PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 L'Aigle sans orteil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Il y a une dizaine de noël, je m'étais amusé à écrire un petit article à propos d'une bande dessinée qui m'avait bien plus : L'aigle sans orteil, de Chritian Lax. Le moment et le lieu sont peut-être propice à un nouveau partage d'une œuvre qui, à mon sens, mérite toujours l'attention.
L'Aigle sans orteil Anniversaire-cedric-8-ans-12-dec-2009-098
Destiner aux enfants les habituelles niaiseries que nous offre l'édition de la bande dessinée lorsqu'elle y traite de sport serait injurier les capacités à la beauté et à la finesse des plus jeunes. De ma connaissance, seuls les très anciens "Michel Vaillant" me viendraient à l'esprit comme cadeau spontané du genre à un jeune adolescent.
Pourtant, hier, c'est sans réflexion donc sans hésitation que j'ai jeté dans mon caddie le deuxième ouvrage de Christian Lax portant, entre autres, sur le cyclisme. Dévoré le soir même.
Paru en 2005, "L'aigle sans orteil" m'avait déjà beaucoup plu. Il y était question de la rencontre de deux hommes au début du XXe siècle, l'un de vingt ans et l'autre de cinquante, que tout semblait séparer mais qu'au fond tout réunissait.
Camille, installé dans une carrière d'astronome lui ayant permis de fuir la bêtise des hommes jusqu'à l'Observatoire du Pic du Midi de Bigorre, dont l'auteur nous fait vivre la construction au-dessus du Col du Tourmalet en 1907. Il vit une grande partie de l'année reclus avec quelques comparses, 2500 m au-dessus de la mer, à peine moins de ses congénères.
Amédée, soldat, qui fait partie d'une équipe chargée de transporter du matériel pour l'ouvrage, à dos d'homme depuis la vallée, lorsque débute le récit.
Au sommet, l'auteur nous fait vivre le sujet premier de son histoire: la naissance d'une amitié. Lien qui amènera Camille à se retrouver à nouveau confronté à la bêtise, la grande.
Ses obligations militaires effectuées, c'est avec un double enthousiasme qu'Amédée devient porteur salarié pour l'Observatoire. Il retrouve ainsi son ami, qui attend comme nourriture prioritaire le journal L'Auto, et construit un capital destiné à l'achat... d'un vélo.
Car Camille et Amédée partagent un fort gout pour le cyclisme. En spectateurs, avec des fourmis dans les jambes du plus jeune.
Mais il était très difficile de sortir de la pauvreté dans cette France, si proche, si lointaine, d'il y a cent ans. Et Amédée doit vivre le grand évènement, le premier passage du Tour de France au Col du Tourmalet, le 21 juillet 1910, du bord de la route. De voir Lapize, Garrigou, Faber, Georget, Lafourcade et tous les autres sur le chemin de cette montagne qu'il s'est petit à petit approprié par ses mauvais détours pédestres, le sur-motive pour en être l'année suivante. Il redouble donc d'efforts dans son travail.
La carrière d'Amédée va enfin pouvoir commencer...
Par un dessin d'une forte identité faisant la part belle aux expressions du visage, insistant qualitativement mais légèrement sur les décors d'époque et soutenu par une documentation rigoureuse, Christian Lax nous fait vivre la belle et difficile accession à la vie adulte d'un homme dans une société française qui s'ouvre lentement aux loisirs avant de sombrer dans les affres de la Grande Guerre. La dureté de la vie y est présente partout, l'auteur nous montre bien comment elle explique l'enthousiasme populaire et désintéressé pour les débuts de la compétition cycliste, du Tour de France en particulier qui transpose cette dureté en des épreuves d'une difficulté inouïe. Avec finesse, Christian Lax nous fait prendre conscience de la double fonction, de fait, de la course cycliste, adoptée par un peuple en paix comme d'une part révélation de l'effort gratuit, et d'autre part, fabrique, enfin, de héros ni de guerre ni assoiffés de fortune: les Géants de la Route.
A mon sens, le script est déséquilibré en défaveur du début de la carrière cycliste d'Amédée et de l'entrée en guerre. Le scénario très riche aurait mérité un traitement en deux épisodes, ou en une trentaine de pages de plus (il y en a déjà soixante-dix).
A l'origine, "L'aigle sans orteil" est un one shot, une histoire en un épisode. De fait, elle le restera, "Le pain d'alouette" qui lui succèdera étant une toute autre histoire.
L'Aigle sans orteil Anniversaire-cedric-8-ans-12-dec-2009-099
https://www.sportagora.fr/udata/252/2009/12/17/anniversaire-cedric-8-ans-12-dec-2009-100.jpg
 

 L'Aigle sans orteil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Bibliothèque :: Lectures critiques-