PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant
 

 [Recherche éditoriale] Attentes, échecs & doutes ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Alessandro Moda
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  13
   Âge  :  63
   Localisation  :  LISBOA
   Pensée du jour  :  Cool ça arrive. Mais "Bon public" j'ai du mal !
   Date d'inscription  :  02/03/2018
    
                         
Alessandro Moda  /  Homme invisible


Bonjour à tous; Very Happy

Un petit mot bref ; j'en suis capable, même si ça me taraude le cloaque.

Je tiens à remercier chaleureusement vos retours avant de répondre à ceux qui engendreraient une suite nécessaire.

Je ne manque pas de profiter de la présente pour indiquer à ceux qui ont préféré le canal des MP que je leur répondrais à tous, comme je le ferais toujours.

Je ne vous abandonnerais pas sans préciser à la paire de djeuns qui me souhaite une "bonne baise" que je souffre d'un symptôme générationnel fort répandu et qu'ainsi leur souhait que j'ai pris comme étant "bienveillants, mais mal informés" demeuraient, pour moi cruel, car étant "Old School" … "Sunday it's closed" et que je dois attendre une semaine, car, comme ils auraient put s'en douter avec un brin de culture sociologique, je ne connais forcément que la position du missionnaire, le samedi soir, après notre émission préférée, sur TF1 forcément, lumières effacées, rideaux tirés sous les cantonnières.
Quant aux auteurs je les ose espérer, quel qu’en soit le jour de la semaine, moins rapide en toute chose que pour écrire un com. de deux mots.

Tout cela n'est que gentil vous l'aurez compris.

Amitiés cordiales et sincères pour toutes et tous.

Alessandro Moda
 
Silence écrit
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2134
   Âge  :  35
   Localisation  :  Strasbourg
   Date d'inscription  :  18/04/2017
    
                         
Silence écrit  /  Péril 666


EDIT 

Séléné a raison. Mea culpa. Désolé que les mots brefs te taraudent la bouche, Alessandro.


Dernière édition par Silence écrit le Lun 5 Mar 2018 - 10:55, édité 2 fois
http://silenceecrit.wordpress.com
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  13268
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


[Recherche éditoriale] Attentes, échecs & doutes ... - Page 9 Im_14010


Spoiler:
 
http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


C'est moi ou on s'éloigne du sujet initial ???

 
RebeccaBlade
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  128
   Âge  :  31
   Localisation  :  Dans un miroir d'obsidienne.
   Pensée du jour  :  "Elle ne se rappelait pas de son passé, avait une autre personnalité qu’elle ne supportait pas – et elle savait que c’était réciproque"
   Date d'inscription  :  15/03/2016
    
                         
RebeccaBlade  /  Barge de Radetzky


Selenée C. : je crois que je ne puis qu'être d'accord avec toi.
Aaaah, ego, quand tu nous tiens ! Ca part vite en vrille ceci dit. Enfin, vite ... tout est relatif. Disons que c'est amusant à contempler enfin de compte.

Pour le reste ... doutez, constamment ! Mais ne vous laissez pas paralyser par les doutes, ne vous mettez donc pas en PLS sous la couette, à force de crouler sous le poids de tous ces doutes. Il faut douter "intelligemment", et je gage que même cela n'existe pas. Finalement, aucune recette : peut-être que celui qui ne doute jamais passera pour le roi des cons, mais réussira quand même sa vie ; à l'inverse, celui qui doute un peu peut quand même l'échouer.
Pas de réponse, pas de recette miracle, juste un état de fait : on est tous différents.
Et concernant le doute ... ne pourrait-il pas simplement être le fruit d'une norme sociale, voire celui de notre société, tout simplement ?
https://facebook.com/Divin.Art3
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  13268
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Smile salut Rebecca
En effet, le Doute au niveau social est un sujet philosophique intéressant. On pourrait en débattre des siècles !
A ses départs, ce topic évoquait un type précis de doute : celui qui s'installe au cours de l'attente éditoriale, et qui devient vite générateur de stress et de démoralisation.
"Le doute a deux côtés : le côté de la lumière et le côté des ténèbres."
citation de Balzac
Spoiler:
 
Comme beaucoup de choses, le doute peut être bon ou  mauvais selon le dosage et l'état du patient à qui il est administré.

Quant à la souffrance qui en découle...
je crois qu'il faut la laisser reposer avant de chercher à tirer enseignement dudit doute
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Chmike
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  141
   Âge  :  58
   Localisation  :  Marseille
   Pensée du jour  :  Mon avatar est un jeune ocelot
   Date d'inscription  :  11/02/2018
    
                         
Chmike  /  Barge de Radetzky


Voici mes deux centimes sur la question du doute dans notre contexte.

Le doute nait lorsque nous remettons en question quelque chose. C’est donc une manifestation de l’intelligence. L’idiot, lui, ne se doute de rien. (compliment d’intelligence, c’est fait).

La capacité de remettre en question ses préjugés est saine. C’est une qualité. Mais comme toute qualité, c’est à l’excès que cela devient un défaut. L’excès de doute conduit à la paralysie par indétermination persistante, et plus néfaste, à l’épuisement psychique, car nous ruminons consciemment et inconsciemment jour et nuit.

Dans une situation d’excès, où l’on en arrive à être paralysé ou découragé (épuisé psychiquement), il y a trois points à examiner.

1. le préjugé mis en doute ;
2. la source du doute ;
3. l’importance du doute.

Le préjugé mis en doute peut être très variable et multiple : la capacité à concevoir une intrigue et un contexte captivant pour le lecteur, ou plus simplement savoir écrire en étant plaisant à lire. Pour lever les doutes, il faut chercher des méthodes les plus objectives et indépendantes de notre seul jugement pour les tester et les vérifier. Le travail collaboratif sur JE est excellent pour cela. Si le préjugé est mis ainsi en défaut, on sait sur quoi travailler et le doute s’évanouit. Je suggère donc de commencer par analyser de quoi vous doutez et de vérifier si c’est justifié.

La source du doute est l’information mettant en défaut le préjugé. Ce serait par exemple le rejet du roman par un très grand nombre d’éditeurs. Il faut analyser objectivement cette information, car c’est son interprétation qui peut être erronée et non pas le préjugé. Les éditeurs peuvent tous se tromper sur le succès potentiel du roman.

Enfin, il y a l’importance du doute. L’enjeu vaut-il la peine de se tordre les boyaux jusqu’à s’en rendre malade ? Il est un adage familier de dire que le bonheur est dans le voyage, pas à l’arrivée du voyage. Le voyage est 99 % du temps consacré à l’action. C’est pourquoi, à mon humble avis, c’est le plaisir d’écrire qui devrait être l’objectif et non pas la publication à compte d’auteur qui, d’ailleurs, peut être sanctionnée par une vente très limitée. Si l’on a le plaisir d’écrire, cela transparait dans l’écrit qui apparaitra comme des volutes tournoyantes de musiques littéraires. Si l’on a le plaisir d’emmener le lecteur dans des intrigues et lui faire respirer des effluves variés d’émotions, tôt ou tard, l’explosion se fera.

Voilà mon approche du problème. Les doutes, à l’excès, sont un véritable poison qui tue le plaisir d’écrire. J’ai mis mes doutes en sourdine pour écrire ce commentaire. Parfois, être idiot ou fou est un avantage, car on se pose moins de questions.

 
Sème-Lys
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  493
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  03/07/2014
    
                         
Sème-Lys  /  Sanskrit boi


Par contre "Holy fuck" ça ne veut pas dire "bonne baise", hein, c'est une interjection. Un peu comme "bon sang".
 
Hooah
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  188
   Âge  :  39
   Date d'inscription  :  26/01/2018
    
                         
Hooah  /  Tycho l'homoncule


Citation :
Je ne vous abandonnerais pas sans préciser à la paire de djeuns qui me souhaite une "bonne baise"

Je crois que vous vous méprîtes, cher Monsieur, sur le niveau de jeunisme exact de vos commentateurs facétieux tant que sur la teneur exacte de l'interjection dont vous fûtes l'objet, sans même aborder la méconnaissance que vous semblez avoir de leur niveau de langue. Renchérir d'un "palsambleu" voire d'un "jarnicoton" (si si, ça existe) n'aurait pas été davantage une incitation à l'abandon vers les plaisirs charnels.

Mais en vrai, désolé pour le hors-sujet et le ton un peu sec, peut-être, de la réaction.

Revenons-en aux doutes.

Je vais envoyer un manuscrit à mon éditeur dans pas longtemps. Il m'attend - l'attend - avec bienveillance, me l'a dit et redit. Surtout, comme j'ai un pied dans la porte, je sais que même si le texte est mauvais, je devrais avoir un retour détaillé et sans concession dessus. Bref, j'ai des problèmes de riche et j'en ai bien conscience. Et pourtant.
Et pourtant, ça ne m'empêche pas d'avoir de grosses phases d'angoisse sur la qualité de ce que je suis en train d'écrire. Parfois, selon le chapitre que je corrige, je suis emballé. Je me dis que c'est un vrai bon livre, peut-être. A d'autres moments, je suis consterné, en mode personne ne voudra jamais de ça, mais qu'est-ce que tu crois, la totale. Le syndrome de l'imposteur, si vous voulez.

Tout ça pour vous dire qu'il y a un doute intérieur propre à chacun - et pas forcément lié à l'angoisse du regard extérieur. J'essaie de m'en servir comme moteur, même si ça m'empêche parfois d'écrire pendant des semaines. Etre fou ou idiot pourrait sans doute aider, en effet. Je crois plutôt qu'il faut essayer de se faire violence. J'ai repris des chapitres en me tordant littéralement le bras pour aller bosser plutôt que de prétexter n'importe quoi. C'était pas marrant, mais j'ai constaté que ça valait toujours le coup. Et que malgré tout, le plaisir d'écrire revient quand on se force un peu.
J'ai fini par me convaincre que j'étais pas le seul dans ce cas-là.

(note de fin: si un jour j'écris "what the fuck" sur ces pages, merci de ne pas traduire cela en "quoi le niquer" hein :mrgreen: ).
 
Alessandro Moda
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  13
   Âge  :  63
   Localisation  :  LISBOA
   Pensée du jour  :  Cool ça arrive. Mais "Bon public" j'ai du mal !
   Date d'inscription  :  02/03/2018
    
                         
Alessandro Moda  /  Homme invisible


Bonsoir à toutes et à tous;   Smile

Mise au point; @AGENT SEVEN  Very Happy , dorénavant je ne répondrais plus aux personnes qui font des com. de moins de 198 mots, soit deux petits paragraphes miteux. En cela compris ceux qui m'insultent grassement et s'emploient ensuite à la double peine de devoir éditer plusieurs fois, repus des doutes les plus tenaces et l'âme encombrée de tourments, pour user leur moignons dans l'urgence du matin blême avec la gomme à effacer! Seul le décompte final sera retenu ! Partant, si les mots sont gras , que l'imagination les pousse à fourmiller. C'est du travail j'en conviens, sinon c'est de se lever de bonheur et Blagueur sur Touitteure à six heure, joueur à l'effaceur par peur de l'épieur vue de l'extérieur. Dommage depuis qu'on joue plus à 140 c. j'y suis plus. il y en plein d'autre méchants à insulter là-bas.

BOooon en même temps rien n'est grave.. Enfin pour moi.
C'est pas trois petits noms d'oiseaux que je vais laisser dans le mépris absolus,
je suis pas chien non plus je les ramasserais quand même, mon petit.

Donc @SÉLÉNÉ.C oui, c'est un fait, le doute sert à gommer ses fautes.

Ne nous méprenons pas Agent Seven est une auteure bien propre. Sauf pour les règles qu'elle voudrait imposer.. et moi les règles ..prout; prout. on a déjà le Français et c'est pas de la tarte aux pommes recuite(ma préférée sans aucun doute)

@SÉLÉNÉ.C  
Merci de ton explication patiente. En fait je parlais plus loin à @CYAN et lui disait:

"C'est en te lisant que je comprends vos initiales presqu'acronyme "JdB". Je ne sais pas plus ce que c'est pour l'instant en dehors d'un navire et apparenté, et c'est quelque chose qui, à chaque fois qu'il en existait se transmettait entre membre de même niveau hiérarchique d'une organisation. Je devine qu'ici, l'Artiste étant mégalo, cabotin et égoïste par nature il doit s'agir d'une sorte d'écrit plus perso. "
Dans la vraie vie: C'est tout ce qui est consigné à chaque instant entre les membres de la direction d'un navire , ou d'une entreprise, ou d'une grande surface etc…Et transmis à l'équipe suivante. Un livre-journal infini. (pour ce qu'il a été dans ma vie à moi)
Je parlais bien du Journal de bord (mais ici je l'envisageais plus personnel genre " j'en suis là, j'ai fais ça, aujourd'hui" Pourquoi sombre? En fait ils ressemblent plus à des fourre tout non?

Bon je fais quoi ?
SI je passe par là? Je snobe et réponds à 3 personnes sur 10 ? Nulle part on ne peut mettre un chapelet de message type crottes de lapin.

Bonsoir T.
Alors @T. je suis prompt à l'aveu de mes défauts les plus graves. Mais j'en ai également des plus petits. Genre: "Je suis incapable de synthèse rapide" Ainsi la synthèse, que je suis en revanche en mesure de réaliser est pour moi un travail supplémentaire consistant à reprendre un écrit de A à Z et en résumer, dans le cas présent, chaque paragraphe, Je le fais pour mes écrits professionnels. Bon attention à ton "T." bien vu ici mais nul dehors."M." gratte mais papa l'a "introduit"

@FRANCKK : "excellent!"

@DR DRAY :
Ma prezz est évolutive. Imagine moi qui n'ai pas encore eu le temps de lire toutes les vôtres, qui vont m'inspirer ou me désespérer P.S. ça correspond à quoi "2ème N" le dessin multicolore ?

@REBECCABLADE :
tu vois difficile, je me sens coincé. Je dis la vérité, même amenuisée ça agace trop certains. SI je mentais, dans quelques mois quelqu'un diras il s'est moqué de nous il nous avais pas dit! Donc je vais t'en dire un brin et un jour en MP pour ce qui fait trop "symbole de réussite" J'ai rencontré BUFFET quelque fois vers ses 45/55 ans, chez lui à Tourtour. Buffet a peut être douté lui sur 30 ou 65 toiles de jeune , le temps de trouver son style, ils doutait mais comme moi avait un "don", à 20 ans il est pris en charge par des galeristes qui sont des marchands qui ont de l'entregent dans les salons et la politique avant tout et qui le pousseront à faire le buffet que vous connaissez tous et qui se vend, mais toute sa carrière buffet, sauf de 10 à 19 ans buffet n'est pas dans sa peinture, pourtant le monde entier reconnait la patte d'un  buffet. Un jour dans un article (sans rapport avec lui), un journaliste a écrit que j'étais admirateur de BUFFET !... je te dis pas ma honte ! Je lui avais dit DUBUFFET lors de l'interview il ne devait pas connaître. (Hebdo généraliste le plus gros tirage encore aujourd'hui, pourtant) - et je sais toujours qu ebuffet était doué mais a té transformé en produit.
Ainsi je ne parlerais pas plus de peinture et dessin. Ici on parle de mot pourtant c'est cousin.

Nombreux sont les auteurs qui font des livres très populaires du XVIIIème à nos jours et que tu retrouves dans leurs œuvres, mais seul les peintres maudit sont dans les leur. je ne parle pas de style mais du cœur et de l'âme que l'écriture t'arraches. Quels que soient les sujets abordés ; et ne parlons pas de ceux qui traitent leur propres époque, c'est pire.

Néologismes : je les trouve sympa dans un livre qui seraient merveilleux car écrit par un ou des malades mentaux dont les néologismes font partie intégrante de la communication et permettent l'aide au diagnostic.

RE@FRANCKK : "décidément ton humour c'est de la balle!" change rien

@REBECCABLADE : OUI à 200% chaque fois que j'ai été sûr, j'ai fait des bêtise. Chaque fois que j'ai été trop sûr j'ai fais des conneries énormes (PLS ?) .  Le doute je l'ai vu s'ancrer chez certains jeunes dont l'entourage attendait trop. 15 ou 20 ans passé à entendre qu'il doit réussir et crac la personne à sa vie foutue, 15 an s de psy auront du mal à redresser ça. En revanche les frères t sœur qui semblait bon a rien sur les quels on a pas mis la pression pour faire honneur à l'étendard familial HOP ils sont sorti du panier en bon état et réussissent

@SÉLÉNÉ.C et @REBECCABLADE :
Je dirais plus la nature du doute en fonction des époques qui serait générationnelle plutôt que globalement sociétale, la faim, la soif, la liberté, la vie la mort, change la donne, et relativisent alors la place du doute. Exemple, concret :
"Je doute très fortement que la préférence que je nourris pour la vision narcissique de mon moi dans le miroir de rasage maintenue par le fait de ne point dénoncer à l'envahisseur les personnes vivant dans l'appartement d'en face et qu'il recherche absolument à occire jusqu'au dernier soit la meilleure des choses pour conserver ma tranquillité personnelle et mon avenir professionnel dans ce pays de pleutre entrain de changer de main"
Cela me paraissant plus prosaïque que philosophique.

@CHIMKE Bravo pour la mise en forme réfléchie de ton texte, si elle n'est ni spontanée ni passionnée elle dédramatise avec des mots juste,
TU as semble t'il beaucoup réfléchi à ce problème avant de t'exprimer. Sur ce Post. Tu as très bien écrit et c'est aussi ce qui fait que j'irais te lire, dès que possible. De plus je ressens chez toi une ouverture assez rare à moins qu'elle soit le fruit le l'âge de raison? C'est balot mais moi j'aime la gentillesse qui n'est pas pratiqué par innocence ou naïveté mais bien volontaire. Comme tu le vois je n'ai pas honte de mes mots ; et ceux qui me liront un jour comprendront combien je l'applique.

J'attire l'attention de @T. pour lui dire synthétiser les autres je sais faire!...

Chmike a écrit:
1. le préjugé mis en doute ; Je suggère donc de commencer par analyser de quoi vous doutez et de vérifier si c’est justifié.
Conseil excellent , entreprise infiniment difficile pour l'auteur, car le plus souvent celui qui doute, doute de tout, dans son œuvre et franchement il n'et pas sorti de l'auberge, alors qu'un relecteur sérieux payant et pro va lui sortir l'analyse en rois jours lecture diagonale comprise.

Pour être plus constructif dans mon aide:
Chmike a écrit:
2. la source du doute ; Les éditeurs peuvent tous se tromper sur le succès potentiel du roman.
je préfèrerais au lieu de se rassurer comme il peut sur ce qui est invérifiable et surtout d'une subjectivité à tout crin. Ainsi je crois que la majorité doivent conduire la recherche, de la correction à ce deuxième point et douteraient moins en s'assurant d'avoir été plus parfait en amont de la recherche approfondie de toutes les collections des 250 éditeurs nationaux l'avez-vous fait ou bien vous tapez au hasard car vous savez que cet éditeur a sorti quelques polar? Avez-vous téléphoné, adressé des mails, afin de savoir si des collections inconnues n'étaient pas en préparations ? Avez-vous vu en salon des représentants d'éditeur de tailles plus moyennes adaptées à vos débuts ? Vous êtes vous donc bien présenté? Combien de relecture (je suis de 8 à 10 minimum)

Chmike a écrit:
3. l’importance du doute. Enfin, il y a l’importance du doute. L’enjeu vaut-il la peine de se tordre les boyaux jusqu’à s’en rendre malade ? Si l’on a le plaisir d’écrire, cela transparait dans l’écrit qui apparaitra comme des volutes tournoyantes de musiques littéraires. Si l’on a le plaisir d’emmener le lecteur dans des intrigues et lui faire respirer des effluves variés d’émotions, tôt ou tard, l’explosion se fera.
L'importance de la rate au court bouillon non merci c'est certain, ya pire, ce matin il pleuvait peut être, je ne sais chez vous ,mais vous avez remarqué le jour s'est levé!  et vous êtes en vie ? Je ne vais pas donner à nouveau de l'urticaire à un détracteur, mais un jour j'ai pris brutalement conscience que le fil conducteur de la vie pouvait se rompre d'un instant à l'autre. Je ne vous en dis pas plus, même si ça m'a volé 18 mois de vie. Ça m'a donné la compréhension également.
Je vous assure qu'on peut ne pas trouver naturel de se réveiller le matin vivant. Même si on doit avaler une ou deux pilules pour éviter le syndrome consistant à savoir à chaque instant la vérité de chaque jour : Nous pourrions être dans trois jours en train de sécher au fond d'un trou dans la terre.

Je vous ai parlé de cette passion que certains ont compris, dont certains connaissent l’existence et @CHIMKE dans le passage que je viens de citer. en décrit des résultats.
Garder cette force. Votre passion est votre force, acharnez vous sur la partie où vous êtes la/le meilleur histoire, intrigues, émotion, et vous corrigerez l'enveloppe peu à peu autour de ce noyau magique qui est vous.

@SÈME-LYS oh merci, j'ignorais,  je déteste les anglicisme l'hégémonie actuelle de cette langue me bloque. De plus mon anglais a été technique, puis informatique, je me concentre plutôt sur les trois langues du sud. Et le portugais quand tu pratiques déjà espagnol et italien qui se mélangent ça te mets une zone dans les neurones, je te dis pas! Maintenant après m'être frotté au Russe. C'est des vacances.

@HOOAH , pardon pas de pb mais c'est vous qui avez noté l'âge de 23 ans, (je crois qu'il se nome @RAVEN ) et donc pour moi qui ait été précoce c'est l'âge de mon neveu le plus grand et plus petit que mon enfant le plus petit. Il n'y avait donc pas de méprise du point de vue de ce que je nomme "jeune", que vous(2) ne devriez pas trouver insultant, en revanche je n'avais rien ressenti de sec, je trouvais ça plutôt sympa et marrant pour le poursuivre sur le même ton, une seule réaction amère depuis le début que je ne m'expliquerais jamais puisque sur ma propre prezz j'avais été très cordial avec son auteur qui s'est dévoilé ici!.. je l'ai dis on ne va pas passer le réveillon la dessus non-plus; ses propos ont été effacés, sans mon intervention.

Alors j'ai la même espèce de doute que toi. Mais rien ne m'empêche jamais : si je suis en France, je vais faire du vélo au bord de l'océan, ou je vais jardiner un peu, ou encore boire des cafés sur le port et voir passer de belles touristes (avec ma femme, en me disant , et en lui disant, qu'elle est vraiment la plus belle! ) - je reviens gonflé à bloc je me remets au travail dans le sens qui corrige mes doutes techniques. Une fois sur deux je me dis "t'étais vraiment con, non c'est bon quand même". Donc HOOAH non t'es pas seul la différence de doute est peu importante avec le mien , mais si je stoppe longtemps c'est pour d'autre obligations. Sinon jamais plus de 2/3 jours (pour raisons de déplacement par ex.)

Mais bon voilà un conseil qui rejoint la discipline de vie.
L'artiste crois souvent que c'est mieux le soir ou la nuit.. inspiration et tout le toutim.. je ne parle pas de ceux qui travaillent du matin à 18hoo et ne peuvent faire autrement. Mais ceux qui peuvent essayez de changez de rythme. (progressivement) Couchez vous tôt levez vous avant le soleil. Vous serez plus satisfait de votre travail de 5h à 13h que tout le reste. Et c'est sur ces heures là que le doute entamera moins vos capacités.

Si un jour tu viens chez moi HOOAH je te dirais "good coming,  betwen, betwen "

Allez une bonne nuit à toutes et à tous, tous, tous

Bien Cordialement
Alessandro Moda
 
Ahava-brumes
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3349
   Âge  :  30
   Localisation  :  Dans un château hanté
   Pensée du jour  :  Mon idéal c'est d'aimer avec horreur
   Date d'inscription  :  25/05/2012
    
                         
Ahava-brumes  /  Didon de la farce


Bon bah…
Holy fuck.
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  13268
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Pourquoi, tout à coup, je repense à cette super-crise d'épilepsie que j'ai fait dans une expo de Dubuffet ?
Neutral

Je ne dois pas être normale...
En ce moment je me lève à 6 ou 7 heures (c'est pas 5 h mais c'est quand même avant le soleil), et c'est quand même à midi que je doute et à minuit que je ne doute pas...
scratch faudrait peut-être que j'aille dormir pale mais j'ai peur de rêver de tout ça.
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Silence écrit
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2134
   Âge  :  35
   Localisation  :  Strasbourg
   Date d'inscription  :  18/04/2017
    
                         
Silence écrit  /  Péril 666


Ahava-brumes a écrit:
Bon bah…
Holy fuck.

Te fatigue pas, le monsieur a un handicap. Il est incapable de concevoir qu'une pensée puisse avoir de la valeur en dessous de 198 mots (en plus de dissimuler maladroitement son ignorance de l'anglais le plus basique derrière un manque d'intérêt "politique" pour la langue).

Par contre, c'est amusant, mais on n'a toujours aucune idée de qui est ce génie autoproclamé, ni de ce qu'il a bien pu écrire à 7 ans de si formidable pour que les éditeurs se l'arrachent dès le berceau, ou presque. C'est bien pratique l'excuse de la modestie.

Mythomanie, quand tu nous tiens...
http://silenceecrit.wordpress.com
 
Guther
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  420
   Âge  :  26
   Localisation  :  Nice
   Date d'inscription  :  22/11/2017
    
                         
Guther  /  Pour qui sonne Lestat


Je vais arriver comme un cheveu au milieu de la soupe, ne comprenant pas forcément quel est le sujet actuel mais apportant ma (toute) pitite expérience quant au sujet initial (à savoir les attentes et les doutes)

J'ai la chance et (l'immense) honneur d'avoir deux auteurs confirmés qui me soutiennent (Yoann Berjaud et Pierre Bordage pour ne pas les citer (ouah comment il se la pète...)). Séléné, tu l'as dit, avoir les encouragements de la part des membres du forum, derrière un écran, c'est bien, mais ça marche 5 minutes. Mon conseil (que je pense que tu as sans doute déjà reçu, je ne suis ni devin ni prophète) serait d'arpenter les salons littéraires, ou du moins ceux qui accueillent des auteurs (j'ai rencontré M. Berjaud aux Nice Fictions, un salon consacré à l'imaginaire en général) et de sympathiser avec, voire de lui demander conseils et analyse.

Tu ne peux pas imaginer le bien que ça fait (ou si peut-être...) lorsqu'on reçoit un mail d'un auteur confirmé (et édité) qui nous explique quels sont les points positifs et les points à améliorer. Ça m'a redonné un sacré coup de boost ^^

Je ne sais pas si un tel messages te sera utile, mais hésite pas Wink , ça peut pas faire de mal.

EDIT:
 
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  13268
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


59 + 6 + 16 + 21 = 102

Citation :
Je dirais plus la nature du doute en fonction des époques qui serait générationnelle plutôt que globalement sociétale, la faim, la soif, la liberté, la vie la mort, change la donne, et relativisent alors la place du doute.
Citation :
Donc @SÉLÉNÉ.C oui, c'est un fait, le doute sert à gommer ses fautes.
Il fait une très bonne loupe pour chercher les fautes et les améliorations à faire au texte.
Mais c'est comme le thé et le chocolat : il ne faut pas en abuser.
As-tu remarqué que ce topic se trouve en secteur "edition" et non en "discussions générales" et qu'i est consacré au doute qui s'installe durant l'attente éditoriale ?
59 mots

Citation :
@DR DRAY : Ma prezz est évolutive. Imagine moi qui n'ai pas encore eu le temps de lire toutes les vôtres, qui vont m'inspirer ou me désespérer P.S. ça correspond à quoi "2ème N" le dessin multicolore ?
Médaille d'argent au concours de nouvelles
6 mots

Rebecca a écrit:
Mais ne vous laissez pas paralyser par les doutes, ne vous mettez donc pas en PLS sous la couette, à force de crouler sous le poids de tous ces doutes.
Citation :
OUI à 200% chaque fois que j'ai été sûr, j'ai fait des bêtise. Chaque fois que j'ai été trop sûr j'ai fais des conneries énormes (PLS ?) .
PLS = https://fr.wikipedia.org/wiki/Position_lat%C3%A9rale_de_s%C3%A9curit%C3%A9
Pour ma part, en état de désespoir, je suis carrément "chien de fusil"
16 mots

Citation :
Je devine qu'ici, l'Artiste étant mégalo, cabotin et égoïste par nature il doit s'agir d'une sorte d'écrit plus perso. "
Effectivement, nous sommes tous ici peu ou prou cabotins.
Il est par contre conseillé de rengainer la mégalomanie avant de poster.
21 mots

[Recherche éditoriale] Attentes, échecs & doutes ... - Page 9 Drapea10

Guther : non, personne ne me l'a jamais dit, mais j'y ai souvent pensé
Hélas, je n'ai pas de voiture et passe tous mes dimanches chez mes parents
Mes problèmes de santé m'on aussi aidé à perdre l'habitude des salons du livre.
Cela fait bien longtemps que je n'ai pas mis les pieds dans l'un d'eux...
Oui, j'ai déjà pensé à demander conseil à un auteur confirmé ou à un spécialiste du genre. On pourrait même dire que j'en ai rêvé concernant mon western. Hélas, je ne connais ni Patrick Brion ni Bertrand Tavernier...
Oui, ça fait sûrement du bien d'avoir des conseils avisés.
http://scriptorium2.canalblog.com
 

 [Recherche éditoriale] Attentes, échecs & doutes ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-