PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau coffret Ultra Premium ...
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Une histoire cyclique de guerre à t-elle ses chances ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Valtesse
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  34
   Âge  :  26
   Localisation  :  Marseille
   Pensée du jour  :  Bombs Gone !
   Date d'inscription  :  14/06/2017
    
                         
Valtesse  /  Petit chose


Bonjour à tous les louloutes !

En ce-moment... Pas de chance, j'ai le syndrome de la feuille blanche (NICKEL !) du coup, je pense beaucoup mais je n'écris pas (sauf mas novella mais c'est autre chose, ça). J'ai relu un de mes anciens bouquins, volontairement arrêté parce que c'était un roman "cyclique". Je ne sais pas si vous le saviez, mais apparemment c'est un genre qui existe. J'aime beaucoup cette histoire (que j'ai repris dans ma novella et transformé pour les besoins de la chose) mais il faut dire que dans ce roman... C'est tout le temps la même chose en fait. Enfin, tout le temps... Des choses changent, les personnages évoluent mais l'arrière plan reste le même. C'est le même cheminement.

D'où ma question: Pensez vous qu'une histoire cyclique de guerre ait vraiment ses chances dans le monde de la littérature ? (Je précise de guerre, car le milieu est totalement différent qu'une histoire cyclique portant par exemple sur la vie). Je voulais juste avoir vos avis sur ce type d'œuvre.

Je devrais peut-être développer ? Parce que ça reste assez flou, dit comme ça.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


L'aspect cyclique me fait penser à Cent ans de solitude... De fait, ce roman a eu sa chance. Wink
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  13988
   Âge  :  47
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Si c'est le concept de base du livre... l'éternel retour des guerres ou autres malheurs peut être un bon fil
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Bohr
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  521
   Âge  :  45
   Localisation  :  Orbite proche de Cergy
   Date d'inscription  :  29/05/2015
    
                         
Bohr  /  Gloire de son pair


Comme ça, à chaud, pour moi, qu'importe que ce soit cyclique, du moment que tu y racontes quelque chose, qu'il y a une histoire.
Si cet aspect cyclique est là pour mettre en évidence les variations subtiles dans les personnages et le cadre malgré la redondance des situations, ça me paraît intéressant.
Si, au contraire, ce cycle n'est qu'un prétexte pour décliner des concepts sans véritable début ni fin, ça me paraît plus expérimental, et donc, casse-gueule, car, au bout du bout, on ne raconte plus une grande histoire (tu le sens, l'épique qui monte dans tes bottes?) mais une multitude de petites dont la diversité ne sera jamais aussi bien appréciée que par toi.

J'ai eu l'occasion de croiser un bouquin comme ça, ça m'avait laissé l'impression que l'auteur avait écrit, réécrit de multiples fois la même histoire sans jamais parvenir à se décider sur la version à retenir.
https://lestresrichesheuresdelagalaxie.wordpress.com
 
Valtesse
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  34
   Âge  :  26
   Localisation  :  Marseille
   Pensée du jour  :  Bombs Gone !
   Date d'inscription  :  14/06/2017
    
                         
Valtesse  /  Petit chose


Agréablement surpris je dois dire ! Smile

Pour être plus précis, disons que le roman s'inspire (bien évidemment) d'évènements réels et historiques. L'histoire devait suivre un équipage de bombardier Britannique de Novembre 1943 à Avril 1945. L'aspect cyclique ce sont bien évidemment les missions (60 missions au total, mais 30 partiellement ou complètement décrites). Au fil de l'histoire, on voit les personnages changer (en bien comme en mal). La peur, le stress qui prend aux entrailles certains. Des histoires d'amours et j'avais pensé aussi à certains chapitres dédiés uniquement à un personnage précis et son rôle.

Pour répondre à Bohr, il y a en effets des concepts qui sont traités. L'amour d'une part (est-ce qu'on s'engage auprès d'une femme, sachant qu'on à une chance sur quarante de revenir lors de chaque mission ?), l'éthique (bombarder des civils, est-ce qu'il y a réellement un but ou n'est-ce qu'un massacre délibéré ?) etc... C'est aussi très compliqué de faire évoluer ses personnages dans un cadre clos (base, mission, Londres... Point barre). Ou alors, devrais-je prendre des libertés au détriment des faits historiques ? Remanier certaines choses pour faire évoluer mes personnages (même si cela ne s'est pas passé de la sorte).

Je me permet d'ajouter plus de détails pour plus de réponses "précises", entre-guillemets. Déjà "cyclique" n'a pas l'air d'être un frein. Je suis soulagé ^^
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2341
   Âge  :  38
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Je crois qu'en l'occurrence, puisque tes missions ne seront pas le cœur du récit, l'aspect cyclique ne sera pas un problème. Je doute que tu racontes toutes les missions par le menu, l'important semble être les personnages (ou alors je n'ai rien compris). Et donc, pour moi, il n'y a pas de problème, l'aspect routinier des missions peut même être une corde narrative.
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  13988
   Âge  :  47
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Le projet me semble intéressant.
Comme Tengaar il m'évoque une évolution des personnage. Au fil d'expériences un peu répétitives où leur vision des choses évolue
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Valtesse
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  34
   Âge  :  26
   Localisation  :  Marseille
   Pensée du jour  :  Bombs Gone !
   Date d'inscription  :  14/06/2017
    
                         
Valtesse  /  Petit chose


Les missions sont au cœur du récit Tengaar, elles décident du sort des sept membres d'équipage. Pendant une mission (je précise que les Britanniques bombardaient la nuit), tu dois affronter les chasseurs, la DCA, le temps, le froid, les ennuis mécaniques, si il y a des blessés à bord les maintenir en vie jusqu'au retour (et certaines missions exigent plus de 5 heures de vol ! Bonjour les descriptions, donc) donc il y a une certaine longueur à assumer. Je me souviens avoir fait un test de calcul grossier, en suivant la structure de mon bouquin et j'étais arrivé à 900 ou 1,000 pages (le truc impossible, quoi).

Certaines missions devaient être racontées par le menu, parce que je voulais que le lecteur se sente lui-même dans l'appareil avec les autres personnages. Et les personnages sont forcément importants, si les personnages sont vides, ça n'a pas grand intérêt (enfin, je trouve).

Tout à fait Séléné, mais dans un environnement restreint, c'est compliqué. Ou alors je devrais vraiment étoffer chacun des personnages mais à un niveau jamais inégalé ?
 
Tengaar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2341
   Âge  :  38
   Localisation  :  Antichambre de Louis XIV
   Pensée du jour  :  CI-GÎT TENGAAR QUI SUCCOMBA À UNE SURDOSE DE FANFICTION Elle ne l'a pas volé, on l'avait prévenue, déjà que la fantasy c'est pas de la littérature, alors la FF, bon... enfin, c'est triste quand même
   Date d'inscription  :  21/04/2017
    
                         
Tengaar  /  (de Dunkerque)


Dans ce cas, il va falloir que tu t'attaches à ce que chaque mission soit décrite différemment, à montrer l'importance de chacune. Si tu racontes de la même façon trente fois comment les avions alliés sont canardés par l'ennemi, cela risque d'être un poil longuet mais si sur une mission tu te focalises sur un personnage, que sur la 2e il y a par exemple une panne moteur, que la troisième tu présentes un autre personnage, que la 4e il y a un enjeu décisif etc. je pense que tu peux garder l'intérêt de ton lecteur.
En tous cas, ça va représenter une masse de travail impressionnante, et je te souhaite bon courage, c'est un beau défi à relever.
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  13988
   Âge  :  47
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Etoffer : ben... qu'est ce que tu appelles un niveau inégalé ?

chaque personnage réagit à sa façon, tire les leçons selon comment il perçoit et ressent, évolue en fonction...
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Valtesse
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  34
   Âge  :  26
   Localisation  :  Marseille
   Pensée du jour  :  Bombs Gone !
   Date d'inscription  :  14/06/2017
    
                         
Valtesse  /  Petit chose


Par inégalé j'entends vraiment leur créer une psychologie approfondie, une famille (pour la correspondance), élargir le passé pour qu'il est plus d'impact sur le présent. En gros qu'ils soient au bord de l'humanisation la plus totale. D'habitude je ne pousse pas aussi loin, je reste cantonné au plus important, mais là il faudrait vraiment que tout soit sujet à péripétie.

D'ailleurs, qu'en est-il des "sous-intrigues" ? Doivent-elles vraiment rester banales ? Du genre, prendre le thé avec une fille (c'est un exemple) ou rendre un rapport, visiter un village... Vous voyez le genre ? Vous lecteur est-ce que vous tourneriez des pages pour ce genre de choses ?
 
Bohr
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  521
   Âge  :  45
   Localisation  :  Orbite proche de Cergy
   Date d'inscription  :  29/05/2015
    
                         
Bohr  /  Gloire de son pair


Ca dépend si c'est Marc Lévy ou Cornelius Ryan qui me le raconte.

Ca peut justement être très intéressant de décrire une situation somme toute banale, mais avec toutes les réactions et les pensées d'un type qui, depuis des mois, se balade de nuit gonflé de neurostimulants pour semer la mort de manière complètement déshumanisée à des centaines, voire milliers de kilomètres de chez lui.
Quand, en actionnant la trappe de son Lancaster, on sait qu'en bas, on cause la mort de centaines de civils sans vraiment les voir, sans les connaître, comment se sent-on? D'abord en général, puis, en particulier, face à la jolie employée des postes, ou face à l'ivrogne du pub? Quel sens, quelle valeur prennent les vies individuelles?
Ca me paraît bien plus intéressant que décrire soixante fois comment on esquive une escadrille de Messerschmitt ou une salve  de 88...
https://lestresrichesheuresdelagalaxie.wordpress.com
 
Valtesse
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  34
   Âge  :  26
   Localisation  :  Marseille
   Pensée du jour  :  Bombs Gone !
   Date d'inscription  :  14/06/2017
    
                         
Valtesse  /  Petit chose


Oui bien sûr et c'est ce sur quoi le roman était censé se focaliser. Toutefois, esquiver un chasseur de nuit n'est pas simple du tout et il y a bien cinq façon de le décrire différemment, après trente fois... C'est plus compliqué, bien sûr.

J'imagine qu'il faudrait plus entrer dans des mémoires d'aviateurs. Ce qui est facilement trouvable (en Anglais d'ailleurs, mais pas de problèmes). J'ai lu "Le Grand Cirque" de Pierre Clostermann et cela m'a beaucoup aidé pour retranscrire certains ressentis et faits au combat. Mais "Le Grand Clo-Clo" était un pilote de chasse, pas de bombardier et cela à son importance.

@Tengaar: J'ai oublié de te répondre ! Oui, il devait y avoir des chapitres dédiés à certains personnages qui nous racontait une mission de leur point de vue. Pour certains c'est très technique d'ailleurs, le navigateur ou le flight-engineer... Même le bombardier, c'est assez complexe. Il y a des calculs, des connaissances techniques et matérielles. C'est différent des mitrailleurs, qui exprimait plus leurs pensées et leurs passés que leurs actions.
 
Bohr
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  521
   Âge  :  45
   Localisation  :  Orbite proche de Cergy
   Date d'inscription  :  29/05/2015
    
                         
Bohr  /  Gloire de son pair


Pour les bombardiers, il me semble qu'il faudrait regarder du côté des Ricains.
Mais, pourquoi ne pas imaginer toi-même ce qu'ils pensent, imaginent? Esquiver les Jabos avec un bombardier lourd est impossible, on ne peut que prier pour qu'ils se fassent moucher par l'escorte ou les mitrailleurs avant de nous mettre un pruneau. Pire encore pour la Flak, puisque, là, il n'y a pas de parade: on fonce et on est juste heureux de respirer la seconde d'après.

En lisant la remarque que tu adresses à Tengaar, j'ai peur que tu tombes dans un écueil que j'ai vu trop souvent en la matière: quelque chose de potentiellement très technique, réaliste et froid (quoique n'excluant pas le drame: comment trouver un aéroport, de nuit, quand la tête du navigateur a été répandue dans tout le poste de pilotage?), qui cohabite avec quelque chose de purement humain et psychologique. Et je crains que ça s'adresse à des publics très différents.
L'un trouvera rébarbatifs et inutiles les passages montrant avec un détail minutieux le fonctionnement interne d'un bombardier stratégique, l'autre trouvera mièvres et lourds les passages purement psychologiques qui se déroulent aux arrières, ou comme des inserts pendant les périodes d'interminable ennui qu'implique la guerre.
https://lestresrichesheuresdelagalaxie.wordpress.com
 
Valtesse
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  34
   Âge  :  26
   Localisation  :  Marseille
   Pensée du jour  :  Bombs Gone !
   Date d'inscription  :  14/06/2017
    
                         
Valtesse  /  Petit chose


Ah mais j'imagine, mais c'est toujours mieux de s'appuyer sur du vrai.
C'est le dilemme justement, Bohr. Etant un passionné (et ayant fait lire les anciennes versions à d'autres amis passionnés), nous adorons la technicité. En vrai, je trouve que pour l'immersion c'est assez bien. On a vraiment la sensation d'être à la place du gars et de faire tout soi-même. Si tu jette un œil à ma novella (le passage na pas encore été posté), tu verras la description de la passe de bombardement, on a vraiment (je trouve), la sensation de larguer les bombes, d'être dans la mission.

En Lancaster il n'y a qu'une seule et unique technique pour éviter les chasseurs, et très efficace d'ailleurs (je t'en dis pas plus, je te laisse la surprise de la novella ^^).

Pour les Américains je voulais aussi faire un de ces romans cyclique sur le sujet. Effectivement il y a beaucoup de choses à lire et de témoignages là-dessus. Mais le problème c'est que, déjà, j'ai entendu pas mal de truc négatif sur les pilotes américains (tirer sur des parachutes, sur des civils au sol ? C'est pas Allemand, c'est Américain) et on risque de voir et revoir encore, les "gentils américains" comme ceux qui on gagnés la guerre tout seul (pourtant Dieu sait si j'adore les Américains, mais là ...).
Le côté Britannique est plus humble, plus sobre et puis il faut le dire, pendant la guerre, les FAFL étaient très appréciés des Anglais Smile ne serait que ça, on a envie d'écrire sur nos amis British.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Une histoire cyclique de guerre à t-elle ses chances ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-