PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en français : où le ...
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 [Divers] Relecture m'a tuer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
leoneo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  102
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  29/01/2016
    
                         
leoneo  /  Barge de Radetzky


Au début c'était laid, il y avait deux adverbes à la suite, une faute dans la concordance des temps, un adjectif à la familiarité évitable, une expression toute faite ("s'emmêler les pinceaux" je crois, une accumulation de "f" pas très heureuse ("finalement, Franck faisait forcément le fier dans sa Fiat fluo fatale aux filles" -> tiens c'était là aussi si je me souviens bien le problème des adverbes), une grosse grosse incohérence (Franck n'avait pas le permis dans le paragraphe d'avant !) et globalement assez peu d'intérêt (voyez-vous, je ne m'étais pas posé la question du pourquoi de cette scène).
Finalement, après force ajustements, j'ai fait de cette scène anodine et ratée une des scènes clés de mon roman (l'assassinat de la Reine d'A. pour pas trop spoiler). La musicalité est parfaite (amha), le choix des mots aussi réussi qu'il me semble évident, l'action à mon avis assez bien amenée, et la description précise sans trop en faire (le juste dosage). De subtiles allusions à d'autres crimes célèbres viennent en sus apporter un peu d'intertextualité bienvenue. Bref, objectivement une bonne scène !
Problème, pour accoucher de ça, j'ai dû en passer par 35878492348 (au bas mot) réécritures et relectures, et bientôt je n'étais plus apte qu'à juger l'aspect formel de la chose (si c'était lisse, sans accroc, ou si l'oeil continuait de buter). Par contre de l'émotion, le drame, l'humour, la force, l'originalité de l'intrigue je n'en sais plus rien, j'ai acquis mécaniquement la certitude de la phrase qui suit, aucune surprise, aucun plaisir même, c'est plat, sans relief, chiant au possible. J'ai continué, suis revenu dessus un mois ou deux après voir si le texte marchait toujours d'un point de vue stylistique, oui, mais toujours la même déconvenue, quelle scène ultra-prévisible ! (comme toutes les autres sur lesquelles je suis resté plusieurs jours/semaines du reste)
Que faites-vous donc pour garder toujours un peu d'étonnement (essentiel je pense pour ne pas se décourager/désillusionner) par rapport à vos textes "in progress" ? Ou osef, on se dit que le lecteur lui n'aura pas cette désagréable impression de 35878492348 fois déjà lu ?
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Rien. Parce que les questions comme celles-ci, à mon avis, ne servent qu'à se faire souffrir, sans la garantie d'étonner, de surprises, et peut-être qu'étonner et surprendre n'est pas si important, pas tant le cœur des choses, peut-être que trop formater, penser, projeter, c'est ce qui tue l'élan, le texte, parfois.
Mais ça doit dépendre pour beaucoup de la façon de percevoir, et de ce que l'on cherche à faire, si l'on cherche.
Quand même on peut se demander si ça ne trahi pas une fragilité autre que celle-là, sous le dessous, pas encore visible ou qu'on ne s'avoue pas toujours.
M'enfin  comme pour le reste, mille réponses possibles, et autant de vérités.
A un moment, quand même, je crois que projeter ou focaliser sur le lecteur, nous tue un peu, et qu'il faudrait s'en fiche un peu parfois et retourner à soi, à ce qu'on a envie de faire, de dire décrire, peu importe.
(après les incohérences et les coquilles c'est autre chose, quand même, que je distingue de la surprise et des projections de lecture autre)
 
Gemili
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  345
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  Ferme les yeux juste une seconde et tu verras qu'en fait, tu n'en as rien à faire.
   Date d'inscription  :  07/12/2015
    
                         
Gemili  /  Tapage au bout de la nuit


+1 (j argumente beaucoup en ce moment )
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Louise B. a écrit:
A un moment, quand même, je crois que projeter ou focaliser sur le lecteur, nous tue un peu, et qu'il faudrait s'en fiche un peu parfois et retourner à soi, à ce qu'on a envie de faire, de dire décrire, peu importe.

Tout à fait d'accord avec ça.
 
leoneo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  102
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  29/01/2016
    
                         
leoneo  /  Barge de Radetzky


Sauf mon respect, le fond du sujet n'était précisément pas le rapport au lecteur mais... le rapport à soi. Savoir "ce qu'on a envie de faire, de dire, d'écrire" et penser l'avoir réussi, ok, mais comment faire pour que le texte nous résiste/échappe au moins partiellement encore un peu ? Voilà c'est tout, je voulais juste apporter cette contradiction, la maîtrise du texte (nécessaire) vs. le contrôle (qui nous fait prendre trop de hauteur au point d'en perdre une certaine saveur. Et tant mieux au fond si ça ne vous arrive pas !).
Maintenant sur le concours de +1 l'auteur névrosé qui se pose trop de questions sur les finalités de son écriture, je veux bien apporter aussi le mien, mais je vois pas trop où c'est le sujet ici.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Citation :
Que faites-vous donc pour garder toujours un peu d'étonnement (essentiel je pense pour ne pas se décourager/désillusionner) par rapport à vos textes "in progress" ? Ou osef, on se dit que le lecteur lui n'aura pas cette désagréable impression de 35878492348 fois déjà lu ?

Ça donnait l'impression que le lecteur était un peu la finalité... Mais bref.

Pour répondre à ta question, je crois qu'il n'y a que le temps qui redonne de la surprise. Laisser reposer un texte, presque l'oublier avec d'autres, attendre jusqu'à craindre d'y revenir, par peur d'être déçu. Et finalement (idéalement), se trouver surpris que ça ne soit pas aussi mauvais qu'on le craignait (voire même plutôt bien).


Dernière édition par Coline le Lun 30 Mai 2016 - 14:05, édité 1 fois
 
Joliet
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  568
   Âge  :  38
   Localisation  :  Dans le train
   Pensée du jour  :  Cisgenre neurotypique
   Date d'inscription  :  11/09/2014
    
                         
Joliet  /  Du beau, du bon, du bonnet C


Oh mais comme je me reconnait dans ce que tu décris!
Je pense qu'arrivé à ce moment là faut prendre de la distance avec ton texte. Presque physiquement.
Tu as plusieurs choix :
Soit tu le laisses de côté et tu attaques autre chose.
Soit tu le laisses en pâture à d'autres qui pourront le lire d'un oeil neuf, en le livrant au forum par exemple. Et tu t'attaques à autre chose (je me répète, non?)
 
Pangolin
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  7888
   Âge  :  84
   Date d'inscription  :  21/11/2014
    
                         
Pangolin  /  Très premier degré


Je pense que je vois, leoneo. Malheureusement, à part laisser décanter je ne vois pas ce qu'on peut faire. Je me rappelle une interview de Peter Jackson à la fin du tournage du Seigneur des Anneaux. On lui demandait, à présent que c'était fini, s'il avait un souhait à formuler, et il avait dit : qu'on efface de sa mémoire toute trace des années de tournage et qu'il se pose devant le film, l'esprit vierge.

Y a une semaine, je suis retombé sur ma première histoire, que j'arrivais plus à relire tellement j'étais passé dessus. Je crois que j'y avais pas rejeté un oeil depuis quatre mois. J'ai relu le chapitre sur lequel le fichier s'est ouvert, et même si le fond ne m'a pas surpris, je l'ai été par certaines scènes et la façon de les écrire. Et j'en ai retiré du plaisir. Peut-être que cet été je me prendrai quelques jours pour relire tout le truc. A voir si ça tourne à l'auto-flagellation ou à l'entreprise narcissique.
Après je sais pas comment tu travailles. Comme je ne fais pas de plan, je pense que l'élément de surprise joue plus que si j'avais construit un squelette avec des résumés de chapitre (même si c'est fluctuant de faire un plan). Bien sûr ça ne dure que le temps de la rédaction, du coup pour le dernier truc en cours, j'essaye de repasser sur le texte déjà écrit avant d'écrire la suite, si ça peut éliminer quelques relectures après la fin du premier jet...

Bon, et puis c'est un autre problème, mais j'ai beaucoup de mal à m'occuper du texte écrit une fois celui fini, alors si je peux faire en sorte qu'il soit le plus propre possible avant de le déposer sous le porche d'inconnus...
#ParentIndigne
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


ah bah désolée comme tu parlais dans ta dernière question de comment surprendre le lecteur ou est-ce qu'on s'en fout ou pas, j'ai cru que.
et sinon ça doit arriver à tout le monde, justement pour ça que ça fait réagir et/ou interpelle.(pour dire ma réponse ne prenait pas de hauteur, si tu l'a perçu comme tel, juste que je me suis beaucoup arrachée de cheveux comme ça à trop projeter et sans doute encore à venir, mais je me soigne)
ça doit dépendre pas mal de comment chacun écrit, forcément si t'es sans plan t'arrives plus facilement à te laisser des portes ouvertes au tout possible, plan à la lettre je ne sais pas, mais j'imagine que là aussi il est possible de se laisser des marges de manœuvres et "d'amusement".
A part la liberté à se donner du tout possible, ce qui fait une jolie réponse bateau, je ne vois pas trop quelle solution, on peut se refiler sous le manteau.


 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  13990
   Âge  :  47
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


"Relecture m'a tuer"

On en est tous là...


Suspect Mais cette foutue salope...  Twisted Evil  hé bé... Elle est indispensable. Rolling Eyes


Il faut l'optimiser avec un peu de méthode.

Prendre du recul en attendant un peu après l'écriture même.
Demander aide à un/une bétalecture/trice, qui aura aussi du recul sur le texte
Découper la correction en phases de travail

On en réchappe pas. On ne peut pas empêcher qu'elle soit longue et harassante.
On peut juste éviter qu'elle s'éternise pour rien.
http://scriptorium2.canalblog.com
 
leoneo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  102
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  29/01/2016
    
                         
leoneo  /  Barge de Radetzky


Merci pour vos réactions !

J'avoue Peter Jackson résume bien le truc en une phrase, tout le monde (quel que soit le domaine créatif) a d'ailleurs dû à un moment ou un autre espérer connaître le résultat final sans l'envers du décor (et les efforts qui vont avec, mais ça c'est un autre débat).

Aussi, c'est comme devoir expliquer une blague en soirée, woh le fail ! Bah là c'est un peu pareil, à force de relire ça fait un peu radotage tout ça, et pas très spontané, alors que t'y es pour rien au fond si le manuscrit n'était pas parfait dès la 1ère fois. Alors quand en plus y'a du calembour inside, je te dis pas la misère de se lire et relire ! (bon, à force t'as choppé un minimum le truc, là après ce point virgule balise * auteur qui fait son malin *, tu passes direct à la phrase suivante)

pango a écrit:
Après je sais pas comment tu travailles. Comme je ne fais pas de plan, je pense que l'élément de surprise joue plus que si j'avais construit un squelette avec des résumés de chapitre

J'avance à vue, les grosses idées/étapes clés en tête (même parfois les transitions), suffisamment claires pour les retenir et ne pas avoir besoin de noircir des pages et des pages (je suis très pudique, même pour moi ça me gêne de coucher des idées quand c'est pas encore le "moment", alors que rangées dans un coin de la tête je tolère). En tout cas, de mon point de vue, zéro improvisation, ceci expliquant peut-être cela.

Coline me citant puis réagissant a écrit:
Citation :
Que faites-vous donc pour garder toujours un peu d'étonnement (essentiel je pense pour ne pas se décourager/désillusionner) par rapport à vos textes "in progress" ? Ou osef, on se dit que le lecteur lui n'aura pas cette désagréable impression de 35878492348 fois déjà lu ?


Ça donnait l'impression que le lecteur était un peu la finalité... Mais bref.

Non, car là l'idée développé n'est pas "pour qui j'écris ?" mais plus "bon, si au moins quelqu'un d'autre que moi peut lire ce texte pour la 1ère fois..."
 
Jean Sérail
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  143
   Âge  :  42
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  17/03/2016
    
                         
Jean Sérail  /  Barge de Radetzky


Salut, la question m'a déjà tellement pourri la vie que j'ai bien envie de jeter ma pierre dans ce jardin re-taillé, re-re-taillé et puis tellement taillé qu'on n'y voit plus qu'une pelouse.
Bien sûr le temps (celui qui passe, pas le dégueulasse) semble être la première option : quand je n'arrive plus à relire un texte, je laisse passer plusieurs mois avant d'y revenir. Ensuite, soit je trouve ça sans intérêt et j'oublie, soit je me dis que c'est quand même pas mal et je m'y remets, bien souvent avec un regain de motivation.
Autre solution, à laquelle je me prête plus facilement désormais: si je tourne trop autour d'un texte, si j'ai l'impression de m'en être complètement détaché à force de ravaudage, je le réécris depuis le début - sans avoir le premier sous les yeux bien sûr. Souvent le résultat est étonnant, et n'a plus rien à voir avec l'original. Ne reste plus qu'à remixer l'ensemble.
Enfin, une dernière piste: quand une scène me semble, au final, relativement inutile, et si j'ai l'impression que les éléments qu'elle apporte pourraient facilement trouver leur place ailleurs, alors je jette le tout à la poubelle/aux archives, et j'enchaîne. C'est souvent la meilleure solution. Dans ces moments-là, ô combien pénibles, ne pas oublier de penser à Hemingway, qui disait que pour apprécier la qualité d'un roman, on pouvait se contenter de juger de la qualité de ce que l'auteur en avait retiré. C'est quelque chose de très rassurant, quand on balance un texte aux oubliettes, que de se dire que papa Hemingway passera derrière pour ramasser.
Amicalement,
Jean
 
leoneo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  102
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  29/01/2016
    
                         
leoneo  /  Barge de Radetzky


On sent oui le problème que t'as potassé !
Mais au-delà de laisser du temps de "maturation" à certains passages, quid de ceux que t'estimes déjà aboutis, mais hélas - ou pas - grâce un jugement plus rationnel/objectif que sensible ?

Amicalement too
 
Ahava-brumes
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3392
   Âge  :  31
   Localisation  :  Dans un château hanté
   Pensée du jour  :  Mon idéal c'est d'aimer avec horreur
   Date d'inscription  :  25/05/2012
    
                         
Ahava-brumes  /  Didon de la farce


Perso, je relis dans la foulée. Je rajoute des trucs, j'étoffe. Disons que comme j'essaie de pondre la V1 le plus vite possible, je comble les trous. Ceux causés par ma hardiesse et mon impatience. 
Puis je laisse reposer, j'envoie la chose en bêta-lecture, j'écris un autre texte. Puis je m'y penche à nouveau. 
J'essaie de pas trop me prendre la tête avec ça. D'ailleurs j'aime bien la phase de relecture. J'ai l'impression de faire de la poterie. Tu as de la matière et t'essaie de la mettre en forme (en fait je me sens démiurge comme dans les mythes foireux de Platon).
 
Jean Sérail
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  143
   Âge  :  42
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  17/03/2016
    
                         
Jean Sérail  /  Barge de Radetzky


leoneo a écrit:
quid des passages que t'estimes déjà aboutis, mais hélas - ou pas - grâce un jugement plus rationnel/objectif que sensible ?

Bah dans ces cas-là je vois pas où est le problème... Le fait d'être arrivé, de façon rationnelle, à quelque chose qui te satisfait n'inclut pas d'en avoir ôté toute sensibilité... si ça te convient, tu passes à autre chose! Pour le souffle, l'âme et tout le blabla, il faut des lecteurs autres que tes amis et ta famille, et c'est parti! nan?...
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 [Divers] Relecture m'a tuer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-