PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 

 La lente lecture de nos amis éditeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
fleur-de-lyss
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  801
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  11/07/2013
    
                         
fleur-de-lyss  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Sur le site de Liana Levi, ils disent :
Citation :
Nous recevons plus de 1000 manuscrits par an et n’en retenons qu’un petit nombre.

Donc on est quand même à plus qu'un sur mille, je crois Smile. Ca reste une maison d'édition très sélective, qui fonctionne aussi avec pas mal de traductions, donc moins de romans en français que des maisons de la même taille qui ne ferait que cela. Je pense que les moyennes et petites maisons d'éditions sont loin de cette statistique et la plupart d'entre nous recevrons plusieurs refus avant un "oui". Si Liana Levi en accepte un petit nombre, Actes Sud un autre petit nombre et l'Olivier un autre encore, alors qu'ils recevront sans doute pas mal de manuscrits communs, on tombe inévitablement à une statistique plus optimiste. Dans tous les cas, trop de romans sont écrits pour le potentiel de publication actuel (et plus encore pour le potentiel de lecture), je pense qu'on sera tous d'accord là-dessus. Mais ne soyons pas encore plus pessimistes qu'une réalité déjà démoralisante Razz

Il y a un chouette dossier sur les coulisses de l'édition sur le site de l'Express qui explique la lenteur de la lecture, le nombre de refus, etc. (Côté grosses maisons d'édition)

Je ne sais pas ce qu'il en est des bons manuscrits qui ne trouveraient jamais d'éditeur. Je n'ai pas de preuve dans ce sens ou dans l'autre, mais je m'aligne plutôt sur Fabre : ça doit arriver, mais il y a aussi un nombre énorme de refus dus à des défauts du texte (défauts intrinsèques ou relatifs à la ligne éditoriale dans laquelle ils tentent parfois de rentrer de force).
 
VictoryRoma
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  199
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  19/12/2018
    
                         
VictoryRoma  /  Tycho l'homoncule


Citation :
je ne croie pas à trois tonnes de génies oubliés

Trois tonnes, ça me semblerait beaucoup à moi aussi  ;-)

Citation :
La faute à une certaine vision du littéraire chez les gens de ma génération je pense, où le texte serait un scénario amélioré.

Je ne sais pas, ça. Une écriture trop travaillée peut parfois aussi virer à l'artificiel et au vide.

En tout cas, une chose est sûr, le talent est rare Wink
 
nuit2chine
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1089
   Âge  :  49
   Pensée du jour  :  achemeneu
   Date d'inscription  :  09/03/2019
    
                         
nuit2chine  /  Effleure du mal


Bonjour

Pour rebondir sur la question du bon texte qui ne trouve pas éditeur, j'ai l'exemple de celui (pardon j'ai oublié son nom) qui est passé en première lecture dans les mains du stagiaire et qui n'a pas pris le temps de lire, a juste regardé le titre, et s'est dit : "c'est par pour nous."

Quelques mois plus tard, l'écrivain a trouvé preneur chez un autre éditeur. Au cours d'une séance de dédicace, le big boss dont le stagiaire avait refusé le manuscrit s'est ouvertement étonné que l'écrivain ne lui ait pas adressé ce roman, parce qu'il rentrait parfaitement dans sa ligne éditoriale.
Bref tout ça pour dire qu'il ne faut pas renoncer, les lecteurs sont débordés, et je pense ne pas me tromper en affirmant qu'ils sont aussi fatigués. L'erreur est humaine. Persévérez, envoyez encore.
Et comme dirait Jean-Claude Dusse : sur un malentendu ça peut marcher.

Bonne journée.
 
VictoryRoma
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  199
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  19/12/2018
    
                         
VictoryRoma  /  Tycho l'homoncule


Citation :
plus qu'un sur mille, je crois

Liana Levi en personne m'a dit 1/1000 pour ce qui la concerne elle... Oui c'est un très petit nombre...

Pour ce qui concerne les "bons" textes non publiés, peut-être que c'est 1/1000 aussi, après tout Very Happy

Mais je ne peux qu'être d'accord là-dessus : la majorité des manuscrits sont réputés inaboutis, pour diverses raisons.

Les refusés n'ont à mon sens qu'une question à se poser: écrire leur est-il nécessaire ou non? Si oui, il faut écrire autre chose, continuer. Oui.


Dernière édition par VictoryRoma le Dim 29 Sep 2019 - 13:50, édité 1 fois
 
VictoryRoma
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  199
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  19/12/2018
    
                         
VictoryRoma  /  Tycho l'homoncule


Citation :
La faute à une certaine vision du littéraire chez les gens de ma génération je pense, où le texte serait un scénario amélioré.

C'est aussi une vision anglo-saxonne, quelque part.
Est-ce mal?
Les anglo-saxons, avec cette vision, ne publient-ils pas "aussi" de grands livres?

Ça me gène un peu que tu opposes à ce point "scénario" et "littéraire". Comme s'il ne pouvait y avoir qu'une seule définition de la "littérature". Ça me fait songer à ce vieux débat entre ceux pour qui les polars, par ex, ne sont pas de la littérature, et ceux qui pensent le contraire. Evidemment que je suis du côté de ceux qui pensent que les polars sont de la littérature.  Smile  (et je précise que je suis prof de lettres Wink
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Citation :
Ça me gène un peu que tu opposes à ce point "scénario" et "littéraire". Comme s'il ne pouvait y avoir qu'une seule définition de la "littérature". Ça me fait songer à ce vieux débat entre ceux pour qui les polars, par ex, ne sont pas de la littérature, et ceux qui pensent le contraire. Evidemment que je suis du côté de ceux qui pensent que les polars sont de la littérature.  Smile  (et je précise que je suis prof de lettres Wink

Non non, tu interprètes ma réponse. Scénario et roman, ce sont deux univers, deux arts et deux types d'écrits très différents, de par leur nature. De même que le cinéma est un art de la lumière pour moi, le roman est un art de l'écrit.

Un scénario ne s'écrit pas pareil, se conçoit comme collectif (destiné à un travail collectif final, un film), une partition réinterprétable à l'infini, et obéït aux règles de la dramaturgie, la où un roman, c'est un récit littéraire, fait pour être lu, conçu par un seul auteur, destiné à n'être que lui-même. Le roman hein, pas l'auteur.

Définir le littéraire, c'est une gageure! Je suis pour une définition mitigée; je n'aime pas qu'on y fourre tout, genre des chansons, des scénarios, une liste de courses lue en public avec emphase et violoncelliste, mais pas pour y refuser la littérature divertissante type Lévy-Musso qui sont des produits admirables d'efficacité. Moi je donnerais le qualificatif de littéraire à ce qui est conçu pour être lu par un lecteur tout seul.

Après pour littéraire dans le sens de "texte de qualité", j'ai mes propres exigences. M'enfin ça c'est très personnel.

Alors oui, il y a des ponts à faire entre les disciplines, mais pas tant que ça. Scénariste et romancier sont deux jobs très différents!
 
VictoryRoma
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  199
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  19/12/2018
    
                         
VictoryRoma  /  Tycho l'homoncule


Sais-tu qu'aux Etats-Unis, un scénariste se fait aussi appeler "writer"? Un être qui écrit.

Tu as complètement raison sur le fait qu'un scénario n'est qu'un objet transitoire et ne vaut pas pour lui seul.
Cela dit, je crois qu'il y a des modes. A partir des années 60 on a justement valorisé une écriture blanche, justement un peu scénaristique, visuelle. Si tu relis "Dix heures et demi du soir en été" de Duras, par exemple, tu verras que c'est un scénario. Et c'est aussi un grand livre, il me semble. Je crois que les frontières sont poreuses et je plaide personnellement pour une définition élargie et infinie de la littérature.

Cependant, là où je te rejoins, c'est qu'il y a effectivement des textes plus pauvrement écrits que d'autres. Qui ne s'interrogent pas suffisamment, peut-être, sur la spécificité du mot, de la phrase, de cette matière-là.


Dernière édition par VictoryRoma le Mer 12 Juin 2019 - 9:11, édité 1 fois
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Citation :
writer

Oui! Et ce terme a cela de pratique qu'il n'a pas les connotations pompières d'écrivain en français...

Certains utilisent "écrivant" "écriteur" etc. Bon, moi j'ai mis "écrivain" sur mes cartes de visite, et je parle toujours boulot, sans jamais jouer les inspirés et autres plumes-au-chapeau avec écharpe autour du coup. Ca va bien cinq minutes ces gars là. M'enfin la vie d'un écrivain, de l'extérieur, c'est pas folichon. Lectures, écriture, manger, voir des potes, dodo. Repeat thill death. Rajoute des marmots là dedans et ça se rapproche d'un parent avec taff à domicile.
 
VictoryRoma
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  199
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  19/12/2018
    
                         
VictoryRoma  /  Tycho l'homoncule


Citation :
connotations pompières d'écrivain en français...
Je te suis complètement...

Citation :
M'enfin la vie d'un écrivain, de l'extérieur, c'est pas folichon.
Sans doute pour cela qu'il y en a qui lâchent la plume pour partir à l'aventure.
Cependant, d'autres se contentent très bien de l'écriture comme aventure. Tu vas trouver l'équilibre, c'est sûr.Wink


 
Mokkimy
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  5358
   Âge  :  121
   Pensée du jour  :  Déifier des prunes.
   Date d'inscription  :  12/12/2006
    
                         
Mokkimy  /  Maîtrise en tropes


Fabre a écrit:
Après l'édition c'est lent. MÉGA LENT. Déjà parce que le nombre de manuscrits est colossal, mais vite trié, et le reste prend du temps, donc du fric, à gérer.

Fabre, qu'est-ce que tu entends par vite trié et le reste prend du temps ? Tu veux dire que le premier tri est vite fait, et que c'est l'étude en détail des trucs sauvables qui s'éternise ?

Sans ça, la barrière des 3/4 mois semble être passée à 6 mois pour pas mal de maisons, désormais. Je ne sais plus trop quoi en penser. Pour moi, l'éditeur s'est forcément déjà fait un avis en 3/4 mois.

J'ai du mal à comprendre pourquoi tout ça est si long. Vu de l'extérieur, ça ne parait pas si compliqué de se prononcer sur le sort d'un manuscrit. What a Face
https://lamonstrotheque.home.blog/
 
Guanaco
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  403
   Âge  :  53
   Date d'inscription  :  28/04/2018
    
                         
Guanaco  /  Pour qui sonne Lestat


MOKKIMY a écrit:
Pour moi, l'éditeur s'est forcément déjà fait un avis en 3/4 mois.

Peut-être qu'au bout de 3/4 mois, l'éditeur n'a pas encore eu le temps de feuilleter ton (mon) manuscrit.
J'imagine les piles de manuscrits arrivant par la Poste qui s'accumulent...
http://marie-meyel.fr/
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Citation :
Fabre, qu'est-ce que tu entends par vite trié et le reste prend du temps ? Tu veux dire que le premier tri est vite fait, et que c'est l'étude en détail des trucs sauvables qui s'éternise ?

Sans ça, la barrière des 3/4 mois semble être passée à 6 mois pour pas mal de maisons, désormais. Je ne sais plus trop quoi en penser. Pour moi, l'éditeur s'est forcément déjà fait un avis en 3/4 mois.

Oui!

D'autant qu'il ne faut pas oublier que la découverte de nouveaux manuscrits, c'est une part petite du temps de l'éditeur. Très petite. Et qu'il ne prend jamais de décision seul. Donc tout ça rallonge tout.
 
VictoryRoma
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  199
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  19/12/2018
    
                         
VictoryRoma  /  Tycho l'homoncule


Faut-il relancer un éditeur qui annonce qu'il sera très lent?

V.


Dernière édition par VictoryRoma le Dim 29 Sep 2019 - 13:54, édité 1 fois
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  13600
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


J'ai la très très grosse impression que, chez les éditeurs où on trouve
- manuscrit numérique
- disant ne pas pratiquer pas la non-réponse
- sans annonce de délai de réponse
> il existe, entre le "oui" et le "non" une catégorie "mis de côté, pour éventuellement relecture ultérieure"
cet ultérieur étant peut-être défini par une fiche faite du manuscrit et des critères de recherche à tel ou tel moment donné.

C'est la seule explication que je vois à un retard de réponse que j'ai, sur une ME où des JE ayant envoyé après moi ont reçu leurs refus en quelques mois, considérant que cette ME a confirmé avoir reçu mon texte et "envoyer toujours une réponse" (je cite).
Et de cette explication, je conclus que le refus à cette ME ne viendra probablement jamais et que son "oui", dans mon cas, peut se faire attendre 5 ans, 10 ans, 100 ans...
http://scriptorium2.canalblog.com
 
LuigiR
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  566
   Âge  :  54
   Date d'inscription  :  30/10/2018
    
                         
LuigiR  /  Gloire de son pair


Un non, ça fait mal sur le moment mais ça permet de tourner une page.
Un silence qui dure, qui s'étire, c'est très difficile.
C'est un deuil qui ne finit pas.
En ligne
 

 La lente lecture de nos amis éditeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-