  Enkidiev
   Pensée du jour  :  데이비드
   Date d'inscription  :  10/12/2015
    
                         
IrishSoul  /  Tycho l'homoncule


Pour ma nouvelle,je suis très peu payée
je touche 30% des ventes papier et 70% des ventes pdf (c'est vendu 1 euro même pas)
et tant que ça n'a pas atteint 70 euros de vente,je ne touche pas mon chèque
Donc autant dire que depuis 2016,mon paiement est repoussé chaque fois à l'année suivante...
http://www.edilivre.com/ghost-of-you-20a630f746.html
 
Jtardy
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  4
   Âge  :  43
   Date d'inscription  :  03/11/2020
    
                         
Jtardy  /  Début de partie


Chaque travail mérite un salaire. Il en est de même pour les œuvres d'art sauf que dans ce cas précis, il faudrait que l'œuvre en question suscite de l'intérêt auprès de la cible à laquelle elle est destinée. Si non, où voudriez-vous que l'éditeur trouve de l'argent pour donner à un auteur si son ouvrage n'est pas vendu ?
 
Grisebouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1156
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  01/08/2020
    
                         
Grisebouille  /  Si c'est pas urgent, je le fais pas


Je trouve que dans l'univers du livre on est dans un cas particulier parce que ça sert à se divertir mais c'est aussi un outil de cultures...Si on rénumerait que ce qui se vend, on aurait que des polars, des Marc Lévy et des témoignages.

Je pense que la littérature doit continuer de questionner, de faire réfléchir et de poser les questions qui fâchent mais pour ça il faut rénumérer par rapport au travail et non au résultat.

Est ce que la solution ne serait pas de repenser le salariat er de décerner un salaire attribué à une personne, une qualification et non à un travail ? C'est très utopique mais ça peut être une piste. Peut-être que l'auteur doit aussi accepter de diversifier ses activités, un peu comme un prof chercheur partage ses activités entre cours et publications. Peut être qu'on auteur devrait être rénumérer indépendamment de ce qu'il écrit mais en contrepartie s'impliquer davantage dans des activités culturelles, pas forcément dans la promotion du livre mais dans le fait de promouvoir la lecture par exemple.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 rémunération des auteurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Dépendances :: Discussions générales-