PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 

 Victor d'Estragues [Nutty Sheep]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Ybatchea
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  652
   Âge  :  70
   Localisation  :  Aquitaine
   Pensée du jour  :  Faites vivre votre passion, elle vous réchauffera quand le monde deviendra froid. (Proverbe amérindien)
   Date d'inscription  :  09/04/2016
    
                         
Ybatchea  /  Hé ! Makarénine


Oui, ils font un peu grincer les dents ces commentaires qui émanent de supposés amis, et qui visent plus à mettre le commentateur en avant, plutôt que l'œuvre commentée. Comme toi, Maddy, je me comporte toujours en lectrice enthousiaste quand je commente, car tous les écrits ont le mérite d'exister. Ils ont demandé des heures de travail à leur auteur. Qu'importe après tout, si l'œuvre a des qualités, elle fera son chemin.
https://www.facebook.com/profile.php?id=100013939058925
 
MaddyForeigner
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1825
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Journal du posteur


Bonjour Ybatchea. Cela m'amuse de lire que je me comporte en lectrice enthousiaste quand je commente car j'ai justement eu le souci inverse il y a deux jours. Je pensais d'ailleurs relancer mon blog pour chroniquer mes lectures. Ça m'en a coupé l'envie,
J'ai mis trois étoiles à Résilience de Julia M Tean sur Amazon. C'est un mélo : le jeune  héros est handicapé, battu, découvre son homosexualité, avec un beau-père violent, homophobe, extrémiste, une mère qui ne s'intéresse pas à lui et se prostitue...Du coup, oui, ça prend aux tripes. Mais littérairement parlant, j'ai trouvé que c'était tout de même facile de condenser toute la misère sociale en moins de 150 pages pour faire pleurer dans les chaumières. Du coup, là où tous les autres lecteurs ont mis 4 ou 5 étoiles, j'en ai mis 3...sauf que l'auteur, qui est dans mes contacts, et qui avait aussi lu, le même jour, une chronique qui n'a que 10/20, a écrit de très longs messages sur sa page FB car critiquer son livre, c'est critiquer son héros, donc critiquer un enfant martyr, et comment peut-on manquer de coeur à ce point ? Shocked Euh non...Quand on critique un livre, on ne critique pas un homme. ceux qui ont critiqué Dancer in the Dark de Lars von Trier l'ont fait parce que le réalisateur pousse le bouchon un peu loin, pas par rapport à la prestation de Björk ou au personnage de Selma.
Par contre, quand j'ai lu le roman de Florence, j'ai été enthousiaste car c'est une pure romance, un roman construit selon des règles strictes, comme il s'en publie des milliers en France chaque année, happy end en prime. Et malgré ce cahier des charges très contraignants, qu'elle respecte, elle arrive à trouver de l'originalité, des choses qui dépassent du cadre, s'y opposent, et ça, c'était pour moi très intéressant. Je salue la performance. Du coup, 5 étoiles, comme à Zelia, qui trouve rigolo que je la compare à Joyce Carol Oates, mais j'ai rarement lu un roman français dans lequel l'auteur parvenait à recréer une ambiance malsaine, des impressions, une atmosphère. Aucune esbroufe et une histoire tragique, mais là, le style est poli, travaillé, voire poétique. Ce n'est pas le pachyderme dans le magasin de porcelaine qui broie tout pour se faire remarquer  Smile c'est l'inverse. (Mais je devrais surveiller ce que j'écris au cas où "Big Brother is watching me" Neutral )

Donc, non, je ne pense pas être si bienveillante que ça. Mais je raisonne par rapport aux autres romans que je connais, je vois si ça apporte du nouveau, s'il y a une histoire qui tient la route, si c'est bien écrit...ça m'intéresse plus que le sujet du livre.

Je ne pense pas pouvoir être blogueuse (ce qui suppose, comme tu l'écris, une autre forme de mise en avant) en plus d'être auteur, donc je laisse vraiment tomber l'idée de reprendre mon blog parce que je sens qu'on est de plus en plus muselé (quand j'ai ouvert mon blog en 2009, c'était pour parler de mes lectures, puis, assez vite, j'ai reçu des livres gratuits  pour les chroniquer. J'en perdais l'envie...de lire, vu que ça m'entraînait hors de ce que je voulais lire pour lire des romans, certes gratuits, mais qui étaient hors de mon périmètre, ne m'intéressaient pas plus que ça. Au final, je regardais la couverture d'un roman reçu par "Masse critique" sur Babelio, une enquête sur les aborigènes, avec l'impression d'une corvée qui m'attendait...j'ai donc laissé tomber...).

Les critiques de Victor d'Estragues sont bonnes : https://leshistoiresdameliaetlaculturegeek.wordpress.com/2016/12/28/victor-destragues-nouvelle/
J'espère que ce sera la même chose pour mon roman. J'ai commencé hier (enfin !) l'écriture de ma nouvelle steampunk (tome 2) en me mettant cette fois dans la peau de Maxime et non d'Alice. En relisant la première nouvelle, j'ai pris peur : j'ai mis la barre très haut dans cette nouvelle. Pas pour rien si Boz'Dodor l'a acceptée, ainsi que les suites hypothétiques (mais devant être écrites, et dont j'ai l'histoire en tête...). Du coup, j'ai fait un énorme blocage. Ce n'est pas tout d'écrire la suite : il faut qu'elle soit aussi bonne que le premier volet. Je verrai bien. Mais c'est de l'ordre de la lutte contre la page blanche.

Merci pour la fiche JE sur "Victor d'Estragues" ! Wink
 
Ahava-brumes
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3339
   Âge  :  29
   Localisation  :  Dans un château hanté
   Pensée du jour  :  Mon idéal c'est d'aimer avec horreur
   Date d'inscription  :  25/05/2012
    
                         
Ahava-brumes  /  Didon de la farce


On en a parlé sur Facebook Maddy, mais je plussoie. 

Franchement ça devient lassant cette guerre des égos. Surtout que ta critique était très bien. Les auteurs doivent prendre de la distance avec leurs oeuvres et se faire à l'idée qu'un texte peut aussi rater son lecteur. Je ne vois pas où est le problème.

Moi je pense que je recevrais jamais de bouquin gratuits vu mes chroniques à l'acide sulfurique ah ah! Personne n'aura envie de s'y casser les dents. 

Défendre son oeuvre c'est bien, mais garder l'esprit critique c'est mieux. Y'a des gens qui devraient faire des stages sur Jeunes Écrivains, ce forum t'apprend l'humilité et la modestie en un éclair car on dira ce qu'on voudra on est quand  même sévère entre nous (cf: la section roman/commentaires). D'un autre côté j'ai beaucoup appris grâce à ce forum et je me suis améliorée grâce aux retours de JE qui n'ont pas toujours été tendre à mon propos.
Puis surtout, j'ai appris à m'en moquer. Ou du moins j'y travaille sérieusement.
 
MaddyForeigner
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1825
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Journal du posteur


Souffrir d'une mauvaise critique, la ressasser, je pense qu'on le fait tous en tant qu'auteur, tout en cherchant à comprendre ce qui a déplu, à se corriger. C'est sûr qu'une critique défavorable n'est jamais agréable, sur le coup.
Mais je ne suis jamais plainte d'une mauvaise critique en mettant directement le lien vers cette critique sur ma page FB en appelant mes lecteurs à se révolter contre cette critique. C'est quelque chose que je viens de découvrir. D'autres internautes ont trouvé ça exagéré aussi (un(e) critique peut mettre autre chose que 5 étoiles sinon quel est l'intérêt des critiques ?) mais il y a d'autres internautes, et même des blogueurs (qui se tirent une balle dans le pied) qui ont réagi dans le sens "mais comment peut-on ne pas aimer un tel livre ?" Question
Ce qui m'a achevée, c'est la reprise des termes "cas social disjoncté" dans l'autre critique (celle qui a mis 10/20) avec un rappel en plusieurs paragraphes de la souffrance des enfants martyrisés et pris en charge par les services sociaux en France. La blogueuse parlait d'un personnage, pas de cas vécus. Là, il y a un glissement inquiétant. Un roman peut critiquer l'homophobie ou le racisme et être écrit avec ses pieds, avec des personnages peu crédibles. Ce n'est pas parce qu'on défend une bonne cause qu'on le fait bien.
C'est quand même au point qu'une blogueuse a écrit ne plus lire et chroniquer que des livres étrangers Sad pour ne plus se heurter à l'ego des auteurs. (Ou alors il faut chroniquer les auteurs décédés...pour ne pas risquer un procès...mais ça ne nous arrange pas en tant qu'auteurs français et vivants, ça ! Laughing )
 
Florence_C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3326
   Âge  :  44
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Didon de la farce


Je suis allée lire ton commentaire. Franchement, il n'a rien de désagréable.
Ma "Domination" en a reçu de bien pires...
J'ai lu Victor et je salue ta plume fluide. J'ai par contre eu de la peine avec l'histoire (mais je le savais d'avance... on ne se refait pas quand on est un peu monomaniaque de la fin bisounours comme moi). Je te MP.


A la recherche d'un éditeur ? Quelques infos pratiques ici...
Mes romans ? C'est par ici...
http://fcochet.wix.com/fcochet En ligne
 
MaddyForeigner
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1825
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Journal du posteur


Coucou Florence !
Je viens de répondre à ton mp (par un roman...on ne se refait pas ! Very Happy )
J'avais aussi eu de mauvais commentaires, surtout sur Babelio, pour mon tout premier album jeunesse. Ils avaient raison, d'ailleurs (ce premier album manquait de fantaisie). Je ne sais pas comment je réagirai si mon roman déplaît à sa sortie (Crying or Very sad , sûrement Laughing ) mais j'espère ne pas me laisser aller à pleurer sur la place publique (à me rappeler à sa sortie dans le cas contraire ! Very Happy )
Depuis la sortie de "Victor", je suis rassurée sur mon style. Tu es la deuxième à ne pas trop apprécier l'histoire, mais ça me pose moins problème. Wink j'ai tellement remis en cause mon style ces derniers mois, me demandant s'il était vraiment trop dix-neuvièmiste, explicatif, pesant, pas adapté aux lecteurs contemporains, rempli de verbes au subjonctif imparfait...que me voilà rassurée ! Very Happy
 
Asyne
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4104
   Âge  :  48
   Date d'inscription  :  15/04/2013
    
                         
Asyne  /  L'ivre de la jungle


Jamais évident les avis à laisser, mais du moment que l'on est sincères et que l'on choisi bien les mots, on a rien à se reprocher. Un avis doit être constructif et non pas destructeur.

Sinon, j'ai toujours l'invitation de Victor dans ma poche, dès que j'ai un moment je le lis ! Je suis très curieuse d'en savoir plus Very Happy
https://ksangil.com
 
MaddyForeigner
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1825
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Journal du posteur


Et je suis très curieuse de savoir ce que tu en auras pensé ! Wink

Je pense de plus en plus à faire de Victor le héros d'un cycle de courts romans. L'idée me trotte dans la tête.
Mais j'ai tellement de projets que je vais devoir choisir...sinon je vais couler. redpanda
 
Asyne
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4104
   Âge  :  48
   Date d'inscription  :  15/04/2013
    
                         
Asyne  /  L'ivre de la jungle


Alors, j'ai répondu à l'nvitation de Victor hier soir  Very Happy .

Ecriture fluide, histoire intéressante, j'ai apprécié les "jeux de mots". A un moment, je me suis fait la réflexion qu'il y avait beaucoup de phrases courtes qui donnaient du rythme, mais sur du long terme ça en perd un peu de sa puissance quand il le faudrait. Il y a de l'originalité et ça se lit très vite. J'ai été déçue d'arriver si vite à la fin. Victor a certainement encore plein de petits secrets à partager, je pense que ton idée de courts romans pourrait être très intéressant, surtout vu sa longue vie.
https://ksangil.com
 
MaddyForeigner
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1825
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Journal du posteur


Oui, et ça me trotte dans la tête, mais même si William a une vie plus courte, j'ai aussi envie de continuer à explorer l'univers de Chicago Requiem, entre autre. redpanda Il faudrait que je sois plus rigoureuse quant à ma gestion du temps. J'ai plein d'idées mais je ne sais jamais laquelle suivre.

Pour les phrases courtes, comme un des retours sur mon roman a été que mes phrases étaient parfois trop longues, j'ai fait l'inverse. Mais il en faut pour tous les goûts ! J'ai écrit "Victor d'Estragues" pendant mon parcours éditorial.

Merci pour ton retour ! Wink

J'ai eu la Romancièrece matin, parce que le Mondial Relay = le supermarché du coin. Smile


 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


C'est complètement couillon la défense de l'auteur de "Résilience" que tu cites, Maddy.
Genre critiquer son roman c'est critiquer son personnage, et donc les handicapés et les homos ? What the fuck ? Faut avouer que lu comme ça, le résumé, ça semble en effet ultra mélo. Même moi qui pourtant aime bien les romans durs, sombres, ça ne m'attire pas. Bref oui, ca fait sans doute chier quand t'as 40 commentaires à 5 étoiles d'en avoir une à 3 m'enfin en effet, tu lamines pas son bouquin quoi, et puis, c'est le jeu...
Mais ça souligne un autre problème : un propension à mettre des 5 étoiles partout sur Amazon. Ca m'hallucine parfois de lire des commentaires dithyrambiques sur des romans qui semblent ou que j'ai trouvé -après, avis perso toussa, ok- très très très moyens. Amazon c'est quand même le seul endroit ou la plupart des romans de Marc Lévy ou des bouquins auto publiés à la couverture improbables ont plus d'étoiles que des romans de Victor Hugo (ça c'est pour toi comme exemple Maddy) ou Joyce Carol Oates (Là c'est pour moi Smile )
Alors, certes, c'est normal d'être plus "indulgent" et d'avoir envie de mettre des "bonnes notes" à quelqu'un qu'on connait, pour l'aider et lui faire de la pub, m'enfin des fois, c'est clairement abusé. Du coup certains ne doivent plus se sentir pisser (Ouiii j'ai 50 commentaires à 5 étoiles sur Amazon, j'ai écrit un chef d'oeuvre !!!) et forcément, le 2 ou 3 étoiles ensuite est difficile à encaisser.


(Sinon j'ai vu passer quelques compliments bien chouettes sur Treize Wink Merci beaucoup beaucoup Maddie, je sais que tu es honnête -et peut être difficile avec la littérature "contemporaine"- du coup je craignais un peu ton avis et ce que tu en dis me fait d'autant plus plaisir)
 
MaddyForeigner
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1825
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Journal du posteur


Le jour où j'ai publié mon avis (trois étoiles), une autre chroniqueuse publiait le sien sur Babelio et a dû s'expliquer à cause de l'expression "cas sociaux déjantés". Je mets seulement le début de sa chronique parce que ça rejoint un peu ce que j'ai écrit ("La famille Bélier" version Hardcore) à savoir un roman qui se lit très vite, qui n'est pas mal écrit, mais qui accumule tellement de choses horribles dans un format finalement court (moins de 150 pages) que forcément, ça ne peut qu'être pathétique et prendre le lecteur aux tripes. Donc difficile pour moi de mettre 1 étoile...mais difficile aussi d'en mettre 5 parce qu'un enfant handicapé (syndrome de Marfan) qui vit dans une famille aussi...caricaturale, quelque part, à bien y réfléchir, ce n'est pas réaliste, ce à quoi l'auteure se défend en rappelant plusieurs faits divers (Fiona, Marina Sabatier...), "et puis l'homophobie, et puis le racisme, c'est pas bien"...Je suis bien d'accord. Mais tout mélanger et bien secouer, c'est tout de même oublier que les enfants martyrs dont on a parlé dans les journaux n'étaient pas handicapés, seulement battus, et que...voilà quoi ! À la fin de ma lecture, je me suis quand même demandé si un adolescent atteint du syndrome de Marfan pouvait être entraîné par un professeur d'EPS pour devenir un grand danseur sans que cet enseignant se pose la question du certificat médical, des complications, de l'endurance nécessaire (bien sûr, en moins de 150 pages, c'est survolé)...et pourquoi cette impression d'un "Graine de star" (pour que ça colle à l'air du temps ? Parce que le lycéen qui a le potentiel pour devenir un grand danseur ou un grand chanteur, ça me rappelle la Famille Bélier, les séries à la télé, mais pas la réalité). À la rigueur, j'aurais trouvé cette histoire meilleure, et plus crédible, sans le syndrome de Marfan. Mais bon, je dois être sans coeur.  scratch

Citation :
Dans la famille des cas sociaux déjantés, je vous présente le fils, Vincent.
Vincent n'a pas vraiment de chance. Dès le départ, vous le savez, c'est lui le héros du bouquin. Il va falloir vous préparer à l'aimer, le plaindre très fort voire à pleurer. Déjà, il a une santé extrêmement fragile, son corps est faible et son coeur bat difficilement si bien qu'il subit de multiples interventions chirurgicales. Il est extrêmement maigre, ses membres sont difformes. Ainsi est-il très réservé et parle très peu (tu m'étonnes...).
Puis, je vous présente la mère.
La mère de Vincent est une prostituée qui travaille à la maison. Bon, vous imaginez le traumatisme du fils qui voit sous ses yeux les ébats tarifés de sa mère. En plus, la mère s'en contrefiche du fils. C'est comme s'il n'existait pas. Elle regrette même d'avoir perdu son salaire lorsque son fils a eu la mauvaise idée de faire une crise cardiaque en même temps.
Pour finir, je vous présente le père (ou beau-père je n'ai pas vraiment compris).
Frank est un homme très violent. Il apprécie moyennement le métier de sa femme mais ne rechigne pas à encaisser l'argent qu'elle se fait. du coup, il transfère sa hargne contre Vincent, qui lui n'a bien sûr rien demandé. Il le tabasse, l'humilie et le traumatise. En plus d'être un gros con violent, le père est également raciste. Il aime tabasser des arabes et des homos dans la rue avec ses copains nazis. Il entraîne Vincent dans ses délires et Vincent le suit, bon gré mal gré.
Dès la première page, on apprend qu'à 19 ans, Vincent tue son père, il commet donc un parricide. [...]

Cette chronique n'est pas de moi. Mais ce qu'écrit la chroniqueuse est vraie :
Citation :
Déjà, il a une santé extrêmement fragile, son corps est faible et son coeur bat difficilement si bien qu'il subit de multiples interventions chirurgicales. Il est extrêmement maigre, ses membres sont difformes. Ainsi est-il très réservé et parle très peu (tu m'étonnes...).
Ce qui m'a pour ma part :noes: choquée ensuite, c'est que cet adolescent-là, tel qu'il est décrit, syndrome de Marfan oblige, s'entraîne pour devenir un brillant danseur, car la danse est son don.

Et quand je vois que tous les autres chroniqueurs, ou presque, ont mis 5 étoiles, je me pose des questions.
Est-ce que le surplus d'émotions (et elles sont bien là) fait oublier l'esprit critique ?

Zelia a écrit:

(Sinon j'ai vu passer quelques compliments bien chouettes sur Treize  Wink  Merci beaucoup beaucoup Maddie, je sais que tu es honnête -et peut être difficile avec la littérature "contemporaine"- du coup je craignais un peu ton avis et ce que tu en dis me fait d'autant plus plaisir)

Je ne suis pas si difficile que ça. Je m'étais fait remarquer lors d'une conférence il y a quelques années où une dame expliquait, très sérieusement, que la fiction, les personnages, etc, n'existent pas, qu'on doit lire un roman à voix haute sans y mettre le ton. J'avais fini par demander le micro parce que si, les personnages existent. Ils existent dans la tête de leur créateur qui espère les faire vivre pour ses lecteurs. Harry Potter existe, Sherlock Holmes existe...ce ne sont pas des êtres humains, voilà tout. Laughing Mais quand je lis le petit chaperon rouge, je mets le ton, parce que pour l'enfant qui écoute l'histoire, le grand méchant loup est bel et bien vivant. On ne peut nier ni le rêve, ni l'imagination. On pourra toujours citer Robbe-Grillet qui décrétait en 1957 la mort du personnage, ou Nathalie Sarraute, le Nouveau Roman...mais la Jalousie de Robbe-Grillet m'a ennuyée et le Nouveau Roman en général, ce n'est guère captivant. Nier "la sorcellerie évocatoire" et le personnage, c'est à terme n'écrire que sur soi, sur sa vie, sur ce qu'on connaît, faire de l'autofiction :facepalm: et effectivement, c'est là-dedans que la littérature s'est progressivement enlisée, mettant la littérature de l'imaginaire dans ses marges, alors même que l'on voit bien quels romans deviennent des best-sellers ou sont traduits de l'étranger, ceux qui racontent des histoires, parce que l'être humain aime les histoires. Même ceux qui n'aiment pas lire, et ils sont nombreux What a Face , aiment les histoires. Daniel Pennac le raconte très bien dans Comme un roman.
Par conséquent, je rejette tout un pan de la littérature moderne (autofiction et nombrilisme). Mais j'ai lu plusieurs romans de Joyce Carol Oates et j'ai aimé Treize. Alice a peut-être quelque chose de toi, et l'univers que tu récrées s'enracine dans tes souvenirs. Mais il y a une histoire, un style, on n'est pas dans le pathos même si ça laisse songeur, à la fin. On peut essayer de te cerner à travers ce que tu écris, mais impossible de savoir mieux que toi ce que tu inventes et ce que tu as vécu.
 
MaddyForeigner
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1825
   Âge  :  42
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Journal du posteur


Je viens d'apprendre que "Victor d'Estragues" va être réédité en format numérique et... papier, dans une anthologie sur le thème de la sorcellerie. Smile Je suis contente d'autant que mes parents, beaux-parents, ainsi que des amis, n'avaient pas pu me lire (pbs de vue ou besoin d'imprimer pour pouvoir lire, ou "sur un écran, ce n'est pas vraiment un livre...")

Je n'ai pas ouvert de topic pour "Magdaleina" et "Une Saint-Valentin d'Enfer". Mais je ne voulais pas surcharger (et "Magdaleina" n'a jamais été commentée sur les blogs, j'attends toujours le premier commentaire, alors que "Victor d'Estragues" en avait eu plusieurs).



 
Ybatchea
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  652
   Âge  :  70
   Localisation  :  Aquitaine
   Pensée du jour  :  Faites vivre votre passion, elle vous réchauffera quand le monde deviendra froid. (Proverbe amérindien)
   Date d'inscription  :  09/04/2016
    
                         
Ybatchea  /  Hé ! Makarénine


Très bonne nouvelle!
https://www.facebook.com/profile.php?id=100013939058925
 
Asyne
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4104
   Âge  :  48
   Date d'inscription  :  15/04/2013
    
                         
Asyne  /  L'ivre de la jungle


Cool pour la réédition ! Very Happy
https://ksangil.com
 

 Victor d'Estragues [Nutty Sheep]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication :: Après publication-