PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-38%
Le deal à ne pas rater :
SSD Interne – PNY – CS900 Series 1 To 2,5″ SATA III à 64,99€
64.99 € 104.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 Par quoi commencer pour un premier livre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
amysdream
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  475
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  08/05/2014
    
                         
amysdream  /  Pour qui sonne Lestat


Je ne sais pas si c'est dans la bonne section et si le titre est explicite. Je vais vous expliquer.

Hier, j'ai discuté avec un ami concernant mes écrits. Ce qu'il en est ressorti de sa réflexion (et de ce que mes oreilles ont compris) c'est que je m'enferme dans un style, que je laisse trop ma plume vagabonder, je ne vais à l'essentiel ce qui au final, donne des histoires à rallonge.

Quand je lui ai dit que mon histoire principale était une quadrilogie, il m'a d'abord recommandé de me faire un nom avant de me lancer dans ce genre d'aventure. Il m'a également conseillé de commencer par des histoires courtes.

Il ne remet pas en doute mon "talent" mais juste ma plume qu'il trouve beaucoup trop diluée.

Je lui ai bien dis que je ne m’intéressais pas uniquement à la fantasy et lui ai expliqué mes autres histoires. La réponse ne s'est pas fait attendre "c'est du déjà vu".

J'adore mon pote, c'est un type super mais là je vous avouerai que je suis quelque peu découragée.

J'en viens maintenant aux questions qui me taraudent :

- Faut-il commencer par une histoire simple avant d'embrasser une carrière ?
- Faut-il se faire un nom pour qu'on soit sure de faire mouche avec une série de livre ?

Il me parle de trouver quelque chose d'original, qui sorte du lot ! Mais est-ce qu'on a pas déjà tout explorer en matière littéraire ?

Sa reflexion me travaille énormément. J'ai l'impression de travailler pour rien sur mon récit. J'ai l'impression que tout ce que j'imagine n'est autre qu'une pale copie d'autres histoires...

Qu'est ce que vous en pensez ? Une chose et pas des moindres : Cet homme a écrit de nombreux de poèmes et n'a jamais lu mes écrits.

En vous remerciant pour vos réponses :flower:
http://mchevalier.canalblog.com/
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


C'est une question à la fois très simple et très difficile:

Si tu avais vraiment confiance en ton travail, sa remarque t'aurais coulé dessus et tu lui aurais dit d'aller se faire mettre.

Seulement, vu ton message, tu doutes. C'est normal, mais pas avec un roman à 220000 mots ou quoi.
C'est sans doute l'occase des questions profondes: pourquoi j'écris? Qu'est ce que je veux dire, raconter? Quel est mon angle? Dans quel style je m'inscris? Quel est mon but? Quels sont mes maitres?

La fantasy n'est pas un problème en soi. Ça impose juste une ambition énorme: passer après Tolkien. Après tu peux très bien faire rien d'original, ça ne diminuera en rien tes chances d'en vivre ou d'être publiée. Des tas de trucs plus ou moins passe-partout sont publiés sans cesse, parfois pas mal du tout.

La question, c'est de ton côté: qu'est ce que tu cherches à faire? Apporter du neuf? Écrire juste pour le fun sans le côté plus introspectif?

Tout est potentiellement publiable ou non publiable.

La saga en 4 tomes? Ça m'a toujours paru bizarre ces histoires de trilogie à l'avance. Comment tu le sais? Tolkien ne voulait pas diviser le SDA, c'est son éditeur qui l'a divisé en 3. Si tu connais si bien ton écriture et ta méthode que pour déterminer la taille, le rendu à l'avance, c'est impressionnant.

En tout cas, tout dépend de toi. Ce que tu cherches dans, à travers l'écriture. Personnellement, juste raconter une histoire avec des dragons et des gobelins ça m'intéresse pas du tout. Et autant j'adore le SDA, autant ce n'est pas adulte comme littérature, ça me parle pas plus que de me divertir. Ce qui m'intéresse, c'est toute la gamme des émotions humaines, la dentelle du style, la limite du langage, les paradoxes de l'existence, les interrogations...donc même si j'en ai lu, je suis pas bon conseiller concernant la fantasy elle-même, sinon que j'ai l'impression(peut-être fausse) que "simplement" mettre en place un univers vaguement humain, sans logique interne fine, avec juste des noms bizarres celtico-nordiques et un scénario de type quête A vers B avec péripéties et un héros qui vit un voyage initiatique ne suffit plus ou pas, pour faire du neuf, pour être publié ça n'a rien à voir.

Courage en tout cas Smile
 
Florence_C
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3722
   Âge  :  45
   Localisation  :  Suisse
   Date d'inscription  :  19/10/2014
    
                         
Florence_C  /  Sang-Chaud Panza


Le doute est ce qui fait avancer. Et si sa remarque t'a touchée, c'est peut-être parce qu'elle te parle, même si elle fait mal.

Je vais te parler de mon expérience... désolée si c'est du réchauffé.
Mes premiers écrits sont passés à la moulinette d'une personne chevronnée qui a pointé du doigt tous mes défauts. J'ai mis du temps à accepter, à comprendre ce qu'elle voulait dire. Mais une fois que j'ai digéré, j'ai réalisé qu'elle avait raison. Mon écriture avait énormément de défauts (et elle en a encore...) et j'ai beaucoup bossé pour l'améliorer.

Ma solution a été de passer par les appels à texte pour affûter ma plume sur du court et sur des chutes surprenantes. Et ma première réflexion quand je choisis un AT, c'est : "Qu'est-ce que je pourrais trouver auquel les autres ne penseront pas ?"
Se démarquer est important. Après, si le style est génial, même si c'est du réchauffé, on peut séduire.
D'où l'importance de continuer, de travailler encore et encore.

J'ai choisi l'option AT pour me créer une bibliographie et nouer des contacts, ce qui s'est avéré payant pour moi.

Si tu veux, je te lis volontiers quelques pages (pas plus parce que je n'ai pas beaucoup de temps) pour te dire ce que je vois en matière de style...


A la recherche d'un éditeur ? Quelques infos pratiques ici...
Mes romans ? C'est par ici...
http://fcochet.wix.com/fcochet
 
amysdream
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  475
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  08/05/2014
    
                         
amysdream  /  Pour qui sonne Lestat


Fabre :

Citation :
La saga en 4 tomes? Ça m'a toujours paru bizarre ces histoires de trilogie à l'avance. Comment tu le sais? Tolkien ne voulait pas diviser le SDA, c'est son éditeur qui l'a divisé en 3. Si tu connais si bien ton écriture et ta méthode que pour déterminer la taille, le rendu à l'avance, c'est impressionnant.

Je le sais parce que je travaille cette histoire depuis maintenant deux décennies. Je ne peux pas déterminer la taille exact de chaque tome mais je sais où je veux aller et quelle contenance donnée à cette histoire.

Citation :
En tout cas, tout dépend de toi. Ce que tu cherches dans, à travers l'écriture. Personnellement, juste raconter une histoire avec des dragons et des gobelins ça m'intéresse pas du tout.

Non, pas uniquement. Mon roman s'accentue au départ sur la fantasy avec sur la fin des combats qui se font sur d'autres planètes et des voyages dans l'espace. Certain m'ont dit "ouais, mais y'a des gens qui vont pas aimé" j'ai envie de répondre "F**k les gens, on aime ou on aime pas. J'écris ce que j'ai dans les tripes un point c'est tout. Pourquoi se cantonner un style sur une seule histoire alors que celle-ci peut en contenir plusieurs ? "

Citation :
Courage en tout cas

Merci :flower:

Florence C :

Citation :
Je vais te parler de mon expérience... désolée si c'est du réchauffé.

Pas grave ! Smile

Citation :
Mes premiers écrits sont passés à la moulinette d'une personne chevronnée qui a pointé du doigt tous mes défauts. J'ai mis du temps à accepter, à comprendre ce qu'elle voulait dire. Mais une fois que j'ai digéré, j'ai réalisé qu'elle avait raison. Mon écriture avait énormément de défauts (et elle en a encore...) et j'ai beaucoup bossé pour l'améliorer.

Inscrite sur un autre forum, une personne fait exactement la même chose. Elle pointe du doigt ce qui ne va pas. Elle lit l'histoire petit à petit mais sais me dire où je faute.

J'ai mis mon roman en béta lecture pensant que quelqu'un pourrait lire et me dire mais je n'ai eu aucune proposition pour le moment. Je voulais justement que quelqu'un me dise ce qu'il en pense et m'indique les endroits à corriger.

Citation :
Ma solution a été de passer par les appels à texte pour affûter ma plume sur du court et sur des chutes surprenantes.

Je commence les appels à texte. J'ai décidé de m'y mettre pour pouvoir m'exercer justement. C'est pas un exercice facile mais c'est ce qui est le plus efficace.

Citation :
Si tu veux, je te lis volontiers quelques pages (pas plus parce que je n'ai pas beaucoup de temps) pour te dire ce que je vois en matière de style


Avec plaisir. Tu peux te rendre sur ma page de roman pour lire le début ou je peux t'envoyer autre chose. C'est toi qui voit.

Merci à vous deux en tout cas Very Happy
http://mchevalier.canalblog.com/
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Bonjour

Mon point de vue concerne une personne (moi) qui écrit par simple plaisir et non dans l'optique de publier (même si j'aimerai bien Wink )

Peu importe la taille, de tes écrits, tant que l'histoire que tu développes te passionne, que ce que tu écris te convient.
Même si ton texte est a rallonge, je suis certaine que chaque mot à son importance dans le fil.

En ce qui concerne ton impression que ce que tu écris n'est qu'une pale copie d'oeuvre existante.
Je vais être cash mais arrêtons de nous mentir et de nous voiler la face, tous textes, peu importe le nom, la célébrité de son auteur, toute oeuvre est une copie d'une autre, car c'est justement ca qui inspire.
Regarde le nombre de roman dans le genre de 50SOG qui on vu le jour apres la sortie de cette saga ou même pour les vampires.

Regarde le nombre d'oeuvre publié qui raconte les aventures d'une adolescente qui tombe enceinte, alors qu'elle n'a que 16 ans. ou ces histoires de bande d'amis qui evoluent dans le meme univers.

Ton oeuvre peut avoir des simélitudes avec d'autres, mais ce qui la différencie, c'est cette touche inédite, exceptionelle que tu mets et qui la rend unique Very Happy

En espérant t'avoir répondu
<3


 
Alice de Castellanè
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1659
   Âge  :  46
   Localisation  :  Avignon
   Date d'inscription  :  05/05/2015
    
                         
Alice de Castellanè  /  Fiancée roide


amysdream a écrit:
Il me parle de trouver quelque chose d'original, qui sorte du lot ! Mais est-ce qu'on a pas déjà tout explorer en matière littéraire ?

N'ayant encore pas écrit de roman, je vais difficilement pouvoir t'aider. Mais, l'autre jour, un JE (peut-être était-ce même Florence ?) a mis un lien sur un site (lequel, j'ai oublié) qui expliquait qu'il y avait 3 façons de "plaire" à un éditeur (je "cite" de tête) :

- Ecrire une intrigue super originale, bien menée, avec un bon rythme, des alternances, tout le tralala.

- Avoir une écriture originale, un style impeccable, bien à soi.

- Combiner les deux (et ça, c'est le Graal).

Ça m'a semblé assez pertinent. Donc oui, je pense qu'on peut être original. Même si le thème de base est vu et revu, si l'angle change, si le personnage porte l'histoire, si le style ou le genre est différent, si, si, si... oui, je pense qu'on peut se réinventer toujours. Regarde Queneau et ses exercices de styles : 1 histoire, 99 traitements différents !

amysdream a écrit:
que je laisse trop ma plume vagabonder, je ne vais à l'essentiel ce qui au final, donne des histoires à rallonge.

Peut-être est-ce le genre qui veut ça ? Je ne connais pas la fantasy, donc là non plus, je ne peux pas trop te donner mon avis, mais il me semble que ces bouquins-là font souvent plusieurs tomes. Mais c'est vrai que personnellement (et ça, c'est hyper subjectif) je préfère les histoires qui vont à l'essentiel.

amysdream a écrit:
Il m'a également conseillé de commencer par des histoires courtes.

C'est une très bonne méthode pour entraîner son style, sa narration, développer sa créativité. Tu as les AT comme le conseille si justement Florence, mais tu as aussi, et là SCOOP :

:woowoo: La Roulette Russe ! :woowoo:

Sans danger, entre JE, rien que du plaisir !

Allez, viens nous retrouver Smile Tente au moins une fois l'expérience !
http://alicedecastellane.com/
 
Gemili
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  345
   Âge  :  28
   Pensée du jour  :  Ferme les yeux juste une seconde et tu verras qu'en fait, tu n'en as rien à faire.
   Date d'inscription  :  07/12/2015
    
                         
Gemili  /  Tapage au bout de la nuit


Tu fais ce que tu veux. De toute façon ton succès c'est moitié hasard, moitié talent.

Des gens qui ont eu du succès, voyons voir ...

King : nouvelles
Asimov : nouvelles
Rolling : 7 FUCKING TOME
Robillard : JESEPLUSBEAUCOUP DE TOME

Bla, bla, bla. Il y a autant de parcourt que d'auteurs, alors le meilleur conseil que je puisse te donner, c'est de faire ce que tu veux.

Après, on est dans une période où le style essaie d'aller à l'essentiel, vers une certaine densité. Donc tout dépend de ton style et de la façon dont tu emmènes l'histoire. Plus que la taille, il faut que ça bouge.
Mais tu peux aussi l'ignorer. Décidé que tu seras contre le courant. Parce que, au final, il n'y a pas de bonne réponse, pas de chemin tout tracé, pas de "bonne manière de faire".
 
Arkash
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3357
   Âge  :  31
   Pensée du jour  :  "Who cares if it doesnt make sense as long as it works ?"
   Date d'inscription  :  30/01/2015
    
                         
Arkash  /  Didon de la farce


Fabre a écrit:
La saga en 4 tomes? Ça m'a toujours paru bizarre ces histoires de trilogie à l'avance. Comment tu le sais? Tolkien ne voulait pas diviser le SDA, c'est son éditeur qui l'a divisé en 3. Si tu connais si bien ton écriture et ta méthode que pour déterminer la taille, le rendu à l'avance, c'est impressionnant.

Je voulais réagir a ça...

Je comprends ton point mais je pense qu'un raconteur d'histoire peut voir a l'avance (a plus ou moins grande échelle selon si tu es un auteur "jardinier" ou "architecte") la structure globale de son récit.

On peut bien sur jouer sur les codes, et il le faut, mais je pense (peut-être que j'ai tort) que toutes (ou presque) les histoires peuvent être divisées en trois actes, et dans ce cas, découper une histoire en une trilogie (a l'avance) fait sens, afin de pouvoir se concentrer pleinement sur chaque acte et y dire tout ce qu'on à a y dire sans se presser par peur de faire trop long.

Puis bon, ok, ça a un aspect un peu commercial ce que je vais dire, mais j'aime le principe de sérialisation (tant d'un point de vue esthétique que pour la fidélisation du lecteur et surtout susciter sa réflexion, sa théorisation, son envie de découvrir la suite, ses spéculations...), donc je pense que tu peux décider de couper ton récit en saga au préalable.

Anyway, amy, je comprends les doutes qui t'assaillent (je les ai vécus aussi) mais au fond, je pense que la seule et unique clé c'est d'avoir confiance en ton récit et de plonger. Certes, il faut tenir compte de toutes les remarques d'autrui, mais au final tu es la seule capitaine a bord, c'est toi qui a le final cut et c'est tes choix qui comptent, alors fonce ! Smile 
 
Volte
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4238
   Âge  :  32
   Pensée du jour  :  A la recherche du temps à perdre
   Date d'inscription  :  24/04/2008
    
                         
Volte  /  JE's Official GO


Ce qui me choque moi c'est le paradoxe entre "il trouve ma plume trop diluée" et "il n'a jamais lu mes écrits". Du coup, il juge selon quoi ? Juste la taille ? Tu peux avoir une histoire à rallonge sans faire de remplissage ou sans t'égarer et avoir une écriture précise... ça implique évidemment un univers costaud ! Après je sais que c'est frustrant, mais il faut savoir ne pas tout mettre dans un écrit, tous les détails, toutes les intrigues tertiaires ou annexes. Un tri est obligatoire.

"Un truc original" il est drôle lui Laughing je rejoins mes camarades du dessus. Il n'y a aucun problème à ne pas révolutionner la littérature. Le tout est que ça plaise, qu'on s'identifie, qu'on vive ton histoire.

En revanche... commencer sur du court, au moins au niveau publication pour te faire un CV, c'est compliqué : à part des AT (qu'il faut gagner) et quelques revues plus ou moins confidentielles, il est très difficile à mon sens de se distinguer avec du court, faute de couverture. Je comptais passer par-là aussi, puis j'ai écrit un roman et je me suis dit que ce serait plus facile de potentiellement me "faire un nom" avec.

Enfin, ce ne sont que mes impressions sur ce vaste débat, qui a autant d'exemples que d'exceptions. Courage, continue, tant que ça te plaît. Et si je pouvais e permettre de te donner un conseil, si tu as l'impression de trop en mettre ou que c'est une remarque qui revient souvent, finis d'abord d'écrire ton histoire en entier ; tu y verras plus clair à la relecture pour savoir si tel ou tel élément est annexe ou utile.


Mes écrits
Mes nouvelles et les commentaires
Sur la colline est disponible à l'achat sur Amazon !
 
Le reste
Revue de presse : des articles Web sur le monde littéraire
Concours de micronouvelles : Participez jusqu'au 13 août !
https://litteraturesurvoltee.wordpress.com/
 
MaddyForeigner
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1979
   Âge  :  43
   Localisation  :  Devant mon ordi
   Date d'inscription  :  26/01/2014
    
                         
MaddyForeigner  /  Journal du posteur


Volte a écrit:


En revanche... commencer sur du court, au moins au niveau publication pour te faire un CV, c'est compliqué : à part des AT (qu'il faut gagner) et quelques revues plus ou moins confidentielles, il est très difficile à mon sens de se distinguer avec du court, faute de couverture. Je comptais passer par-là aussi, puis j'ai écrit un roman et je me suis dit que ce serait plus facile de potentiellement me "faire un nom" avec.

Ou les albums jeunesse. J'ai commencé par les concours de poésie, début 2013, avant d'écrire mon premier conte pour enfants. Je suis maintenant l'auteur de 5 albums jeunesse et d'un recueil de poèmes.

En revanche, tous mes textes publiés étaient des textes seuls.
J'ai aussi travaillé en binôme avec des illustrateurs mais nous n'avons eu que des refus. J'ai l'impression que ça a doublé la difficulté (il faut que le style de l'illustrateur plaise, et pas seulement le mien, et idem si les dessins plaisent mais pas mon texte).
Mais...pour des textes de moins de 5000 caractères avec des tirages satisfaisants, c'est une bonne option. Pour se faire un nom...je ne pense pas. Mais pour être lu, faire des dédicaces et être invité à des salons, oui. C'est moins confidentiel que des publications dans des revues (au niveau de mes poèmes parus dans des revues, là, c'est ultra confidentiel...) et puis, tenir un album cartonné bien illustré dans ses mains, voir son texte sublimé, ça n'a pas de prix.

Là, je me lance dans le roman adulte. Je réfléchis au roman jeunesse study mais je verrai.
 
Rulae
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  2562
   Âge  :  34
   Pensée du jour  :  Accueille
   Date d'inscription  :  12/01/2014
    
                         
Rulae  /  Le bruit et la pudeur


Comme tout le monde, je suis aussi passée par ces interrogations-là (je compatis).
D'accord avec les gens du dessus, c'est ton roman, c'est toi la maîtresse à bord. Après, ça n'empêche pas que tu aies un plan d'ensemble, que tu saches où tu vas avec ton univers.

Ma réaction à cette prise de conscience, ça a été de prendre du recul. Je me suis posée tranquillement deux minutes et j'ai fait le point, avec quelques questions simples :

1) Résumé du roman (ça doit tenir en 1 ou 2 paragraphes)
2) Définir le roman/projet en quelques mots/phrases
3) Mon intention, avec cette histoire, a été de...
4) Ce que j'ai voulu dire aux lecteurs avec cette histoire, c'est que...


Ça m'a permis de mieux maîtriser mon propos, de bien définir ma destination et le pourquoi de ma démarche. Peut-être cela pourra-t-il t'aider aussi. Après, on a chacun nos méthodes, suivant la façon dont on fonctionne.

Mais au final, le principal dans tout ça, c'est bien que tu t'éclates en écrivant Smile Le reste est secondaire.
Bon courage en tout cas et ne te laisse pas abattre !
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  581
   Âge  :  42
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Gloire de son pair


Fais tes gammes en écrivant une nouvelle ou deux. Ou plus. Ça permet de forger son style, de se rendre compte qu'on est bien capable d'écrire une histoire entière et de reprendre confiance en soi.

Pour ce qui est de l'originalité : l'intrigue, c'est une chose, mais ce qui distingue un roman d'un autre, c'est aussi ce qui gravite autour : le style, les personnages, les spécificités de l'univers dans lequel ils évoluent, etc. Et puis, pas besoin de révolutionner un genre littéraire pour accrocher un lecteur. Prend n'importe quel bouquin que tu as adoré, et demande-toi "qu'est-ce que ce bouquin a de vraiment original qui fait que j'aime celui-là plutôt que tels autres ?" Tu verras que, en général, c'est pas grand chose.
https://fabiendelorme.fr
 
Zetta
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1012
   Âge  :  43
   Localisation  :  O moun païs
   Date d'inscription  :  12/02/2014
    
                         
Zetta  /  Effleure du mal


Hello Amysdream,

Pour moi il faut distinguer deux choses dans ce que tu dis :

Sur l'originalité, je pense comme toi que tout a déjà été écrit, mais que chacun peut quand même apporter quelque chose de singulier. Il ne faut donc pas t'arrêter à ce manque d'originalité supposé. Peut-être aussi que tu ne sais pas "pitcher", c'est à dire présenter ton projet en quelques phrases de façon convaincante, et que c'est pour ça que ton ami n'a pas "senti" ce que tu allais apporter à cette histoire.

Sur la longueur du récit, je pense effectivement que c'est mieux de faire court. J'avais trouvé (quelque part sur ce forum d'ailleurs il me semble) cet article qui m'avait convaincue. http://www.editions-humanis.com/premier-roman-court.php. Après, ça me convient à moi, mais ça n'est pas non plus une règle absolue.

De façon plus philosophique peut-être, il faut voir ce que tu veux retirer de l'écriture. Sachant que la célébrité et la richesse sont peu probables, pour ma part je me dis qu'il est raisonnable d'essayer de retirer autant que plaisir du processus d'écriture, parce qu'il y a des chances que ce soit à peu près tout ce que j'en retire :mrgreen: . Il me semblerait contrepoductif de te contraindre à écrire de façon concise si ça ne te convient pas.
http://zettamarino.wix.com/romances-comme-ca
 
amysdream
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  475
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  08/05/2014
    
                         
amysdream  /  Pour qui sonne Lestat


Dark Angel :

Oui, réponse approuvée :mrgreen:

Alice :

Citation :
C'est une très bonne méthode pour entraîner son style, sa narration, développer sa créativité. Tu as les AT comme le conseille si justement Florence, mais tu as aussi, et là SCOOP :

:woowoo: La Roulette Russe ! :woowoo:

Sans danger, entre JE, rien que du plaisir !

Je ne connaissais pas ! J'irai y faire un tour ! Very Happy

Gemili :

Citation :
Après, on est dans une période où le style essaie d'aller à l'essentiel, vers une certaine densité. Donc tout dépend de ton style et de la façon dont tu emmènes l'histoire. Plus que la taille, il faut que ça bouge.
Mais tu peux aussi l'ignorer. Décidé que tu seras contre le courant. Parce que, au final, il n'y a pas de bonne réponse, pas de chemin tout tracé, pas de "bonne manière de faire".

J'ai toujours eu une âme de rebelle. Quand j'ai dit à un éditeur que mon roman commençait par de la Fantasy et se finissait SF limite Space Opera, il a fait un bon et m'a dit qe cela n'allait pas plaire mais... je m'en fou :mrgreen:

Parce que dès le départ j'annonce la couleur tongue

Arkash :

Citation :
Anyway, amy, je comprends les doutes qui t'assaillent (je les ai vécus aussi) mais au fond, je pense que la seule et unique clé c'est d'avoir confiance en ton récit et de plonger. Certes, il faut tenir compte de toutes les remarques d'autrui, mais au final tu es la seule capitaine a bord, c'est toi qui a le final cut et c'est tes choix qui comptent, alors fonce ! Smile

J'essaie de tenir compte de toutes les remarques que l'on me fait mais c'est assez difficile surtout quand cela remets en question ta manière d'écrire et les histoires que tu veux imaginer. Je pense que les gens ne se rendent pas compte à quel point cela peut être vexant ce genre de remarque surtout quand on voit le nombre d'heure et le temps de réflexion pour accéder à un récit qui tienne la route.

Volte :

Citation :


Ce qui me choque moi c'est le paradoxe entre "il trouve ma plume trop diluée" et "il n'a jamais lu mes écrits". Du coup, il juge selon quoi ? Juste la taille ? Tu peux avoir une histoire à rallonge sans faire de remplissage ou sans t'égarer et avoir une écriture précise... ça implique évidemment un univers costaud ! Après je sais que c'est frustrant, mais il faut savoir ne pas tout mettre dans un écrit, tous les détails, toutes les intrigues tertiaires ou annexes. Un tri est obligatoire.

Il juge sur la longueur... Il a fait un bond quand je lui ai dit que c'était une quadrilogie, que c'était trop long et qu'il se découragerait vite ... etc... Quand je lui racontais ce que je voulais faire c'était tout de suite "ouais mais c'est déjà vu ! regarde avec ... tel ou tel fil ou tel bouquin... ". En fait cela m'a gonflé un peu de faire ce genre de comparatif.

Citation :
Enfin, ce ne sont que mes impressions sur ce vaste débat, qui a autant d'exemples que d'exceptions. Courage, continue, tant que ça te plaît. Et si je pouvais e permettre de te donner un conseil, si tu as l'impression de trop en mettre ou que c'est une remarque qui revient souvent, finis d'abord d'écrire ton histoire en entier ; tu y verras plus clair à la relecture pour savoir si tel ou tel élément est annexe ou utile.

Beaucoup me disent que c'est long mais l'univers que j'ai créé est très vaste ! Raccourcir l'histoire, ce serait passé à côté de plein de chose... Alors oui je peux faire un lexique mais si c'est pour que le lexique soit plus long que le récit....

Rulae :

Citation :
Mais au final, le principal dans tout ça, c'est bien que tu t'éclates en écrivant Smile Le reste est secondaire.

Oui, aussi. J'ai toujours pris plaisir à écrire mes petites histoires avec les intrigues et tout le reste. Je sais bien que cela ne va pas plaire à tout le monde j'en ai conscience. Mais bon tant que je m'amuse cheers

fabiend :

Citation :


Fais tes gammes en écrivant une nouvelle ou deux. Ou plus. Ça permet de forger son style, de se rendre compte qu'on est bien capable d'écrire une histoire entière et de reprendre confiance en soi.

J'ai déjà une dizaine de nouvelles à mon actif. Wink Faudrait que je trouve le temps pour les corriger cependant Rolling Eyes scratch

Zetta :

Citation :
Sur la longueur du récit, je pense effectivement que c'est mieux de faire court. J'avais trouvé (quelque part sur ce forum d'ailleurs il me semble) cet article qui m'avait convaincue. http://www.editions-humanis.com/premier-roman-court.php. Après, ça me convient à moi, mais ça n'est pas non plus une règle absolue.

J'irai faire un tour. Smile

En tout cas merci à tous pour ce remontage de moral :flower: :calien:

http://mchevalier.canalblog.com/
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Réponse approuvée ? @_@
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Par quoi commencer pour un premier livre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-