PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -38%
SSD Interne – PNY – CS900 Series 1 To ...
Voir le deal
64.99 €

Partagez
 

 Comment écrire pour les enfants ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Eleanore Pikes
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  49
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  25/12/2016
    
                         
Eleanore Pikes  /  Petit chose


Bonjour à tous

Je me lance dans l'écriture pour les enfants. (enfants = 0 à 6 ou 7, en gros les textes que les parents lisent aux enfants ou les tous premier qu'un enfant lit seul) et en écrivant je me rends compte que c'est plus dure qu'on le pense.

Ma question est toute bête, selon vous, comment constuire un tel roman ?
Je parle au niveau du texte en lui même et non dans les illustrations ect
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2170
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Crime et boniment


Bonjour,

Alors déjà je pense que parler d'un roman pour des enfants si petits est impropre. Je pense qu'un recueil d'histoires courtes serait plus adapté, ou alors une nouvelle un peu longue, mais un roman comme on l'entend pour les adultes est bien trop long pour des enfants, d'après moi, et ce qu'ils se le fassent lire ou qu'ils lisent eux-mêmes (surtout s'ils lisent eux-mêmes d'ailleurs, parce que les enfants ont plus de mal à se concentrer).

Ensuite la classification d'âge ne va pas non plus je pense. Il faudrait prendre grosso modo la même qu'au cinéma (avec des films "dès 3 ans" et des films "dès 6 ans") parce que la capacité de compréhension d'un enfant de 4 ans et le niveau de lecture qu'il peut conceptualiser n'est pas le même que pour un enfant de 7 ans, la différence est très grande.

Sinon, dans l'absolu, écrire pour des enfants ce n'est pas beaucoup plus compliqué qu'écrire pour des adultes, ce n'est pas très différent. Il faut simplement faire attention à faire des phrases assez courtes, que les enfants puissent comprendre (surtout s'ils lisent seuls), et bien doser le vocabulaire (mettre du vocabulaire "un peu élevé" pour qu'ils puissent apprendre des mots tout en jouant sur des synonymes plus simples ; par exemple utiliser "bravoure" et dans la phrase d'après "courage", bravoure étant souvent moins utilisé que courage, donc moins connu).
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
Gemili
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  345
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  Ferme les yeux juste une seconde et tu verras qu'en fait, tu n'en as rien à faire.
   Date d'inscription  :  07/12/2015
    
                         
Gemili  /  Tapage au bout de la nuit


Après tu peux faire un roman de 15 000 mots maximum (un peu moins d'une centaine de pages, avec des paragraphes courts et pas mal de dialogue)
Sinon je suis d'accord avec mon voisin du dessus.

C'est important d'être premier degré il me semble. Ne pas trop sous-entendre l'information mais la donner cash, quitte à la répéter régulièrement (en partant du principe qu'il ferra de petite lecture et lira très lentement)

Ecrire au présent pour les moins de 10 ans, pas ou peu de subjonctif et de conditionnel.

Il me semble que c'est ce que j'ai retenu des romans pour enfant que j'ai lus à l'âge adulte ... :/

Inspire-toi de Rohal Dal. Ce mec est un Dieu.
 
Ombelle
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  223
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  13/12/2014
    
                         
Ombelle  /  Autostoppeur galactique


Alors en 0 à 6 ans tu as:
- soit des albums
- soit des romans "première lecture"

Un bon exemple sur le site de Milan:

Les romans première lecture sont très, très courts (en principe les enfants doivent pouvoir les lire tout seuls)
Milan Poche Poussin : 5-6 ans / 1 000 à 1 500 signes
Milan Poche Benjamin : 6-7 ans / 2 500 à 3 000 signes
Et on parle bien de signes, pas de mots. Donc: phrases très simples (sujet-verbe-complément), pas de descriptions (ces romans sont généralement illustrés) et une intrigue linéaire, sans se perdre dans les détails etc.

Les albums peuvent être un peu plus longs:
Les textes d’albums doivent se situer entre 1 500 et 13 000 signes.
Là, tu as deux contraintes: laisser la place aux illustrations (voir plus haut la remarque sur les descriptions) et penser au rythme de lecture (les albums sont généralement lus à voix haute, donc jouer sur les sonorités, le rythme, la respiration etc).

Les deux types de narration ne se recoupent pas forcément: le premier est un récit simple, souvent ancré dans la vie quotidienne alors que le second tient souvent du conte.
 
Aventador
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  6765
   Âge  :  49
   Localisation  :  Savoyard de corps et d'esprit
   Pensée du jour  :  "J'ai pris l'habitude de ne jamais être satisfait ; c'est une position confortable qui me permet de ne pas en changer." J.P.Melville
   Date d'inscription  :  26/06/2012
    
                         
Aventador  /  Iphigénie in a bottle


Je suis complètement raccord avec Melgane, excepté pour la "facilité" de la chose. Parce qu'il faut "s'adapter" au monde de l'enfance.

Le premier récit "jeunesse" que j'avais écrit pour ma fille, qui devait avoir 4 ou 5 ans à l'époque, il était assez court et c'était pour lui expliquer qu'auparavant (à l'époque de ses grands-parents), à Noël, une simple orange était un cadeau merveilleux. Mais de ce postulat "réaliste" j'ai rapidement dérivé vers le conte de fée avec un méchant et un super Père Noël qui arrange tout à la fin.
Puis, j'ai écrit 3 autres histoires pour la tranche 6-9 ans.

Il faut bien avoir en tête qu'avant 3 ans, et même pour les 3-4 ans, il y a peu de texte et beaucoup d'illustrations. A cet âge-là, l'attention sur une histoire est plutôt courte, donc il faut faire court.

Pour les 4-6 ans, on peut commencer à faire plus élaboré en termes de texte (avec un vocabulaire simple toutefois, qu'ils puissent comprendre) , mais là encore il faut un max d'illustrations.

Pour les 6-9 ans, au niveau de l'écriture, ça commence à être plus intéressant parce que tu peux faire un peu plus long, un peu plus compliqué (mais pas trop non plus), un peu plus riche. Illustrations fortement conseillées toutefois. Mais pondre un roman d'environ 100 pages, ça ciblera plutôt les 8-10 ans et encore, certains ont encore du mal à lire aussi long.

Concernant les illustrations, don't panic, tu peux proposer un texte "nu" aux éditeurs jeunesse (très difficiles à intégrer) et s'ils sont séduits, ils le feront illustrer soit par leurs propres illustrateurs, soit par des illustrateurs free-lance. Mais la partie "illustration" n'est pas quelque chose à négliger en littérature jeunesse, parce que c'est ce qui attirera en premier lieu le jeune lecteur ou ses parents. La dimension artistique du livre est ici primordiale, il faut que l'illustration reflète fidèlement l'univers qu'à dépeint l'auteur dans son texte.
http://raphaelcoleman.canalblog.com/
 
Plume d'elle
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2311
   Âge  :  38
   Localisation  :  Au milieu de mes personnages
   Pensée du jour  :  Ecris donc au lieu de traîner sur le forum !
   Date d'inscription  :  17/05/2015
    
                         
Plume d'elle  /  Guère épais


C'est marrant parce que je ne suis pas vraiment d'accord avec vous. Les tout-petits comprennent très bien le passé simple et pour le leur apprendre il faut passer par des histoires où ce temps est employé. De même qu'éviter les sous-entendus ou n'utiliser que des phrases simples me parait trop simpliste et sans enjeu. Un enfant aime les histoires qui font réfléchir aussi. Après, il y a une différence entre ma vision des choses et celle des ME.
Je ne suis sûrement pas la mieux placée pour répondre car les ME ont refusé les albums pour enfants que j'avais écrits. Il n'y a pas longtemps j'ai reçu ça "Nous publions dans Les Belles Histoires des récits de 5000 signes environ à l’intention d’enfants à partir de 4-5 ans. L’histoire doit être construite autour d’un enjeu fort, être rythmée de péripéties et rejoindre l’enfant dans son imaginaire."
Le meilleur conseil que je pourrais te donner, c'est de lire des albums de différents types pour te forger une bonne idée. Et puis, si tu as des enfants autour de toi, pense à eux en écrivant ou encore mieux, lis-leur tes histoires et vois comment ils réagissent.
 
Alice de Castellanè
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1659
   Âge  :  46
   Localisation  :  Avignon
   Date d'inscription  :  05/05/2015
    
                         
Alice de Castellanè  /  Fiancée roide


Je m'étais un peu penchée sur le sujet l'année passée. Ce qui m'intéressait personnellement c'était les livres pour les enfants qui commencent à lire par eux-même. A ne pas confondre avec ceux que les parents/accompagnants leur lisent. Voici ce que j'avais retenu des différentes demandes d'éditeurs :

5-7 ans
livre pour apprendre à lire
intrigue enrichie
action riche
plusieurs personnages
phrase assez simple (6 à 7 mots max)
phrase courte
expliquer les mots complexes
pas hésiter à les répéter plusieurs fois
textes pouvant être lus en 2 ou 3 soirées
la fin doit être heureuse même si elle est triste (bambi)
pas de temps mort

thèmes :
relever un défi
acquérir de nouvelles compétences
comprendre les bonnes ou mauvaises raisons de faire quelque chose
magie
mystère

Structure :
présentation des personnages et de l'environnement
présentation du problème ou conflit (interne ou externe) exemple
scène du conflit
résolution du conflit
après le conflit

Personnages :
le perso principal doit attirer la sympathie
les vilains : ceux qui empêchent le perso principal d'atteindre son objectif
les amis : qui aident le perso principal
les mentos : des sages qui aident (en parlant) le perso principal
les trublions : qui apportent un trait loufoque

Humour doit être simple :
prout, pipi, caca
des mots inventés
des rimes simples

Longueur :
Mes premiers j'aime lire (6-7 ans) : 5'000 signes
Milan Poche Benjamin : 6-7 ans / 2 500 à 3 000 signes

Edit : ah, je vois que ça se recoupe avec ce que dit Ombelle Smile
http://alicedecastellane.com/
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2170
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Crime et boniment


Je suis d'accord pour la compréhension du passé simple, il se comprend bien. Pour des enfants il faut faire simple, pas simplet : ils ne sont pas complètement débiles non plus ! Smile
Pour les phrases simples, effectivement, on peut en faire des un peu élaborées, mais une phrase qui fait 10 lignes sera dure à suivre quand même ! (déjà pour les adultes c'est pas simple haha xD). Mais je ne suis pas pour simplifier au maximum : la lecture doit aussi être un moyen d'apprendre du vocabulaire, de la syntaxe, ou même de la culture générale, etc. (apprendre sans s'en rendre compte c'est mieux qu'apprendre à l'école, alors profitons-en ! Razz).
L'année dernière j'étais à une exposition du musée de l'éducation et j'ai lu la page d'un album jeunesse pour les enfants de 1920, il me semble, je crois bien que c'était la période de la Première Guerre Mondiale en tout cas. Quoi qu'il en soit, quand j'ai lu ça, j'ai été très surprise : le vocabulaire n'était pas du tout le même que celui de maintenant ! Il était plus élevé. Je pense que la lecture est un bon moyen d'apprendre des mots (d'autant que l'image vient en renfort, et que les enfants peuvent demander l'explication d'un mot à leurs parents ou à leur instituteur/trice).
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
Alice de Castellanè
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1659
   Âge  :  46
   Localisation  :  Avignon
   Date d'inscription  :  05/05/2015
    
                         
Alice de Castellanè  /  Fiancée roide


Melgane a écrit:
[Mais je ne suis pas pour simplifier au maximum : la lecture doit aussi être un moyen d'apprendre du vocabulaire, de la syntaxe, ou même de la culture générale, etc.

C'est pour ça qu'il faut impérativement différencier les albums lus par un accompagnant et les petits livres dédiés aux premiers lecteurs. Ce sont 2 choses très différentes.

Dans les livres pour les premiers lecteurs rien n'empêche d'intégrer quelques mots plus difficiles. C'est très bien même. Mais dans ce cas, il te faut a) le répéter plusieurs fois et b) donner une définition, soit à l'intérieur du texte, soit dans un lexique en fin de livre.

Le but, ce n'est pas de dégoûter les enfants de la lecture dès leur premier livre Wink
http://alicedecastellane.com/
 
Enirtourenef
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2170
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  "Chaque occasion est la meilleure"
   Date d'inscription  :  02/09/2015
    
                         
Enirtourenef  /  Crime et boniment


Tout à fait ! D'où ce que je disais au début avec mon exemple de courage/bravoure !
https://enirenrekhtoues.blogspot.com/
 
Eleanore Pikes
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  49
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  25/12/2016
    
                         
Eleanore Pikes  /  Petit chose


Merci à tous pour vos réponses.

J'ai pris en notes tous vos conseils

 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Comment écrire pour les enfants ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-