PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 Les mille et une nuits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Dadouw
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1317
   Âge  :  28
   Localisation  :  Shamanie
   Date d'inscription  :  11/03/2012
    
                         
Dadouw  /  Adorable martyr de la paix sur le forum (et un peu dans le monde)


Je me suis retrouvé avec 3 gros tomes de "contes choisis" des mille et une nuits entre les mains, et je dévore passionnément. C'est fascinant, avec des hauts et des bas, du roman de chevalerie de qualité et des histoires d'amour courtois en Orient. Ca me rappelle le Mahabarata, livre sacré de la mythologie hindoue. Celui-ci n'est pas un livre sacré, mais même dans un version allégée on a tellement de références au "prophète Muhammad, loué soi son nom" que je ne peu pas m'empêcher de penser à un placement de produit pirat
Plusieurs questions pour vous.

1/ Est-ce que quelqu'un a lu toutes les nuits ? J'ai fait un genre de calcul, et je tombe sur plus de 7000 pages au total si on devait faire un seul volume d'oeuvres complètes. Déjà, est-ce que ça se trouve quelque part ? Ensuite, il faut peut-être bien mille et une nuits pour en venir à bout !

2/ Vous aussi, vous avez remarqué que les musulmans boivent de l'alcool et adorent leurs femmes (qui ne sont pas voilées) ? Par contre, les Noirs en prennent pour leur grade. Méchants ou violeurs, il faut se toujours se méfier des esclaves noirs dans les mille et une nuits.
 
Pasiphae
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  8680
   Âge  :  28
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  nique la miette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


J'avais fait étudier quelques contes des 1001 nuits à mes élèves de 5ème il y a un an et demi. J'avais adoré, eux aussi ! les "passages de relai entre narrateurs" (récit cadre et récits encadrés, en poupées russes), la dimension féministe assez forte, les réflexions politiques sur la répartition du pouvoir et sur le "bon tyran", sans compter la dimension historique.

Je n'ai pas lu toutes les nuits, et le vrai souci c'est qu'il n'y a pas de version plus officielle qu'une autre. Avec les 1001 nuits on se trouve face à un objet polymorphe, pluri-auctorial, dont la version qui a le plus circulé est la réunion de traditions orales de pas mal de pays (dont le seul dénominateur commun est la langue, l'arabe) par un Français de la fin du XVIIème siècle, Galland (à l'époque où on s'entichait de réunir par écrit les traditions orales : Perrault en France, les frères Grimm en Allemagne...). C'est plutôt paradoxal pour ce qui est supposément un classique de langue arabe ! quand on suit la genèse des 1001 nuits, assez bien restranscrite sur Wikipédia d'ailleurs, on se trouve face à un problème très compliqué qui ne permet pas vraiment de trancher sur la légitimité de tel ou tel texte à figurer dans le recueil, sur la pertinence du récit-cadre (de mémoire, bien que le conte de Shéhérazade et Shahryar existe, il n'était pas initialement voué à servir de récit cadre à d'autres récits, c'est une invention de Galland)

Pour la question de l'islam, je ne suis spécialiste ni de l'histoire de cette religion ni des 1001 nuits, mais la plupart des contes ont été écrits à une époque où cette religion n'était pas hégémonique et émanent du registre populaire. Ça peut être une piste de compréhension, on peut même imaginer que la tradition orale remonte à une tradition pré-islamique et que les contes aient quelque peu été modifiés avec l'islamisation des peuples, tout en gardant trace de leur origine, ce ne sont pas des phénomènes rares. J'avais écouté une émission qui formulait l'hypothèse que certaines contes aient été inventés / écrits par une ou des femmes, ce qui expliquerait leur portée féministe plutôt révolutionnaire pour l'époque (Shéhérazade, par exemple, est valorisée par le narrateur pour son éducation ; la beauté est le socle de sa valeur, mais c'est bien sa créativité et son érudition qui en font une femme au-dessus des autres ; et c'est grâce à cette érudition qu'elle survit et prend le pouvoir sur le tyran Shahryar, faisant triompher la culture sur les pulsions morbides du pouvoir ; je n'ai pas de souvenirs très clairs mais plusieurs contes mettent en scène une femme qui grâce à son intelligence ou à sa ruse, résout des situations insolubles et prend le pouvoir sur des hommes). Quant au racisme dont tu fais état, il n'est pas étonnant pour l'époque !


Poésie – Traque – Liquide – Roman – Miettes – Nouvelles – L'heure du thé – Thèse – Ecriture - Journal - ça raconte - Îles
 
Dadouw
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1317
   Âge  :  28
   Localisation  :  Shamanie
   Date d'inscription  :  11/03/2012
    
                         
Dadouw  /  Adorable martyr de la paix sur le forum (et un peu dans le monde)


Avé Pasi !
Merci pour ta science, elle nourrit mon aridité d'apprenti orientaliste.
Ma version a été publiée par Gallimard. C'est une nouvelle traduction de Jamel Eddine Bencheikh et André Miquel avec une belle préface qui préconise de se méfier des raccourcis historique un peu trop faciles. Comme tu le dis, il semblerait que l'épique le dispute à l'historique, et que même quand le conte introduit un personnage connu des historiens (ex : le calife Harun ar-Rashid), ses guerres et même son organigramme familial ne soient pas respectés. Peut-être la faute à la tradition orale ou aux exigences du récit. Dans les nuits 45 à 145, l'épopée de Umar an Numan, on est dans une sorte de guerre intemporelle à la Game of thrones, qui s'appuie évidemment sur les guerres de religions mais transforme le monde antique en une sorte de poudrière menaçante où tout le monde se fout sur la tronche, magouille et compagnie.
C'est justement dans ce récit que se trouve le personnage féminin le plus marquant (à ce stade de ma lecture). Abriza est non seulement la plus belle et la plus intelligente - sans compter qu'elle est princesse -, c'est aussi la plus forte. Elle dérouille systématiquement Sharr Khan, présenté comme le meilleur guerrier du monde, et qui de surcroit est musulman. Donc une vierge chrétienne surpasse, à la lutte et à l'épée, le meilleur combattant de l'islam. Une première fois parce qu'il est impressionné par sa beauté, et une deuxième fois parce qu'elle est juste vraiment trop badass. On sait de quel auteur est ce passage ou on ignore tout d'eux ?

Spoiler:
 
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Le peu de Nuits que j'ai lues ont illuminé les miennes. Merci de me donner envie d'en reprendre un peu.
Dadouw, tu écris : Vous aussi, vous avez remarqué que les musulmans boivent de l'alcool et adorent leurs femmes (qui ne sont pas voilées) ? Par contre, les Noirs en prennent pour leur grade. Méchants ou violeurs, il faut se toujours se méfier des esclaves noirs dans les mille et une nuits.
Par contre marque une opposition entre les comportements (décrits) des musulmans et des noirs, avec une distinction minuscule-majuscule par inattention donc sans importance. Elle pose la question de l'existence des noirs musulmans. Mon idée est qu'ils étaient très peu nombreux à l'époque de l'écriture des Contes, faits et dates que des experts préciseront peut-être ici. Tu précises plus loin qu'il s'agit des esclaves noirs. Là est toute la question. Divulgué ou caché, l'esclavage y est omniprésent puisqu'il faut bien produire de la richesse dont le confort, qui aide aux jeux de la séduction, et la dégradation des esclaves par la description de leur mœurs dépravés justifie leur réduction à l'asservissement (en plus de la différence de couleur de peau, qui à cette fin arrange bien les suzerains). Que tu besognes, oui, mais que tu convoites les richesses que tu as produites et que tu baises nos femmes, non!
Avec les talents que tu lui décris, la déesse terrienne Abriza leur restera inaccessible aux stades suivants de ta lecture. L'essentiel sera préservé.
Je n'ai pas la réponse à ta dernière question, mais te remercie d'avoir enrichi ma connaissance du terme badass et surtout de la notion qu'il nomme. Il n'y a pas d'heure pour ça, mais le fantasme imagé sur une lointaine Badass persane est une faiblesse masculine délicieuse pour un insomniaque.
 
Dadouw
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1317
   Âge  :  28
   Localisation  :  Shamanie
   Date d'inscription  :  11/03/2012
    
                         
Dadouw  /  Adorable martyr de la paix sur le forum (et un peu dans le monde)


Pierre Bertrand a écrit:
Par contre marque une opposition entre les comportements (décrits) des musulmans et des noirs, avec une distinction minuscule-majuscule par inattention donc sans importance. Elle pose la question de l'existence des noirs musulmans.
Bien vu, je ne marque aucune différence de valeur, je reprends juste la casse utilisée dans la version des Nuits que j'ai lue.

Ibid a écrit:
Avec les talents que tu lui décris, la déesse terrienne Abriza leur restera inaccessible aux stades suivants de ta lecture. L'essentiel sera préservé.
Cette chère Abriza est pourtant chrétienne. Il y a une vraie étude socio-historique à mener sur les Nuits, ce qui a sans doute déjà été fait des millions de fois. Mais je trouve intéressant de constater que les chrétiens, qui sont les ennemis jurés du califat, sont laids et gouvernés en secret par une vieille sorcière fourbe, ils sont systématiquement moins doués que les musulmans en combat singulier, et malgré cela ils sont respectés. Leur courage et leur bravoure sont salués à l'occasion. Peut-être pour les faire rejaillir sur les valeureux musulmans qui les ont défaits.
Abriza est une anomalie, dans le sens où elle est pure de tout défaut narratif. C'est une femme chrétienne qui se comporte avec plus de noblesse et de talent guerrier que le champion de l'islam. Son parcours moral et héroïque est sans tache. Vue la génèse chaotique des Nuits, il se pourrait que ce soit un ajout ultérieur. Je ne sais pas.

Pierre Bertrand a écrit:
Il n'y a pas d'heure pour ça, mais le fantasme imagé sur une lointaine Badass persane est une faiblesse masculine délicieuse pour un insomniaque.
Je profite de cette perle pour t'indiquer un petit truc quand tu veux citer un autre message. Le bouton "citer" dans la barre d'outils a une icone en forme de bulle.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1578
   Âge  :  50
   Localisation  :  ardèche
   Date d'inscription  :  29/05/2016
    
                         
pehache  /  Roland curieux


Quelle édition ? Quelle traduction ?
(J'en ai deux différentes)
En ligne
 

 Les mille et une nuits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Bibliothèque :: Lectures critiques-