PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Ecriture automatique/nano - Comment en faire quelque chose, ensuite ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Valéry K.
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  674
   Âge  :  43
   Date d'inscription  :  12/07/2016
    
                         
Valéry K.  /  Hé ! Makarénine


Je lance la question ici parce que je peine complet devant mon premier jet du dernier camp nano...
J'explique vite fait mon cas :
Je me suis mis, pour ce camp, un objectif de 30 000 mots à écrire en 3 semaines. Je les ai écrits, en mode magique, en passant par l'écriture automatique : le fait d'écrire vraiment sans réfléchir à ce que j'écrivais, en roue libre, même si j'ai écrit bien sûr un roman, soit une histoire mettant en scène des personnages, avec un thème précis, une évolution, etc. Je savais ce que je voulais écrire. J'ai juste écrit les scènes dans n'importe quel ordre. En n'étant pas sûre de les garder, ou de les garder telles quelles. Parfois en commençant des scènes que je ne développais pas pour en développer plutôt d'autres. En répétant des idées. De manière totalement non structurée. Le chaos, quoi.
Bref, et j'ai pris une longue pause de 3 semaines pour vacances + obligations personnelles.
Résultat, maintenant, je n'arrive plus à rien : ni à poursuivre, parce que je ne sais même pas d' repartir (vu que j'ai écrit sans chronologie/structure), ni à retravailler mon texte, parce que ça me fait me mettre direct dans un mode de "jugement" de ce que j'ai écrit et que je ne veux pas entrer dans ce mode-là, encore : je dois encore finir d'écrire ce premier jet correctement, avec une chronologie claire, une construction cohérente... Et que, si je me mets à juger, ça me stresse, et ça me bloque. Je connais mes mécanismes. Donc là, je bloque.
J'ai quand même fait mon plan : j'ai fait un bon gros puzzle avec mes différentes scènes et rétabli un ordre des scènes, sauf que, du coup, il y a plein de choses qui ne vont pas dedans (les infos ne sont pas forcément développées aux bons moments, etc.) et... pfff... je bloque aussi.
Bon, je parviendrai à vaincre, hein ? Il est hors de question que je ne vainque pas, mais si jamais vous avez des conseils, des trucs, des expériences perso à partager )à ce sujet... Je suis preneuse parce que je suis dans le flou plus que total, là, et que je galère beaucoup trop pour m'en sortir. :p
http://www.baran-tiefenbrunner.com/
 
PlumeSombre
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1214
   Âge  :  44
   Localisation  :  Lausanne
   Pensée du jour  :  As I die, I hope I will be gazing inwardly at that glorious patch of sun, gleaming on an old oak floor, a window of light opening into the deep reality of life eternal...
   Date d'inscription  :  17/05/2017
    
                         
PlumeSombre  /  Tentatrice chauve


Oh dilemme.

Moi quand il m'arrive de bosser comme ça, voici ce que je fais:

Comme toi, je mets tout dans l'ordre, pour avoir en gros, la trame des évènements. Plus ou moins à la suite. Mais je ne change rien. Je mets les scènes l'une après l'autre. Sans retravailler. Sans juger.

Après, si c'est sur ordi, j'imprime. Et je lis. Et je relis. Et encore. Sans toutefois ne rien changer, sauf si j'ai l'illumination sur un passage (genre, je sais pertinemment qu'une info à sa place à telle ou telle endroit), je fais des flèches et des "raccords".
Si je lis, c'est pour bien mémoriser ce que j'ai développé où. Même si c'est pas au bon endroit et, du coup, illogique. Le but est de connaitre ce que j'ai écrit quasi par coeur.

Une fois que c'est mémorisé... Je retape tout.
Je ne vais pas corriger dans le fichier initial. Je refais un nouveau fichier et j'écris, en me basant sur mon imprimé. Je re-phrase ce qui doit l'être et très souvent l'inspiration et l'amélioration se fait automatiquement. La logique me tombe dessus comme une bénédiction Wink Comme je connais bien ce que j'ai écrit, je pêche les scènes, les infos, les phrases clés, au fur et à mesure.

C'est beaucoup de boulot, mais souvent ça marche bien. Le texte devient comme une évidence.

Si ça peut t'aider...
 
Alice de Castellanè
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1659
   Âge  :  46
   Localisation  :  Avignon
   Date d'inscription  :  05/05/2015
    
                         
Alice de Castellanè  /  Fiancée roide


Ha ! j'ai fait (presque) ça lors du nano de novembre dernier. Sauf que je n'ai pas fait de pause entre-deux. Mais c'était le même chaos, car je me suis laissée guidée par mes envies, mes personnages, etc. Par contre, les deux dernières semaines (sur un total de 7, je crois), j'ai plus écrit en essayant de suivre la trame.

Ce n'est qu'après avoir terminé que j'ai recollé les bouts, écrit les morceaux manquants, viré un bon nombre de scènes, bref, remis le tout dans l'ordre.

Ce que je ferais (mais c'est très personnel), je continuerais à écrire en "mode magique", pas forcément dans l'ordre, comme tu en as envie. Ensuite, quand tu te sens à nouveau bien dans le mood, tu peux évaluer ce qu'il te resterait à écrire pour suivre plus ou moins ta trame d'origine. Mais sans trop forcer. Puis seulement, une fois ce premier jet terminé, tu joues avec ton puzzle, quitte à virer des scènes et en écrire d'autres.

Ah oui, encore un truc : je ne me suis pas relu tant que je n'avais pas fini mon premier jet (mais à nouveau, c'est très personnel comme méthode). Par contre, je savais ce que contenait chaque scène / chapitre. J'avais donc une liste que je maintenais à jour et qui m'a quand même permis d'avancer et de trouver un semblant de trame.

Good luck !
http://alicedecastellane.com/
 
Valéry K.
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  674
   Âge  :  43
   Date d'inscription  :  12/07/2016
    
                         
Valéry K.  /  Hé ! Makarénine


PlumeSombre : Tout réécrire, oui... Tout laisser de côté et repartir de zéro. La décision est dure à prendre mais c'est probablement celle que je prendrai. Du moins, j'y pense (j'ai du mal à me décider). Ca me fait râler de jeter mes 30 000 mots mais, après tout, ce n'est que 30 000 mots... et la méthode dont tu parles, qui consiste à beaucoup relire pour le pas perdre le plus "précieux" de ce qu'on a écrit, c'est à dire ces phrases ou paragraphes qu'on n'a vraiment pas envie de perdre, est super intéressante ! J'aime beaucoup. Tout comme le fait de relire sans corriger/modifier : pour ne pas tomber dans ce "jugement" qui bloque, justement.
Bref, super méthode. Merci. Je verrai si je me sens la force de laisser derrière moi ce que j'ai déjà écrit, quoi (je ne vais pas dire l'"abandonner", parce que le verbe ne convient pas. Juste réécrire, quoi Smile ).

Alice de Castellanè : C'est ce que j'aurais voulu faire, en fait. ^^ C'est ce que je prévoyais de faire, mais cette pause m'a tuée, je crois. Je n'arrive pas à repartir sans me relire, et me relire me tue aussi. Donc rien ne se débloque, quoi. Probablement que si j'avais pu aller au bout, sans interruption, en mettant vraiment un point final à ce roman, je serais moins dans la galère. Les pauses me tuent, en fait... Je ne devrais jamais en faire. :/
Mais bon, ça me fait bien du bien d'en parler avec vous 2, ici. Merci pour vos aides. Ça me fait réfléchir, examiner les différentes possibilités et c'est enrichissant. Merci. Smile
http://www.baran-tiefenbrunner.com/
 
Ahava-brumes
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3392
   Âge  :  31
   Localisation  :  Dans un château hanté
   Pensée du jour  :  Mon idéal c'est d'aimer avec horreur
   Date d'inscription  :  25/05/2012
    
                         
Ahava-brumes  /  Didon de la farce


Je fais tout le temps ça. J'écris sans trop réfléchir. D'ailleurs, je n'ai jamais de plan. Plus j'écris, plus je sais ce que j'ai envie d'écrire et je comprends l'histoire que je veux écrire. Donc je pose le premier jet de façon naïve, en y allant à fond, et en ne me refusant rien. J'assume les incohérences.
Quand le premier jet est terminé, je laisse reposer, et je réfléchis à ce que je veux faire de ce matériel. Normalement quand j'en suis à la V4 , il ne reste déjà plus grand-chose de l'esprit de la V1. Je vois le premier jet comme un brouillon. Mais un brouillon nécessaire pour avancer et comprendre où je veux en venir. Si j'écris un plan, je sais que je ne le suivrais pas, donc ça ne m'avance pas à grand-chose. Mais surtout, je ne finis jamais le roman parce que j'ai l'impression d'avoir déjà raconté l'histoire. Il y a quelque chose qui se brise. Certes, lorsque je réécris, je sais où je veux aller, et le texte est devant moi, n'attend qu'à être corrigé, modifié, mais au fond je sais que l'histoire est encore incomplète et qu'il me faut ajouter/supprimer des scènes pour raconter ce qui reste à raconter.
Au final, mon premier jet est souvent perdu à cause des réécritures, il disparait peu à peu, jusqu'à devenir un cadre, mince, presque invisible, mais pratique et fondamental.
 
Zexion
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  20
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  21/01/2013
    
                         
Zexion  /  Homme invisible


1) Tu mets tout tes passages dans l'ordre chronologique.

2) Tu vérifies qu'il n'y a pas d'incohérences entre les différents passages. Comme tu as écrit tes différents passages dans le désordre, c'est quelque chose qui peut arriver assez facilement.

3) Demande-toi ce qui manque entre les différents passages. Comme tu as écrit dans le désordre, j'imagine que tu as commencé par les passages de ton histoire qui t'inspiraient le plus. Il est donc fort probable que tu aies à ajouter des transitions, parfois très longues (de l'ordre de plusieurs chapitres), pour faire le lien entre ces passages.

4) Fait une seconde vérification de la cohérence globale de ton texte, plus poussée cette fois. Notamment concernant l'évolution des personnages. Pour ma part, en ayant écrit des passages dans le désordre, il m'est arrivé de faire évoluer mes personnages dans le désordre, ce qui posait problème une fois les passages remis dans l'ordre chronologique. Par exemple un personnage timide, qui devient soudainement très extraverti, avant de redevenir timide parce que j'ai écrit les passages où il était timide en premier.

5) Normalement, tu en arrives à un point où ton texte est encore très brut dans la forme (tu l'as écrit sans te poser de questions), mais où il tient à peu près la route dans le fond. Tu peux donc commencer le gros du travail de réécriture, de correction, d'amélioration.
 
Valéry K.
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  674
   Âge  :  43
   Date d'inscription  :  12/07/2016
    
                         
Valéry K.  /  Hé ! Makarénine


Ahava : Du coup, le fait de repartir de zéro n'est pas un problème, quoi : de toute façon, les corrections/le re-travail du texte fait disparaître cette V1...
J'y ai pensé, parce que c'était justement ce que je voulais faire avec cette idée de roman : écrire, me laisser complètement aller, et voir ce que ça donnerait à l'arrivée. Et j'étais totalement OK avec l'idée de jeter tout ce que j'avais écrit : que les pages que je noircissais pouvaient ne me servir qu'à me repérer brièvement et puis que je recommencerais de zéro. C'est maintenant que je les ai que je rechigne à le faire... Il y a des choses qui me plaisent dedans : des phrases, des passages, des descriptions, des développements d'idée... C'est dur, du coup. C'est peut-être pour ça que je bloque, d'ailleurs : peut-être que je sais ce que je dois faire mais que j'ai du mal à me décider...
Mais c'est une méthode intéressante, oui : partir à l'arrache et voir ainsi le roman se dessiner.
Pour le plan, j'avais exactement le même problème que toi auparavant, puis je l'ai finalement dépassé récemment. Il faudrait que j'écrive un article dessus, d'ailleurs, tiens... Mais je ne te donnerai pas de conseils : il m'a fallu près de 10 ans de pratique de l'écriture pour parvenir à dépasser ce blocage. Pas que je m'y suis acharnée tout ce temps non plus, mais ça m'était toujours apparu comme un mur infranchissable, et puis finalement non (et c'est cool aussi). (le nano m'était aussi toujours apparu comme un mur infranchissable, d'ailleurs...) (En fait, j'essaye plein de nouvelles techniques différentes, ces derniers temps Smile ).

Zexion
: Ce que tu décris était ce que je pensais faire, effectivement. Faire ce premier jet brut et puis le retravailler avec les étapes que tu conseilles, mais je n'y arrive pas, en fait. Ou... peut-être que je passerai mon blocage mais pour l'instant, je bloque. Le travail à faire me parait trop énorme et, surtout, ça me fait juger trop tôt ce que j'ai écrit et je bloque, du coup. Probablement que, si j'avais réussi à aller au bout de mon premier jet d'un trait, j'aurais eu moins de mal à entrer dans cette phase de travail, ainsi...
Moui, j'hésite beaucoup, mais je vais trouver une solution. Merci pour ton aide, comme tous les autres : vos différents conseils m'aident beaucoup. Smile
http://www.baran-tiefenbrunner.com/
 
thomsubtil
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  29
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  18/05/2017
    
                         
thomsubtil  /  Petit chose


Très bon sujet, ayant le même souci, ça m'a aiguillé.

Alterner "écriture magique" et "écriture puzzle", peut permettre d'aboutir à un premier jet cohérent qui exploite toute l'imagination qui nous vient spontanément.

Texte brut, puis réécriture, puis correction, puis amélioration, serait-ce le bon processus pour vous ? (en admettant qu'il y en est un)

Merci, au plaisir de vous lire !
 
grenouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  829
   Âge  :  59
   Localisation  :  Essonne et Creuse
   Date d'inscription  :  22/07/2017
    
                         
grenouille  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Very Happy
C'est ma façon d'écrire également, par jets puissants, sans relecture, ni corrections (et encore moins me prendre la tête avec la ponctuation !)... J'écris, je ponds, j'accouche.
Je me relis, le lendemain ou le surlendemain. Je modifie quelques idées, en vire certaines qui ne représentent en fait aucun intérêt -sauf d'alourdir l'ensemble. (La relecture approfondie, avec corrections, recherches des répétitions etc, ça a été la seconde étape, une fois l'ensemble terminé -et m'a pris plus de temps que celle de l'écriture pure).
J'avais (pour le premier roman, et je suis le même chemin pour le second) des chapitres "ouverts" non encore inclus au texte principal. Par contre, je m'appuyais sur deux fichiers excel (essentiels pour moi) : la chronologie du récit, telle qu'elle s'était imposée à moi, et la chronologie des faits -dates de naissances, âge à tel événement... genre, histoire de ne pas me mélanger les ... crayons et arriver coûte que coûte à garder une certaine cohérence. Un fil d'Ariane, en quelque sorte.
Ce n'est peut être pas une méthode académique, mais elle a bien marché pour moi (très satisfaite du résultat final).


Par contre, je n'ai jamais eu de longues interruptions, et comme tu le dis à juste titre, ça doit être très difficile de retrouver la dynamique.

Ah ! détail important (je crois) : je travaille en "musique", casque sur les oreilles, sur mon ordi portable, et une toute petite sélection de morceaux m'accompagnent. Mine de rien, ils me permettent quasi-instantanément de me replonger dans "mon" atmosphère de travail !

Bon courage à toi.


:flower:
http://mjlf.eklablog.com/accueil-c30241512
 
Sielle
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  179
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  19/06/2017
    
                         
Sielle  /  Tycho l'homoncule


Coucou !

Je comprends tout à fait ton souci, j'ai le même sentiment régulièrement. Seulement à mon avis, il ne faut pas regarder à la quantité de ce qu'on a déjà produit pour ne pas se reposer sur ses lauriers. Si tu pars avec l'idée de "oui mais j'ai écris tout ça quand même", tu te bloque automatiquement.
C'est hyper bien d'avoir écrit autant en si peu de temps. Néanmoins, je pars du principe qu'un texte brut écrit avec le coeur, au feeling, c'est comme un diamant qu'on viendrait d'extraire de terre. C'est un diamant, et c'est déjà pas mal, mais pour en faire quelque chose d'unique il faut le tailler, le polir, le monter en bijou pour en faire une vraie merveille.

Je ne sais pas si tu connais la citation d'Alexandre Jardin, qui dit "Un écrivain, ce n'est pas quelqu'un qui écrit, c'est quelqu'un qui réécrit." Je suis tout à fait d'accord avec lui, et c'est la démarche que j'applique.

Pour moi, ça fait partie du travail. Pour écrire une histoire, on la lance comme ça sur papier en suivant son instinct, on écrit avec le coeur. Et puis, soit on réécrit en reprenant son texte pour l'améliorer, soit on reprend depuis le début pour réécrire avec de nouveaux mots. Dans les deux cas, tu avances dans ton histoire et plus tu avances, plus ton texte gagne en qualité.

Si, pour le moment, tu n'as pas envie de t'attaquer à ces 30 000 mots, laisse-les de côté, ce n'est pas grave. En les écrivant tu as sans doute développer des idées qui méritent d'être approfondies, donc tu as peut-être déjà suffisamment de matière pour écrire une nouvelle scène qui te tient à cœur. Une fois que ce sera fait, tu auras peut-être des choses à ajouter/modifier dans ces fameux 30 000 mots pour préserver la cohérence du récit.

En bref, quelque soit le chemin que tu décide de prendre, c'est le bon, donc lâche prise Smile Et comme dirait ma mère, il faut bien choisir un fil si on veut dérouler la pelote.
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  13990
   Âge  :  47
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Ce n'est pas vraiment de l'écriture automatique, si tu as au départ une idée de l'histoire et des personnages...
Ecrire comme le flot vient, c'est en général ce que je fais, mais sans perdre la chronologie de vue
Sauf sur DiscoBall, où j'ai
> un synopsis (assez vague, il faut dire),
> des personnages ayant leurs caractéristiques et que je veux faire évoluer vers telle action, sans être toujours bien certaine au départ du cheminement mental qui va les y conduire
> un découpage en 12 parties de la chronologie du synopsis, chacune devant se terminer en ayant bouclé ou entamé  telles actions
> des parties composées d'un nombre fixe de "morceaux" eux-mêmes de taille calibrée
>>>> et je travaille les morceaux totalement dans le désordre
> dans un premier temps, c'est "comme ça vient"
> ensuite  je mes mets de côté un moment (et en bosse d'autres)
> quand j'y reviens, je cogite  = je garde ? je change le point de vue ? Je refais tout ? Est-ce que c'est cohérent par rapport au reste de la chronologie ?
> et en fonction de ça, je fignole
> quand une saison a tous ses morceaux OK, retour à la case fignolage
>>>> avec le temps et la masse, j'ai fini par apprendre qu'il vaut mieux ne pas en entasser trop sur la même section de chrono, avant de passer par la case cogitation (c'est comme ça que j'ai dû virer toute ma saison 6 qui dépassait le nombre de chapitres prévu sans avoir raconté la moitié des éléments indispensables prévus.


Concernant tes 30.000...
Laisse reposer un mois ou deux. Ca te donnera le temps de réfléchir à la chrono, et tu auras un peu de distance en revenant
http://scriptorium2.canalblog.com
 
grenouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  829
   Âge  :  59
   Localisation  :  Essonne et Creuse
   Date d'inscription  :  22/07/2017
    
                         
grenouille  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Embarassed

Tome 1 écrit en mode, non pas automatique, mais... en état second ! Les mots défilaient, sans aucun contrôle...

Tome 2, j'étais bien partie pour... Sauf que, konnerie : j'ai envoyé un extrait à mes lectrices-bêta, tellement fière de moi... Jugements sur la forme, et non le fond (mais, comme pour tome 1, sauf qu'il était déjà quasi abouti !...) Les critiques, je l'ai ai acceptées, comprises, assimilées... Mais ça m'a coupé les ailes... Depuis mi-juillet, j'écris, certes, mais pleine de doutes, je me relis, je reformule, je fais gaffe aux conjonctions de coordination (MAIS OU ET DONC OR NI CAR !!!).... Ornicar me pourrit la vie, depuis !

Y'a comme un truc, un fil invisible qui s'est rompu... je flippe, je pleure, j'implore...  Je veux retrouver cet état de transe...

Tout ça pour dire : quand la fièvre est là, ne pas tomber dans un trop plein d'enthousiasme qui peut nous couper les ailes.... Continuer, encore et encore... Et corriger qu'une fois l'accouchement accompli !

"Dis... Quand reviendras-tu ?...."

pale
http://mjlf.eklablog.com/accueil-c30241512
 
Valéry K.
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  674
   Âge  :  43
   Date d'inscription  :  12/07/2016
    
                         
Valéry K.  /  Hé ! Makarénine


Tiens, ça me fait penser que je n'avais pas fait de bilan dessus. Alors allons-y (et ça t'aidera peut-être aussi, Grenouille ^^).
J'ai donc écrit en mai 30 000 mots à fond, en mode magique. Je n'avais fait gaffe ni au style, ni même cherché une construction d'histoire particulière. Je savais de quoi je voulais parler et j'avais une vague idée du ton que je voulais employer, et j'avais décidé de me laisser porter.
Et puis une fois cette vague calmée, je me suis trouvée démunie. Je ne savais pas ce que valait ce que j'avais écrit, je m'étais tellement lâchée en mode "roue libre" que je ne pouvais avoir absolument aucun recul dessus, et les rares fois où j'essayais de le relire, je bloquais parce que je trouvais ça horriblement écrit et j'avais le sentiment que je m'attaquerais à une montagne en essayant de le retravailler et que je ferais aussi bien de reprendre mon roman de zéro.
Et j'ai bloqué comme ça, donc, de la fin du mois de mai jusqu'au 4 septembre, soit 3 mois. Pendant 3 mois, je n'ai strictement rien écrit, et je ne me suis jamais relue.
Puis j'ai décidé de me botter le c** (j'avais du recul à prendre sur d'autres choses, concernant l'écriture, aussi : c'était plus profond qu'un simple blocage sur un début de manuscrit qui me laissait perplexe, et ces trois mois ont constitué un processus perso qui m'a permis de reprendre ce manuscrit), et j'ai donc commencé à relire mon roman le 4 septembre et...
Sérieux, je suis tombée in love de ce que j'avais écrit. Style... au top ! Cash, sans fioritures, mais p*** d'efficace ! Histoire : forte. Narration : brouillon que c'était une catastrophe, mais à revoir dans l'enchaînement des séquences (j'ai joué au puzzle) et ce mélange de scènes présentes, passées, de réflexions au milieu, est juste top. Je suis fan aussi.
Bref, franchement, je suis ravie 1000 fois et heureusement que j'ai laissé passer ce délai avant de relire ce manuscrit ! Sinon, j'aurais tout changé, tout retravaillé, et je pense que je me serais échiné vainement pour faire perdre de l'intérêt à mon texte plutôt qu'en gagner, ou stagner, au mieux (ce qui ne veut pas dire que mon texte n'a pas besoin d'être retravaillé, hein ? Juste qu'en le relisant la première fois et en le trouvant nul, j'étais juste totalement à l'ouest).
Bref, la pause était bénéfique, et salvatrice, et j'ai bien fait de m'écouter à ce sujet (et là j'ai repris à fond, j'ai monté ces 30 000 mots à 40 000, en supprimant en parallèle de grosses parties, pourtant, et j'ai commencé à écrire la suite).

Donc bilan (ce que j'ai retenu, en tout cas) : Si tu es incapable de savoir que faire d'un texte que tu as écrit à fond et que tu ne parviens plus à juger, laisse le reposer, prend du recul... Le temps qu'il faudra. Puis relis-le quand tu l'auras un peu oublié. Smile
http://www.baran-tiefenbrunner.com/
 
grenouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  829
   Âge  :  59
   Localisation  :  Essonne et Creuse
   Date d'inscription  :  22/07/2017
    
                         
grenouille  /  Double assassiné dans la rue Morgue


Very Happy

Joli récit, et précieux conseils.

Merci

:head:
http://mjlf.eklablog.com/accueil-c30241512
 
Alice de Castellanè
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1659
   Âge  :  46
   Localisation  :  Avignon
   Date d'inscription  :  05/05/2015
    
                         
Alice de Castellanè  /  Fiancée roide


Valéry K. a écrit:
Donc bilan (ce que j'ai retenu, en tout cas) : Si tu es incapable de savoir que faire d'un texte que tu as écrit à fond et que tu ne parviens plus à juger, laisse le reposer, prend du recul... Le temps qu'il faudra. Puis relis-le quand tu l'auras un peu oublié. Smile

C'est un excellent conseil ! Bravo à toi d'avoir eu la motivation pour le retravailler. Et un roman de plus dans ta besace, un Very Happy
http://alicedecastellane.com/
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Ecriture automatique/nano - Comment en faire quelque chose, ensuite ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-