PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 

 Comment expliquer à un auteur qu'il manque une "histoire" dans son roman ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2189
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Crime et boniment


Oui mais d'un autre côté s'ils demandent des précisions ensuite au lieu de se braquer en l'envoyant bouler c'est bien que la critique les intéresse, non ? Du coup je trouverais ça dommage d'abandonner.
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
Valéry K.
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  674
   Âge  :  43
   Date d'inscription  :  12/07/2016
    
                         
Valéry K.  /  Hé ! Makarénine


Concernant Wattpad, j'ai eu des échanges sympas, franchement, jusqu'ici. J'ai aussi fait mes premiers pas dans la publication sur le net (dans le domaine de la fanfiction) et j'y reviens d'ailleurs maintenant en parallèle de l'édition, donc je connais bien le fonctionnement. Smile

Sinon,  j'ai re-réfléchi à ce qui faisait qu'une "histoire" était racontée ou non, et je suis arrivée à ceci, en restant sur la comparaison avec le conte pour que ce soit plus parlant :

Une histoire, c'est : une situation stable ("il était une fois..."), qui est perturbée par un élément ("un jour...") induisant une évolution qui constitue alors le cœur du récit... jusqu'à aboutir à une nouvelle situation stable, mais différente de la première ("ils vécurent...").

Du coup, les romans que je lisais et qui ne décollaient jamais étaient des romans qui restaient au stade de "il était une fois". Il manquait l'élément perturbant ("un jour...") et l'évolution derrière.
http://www.baran-tiefenbrunner.com/
 
DivaN
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  20
   Âge  :  50
   Date d'inscription  :  15/08/2017
    
                         
DivaN  /  Homme invisible


ton exemple est valable pour un certain type de romans, mais quid du roman épistolaire, par exemple ?
et une amie auteur m'a expliqué il y a peu la différence entre auteur paysagiste et auteur architecte. même si le paysagiste peut avoir une trame, il se laisse emporter par sa Muse, ou les commentaires et les retours de ses lecteurs s'il partage ses textes en cours d'écriture sur un blog ou autre. l'histoire change, évolue, part là où l'auteur n'avait pas penser aller au départ, et là, le résumé ou synopsis n'ont plu lieu d'être.
 
Valéry K.
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  674
   Âge  :  43
   Date d'inscription  :  12/07/2016
    
                         
Valéry K.  /  Hé ! Makarénine


Bah, écoute, je n'ai lu qu'un roman épistolaire à ce jour, c'est celui des Liaisons Dangereuses, et c'est bien un roman qui raconte une "histoire".
En reprenant la définition ci-dessus, ça donne :

Situation stable : Il était une fois deux libertins qui se plaisaient à avoir des conquêtes variées.
Élément perturbateur : Un jour, l'un d'eux se mis en tête de conquérir la femme la plus inaccessible qu'il ait pu trouver, en tant que défi personnel, et l'autre se mis en tête de dévoyer une jeune fille pure pour se venger de l'un de ses anciens amants.
Évolution : ces deux histoires évoluèrent jusqu'à parvenir aux succès parallèles des deux libertins, mais en engendrant une rivalité toxique entre eux.
Nouvelle situation stable : Ils finirent, pour l'un, mort, et déshonorée et rongée par la maladie pour la deuxième.

La question de la construction de l'histoire (le paysagiste/architecte propre à G.R.R. Martin) n'y change pas grand chose : c'est bien une "histoire" qui est racontée ici, avec situation de départ stable, élément perturbateur, évolution et conséquences finales.
http://www.baran-tiefenbrunner.com/
 
OrsonWilmer
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  664
   Âge  :  122
   Date d'inscription  :  05/02/2017
    
                         
OrsonWilmer  /  Hé ! Makarénine


D'une certaine manière, ça rejoint le Voyage du Héros de Campbell qui pose comme thèse que tous les mythes, et par extension, toutes les histoires ont la même structure.

C'est un outil d'analyse très intéressant et qui s'avère juste dans de multiples cas. Je pense qu'en première approximation, ce que tu préconises Valéry K. me semble valable, même si j'aurais quand même tendance à ne pas être trop catégorique.
http://orsonwilmer.fr
 
Valéry K.
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  674
   Âge  :  43
   Date d'inscription  :  12/07/2016
    
                         
Valéry K.  /  Hé ! Makarénine


Oui, il doit y avoir des contre-exemples, c'est clair. Perso, je pense que ça me servira la prochaine fois que j'aurai à expliquer à un auteur ce que j'entends par "ton histoire ne décolle pas". A voir si ça me permet d'être mieux comprise dans l'expression de mon avis. ^^
http://www.baran-tiefenbrunner.com/
 
OrsonWilmer
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  664
   Âge  :  122
   Date d'inscription  :  05/02/2017
    
                         
OrsonWilmer  /  Hé ! Makarénine


Bon courage à toi quoi qu'il en soit, parce qu'il y a beaucoup de boulot... Very Happy
Je sais de quoi je parle.
http://orsonwilmer.fr
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Comment expliquer à un auteur qu'il manque une "histoire" dans son roman ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-