PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 Dernières nouvelles de la vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  124
   Âge  :  120
   Pensée du jour  :  Connais ta chance!
   Date d'inscription  :  04/01/2014
    
                         
Legitor  /  Barge de Radetzky


Dernières nouvelles de la vie Nuit_t11
FICHE TECHNIQUE
Titre :Dernières nouvelles de la vie
Auteur : Matthieu Gloiret
Type: recueil de nouvelles
Genre : SF
Éditeur : autoédition sur Amazon
Nombre de pages : 280
Dimensions : hauteur: 21,5 cm, largeur: 14 cm, épaisseur: 1,9 cm
Disponibilité : sur Amazon en broché ou ebook
Livre-Voyageur : NON pas encore

Quatrième de couverture
Cinq nouvelles à la frontière de la science-fiction et du fantastique. Des récits où se mêlent joie de vivre et peur de mourir, désir de changer et besoin de perpétuer, des récits où demain serait un autre monde.

J'ai écrit la vie telle que je la vois: diverse, changeante, encore mal connue.

Extrait
ÉTÉ 1969

C'est l'acmé de ta vie, Neil. Toute la planète est derrière toi. Tu es le premier homme à marcher sur la Lune.
En Mondovision.
La caméra filme maintenant Buzz en train de remonter dans le module lunaire ; tu as quitté son champ de vision. Tu marches assez rapidement. Au bout de deux heures d'escapade lunaire, tu as appris à maîtriser la gravité lunaire, un sixième de celle de la Terre. Tu sais maintenant que le sol ne s'enfoncera pas sous ton poids. C'était la plus grande peur de ta mère. La tienne, c'était l'alunissage. Tout ça est derrière toi maintenant. Comme les deux cents pages de procédures correspondantes, les alertes 1201 et 1202 qui t'ont donné des sueurs froides. Tu as quelques minutes pour toi. Tu as fini de prendre les photos, de monter les instruments de mesure, de prélever des roches lunaires. Tu vas pouvoir rentrer chez toi. Mais tu ne penses pas à ça. Tu as entre les mains ton PPK, ton paquetage personnel. Celui-là, tu ne l'as pas fait soigneusement. Comme beaucoup de choses qui te sont personnelles, tu les mets à l'arrière-plan. Le devoir d'abord, la mission en priorité. Les sentiments, après. Ce paquetage, tu l'as fait au dernier moment. Steven, ton père, t'a donné un tartan, le tartan du clan Armstrong, et t'a juste dit « Laisse-le là-haut, Neil. » Juste ça. Vous êtes des taiseux chez les Armstrong, de père en fils. Alors tu l'as pris. Il n'y avait pas de questions à poser.
Tu as huit minutes ; c'est ta mission dans la mission. CapCom te lâche les basques. Tout le monde regarde Buzz monter l'échelle et ouvrir la capsule. Il ne faut pas qu'il fasse de faux mouvements : la chute n'est pas tellement à craindre avec cette gravité, mais arracher un tuyau de la combinaison pressurisée ou accrocher un bouton du panneau de commandes avec ce scaphandre si volumineux, ça, c'est à craindre... et ça a failli vous arriver.
Tu marches au clair de Terre ; tu ne vois pas d'étoile. Il y a toujours ces flashs mystérieux. Buzz et toi en avez parlé. Des flashs lumineux, même les yeux fermés.
Tout est si sombre, ici. Si dangereux. Tu regardes où tu marches, mais tu ne vois pas tes pieds – la combinaison n'est pas assez souple. Personne ne sait que tu vas déposer le tartan ici, dans cet univers de gris et d'obscur. Tu crois deviner le continent américain derrière la couche nuageuse qui recouvre en partie la planète bleue. La vie est fragile. Cette phrase te traverse l'esprit un instant. Vois-tu ce nuage de points dorés se former devant toi ? Une illusion naissant de cet environnement si peu familier, un nuage de poussière éclairé par le rayonnement de la Terre, penses-tu. Et pourtant, c'est une forme de vie, la seule que connaît la Lune, satellite aride et sans atmosphère.
Tu tires sur la fermeture éclair du PPK. Le tartan est bien là. Il ne te rappelle rien, Neil ? Réfléchis. Le pucier de ton père, disait ta mère. Mais non, tu ne réfléchis pas, tu as autre chose à faire. Tu te répètes : « le tartan est la mission ». Dans quatre minutes, tu dois être revenu au pied d'Eagle, le module. Cette couverture bleue et verte, elle devrait te rappeler quelque chose. Tu l'étales devant toi et tu ne veux pas prêter attention à ces lucioles qui dansent là-bas. Le tartan flotte quelques secondes à gravité un sixième. Tu penses au chien que tu avais, enfant, sans savoir pourquoi. Tous les deux, au crépuscule, vous regardiez le ciel, les étoiles, la Lune. Ce doit être pour cela que tu as pensé à lui. Mais tu ne sais pas que dans le vide spatial, les pensées se diffusent sans obstacle. Tu ne sais pas que ces lucioles, là-bas, captent l'image de ton bonheur. Pour toi, elles ne sont que de la poussière. Comme celle que soulève ce tartan bleu et vert touchant le sol.
Ce tartan, c'était la couverture de ton chien Tippi. Et là, juste au moment où tu vas te retourner, le quitter définitivement des yeux, tu as un flash, pas lumineux celui-là ; c'est celui d'un souvenir précis avec Tippi. C'était durant l'été 1943.

ÉTÉ 1943, un souvenir de Neil


« Tippi, Tippi ! Viens ici, mon chien ! On part en excursion maintenant. »
Tippi, c'est la mascotte de la sizaine de scouts « la troupe du loup » – quand on a douze ans et qu'on veut s'affirmer, on ne cherche pas forcément un nom original. Tippi, c'est aussi et surtout le chien de Neil, un fier labrador qu'il a depuis ses trois ans. Un chien intelligent, comme son maître, et qui attire la sympathie, comme tous les labradors.
« Allez, viens Tippi ! »
Sous l'auvent de la tente canadienne, sur sa couverture, Tippi reste à mâchonner quelque chose. Lui d'habitude si obéissant n'écoute pas. Intrigué, Neil s'approche.
« Alors Tippi, une belle ballade... »
Neil s'interrompt en remarquant ce que son chien laisse pendre de sa gueule et, aussitôt, a un geste de recul car ce qu'il voit ressemble furieusement à une phalange toute noire.
« Tippi, lâche ça ! »
Suivant le ton impérieux de son maître, le labrador laisse tomber son mâchouillis. Sur la couverture aux motifs écossais se distingue nettement la forme d'un doigt humain. Il en faut plus pour impressionner Neil, le plus rationnel et le moins émotif des boy-scouts de « la troupe du loup ». Cependant, il est troublé, car comment appeler ça autrement qu'un doigt ? Son chien le perçoit, ou perçoit son intérêt pour la chose, et se dresse sur ses pattes tout en se pressant contre le jeune garçon.
« Oui Tippi, montre-moi où tu as trouvé ça. »
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  124
   Âge  :  120
   Pensée du jour  :  Connais ta chance!
   Date d'inscription  :  04/01/2014
    
                         
Legitor  /  Barge de Radetzky


Je pourrai vous parler de la genèse de ce recueil et de mes réflexions éditoriales, si vous le souhaitez.
 
Fannuscrit
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  666
   Âge  :  35
   Date d'inscription  :  29/02/2016
    
                         
Fannuscrit  /  Hé ! Makarénine


Longue vie à ce livre, et bravo !

Tu ne passes pas par Libri alors c'est fois-ci ?
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  124
   Âge  :  120
   Pensée du jour  :  Connais ta chance!
   Date d'inscription  :  04/01/2014
    
                         
Legitor  /  Barge de Radetzky


Eh bien non. Les nouvelles sont un genre moins couru que les romans, ce qui fait qu'il est peu probable que mon oeuvre, aussi bonne soit-elle, rentre dans le programme "en route vers le papier" et quand bien même ce serait le cas il y a très peu de recueil de SF qui sont publiés et aucun -à ma connaissance- d'inconnu. Il reste les revues, heureusement, qui parfois en publient. Et l'autoédition qui est une vraie chance pour le lecteur.
 
Zetta
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1012
   Âge  :  41
   Localisation  :  O moun païs
   Date d'inscription  :  12/02/2014
    
                         
Zetta  /  Effleure du mal


cheers Bravo !
Je ne suis pas fan du format nouvelle mais l'extrait que tu présentes est vraiment intrigant. Donc oui, j'aimerais bien en savoir plus sur ton recueil !
http://zettamarino.wix.com/romances-comme-ca
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  124
   Âge  :  120
   Pensée du jour  :  Connais ta chance!
   Date d'inscription  :  04/01/2014
    
                         
Legitor  /  Barge de Radetzky


Je sens que tu vas prendre du plaisir à les lire. J'aimerai être à ta place, petit veinard. Very Happy
Pour info: tu trouveras, notamment, le sommaire dans l'extrait gratuit sur Amazon. Tu pourras voir qu'elles sont assez longues, en particulier 2 qui font une cinquantaine de pages chacune (des novellas). Si tu as des questions, n'hésite pas. Smile
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  12985
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Bonjour
Dernières nouvelles de la vie Formul10
Le titre est un peu impressionnant... et la couverture va dans le même sens.
Mais l'extrait est très joli.
Ce doit être un recueil qui donne à réfléchir

Smile
http://scriptorium2.canalblog.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  124
   Âge  :  120
   Pensée du jour  :  Connais ta chance!
   Date d'inscription  :  04/01/2014
    
                         
Legitor  /  Barge de Radetzky


Les retours des lecteurs vont dans ce sens là (réfléchir, méditer ou rêver selon les inclinations de chacun).
Actuellement, je réfléchis à ça:
Saviez-vous que les plantes souffrent? On parle souvent de la souffrance animale, mais pas de celle des végétaux. Il est vrai qu'ils n'ont ni bouches, ni yeux... La vie est cruelle pourrait-on dire, mais est-elle injuste pour autant? Pas si sûr car tout mouvement tend à rétablir l'équilibre...
Et vous, qu'en pensez-vous?


Dernière édition par Legitor le Dim 19 Mar 2017 - 10:57, édité 1 fois
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  12985
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Hum...
Je te recommande le livre de Soir d'Eté.
Auto-edité, lui aussi.
Pour la question de la vie, juste, injuste, cruelle etc.
Je crois qu'elle n'a pas de topic en "après edition", mais il y a une chronique sur mon blog.


Si tu as besoin d'informations pour le catalogue et/ou ce qui s'y rattache, n'hésite pas
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Juliette n'avait pas peur
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6045
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  Why you so rough when you can't shut me down
   Date d'inscription  :  18/09/2008
    
                         
Juliette n'avait pas peur  /  Iphigénie in a bottle


Discuter
verbe intransitif
Mener une discussion, échanger des idées.
Exemple : Discuter avec les membres de l'opposition.
Synonyme : échanger
Traduction anglais : to discuss

Pop corn
http://lenuageetlecendrier.com/
 
Séléné.C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  12985
   Âge  :  46
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


OK, OK, Pandé...
Ce que m'évoque la question de Legitor sur la souffrance des plantes ?
"Il n’y a pas de souffrance, d'origine, d'extinction ni de chemin. Il n’y a pas de connaissance et pas plus d'obtention puisqu'il n'y a rien à obtenir." (sutra du coeur)
je flirte avec la charte, en postant cela
aurai-je pu exposer ma pensée autrement ?
Je ne sais pas.
S'il faut virer mon post... sorry.
Cela, et un certain petit houx que je prends grain plaisir à soigner, depuis l'année où il est sorti de terre. je lui ai ôté ses pucerons quand il était plus jeune et plus fragile. Je l'ai dégagé des herbes pour qu'il pousse droit. Il piquait déjà un peu. Une année, il a été assez grand pour fleurir.
Cela et aussi un arbre qu'un jour, j'ai dégagé de  la broussaille pour réparer un mur. Il a été si content qu'il a fleuri hors saison.

Voilà. Mais ne n'ai pas envie de m'engager dans un débat sur le sujet, voilà tout.
Ce genre de questions, je préfère les méditer que les réfléchir.


Toutes mes excuses pour être si peu locace, Legitor
http://scriptorium2.canalblog.com
 

 Dernières nouvelles de la vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication :: Après publication-