PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-20%
Le deal à ne pas rater :
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – Charge 65W
239 € 299 €
Voir le deal

Partagez
 

 [Structure] Arrêt de la narration, changement de temps,...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Halariar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  16
   Âge  :  24
   Localisation  :  Doubs - 25
   Pensée du jour  :  "C'est pas parce que vous voulez renverser la table que vous descendez de la voiture dont vous vous abstenez de choisir le chauffeur." NS
   Date d'inscription  :  23/12/2015
    
                         
Halariar  /  Homme invisible


Bonjour à tous !
J'ai déjà créé un sujet juste avant mais je préférais en recréer un autre car le thème n'est pas le même (et je n'avais pas envie de me faire taper sur les doigts par les modérateurs Razz )
Donc voilà j'ai quelques questions très simple à répondre par un expert (un oui/non me suffirait).

1) Dans mon prologue,  j'annonce que je raconte mon histoire à un vieillard (je sais c'est pas très original mais c'est nécessaire pour un élément très important de l'histoire).
Déjà j'aurais aimé savoir si je peux arrêter ma narration pour parler avec le vieillard, juste quelque lignes de temps en temps  (mais toujours à l'intérieur d'un même chapitre) ?
Je mettrais par exemple en gras le texte concerné pour les distinguer des autres paroles.

2) J'écris tout le long de l'histoire au passé et avec "je". Quand j'ai fini de lui raconter, le roman n'est pas terminé (on en est au 3/4 environ) et je me demandais si je pouvais alors passer au présent étant donné que je ne raconte plus mais que je vis l'histoire.

3) Et aussi est-ce possible de cacher au lecteur que le protagoniste fait certaines choses ?
Je m'explique :

Chapitre n - 1
... Je m'endormis dans la grotte avec le vieillard.

Chapitre n
Dans la nuit, un homme cagoulé pénètre dans la tour fortifié...

Chapitre n + 1
Je me réveillai aux côtés du vieillard, avant de...

Sachant que "je" désigne aussi la personne cagoulée. J'ai donc fait une escapade nocturne mais le lecteur ne le sait pas et pense que c'est un autre personnage.

4) Peut-on intégrer des tableaux (de valeurs), des courbes, des calculs dans un roman ?
Par exemple, je voudrais expliquer qu'à 1800 K les flammes sont rouges, à 3000 K jaunes, à 5500 K blanches, etc. Mais avec du texte c'est plutôt lourd.
J'ai vu dans Endgame (pour ceux qui connaissent), qu'il y en a mais c'est plutôt réservé à l'énigme me semble-t-il.

Voilà, c'est tout (même si c'est déjà pas mal) Smile
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  581
   Âge  :  42
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Gloire de son pair


1) je ne suis pas trop sûr d'avoir tout compris.

2) oui, c'est même sans doute mieux, mais il faut savoir que certains lecteurs n'aiment pas la narration au présent.

3) je pense que oui, mais c'est casse-gueule.

4) tout est possible, ça s'est déjà vu, mais n'en abuse pas.
https://fabiendelorme.fr
 
Irvyn
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1449
   Âge  :  31
   Localisation  :  Sous l'éclipse
   Pensée du jour  :  "When gender is a social construct, but being fat is genetics"
   Date d'inscription  :  08/12/2015
    
                         
Irvyn  /  No fun allowed


Je suis peut-être (beaucoup) strict, mais il faut considérer les effets exceptionnels de mise en page comme exceptionnels justement. Si tu commences à mettre du gras, de l'italique et autre à toutes les sauces ça va être affreux. La mise en page doit être la plus discrète possible afin que le lecteur soit dans le texte et non pas dessus.
Si la sobriété est une valeur extrêmement appréciée par les éditeurs, c'est qu'elle est aussi par le lecteur. Le gras est extrêmement rare hors titres, l'italique est moins agressif mais là encore il faut que son utilisation reste pertinente et exceptionnelle. Par exemple, on peut mettre un mot en italique afin de marquer une nuance importante selon le contexte. Personnellement je l'utilise aussi quand le personnage que la narration suit lit un texte dans sa tête: le contenu du message sera en italique puisque c'est nécessaire afin de différencier la narration classique (donc ancrée dans l'esprit du personnage) et le texte lu qui n'en fait pas partie, et qu'il n'existe pas vraiment de solution miracle sans avertir le lecteur par des moyens visuels. Mais quand j'en vois certains qui refourguent les pensées en italique alors que l'indirect libre existe... Après voilà, quand le changement n'est pas évident la mise en page est utile, mais faut pas non plus prendre le lecteur pour une buse et se montrer obliger de tout clairement lui signaler (en vérité, ça risque surtout de l'énerver plus qu'autre chose). L'indirect libre existe et c'est vrai qu'il se lie parfaitement bien à la narration lorsque maîtrisé. Là encore et comme je le dis souvent: à la plume agile de l'auteur, l’œil perçant du lecteur.

C'est un commentaire général mais, vraiment, il faut éviter de chercher une unicité par la mise en page. Pour le troisième point par contre, évidemment que oui ! Après il faudrait avoir la situation précise sous les yeux pour dire si ça apporte vraiment quelque chose ou non. Il faut savoir que les histoires ont deux lignes bien distinctes: la ligne chronologique, qui déroule les événements dans un ordre du plus ancien au plus récent (ligne que tu auras pensée avant la rédaction) , et la ligne narrative, qui est les événements dans l'ordre présenté par le récit. Du coup, il est évidemment possible que dans le récit on ait: événement présent => événement passé / futur => retour à un événement présent (les flashback et flashforward dans ce cas-là). Enfin, je ne sais pas si c'est cette situation que tu évoquais.
https://auteurnegora.wixsite.com/necrosang
 
Writer
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  550
   Âge  :  28
   Localisation  :  Entre deux lignes
   Pensée du jour  :  Pourquoi ?
   Date d'inscription  :  16/01/2015
    
                         
Writer  /  Gloire de son pair


1. Comme Ryvem, je ne suis pas fan du gras et de l'italique... D'autant plus, pour un roman. Quant à couper ta narration pour introduire des "dialogues", je te dirais simplement que cela fonctionnera que si ton personnage se souvient avoir parlé au vieillard. En somme, un souvenir.

2.Tu peux mais les lecteurs n'apprécient guère le présent ! Il faut avoir un sacré talent pour séduire le lecteur.

3.Le lecteur n'a-t-il pas le privilège de savoir des choses avant le personnage ? Sinon... Pour un roman, je ne suis pas fan de cacher des choses ; ça fait un peu cliffhanger de fanfiction.

4. Dans un roman, pour moi, c'est un non catégorique. Je ne lis pas un rapport d'activité ! Ou un mémoire.
 
Halariar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  16
   Âge  :  24
   Localisation  :  Doubs - 25
   Pensée du jour  :  "C'est pas parce que vous voulez renverser la table que vous descendez de la voiture dont vous vous abstenez de choisir le chauffeur." NS
   Date d'inscription  :  23/12/2015
    
                         
Halariar  /  Homme invisible


Pour le premier point, je ne suis pas certain que vous ayez bien compris la manière dont je voulais rédiger mon récit.
Writer a écrit:
cela fonctionnera que si ton personnage se souvient avoir parlé au vieillard. En somme, un souvenir.
Durant tout le roman (enfin jusqu'au 3/4) je raconte mon histoire au vieillard et donc si je coupe cette narration, c'est pour qu'il fasse des commentaires et ce ne serait donc pas un souvenir, cela se passerait au présent.
C'est exactement le même principe que dans Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre (si l'un de vous l'a lu)
Mais j'ai bien compris qu'il ne faut pas faire d'extravagances avec la mise en page, j'en prends note.

2) D'accord, je ne savais pas je pensais justement que ça rendait la lecture plus immersive. Néanmoins je pense que je vais le faire quand même.

fabiend a écrit:
3) je pense que oui, mais c'est casse-gueule.
Effectivement, je pense que ça peut porter à confusion et le lecteur pourrait être désorienté. Dans les films ça rend bien mais dans un roman moins.

4) Si jamais c'est vraiment nécessaire je le ferai (et de manière concise) mais je vais éviter.

Merci beaucoup et joyeux noël ! santa
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 [Structure] Arrêt de la narration, changement de temps,...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-