PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 

 Droit de préférence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Saya
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  171
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  07/03/2018
    
                         
Saya  /  Tycho l'homoncule


Florence_C a écrit:
Le droit de préférence est aussi une manière de dire : je te donne ta chance, donc je souhaite que tu me proposes ton futur texte en priorité.
Ce n'est pas juste blanc ou noir.
Des auteurs indélicats, il y en a aussi.

Oui, c'est hélas le cas aussi et les éditeurs tentent de se protéger également.
 
Florence_C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3584
   Âge  :  45
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Sang-Chaud Panza


Un auteur satisfait peut aussi rêver d'une maison plus grosse et mieux distribuée.
Admettons que vous soyez dans une maison de taille moyenne, correctement présente en librairie et que tout se passe bien. Si Gallimard vous propose quelque chose, vous refusez vraiment ?
Dans mon cas ce n'est pas Gallimard (dommage), mais si on veut se professionnaliser gentiment, ça passe aussi par des changements de maison, même quand on se sent bien dans celles avec qui on collabore.


A la recherche d'un éditeur ? Quelques infos pratiques ici...
Mes romans ? C'est par ici...
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
Saya
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  171
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  07/03/2018
    
                         
Saya  /  Tycho l'homoncule


Oui bien sûr, comme tout un chacun je rêve toujours de "plus et mieux" Wink
 
Florence_C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3584
   Âge  :  45
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Sang-Chaud Panza


Voilà une explication à la clause de préférence. 😉


A la recherche d'un éditeur ? Quelques infos pratiques ici...
Mes romans ? C'est par ici...
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
Livia K.
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  479
   Âge  :  28
   Date d'inscription  :  21/02/2016
    
                         
Livia K.  /  Pour qui sonne Lestat


Florence a tout dit !
Merci d'avoir donné le point de vue de l'éditeur aussi, parce que non, l'éditeur n'est pas l'incarnation du diable et il ne fait pas ça pour vous embêter mais oui, pour se protéger Smile
https://lessencedeschimeres.wordpress.com/
 
Saya
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  171
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  07/03/2018
    
                         
Saya  /  Tycho l'homoncule


Oui Livia, j'en suis consciente Wink
 
paty
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  331
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  19/05/2014
    
                         
paty  /  Tapage au bout de la nuit


Florence_C a écrit:
Le droit de préférence est aussi une manière de dire : je te donne ta chance, donc je souhaite que tu me proposes ton futur texte en priorité.
Ce n'est pas juste blanc ou noir.
Des auteurs indélicats, il y en a aussi.

Eh bien, je ne vois pas les choses ainsi Razz
Du moins, le propos " Je te donne ta chance " me dérange.
Non, on ne donne pas "sa chance" à un auteur. Ce n'est pas un loto ! On croit au potentiel du manuscrit et c'est tout. Du moins, c'est comme ça que je vois le travail d'un éditeur. Ce n'est pas une fleur qu'on fait à l'auteur à l'éditer. C'est une conviction que l'éditeur a sur la force du texte qu'il a entre ses mains et qu'il veut absolument faire connaître parce que ce texte est génial et non parce que je fais un quotas d'auteurs en herbe, je suis une femme ou je vais publier une romance comme tout le monde ( rayer la mention inutile ! ). C'est peut-être une vision utopiste que j'ai de l'éditeur, mais c'est ainsi que je cherche un éditeur. Un contrat équitable et non un contrat à partie pour l'éditeur. Et si je pars en auto-édition, c'est bien parce que la vision que tu dis, Florence, me gêne et est devenue l'habitude qu'on dicte aux auteurs. Et après on s'étonne de la précarité des auteurs.

Là, ça fait dire que le gars n'est pas forcément convaincu de la force du manuscrit, mais qu'il fait sa "B.A" de la journée en sortant un auteur de l'anonymat. Je trouve ça dérangeant. C'est plutôt rabaissant même. Limite, soit on a pitié de toi et on fait plaisir, soit on te prend mais ça ne cassera pas trois pattes à un canard et ça alimentera seulement le catalogue.
J'ai l'impression de voir un peu comme #payeTonAuteur... Je te fais une fleur d'être ds un atelier ou une conférence / ici d'être publié, je te donne une visibilité / ici la possibilité d'être connu, donc accepte le sacrifice que ce soit non rémunéré/ ici accepte mon droit de préférence qui finalement est contraignant pour l'auteur.
ça fait genre, tu es interchangeable donc sois content d'être élu. Non, pour moi, l'éditeur croit au manuscrit et il n'est pas interchangeable. Il est unique et il se bat pour lui. On ne demande pas de nous donner notre chance, on demande de reconnaître simplement notre texte comme réel potentiel.
Cette notion d'ascendance sous-entendu me dérange. Pour moi, l'éditeur idéal, ce n'est pas celui qui propose un compromis où l'auteur se soumet aux exigences qui lui desservent, sous prétexte que tu n'es qu'un parmi tant d'autres. Donner ses droits, ce n'est pas rien. C'est beaucoup et c'est déjà bien suffisant en tant que contrat de confiance avec l’éditeur qui lui s'engage à bien faire valoir les droits qu'on a cédé. Il va gagner déjà bcp, ne serait-ce que dans le pourcentage qu'il va toucher dessus ! Donc le droit de préférence n'est pas nécessaire et logique.

Florence_C a écrit:
Admettons que vous soyez dans une maison de taille moyenne, correctement présente en librairie et que tout se passe bien. Si Gallimard vous propose quelque chose, vous refusez vraiment ?
Si une gde ME te propose qqch, elle va passer par ton éditeur, car bien souvent c'est un rachat des droits sur qqch qui a bien marché. Dans ce cas, le petit éditeur gagne qd même, car 1/ il vend ses droits à la gde ME, 2/ il a sorti un auteur de l'ombre et l'a aidé à être reconnu. Son image pro de ME est renforcée en positif. Il ne perd pas, car derrière, il aura de la demande niveau auteur et des ventes.

Quand on signe un contrat d'édition, on ne pense jamais au pire. On croit que tout va bien se passer, car on est ds un contrat de confiance. Sauf que lorsque ça se passe mal, les choses qui paraissaient normales deviennent une tuile. Le droit de préférence est juste une façon d'être scellé à un éditeur et là, tu ne diras pas que son travail mérite qu'il ait d'autres de tes manuscrits.

http://jeunesecrivains.superforum.fr/t36114-creations-infographi
 
Florence_C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3584
   Âge  :  45
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Sang-Chaud Panza


Je connais plus d'un auteur qui s'est vu aborder par plus grand sans passer par sa maison actuelle...
Donc pas du tout d'accord.

J'ai quand même l'impression que depuis ta mauvaise expérience, tu peins l'éditeur en diable sur la muraille.

J'espère que tu auras, un jour ou l'autre, l'occasion d'en côtoyer un qui te montreras qu'une relation auteur-éditeur peut être une aventure entichissante... pour les 2 parties.


A la recherche d'un éditeur ? Quelques infos pratiques ici...
Mes romans ? C'est par ici...
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
paty
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  331
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  19/05/2014
    
                         
paty  /  Tapage au bout de la nuit


Florence, quand bien même le gros éditeur ne passe pas par le petit éditeur, le petit éditeur gagne en crédibilité car c'est lui qui a lancé l'auteur. Regarde Sophie Jomain ou Stéphane Soutoul. Aujourd'hui ils sont ds de gdes ME, il n'empêche que Rebelle est la ME qui les a fait connaître et est dc un vivier non négligeable pour des nouveaux auteurs. L'image de rebelle gagne une crédibilité même si les deux ont signé chez plus grands. Par ailleurs, ça ne les empêche pas de renouveler des textes avec Rebelle.

Florence_C a écrit:
J'ai quand même l'impression que depuis ta mauvaise expérience, tu peins l'éditeur en diable sur la muraille.

J'espère que tu auras, un jour ou l'autre, l'occasion d'en côtoyer un qui te montreras qu'une relation auteur-éditeur peut être une aventure enrichissante... pour les 2 parties.

Je constate juste une réalité que je ne suis pas la seule à avoir remarqué. On est de plus en plus nombreux à observer ce constat où l'auteur est mal représenté. Oui, les éditeurs sont avant des chefs d'entreprises et tu n'es qu'un pion. C'est un fait. Et il y a une omerta sur le statut de l'écrivain bien réelle. Paye ton auteur en est un symptôme. L'auteur est mal considéré, quoi qu'on en dise. Ne serait-ce qu'au niveau DA. Et les contrats sont aussi un symptôme ; il est bien souvent plus à l'avantage des éditeurs que de l'auteur. Il n'y a pas d'équité et le droit de préférence n'est pas pour l'auteur. C'est un piège. L'édition à compte d'éditeur n'est pas parfaite. On dénigre celle à compte d'auteur, mais celle à compte d'éditeur cache aussi de nombreux pièges.
Mon expérience m'a certes permis cette constatation où l'égalité entre éditeur et auteur est rare et bien souvent au détriment de l'auteur et c'est aussi pour ça que je suis partie du principe qu'il valait mieux être seule que mal accompagnée, d'où l'auto-édition. Pour autant, je crois encore en l'éditeur qui répondrait à mes attentes. Je ne sais pas s'il existe. Je l'espère. Pour la bonne image de l'édition et non celle que je vois actuellement.
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t36114-creations-infographi
 
Saya
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  171
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  07/03/2018
    
                         
Saya  /  Tycho l'homoncule


Hello !

Je rebondis encore sur le sujet du droit de préférence.

Quand il est formulé de cette manière :
"L’auteur accorde à l’éditeur un droit de préférence pour les suites éventuelles de l’œuvre précitée, reprenant les protagonistes principaux, secondaires ou d’un degré plus éloigné."

il n'y a pas de mention de temps minimum imparti à compter de la première publication.
Qu'est-ce qui s'applique dans ce cas-là ?

Merci !
 
Florence_C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3584
   Âge  :  45
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Sang-Chaud Panza


Sauf erreur 5 ans... mais à vérifier.


A la recherche d'un éditeur ? Quelques infos pratiques ici...
Mes romans ? C'est par ici...
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
Saya
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  171
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  07/03/2018
    
                         
Saya  /  Tycho l'homoncule


Merci Florence.

Cela signifie-t-il que si je ne soumets pas de romans à cette ME (il s'agit d’une trilogie et la ME a publié les 2 premiers tomes) durant 5 ans après publication du 1er, qua je pourrais publier la suite (admettons en AE) sans être obligée de les lui soumettre ?
 
Florence_C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3584
   Âge  :  45
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Sang-Chaud Panza


Bonne question. Pour les séries je ne sais pas trop. Il faut voir avec plus calé que moi en droits.


A la recherche d'un éditeur ? Quelques infos pratiques ici...
Mes romans ? C'est par ici...
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
Saya
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  171
   Âge  :  121
   Date d'inscription  :  07/03/2018
    
                         
Saya  /  Tycho l'homoncule


OK merci.

Si je trouve la réponse, je la noterai ici aussi, ça pourrait servir ! Wink
 
idmuse
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  721
   Âge  :  46
   Localisation  :  Montréal
   Date d'inscription  :  12/06/2012
    
                         
idmuse  /  Blanchisseur de campagnes


SAYA a écrit:
"L’auteur accorde à l’éditeur un droit de préférence pour les suites éventuelles de l’œuvre précitée, reprenant les protagonistes principaux, secondaires ou d’un degré plus éloigné."

Ici, c'est tout sauf un droit de préférence compliqué. Là, c'est un peu tout ce que tu peux faire en lien avec ta série (les spin-offs, etc.), ce qui me paraît logique, vu que l'éditeur détient les droits de ces univers (personnages, etc.) Normal qu'il veuille que ça passe par lui, à la base.

Après, sans entrer dans les débats, je dirai qu'on ne signe cette clause (la vraie clause de préférence) qu'une seule fois. Jamais deux. Après, je trouve que c'est à l'éditeur de faire en sorte qu'on veuille rester avec lui. Et vice versa.
http://www.suzanneroy.net
 

 Droit de préférence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-