PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

 [Divers]Augmenter le nombre de mots

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Volte
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4252
   Âge  :  32
   Pensée du jour  :  A la recherche du temps à perdre
   Date d'inscription  :  24/04/2008
    
                         
Volte  /  JE's Official GO


Je fais des nouvelles format "dos de paquet de céréales", soit moins de 500 mots. Il y a tout dedans, je ne me suis jamais sentie obligée de faire plus ! Si tu es bon sur ce format, je ne vois pas pourquoi faire plus long. Pourquoi tiens-tu à faire ces AT ?

A savoir, l'exercice de la nouvelle est très différent de celui du roman : une nouvelle ne tolère pas le superflu, tout doit servir l'objectif, alors qu'avec un roman tu peux développer beaucoup plus le passé, le comment du pourquoi, rajouter des scènes qui ne servent "qu'à" comprendre ton personnage ou l'aimer un peu plus/moins... La construction en est donc très différente.

Pour moi, la longueur dépend de ton histoire de départ, donc forcément la réécrire ne servirait pas sensiblement le nombre de mots. Il y a des idées qui ne conviennent qu'à des formats courts ! Et tu n'as peut-être pas pour l'instant les intrigues nécessaires pour faire plus long, alors que plein d'écrivains de romans n'arriveront pas à écrire une nouvelle... C'est aussi une question d'ambiance, tu as des romans plus contemplatifs que d'autres. Et dans l'horreur, installer une atmosphère est important, souvent autant que les actions. Je pense qu'on a tous vus des films d'horreur alors qu'on avait pas la tête à ça, et ça ne ressortait pas pareil... Du coup j'ai une question : est-ce que tu laisses "poser" tes idées ? Est-ce que tu écris tout de suite ? Souvent la première idée, c'est la trame principale, sans détail, nue, mais au fur et à mesure que tu la laisses "vivre" d'autres éléments vont se tisser dessus. L'inspiration prend du temps ! Le seul roman que j'ai écrit je l'ai commencé dans ma tête des mois avant de vraiment m'y mettre, j' y repensais de temps en temps, parfois avant de dormir, en bus (sans musique ni livre ni rien). Et du coup mon univers a pris de l'ampleur, et il a fini par tenir debout tout seul.

Je ne suis pas fan du tout pour ma part des plans, schémas actanciels etc, ça me bride trop, c'est trop scolaire. Mais un outil que je trouve pas mal (sans l'utiliser vraiment), c'est la méthode snowflake, où tu pars "en étoile" d'un point central poour rajouter des détails, que ce soit une intrigue, un personnage...


Mes écrits
Mes nouvelles et les commentaires
Sur la colline est disponible à l'achat sur Amazon !
 
Le reste
Revue de presse : des articles Web sur le monde littéraire
Concours de micronouvelles n°6 : Votez jusqu'au 20 août !
https://litteraturesurvoltee.wordpress.com/
 
Valéry K.
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  674
   Âge  :  43
   Date d'inscription  :  12/07/2016
    
                         
Valéry K.  /  Hé ! Makarénine


extrarox a écrit:
Le premier problème par rapport à ce que vous avez dit, c'est que je fais rarement une introduction je met tout de suite le personnage dans le bain.
Je fais très souvent des intros in media res, et ça ne m'empêche pas d'écrire de longues histoires. La question de la longueur, c'est surtout la question de l'histoire que tu as toi-même à développer.
Si ton scénario, c'est celui  d'une nouvelle extraordinaire à la Edgar Poe, c'est sûr que ça ne peut pas durer 200 pages. C'est ton scénario est celui de Shining, tu ne peux pas le faire tenir en 15 pages.

Du coup, c'est quoi, ton souci, exactement ?
Tu écris des scénarios à la Shining mais sans savoir les développer correctement ?
Ou est-ce que c'est que tu ne sais que écrire des scénarios à la Edgar Allan Poe ?
http://www.baran-tiefenbrunner.com/
 
extrarox
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  38
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  30/12/2016
    
                         
extrarox  /  Petit chose


@Volte
Citation :

Je fais des nouvelles format "dos de paquet de céréales", soit moins de 500 mots. Il y a tout dedans, je ne me suis jamais sentie obligée de faire plus ! Si tu es bon sur ce format, je ne vois pas pourquoi faire plus long. Pourquoi tiens-tu à faire ces AT ?
Pourquoi les AT ? Par but, par défi, ça m'oblige à écrire plus et ça me donne des idées de thèmes Smile

Citation :

Pour moi, la longueur dépend de ton histoire de départ, donc forcément la réécrire ne servirait pas sensiblement le nombre de mots. Il y a des idées qui ne conviennent qu'à des formats courts ! Et tu n'as peut-être pas pour l'instant les intrigues nécessaires pour faire plus long, alors que plein d'écrivains de romans n'arriveront pas à écrire une nouvelle...
Mes idées sont en effet pour des formats courts. Il n'avait pas la prétention d'en faire un roman. Mais j'espérais qu'il soit au moins le double en nombre de mots.

Citation :

Du coup j'ai une question : est-ce que tu laisses "poser" tes idées ? Est-ce que tu écris tout de suite ? Souvent la première idée, c'est la trame principale, sans détail, nue, mais au fur et à mesure que tu la laisses "vivre" d'autres éléments vont se tisser dessus. L'inspiration prend du temps !
Ma façon de travailler actuellement est d'écrire mon idée comme ça me vient. Suite à ça la relecture. Je me dis toujours à ce moment que mon idée n'est pas comme je le voulais, je n'ai jamais eu de cas contraire.
Donc réécriture complète sans regarder ce que j'ai fait avant. Et là elle est différente, mieux, plus comme je le veux. Puis plein de phase de relecture et réécriture de phrases, par moment je rajoute des paragraphes. Là j'ai déjà doubler le premier jet, pour dire que le premier était pauvre.

J'ai essayé la méthode de plan, mais ça change pas grand chose, ça me bride trop.
J'ai essayé le mindmapping et ça finit trop brouillon je n'arrive pas à écrire derrière ce jolie dessin rempli de bulles toutes attachées.

Bien entendu cette méthode ne peut fonctionner que pour la nouvelle, je ne me vois pas faire comme ça pour un roman, je pense que ça finirait mal voir pas du tout.

Citation :

Le seul roman que j'ai écrit je l'ai commencé dans ma tête des mois avant de vraiment m'y mettre, j' y repensais de temps en temps, parfois avant de dormir, en bus (sans musique ni livre ni rien). Et du coup mon univers a pris de l'ampleur, et il a fini par tenir debout tout seul.
Pour le moment quand j'ai ce phénomène je fonce et je me retrouve avec une idée trop petite et se transforme de nouveau en nouvelles.

Citation :

Mais un outil que je trouve pas mal (sans l'utiliser vraiment), c'est la méthode snowflake, où tu pars "en étoile" d'un point central poour rajouter des détails, que ce soit une intrigue, un personnage...
J'ai vu et lu cette méthode, elle n'a l'air de s'appliquer qu'au roman.

@Valéry K.
Citation :

Si ton scénario, c'est celui d'une nouvelle extraordinaire à la Edgar Poe, c'est sûr que ça ne peut pas durer 200 pages. C'est ton scénario est celui de Shining, tu ne peux pas le faire tenir en 15 pages.
Tout à fait d'accord avec toi.

Citation :

Du coup, c'est quoi, ton souci, exactement ?
Tu écris des scénarios à la Shining mais sans savoir les développer correctement ?
Ou est-ce que c'est que tu ne sais que écrire des scénarios à la Edgar Allan Poe ?
Pour le moment, je n'arrive à écrire que des scénarios à la Edgar Allan Poe. Donc je suis dans la catégorie des nouvelles, j'en suis très conscient.
Mon souci exactement c'est que je voudrais augmenter petit à petit la taille de mes textes pour arriver au moins à la novella. Soit j'emploi la mauvaise méthode, soit je ne développe pas assez mes idées. Ou alors je ne sais pas, comme vous le dites peut être que des textes de 1000-1200 mots c'est mon maximum, mais ce n'était pas mon but premier Smile Je veux être capable de faire plus. Pas pour être célèbre et tout le tintouin, non pour ma propre satisfaction personnel. Déjà je suis content d'écrire ce que j'écris et le nombre de mots que je sors, mais on veut toujours plus dans la vie Smile

La question que je me pose maintenant. C'est que finalement je n'aurai pas du commencer par les nouvelles. J'avais lu plusieurs conseils là dessus, mais ce n'était peut être pas la bonne approche.

J'espérais trouver quelqu'un qui a eu ce vécu comme moi, mais pour le moment ça n'a pas l'aire d'être votre cas Smile

Merci pour vos réponses.
 
Jean Grande-Bretagne
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  81
   Âge  :  33
   Localisation  :  En plein pic de pollution
   Pensée du jour  :  Je crois en la réincarnation. Je suis trop bête pour avoir pu atteindre un tel niveau de stupidité en une seule petite vie.
   Date d'inscription  :  17/01/2017
    
                         
Jean Grande-Bretagne  /  Pippin le Bref


Pour augmenter le nombre de mots, il suffit d'en écrire d'autres. Chaque mot écrit augmentera automatiquement le nombre total de +1.

http://dechetterie-d-art.blogspot.fr/
 
Valéry K.
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  674
   Âge  :  43
   Date d'inscription  :  12/07/2016
    
                         
Valéry K.  /  Hé ! Makarénine


extrarox a écrit:
La question que je me pose maintenant. C'est que finalement je n'aurai pas du commencer par les nouvelles. J'avais lu plusieurs conseils là dessus, mais ce n'était peut être pas la bonne approche.

J'espérais trouver quelqu'un qui a eu ce vécu comme moi, mais pour le moment ça n'a pas l'aire d'être votre cas Smile
Hum, non, je ne pense pas : c'est vraiment une question de scénario, tout simplement...
Est-ce que tu lis des romans d'horreur/fantastique longs ? Parce que c'est peut-être juste ça qui te manque. Lis-en, vois comment les auteurs développent leurs histoires, ça devrait t'inspirer.
Est-ce que tu n'imagines, aussi, que des scènes uniques, avec un lieu/une action/un temps ? Parce que ça peut être ça, aussi. Certaines histoires nécessitent de nombreuses scènes pour être développées. Ce sont celles-ci qu'il te faut créer si tu veux écrire une histoire longue.
Sinon, si vraiment tu bloques, expose ici l'une de tes idées d'histoire, je suis sûre que les membres du forum pourront t'aider à voir de manière pratico-pratique si elle est développable en histoire longue et, si oui, comment t'y prendre en amont. Smile
http://www.baran-tiefenbrunner.com/
 
extrarox
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  38
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  30/12/2016
    
                         
extrarox  /  Petit chose


Valéry K. a écrit:

Hum, non, je ne pense pas : c'est vraiment une question de scénario, tout simplement...
Est-ce que tu lis des romans d'horreur/fantastique longs ? Parce que c'est peut-être juste ça qui te manque. Lis-en, vois comment les auteurs développent leurs histoires, ça devrait t'inspirer.
Est-ce que tu n'imagines, aussi, que des scènes uniques, avec un lieu/une action/un temps ? Parce que ça peut être ça, aussi. Certaines histoires nécessitent de nombreuses scènes pour être développées. Ce sont celles-ci qu'il te faut créer si tu veux écrire une histoire longue.
Sinon, si vraiment tu bloques, expose ici l'une de tes idées d'histoire, je suis sûre que les membres du forum pourront t'aider à voir de manière pratico-pratique si elle est développable en histoire longue et, si oui, comment t'y prendre en amont. Smile
J'ai lu des romans d'horreur et de fantastique mais ça date un peu. J'étais plus ciblé SF ses derniers temps. Mais si je lis des romans et que je les étudies c'est pour écrire des romans aussi non ? Est-ce que je peux ramener ça en nouvelle-novella ?  Je reviens à ma question tu vois.

Je suis plus dans ce que tu dis sur des scènes uniques. Je n'arrive pas pour le moment à sortir de ces scènes. Je ne pense qu'à ça et je suis limite obligé de l'écrire pour passer à autre chose Smile

Je vais réfléchir pour proposer l'idée sur le forum et voir où ça peut mener.

Je pense qu'il me faut un déclic. Si j'y arrive une fois, je devrais avoir compris comment faire et le répéter.

PS : Mon idée suivante, je viens d'écrire un premier jet. J'en suis à 901 mots. Connaissant mes premiers jets, je dirais que je finirai au alentour de 1300-1400 mots.
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  13990
   Âge  :  47
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Je vais répéter ce que j'ai dit plus haut :
prend le même personnage pour plusieurs histoires. C'est un peu artificiel, comme moyen, mais ça t'aidera peut-être à disposer des idées pouvant s'articuler entre elles.

Si tu n'arrives pas à bâtir un plan avec des idées A + B + C etc.
et à travailler chaque idées successivement, tu peux essayer de cette façon-là... en manière d'apprentissage.

Faire un plan, c'est plus orthodoxe, mais pas évident (il faut d'abord découper et ensuite se tenir à peu près aux idées qu'on a eues au départ)

je vais faire un peu d'auto-pub au passage = ton format est celui de l'appel à texte de mon fanzine. Les dragons ne sont pas ton domaine habituel, mais tu peux, justement, en profiter pour voir ce qui se passe quand tu changes de domaine. Est-ce que tu es coupé dans ton inspiration encore plus vite ou bien est-ce que tu contrôles mieux le moment d'arrêter une fois que tu n'es plus soumis à la montée-descente du suspens ?
http://scriptorium2.canalblog.com
 
extrarox
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  38
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  30/12/2016
    
                         
extrarox  /  Petit chose


Citation :

Je vais répéter ce que j'ai dit plus haut :
prend le même personnage pour plusieurs histoires. C'est un peu artificiel, comme moyen, mais ça t'aidera peut-être à disposer des idées pouvant s'articuler entre elles.

Si tu n'arrives pas à bâtir un plan avec des idées A + B + C etc.
et à travailler chaque idées successivement, tu peux essayer de cette façon-là... en manière d'apprentissage.
Essayer de faire comme une série ? Pour éviter de réinventer les personnages ?

Citation :

je vais faire un peu d'auto-pub au passage = ton format est celui de l'appel à texte de mon fanzine. Les dragons ne sont pas ton domaine habituel, mais tu peux, justement, en profiter pour voir ce qui se passe quand tu changes de domaine.
Il n' y a pas de problème à faire de la pub Smile
D'ailleurs je vais aller voir ça, ça me permettra peut être d'essayer autre chose.

Citation :

Est-ce que tu es coupé dans ton inspiration encore plus vite ou bien est-ce que tu contrôles mieux le moment d'arrêter une fois que tu n'es plus soumis à la montée-descente du suspens ?
Je ne suis pas sur de comprendre. Tu veux savoir si j'arrive à décider quand c'est vraiment la fin ou si c'est juste un manque d'inspiration ?
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  13990
   Âge  :  47
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Inspiration = il y a toujours un moment où la tension narrative retombe
A ce moment-là, dans une nouvelle, on peut continuer un petit moment, mais normalement pas trop. C'est dur de maintenir l'attention longtemps, une fois qu'on l'a fait retomber.
Qu'il s'agisse d'une histoire à forte tension ou pas, il y a des "vague" d'attention. Des hauts et des bas. Selon le genre, La tension varie plus ou moins. Dans les trucs à suspens, c'est là qu'elle est la plus forte.
Dans un roman, on fait se succéder les phases de tension, et même un peu se superposer (car plusieurs fils narratifs s'imbriquent)

Sur tes histoires à suspens, tu mènes ton fil narratif, mais peut-être que si tu n'arrives pas à aller plus loin c'est simplement parce qu'une fois la tension retombée... elle est retombée.
Faire rebondir un fil narratif quand le suspens est tombé, ce n'est pas toujours facile. Il faut avoir posé AVANT les bases qui permettront de se rendre compte que "ça n'est pas fini"
Le polar, ce n'est pas mon univers. Ni le thriller. Les suspens sombres, ce n'est pas mon truc. Donc, mon avis n'est pas forcément terrible.
Sur une histoire moins tendue, tu auras peut-être (je dis bien "peut-être") moins de sensation d'essouflement au moment où tu laisses le fil retomber. La continuité sera peut-être plus facile à maintenir. Ce n'est pas certain. Il est possible aussi qu'au contraire tu t'essoufles plus vite.


Personnages : oui, c'est ça.
Tu crées un personnages, et tu le reprends chaque fois.
Au début, tu feras juste du court, mais à force, tu vas plus ou moins consciemment lui bâtir un univers et ça t'aidera à ajouter des éléments. Même un tout petit truc sans importance peut faire rebondir la narration.
(par exemple, si ton héros a des lunettes et qu'il est distrait, il peut les avoir perdues en cherchant des indices et revenir en arrière)
http://scriptorium2.canalblog.com
 
extrarox
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  38
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  30/12/2016
    
                         
extrarox  /  Petit chose


Ok je comprends, en fait une fois le suspense terminé, il n'y plus rien. En fait, je fais monter le suspense, le héros se débrouille comme il peut jusqu'à la chute et après ça ne peut continuer. Je ne fais pas de dent de scie. La tension est toujours présente. Tu penses que je devrais la faire baisser de temps à autre ?
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  13990
   Âge  :  47
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Tu la fais forcément retomber... C'est la loi des tensions narratives !
si tu la fais diminuer, ce n'est plus une tension de type suspens. Encore que... y'a des polars sans suspens vraiment très tendu. Axés sur la psychologie uniquement.

Ce que tu peux faire, c'est préparer le terrain pour la faire redémarrer.

Sur une tension moyenne, c'est plus facile de conserver l'attention du lecteur une fois que la "vague" est redescendue.
Avec une "vague" très haute, il a l'impression qu'on a plus rien à lui offrir
D'où intérêt de préparer le redémarrage
*
Dans mon western, à a la fin de la 1° partie, on a deux options : Yaak'Os fiche le camp, ou bien il reste. A l'avant-dernier chapitre, tout est réuni pour qu'il débarrasse le plancher. Non que l'enquête soit résolue mais au contraire parce qu'elle semble ne plus pouvoir l'être. Sauf qu'il y a quelqu'un qui n'est pas d'accord pour lâcher le morceau. Parce que s'il part, ça ne mettra fin qu'à une seule des deux enquêtes (ben oui... l'autre, elle est restée en arrière plan, mais elle est là quand même). Et bien sûr, à la 2° partie, on oublie de la laisser dans son coin, cette 2°.
(c'est ce que j'ai de plus proche d'un polar)

*
Tu peux aussi employer l'humour pour récupérer l'attention du lecteur, après la phase de suspens.  Après le moment de grande tension, un peu de détente ! Ca peut prolonger un peu pour continuer juste un bout, ou permettre un redémarrage (selon ce que tu as réussi à glisser)


Plus haut, je parle des polars avec peu de suspens...
Y'a aussi la solution "inspecteur Colombo"
Peu de suspens, tout dans les personnages. Et en prime, à chaque fois que Colombo a l'air de n'avoir plus rien à dire il sort un truc à propos de sa femme, et hop. Comme par hasard, la comparaison retombe sur un détail de l'enquête par un miracle de capillotractation.
> c'est une façon de faire rebondir.
http://scriptorium2.canalblog.com
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 [Divers]Augmenter le nombre de mots

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-