PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 [Auteur] Anacharsis Cloots

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Fatalité
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  715
   Âge  :  35
   Localisation  :  Au sol.
   Pensée du jour  :  La fin.
   Date d'inscription  :  23/10/2017
    
                         
Fatalité  /  Blanchisseur de campagnes


Sur Georges Bernanos, je parlais de Charles Maurras, antisémite nationaliste germanophobe royaliste patenté début XXème siècle, qui eut la ridicule débilité de se faire hitlérien pendant la Seconde Guerre ...

... eh bien, je tombe sur Anacharsis Cloots, et je vous conseille de suivre sa brève bio Wikipédia en lien, parce qu'elle n'est pas piquée des hannetons : l'Allemand qui, fin XVIIIème siècle, se fit gallophile (francophile, si vous préférez) au nom de la Révolution républicaine, et qui finit quand même guillotiné par patriotisme en tant qu'étranger, à cause de son universalisme radical ! ...

Remarquez que ça ne change pas d'autres surprenamment guillotinés, tels que Saint-Just ou Robespierre. Au fond, des règlements de compte entre gangs of Paris, comme il y eut des gangs of New York, je me trompe ? Certes au nom de "l'idéologie", mais enfin, cette Terreur pouvait bien inspirer Staline au XXème siècle, et en tout cas horrifier l'Europe entière, surtout avec le premier Napoléon qui en émergea ! ...

Mais je m'emporte ... la France est un pays si fiévreux ...

Bon.

Je tombe sur les Écrits révolutionnaires d'Anacharsis Cloots, voyez plutôt :

A.C., Ecrits révolutionnaires, Champ Libre, 1979, p.641-643, a écrit:
On a écrit des volumes pour savoir si une république d'athées pourrait exister ? Je soutiens, moi, que toute autre république est une chimère. Admettre un roi dans le firmament, c'est introduire dans nos murs le cheval de Troie, qu'on adore le jour et qui vous dévore la nuit. Un rêveur, dans son cabinet, peut se préserver des conséquences de sa folie platonique ; mais un peuple théiste devient nécessairement révélationniste, c'est-à-dire l'esclave des prêtres, des intermédiaires entre Dieu et lui, des médecins d'une âme damnable. La déification amène la génuflexion. Le Nil, fleuve, coule tout seul ; le Nil, dieu, marche avec un cortège. La nature, charmante par elle-même, perdrait beaucoup par une superfétation cabalistique. Le soi-disant theos gâte le très réel cosmos. L'erreur n'embellit pas la beauté. En déviant d'un pouce, on perd bientôt de vue la ligne droite. En créant gratuitement un fantôme, rien n'empêche de multiplier à l'infini tous les farfadets imaginables. L'intolérance de la vérité proscrira un jour le nom même de temple, fanum, d'où le fanatisme tire son étymologie. Les édifices que les communes choisiront pour leurs fêtes civiques ou décadiques seront appelés maisons d'instruction. Le peuple souverain est essentiellement raisonnable ; il ne voudra jamais ni astrologie, ni théologie ; il ne souffrira pas que des jongleurs, des diseurs de bonne aventure, des mystificateurs, des enjôleurs, des empoisonneurs maniaques, escamotent aux bonnes femmes et aux grands enfants un salaire qui n'est dû qu'aux ouvriers utiles et honnêtes. Nous verrons incessamment la royauté céleste à son tour condamnée par le tribunal révolutionnaire de la Raison victorieuse ; car la Vérité, assise sur le trône de la Nature, est souverainement intolérante. L'astre du jour fait disparaître tous les météores, tous les feux follets nocturnes. La tolérance est un mal nécessaire dans les circonstances actuelles. La politique nous commande de tolérer, jusqu'à nouvel ordre, les imposteurs sacrés. Chaque commune à cet égard doit se consulter elle-même, et voir si la raison y est en force : c'est une affaire de police locale. La république des droits de l'homme, à proprement parler, n'est ni théiste ni athée ; elle est nihiliste. L'invocation du législateur à je ne sais quel fantôme suprême est un hors-d’œuvre absurde ; c'est affirmer sacerdotalement la réalité d'un être sans longueur, ni largueur, ni profondeur ; c'est donner un exemple funeste, c'est ouvrir la boîte de Pandore.

Deux remarques :

1. nous sommes évidemment très loin, en notre république, de correspondre au propos d'Anacharsis Cloots, sauf sur l'imposture ;
2. son propos naturaliste, qu'il nomme un nihilisme anti-fanatique (il n'y a rien de surnaturel, le surnaturel conduit à tous les fanatismes), semble lui-même un naturalisme fanatique (au nom de la Raison, de la Vérité et de la Nature, dixit) pourtant mâtiné de nombreuses métaphores (pré)romantiques pas aussi raisonnables ni véritables qu'escomptées.

Mais enfin, comme tout homme de son temps - une époque où l'écrit est "le média dominant", comme dans 90% de l'Histoire universelle ... - eh bien, comme tout homme de son temps, il écrit bien.
http://libertephilo.forumactif.org
 

 [Auteur] Anacharsis Cloots

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Bibliothèque :: Lectures critiques-