PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 Publier un récit en deux parties : mauvaise idée ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
David Raymond
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  149
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  16/10/2017
    
                         
David Raymond  /  Barge de Radetzky


Bonjour,

Ma question est toute simple aujourd'hui : quand on a écrit un roman qui avoisine les 400 pages, n'est-il pas plus judicieux de le séparer en deux parties ?
Je veux dire, dans le cadre d'une publication en autoédition (Amazon, etc), l'aspect massif et, peut-être, indigeste, ne risque-t-il pas de décourager les lecteurs à s'y plonger dedans ?
Après, le revers, c'est de penser qu'il s'agit d'une opération pour faire raquer deux fois le lecteur (ce qui n'est pas le cas) et donc produire une mauvaise publicité à son auteur.

Vous allez me dire : l'idéal, pour régler le problème, c'est de faire des coupes franches dans le roman.  J'hésite grandement sur ce type de solution.
En tout cas, si vous avez un conseil sur le sujet, n'hésitez pas à me le dire ! ;- )
 
Florence_C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3588
   Âge  :  45
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Sang-Chaud Panza


Dur à dire sans avoir lu le livre en question...
En nombre de mots ça donne quoi ?


A la recherche d'un éditeur ? Quelques infos pratiques ici...
Mes romans ? C'est par ici...
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
Mikaroman
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2971
   Âge  :  46
   Localisation  :  Devant le PC
   Pensée du jour  :  50 nuances d'earl grey
   Date d'inscription  :  05/12/2012
    
                         
Mikaroman  /  Jeune et fringant retraité


En tant que lecteur, mon avis sera tranché : un seul livre même épais !

Je ne lis pas un livre, je lis une histoire. Les seuls cas où je me laisse tenter par un roman en deux tomes, c'est quand il s'agit d'un roman ou d'un auteur connu et que je sais par avance que j'ai une forte probabilité d'être satisfait.
http://romainmikam.free.fr/ En ligne
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Un seul ouvrage si c'est possible en ce qui me concerne !

Si on divise en plusieurs parties, ce doit être justifié par un statut de saga, de deux livres bien distincts, ou par exemple d'une trop grande quantité de matière textuelle qui empêche l'impression en une fois. C'est ce qui est par exemple arrivé à Georges R. R. Martin avec Game of Thrones, et dans ce cas-là, soit tu dois élaguer, soit tu repenses ton organisation et tu multiplies les tomes :]
 
paty
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  331
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  19/05/2014
    
                         
paty  /  Tapage au bout de la nuit


Tu peux envisager le format saga si tu prévois bcp de tomes. Là tu peux proposer un 200 ou un 300 pages par tome, ça sera considéré comme logique. Si c'est pour scinder en deux alors mieux vaut qu'il y ait plus de pages par tomes. Je suis actuellement sur une histoire en deux tomes, mais le 1er tome fait 400 pages, ce qui justifie un second volume. si ton total fait 400 pages et non plus, autant le faire en une fois.
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t36114-creations-infographi
 
Joe monsters
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  190
   Âge  :  31
   Localisation  :  Los Angeles
   Pensée du jour  :  "You are what you love, not what loves you."
   Date d'inscription  :  10/04/2014
    
                         
Joe monsters  /  Tycho l'homoncule


S'il n'y a pas de raison que ton livre soit séparé en deux, je ne pense pas que ça en vaille la peine. Je trouve que, justement, ce principe du cliffhanger est dangereux : si le premier tome ne se vend pas très bien, moins de gens encore achèteront ton deuxième tome. En somme, peu de tes lecteurs découvriront le fin mot de ton histoire.

Aussi, quand on se lance dans le métier, je pense qu'il faut savoir prouver notre capacité à bien écrire et à mener nos histoires jusqu'a bout. Couper une histoire en plein milieu, ça peut être aussi vu, à tort, comme de la paresse ; celle d'un auteur qui ne sait pas comment terminer ce qu'il a commencé.

Bref, si ce n'est pas justifié, je te conseille vraiment de garder ton histoire en un bloc. En tant que lecteur, c'est ce qu'il y a de plus intéressant à lire.
 
MorganeTryde
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  9
   Âge  :  34
   Localisation  :  Belgique
   Date d'inscription  :  25/06/2017
    
                         
MorganeTryde  /  Magicien d'Oz


Perso, je trouve que c'est une mauvaise idée de fragmenter son roman en 2 si ce n'est pas nécessaire. Ma ME l'a fait pour mon second roman publié chez elle alors que l'histoire ne se prêtait pas du tout à une coupure. Résultat : mes ventes s'en sont ressenties car il s'est moins bien vendu que mon premier roman publié chez eux.
Dorénavant, je refuserai catégoriquement une ME qui voudra scinder mon roman en deux s'il n'a pas été écrit dans ce sens.
http://jecrisunlivre.com/
 
David Raymond
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  149
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  16/10/2017
    
                         
David Raymond  /  Barge de Radetzky


Florence_C a écrit:
Dur à dire sans avoir lu le livre en question...
En nombre de mots ça donne quoi ?

Après plusieurs "coupes", je suis tombé à 103 000 mots.

Akëdysséril a écrit:


Si on divise en plusieurs parties, ce doit être justifié par un statut de saga, de deux livres bien distincts, ou par exemple d'une trop grande quantité de matière textuelle qui empêche l'impression en une fois.

Oui, d'autant plus qu'il s'agit d'un roman unique dans ce cas-ci, même si ça ne me dérangerait aucunement de faire une suite, La question n'est pas celle d'un cliffhanger, simplement alléger le contenu d'un récit ankylosé par des références pointues.

Joe monsters a écrit:

Aussi, quand on se lance dans le métier, je pense qu'il faut savoir prouver notre capacité à bien écrire et à mener nos histoires jusqu'a bout. Couper une histoire en plein milieu, ça peut être aussi vu, à tort, comme de la paresse ; celle d'un auteur qui ne sait pas comment terminer ce qu'il a commencé.

Bref, si ce n'est pas justifié, je te conseille vraiment de garder ton histoire en un bloc. En tant que lecteur, c'est ce qu'il y a de plus intéressant à lire.

Oui, le ressenti pourrait être davantage négatif, et en voulant faire bien je fais exactement l'inverse. Difficile de jauger l'état d'esprit des lecteurs avant la lecture, et si en plus le livre en question est assez "niche", cela ne facilite pas les choses.

Si je fais les comptes, en prenant l'avis de Paty, Mikaroman et MorganeTryde, le sujet n'est même plus à discuter : c'est une mauvaise idée ! ^^ Cela tombe bien, j'élaguais déjà le récit avant de vous lire.
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1905
   Âge  :  37
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


100 000 mots, ça ne me parait pas si énorme que cela justifie des coupes franches dans ton récit.
En ligne
 
Agent Seven
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  654
   Âge  :  24
   Localisation  :  Seoul
   Pensée du jour  :  1011000011
   Date d'inscription  :  04/11/2017
    
                         
Agent Seven  /  Hé ! Makarénine


Selon moi aussi, il vaut mieux un livre plus épais que deux livres qui au départ n'en était qu'un. De plus, à 100 000 mots, je ne vois pas le problème d'un seul livre épais. J'aimerais rajouter qu'économiquement, pour le lecteur, c'est plus avantageux et il va se sentir moins floué. Par exemple, je préfère payer un livre de 400 pages à 30$ plutôt que de payer deux livres à 19,99$ chacun qui comptent 250 pages.
 
Florence_C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3588
   Âge  :  45
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Sang-Chaud Panza


Ma guerrière fait 100000 mots. Ce n'est pas "monstrueux".
Reste à voir si ces 100000 mots sont justifiés. 😉
Bon élagage, vu que tu as déjà commencé.


A la recherche d'un éditeur ? Quelques infos pratiques ici...
Mes romans ? C'est par ici...
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
OrsonWilmer
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  664
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  05/02/2017
    
                         
OrsonWilmer  /  Hé ! Makarénine


La plupart des romans mainstream font plus de 100 000 mots. ==> Un seul livre donc Smile
http://orsonwilmer.fr
 
David Raymond
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  149
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  16/10/2017
    
                         
David Raymond  /  Barge de Radetzky


Agent Seven a écrit:
Par exemple, je préfère payer un livre de 400 pages à 30$ plutôt que de payer deux livres à 19,99$ chacun qui comptent 250 pages.

Dans mon cas, comme je considère sérieusement de publier l'ouvrage sous format kindle Amazon, je ne vais probablement pas dépasser les 3€. Du moins, les auteurs prennent cette somme comme base, d'après ce que j'ai pu voir.

Florence_C a écrit:
Ma guerrière fait 100000 mots. Ce n'est pas "monstrueux".
Reste à voir si ces 100000 mots sont justifiés. 😉
Bon élagage, vu que tu as déjà commencé.

Bon bah, c'est réglé, je prends le taille-haie et il ne reste plus qu'à affiner et, ensuite, ultime étape : la correction.
Merci également à Tengaar et à OrsonWilmer ;- ))
 
P.M. Lorenz
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  346
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  12/05/2014
    
                         
P.M. Lorenz  /  Tapage au bout de la nuit


Je vais aller un peu à contre courant des avis qui ont été donné plus haut et je dirais pourquoi pas.

Mais il faut que la, ou les, coupure(s) soi(en)t justifiée(s) par l'histoire. Et même que l'histoire ait été conçue avec ces coupures.
Si l'auto-édition a un avantage, c'est bien celui de pouvoir d'essayer, de sortir du cadre formel de l'édition.

Moi, j'ai eu la même idée en lisant l'histoire du livre Silo. Je vais tester. On verra bien, je ferais un petit retour sur le forum.
http://unautremondeeditions.fr
 

 Publier un récit en deux parties : mauvaise idée ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-