PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

 [Structure] Comment gérez-vous un récit qui se déroule sur un très grande nombre d'années?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  11
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  22/12/2014
    
                         
Morganelle  /  Homme invisible


Bonjour!

Je travaille depuis trois ans sur une histoire dont je connais à peu près les "moments-clés" mais j'ai énormément de mal à avancer à cause des bornes temporelles que je me suis fixées et j'ai donc l'impression que je n'arriverai jamais au bout!

Je vous explique : le cadre est celui d'un roman historique et je tiens absolument à ce que mon héroïne principale traverse certains événements précis. Or cela oblige mon récit à se dérouler sur une dizaine d'années... L'héroïne doit évoluer pendant ces dix ans bien sûr mais l'idée de raconter dix ans de vie me parait vraiment être une tâche compliquée alors que je n'ai pas assez de matière pour toutes ces années. J'ai réussi sans trop de difficulté à construire les quatre premières années avec beaucoup d'ellipses et en faisant une narration un peu générale, ce qui convenait bien à ce que je racontais, mais là je me retrouve face à un gros bloc de quatre ans dont j'ai du mal à me dépétrer. En 9 mois d'écriture, j'ai seulement réussi à faire avancer le récit de 9 mois... A ce rythme, je n'aurais pas fini mon histoire avant 10 ans Very Happy

J'imagine que c'est dû à ma structure : je sais précisément quels sont les grands moments de vie de mon héroïne et je sais par quoi elle doit passer. Mais c'est beaucoup plus flou pour ce qu'est censé traverser son entourage et sur les circonstances exactes qui doivent mener à ces événements. Par exemple, quand j'écris dans mes notes "elle réalise qu'elle a fermé les yeux sur trop de choses", il faut bien montrer comment elle parvient à cette conclusion... et c'est là que je n'arrive pas à équilibrer mon intrigue! J'ai envie de montrer tout ce qu'elle vit et qui est contraire à ses principes mais ça traine en longueur du coup, sans forcément faire énormément avancer son intrigue à elle et j'ai tendance à regarder ma chronologie en me disant "bon encore 2 mois de sa vie à remplir avant d'aboutir à l'événement X".
En plus, j'ai envie de parler du contexte dans lequel elle vit et qui a forcément une influence sur ses décisions mais j'ai beaucoup de mal à équilibrer : je raconte beaucoup de choses dont j'ai envie de parler mais qui ne font pas spécialement avancer son intrigue.

Est-ce que cela vous arrive de vous retrouver face à ce genre de problèmes? Comment gérez-vous l'écriture dans ces cas-là? Comment surmonter l'impression que c'est une tâche impossible au bout de laquelle on n'arrivera jamais?
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  13986
   Âge  :  47
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Citation :
En 9 mois d'écriture, j'ai seulement réussi à faire avancer le récit de 9 mois.
Hé ben...
Citation :
A ce rythme, je n'aurais pas fini mon histoire avant 10 ans
Et encore ! Si en 10 ans tu peux avoir fini à ce rythme, j'en conclus que ton histoire se déroule sur 10 ans...
En matière de roman historique (ou même en d'autres types de romans), on voit des récits se dérouler sur plus longtemps que ça !


Je n'ai pas lu ton texte, donc il est difficile d'être affirmative... Mais j'ai le sentiment que tu entres trop dans les détails.
Cela peut vouloir dire que ton projet est trop riche et comporte la matière de plusieurs romans, ou d'une série...
Ou bien qu'il faut écrémer les descriptions, éviter les détours sur des fils annexes (au moins en partie), etc.  >>  et recentrer ton fil directeur

Pour ce qui est des passages d'une date à l'autre... C'est toujours un peu délicat. Ca peut se faire en changeant de chapitre. Si tu as placé un prologue de type "souvenirs" ou "récit par quelqu'un", ça t'offre un moyen pour glisser des transitions.

Citation :
Comment surmonter l'impression que c'est une tâche impossible au bout de laquelle on n'arrivera jamais?
J'aimerais bien le savoir !  :mrgreen:  Mon avatar actuel est le héros d'un roman que je tente de reprendre à zéro pour la cinquième fois... Bientôt, je vais me prendre pour Sysiphe scratch
Je dirais...
Ne pas décourager, ni s'impatienter. Quand tu ne sais plus par quel bout prendre ton "bébé", range-le, laisse-le reposer, reprends-le plus tard...
"Il ne sert à rien de tirer sur l'herbe pour la faire pousser plus vite" dit un proverbe (de je ne sais plus quel pays)

Citation :
En plus, j'ai envie de parler du contexte dans lequel elle vit
Ca, c'est le méga-problème, dans les trucs historiques...
La tentation documentaire. Qui se justifie, mais prend vite une place démesurée si y on cède trop. Faut trouver le juste milieu...
http://scriptorium2.canalblog.com
 
amysdream
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  475
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  08/05/2014
    
                         
amysdream  /  Pour qui sonne Lestat


Bon alors, j'ai pas tout lu mais je pense pouvoir t'apporter quelques éléments de réponses.

J'écris principalement de la fantasy, qui dit fantasy dit elfe. Un elfe ça vit longtemps mais je ne m'amuse pas à décrire toute sa vie, c'est idiot. Donc je ne mets que ce qui est important et si j'ai besoin d'un détails dans ce cas je le cite.

C'est exactement la même chose pour ton cas et pour n'importe quel roman. Le héros de R.A Salvatore est également un elfe, dans l'un de ces tomes on apprend que huit années ce sont écoulées entre le précédent et le suivant. Pour autant il ne n'est pas amusé à faire une longue description de la vie de son perso.

Maintenant je pense qu'il ne s'agit pas que d'une question temporel mais de structure ! Encore une fois, le plan est ton meilleur allié !

Fais une frise chronologique, place les éléments historique (vu que cela se passe dans notre monde à une certaine période) et ensuite place les moments importants de l'histoire de ton héroïne. Pour ce qui est de son histoire personnel, les choix qui l'ont amené à telle ou telle décision, tu peux en faire référence dans un court passage ce qui permettra à ton lecteur de pouvoir visionner la scène et donc de comprendre.

J'espère que j'ai été assez claire ^^;;;;;;;;;;;;;;


Dernière édition par amysdream le Dim 6 Sep 2015 - 21:00, édité 1 fois
http://mchevalier.canalblog.com/
 
FGFT
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  127
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  21/11/2014
    
                         
FGFT  /  Barge de Radetzky


Je suis également un peu dans le même cas que toi : mon roman se déroule sur douze ans, et décrit l'évolution politique d'un monde de fantasy. Effectivement, certains chapitres couvrent quelques jours, voire quelques heures, et d'autres plusieurs années.
Il me semble avoir, sinon réglé le problème, du moins évité le pire en concentrant mon récit sur l'histoire de mon monde plus que sur mon héroïne, qui se situe pourtant au coeur de l'intrigue politique. Ceci me permet notamment de partir plusieurs mois de l'autre côté du monde avec un personnage secondaire qui remplit une mission au long cours, et de revenir vers mon héroïne alors que rien de particulier ne s'est passé dans sa vie.
Ceci dit, ce n'est peut-être pas transposable à ton roman !
 
Imaya
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  197
   Âge  :  47
   Localisation  :  Quelque part là-bas
   Pensée du jour  :  Vous voyez des choses et vous dites: pourquoi? Moi je rêve de choses qui n'ont jamais existé et je dis: pourquoi pas? George Bernard Shaw
   Date d'inscription  :  22/06/2015
    
                         
Imaya  /  Tycho l'homoncule


Citation :
Fais une frise chronologique, place les éléments historique (vu que cela se passe dans notre monde à une certaine période) et ensuite place les moments importants de l'histoire de ton héroïne. Pour ce qui est de son histoire personnel, les choix qui l'ont amené à telle ou telle décision, tu peux en faire référence dans un court passage ce qui permettra à ton lecteur de pouvoir visionner la scène et donc de comprendre.

Je procède également ainsi. Cela permet d'éviter les longueurs car il est logique que certains moments de vie soient "routiniers" et sans réel intérêt. Bien évidemment, rien n'empêche de revenir sur des éléments que tu estimes important pour expliquer l'évolution de ton personnage.

Lors que je saute une longue période de la vie d'un ou de plusieurs personnages, j'ai tendance à amener une réflexion sur la fuite du temps, sur l'immobilisme des choses,... Et là le champ des possibilités est largement ouvert pour réaliser cet exercice.
L'essentiel est que ton personnage reste cohérent.

Bon courage pour la suite
http://alyssaberthiecroch.wix.com/laure-roger-retif
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Ne te force pas à "combler" les trous, parle seulement des temps forts de la vie de ton héroïne, sinon, ça va sonner faux et ça risque de te saouler autant que les lecteurs. Dans notre vie on se souvient essentiellement de ce qui nous a marqué et ce sont souvent les évènements qui nous ont fait grandir/changer. Après, un évènement ce n'est pas forcément un drame, ce peut être quelque chose d'apparemment anodin, qui a beaucoup d'importance aux yeux de ton héroïne.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  11
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  22/12/2014
    
                         
Morganelle  /  Homme invisible


Merci beaucoup à tous pour vos réponses!

J'ai déjà une sorte de frise chronologique assez précise, puisque la vie de mon héroïne est influencée par des événements réels et qu'il y a des dates que je ne peux pas déplacer. Mais je trouve cette frise un peu gênante en fait! J'aimerais bien raccourcir la période de temps mais je ne peux pas à cause des contraintes historiques Neutral

J'aime bien ton commentaire Lemineche
lemineche a écrit:
Dans notre vie on se souvient essentiellement de ce qui nous a marqué et ce sont souvent les évènements qui nous ont fait grandir/changer. Après, un évènement ce n'est pas forcément un drame, ce peut être quelque chose d'apparemment anodin, qui a beaucoup d'importance aux yeux de ton héroïne.
Il faudrait que j'essaye d'imaginer ce que je raconterais de tout ça à mes meilleurs amis si c'était moi l'héroïne.  scratch

En fait, j'arrivais bien à gérer cet équilibre événement important/récit général dans la première partie parce que c'était supposé être dans un environnement déjà bien établi pour l'héroïne. Quand le récit commence, elle y vit depuis longtemps, elle y a ses marques. Elle n'accorde probablement plus trop d'importance à la moitié de ce qui se passe autour d'elle et ça me paraissait assez logique.
Dans la deuxième partie, par contre, c'est un environnement complètement nouveau, avec des nouveaux gens, et c'est pour ça que j'ai l'impression que tout compte beaucoup plus puisque ce n'est pas "la routine".
C'est un peu comme quand on écrit des mails de chez soi à ses parents, on ne raconte pas qu'on est allé à la poste ou qu'on a fait les courses mais on peut soudain avoir envie de le faire et de décrire précisément l'intérieur du magasin quand on est en vacances dans un pays nouveau et qu'on raconte "en direct"  Smile
Il faudrait que j'essaye de prendre du recul sur "l'immédiateté des événements" et que je me sente moins impliquée "en temps réel" dans l'histoire j'imagine scratch

Mon autre problème c'est que j'ai du mal à trouver comment illustrer son évolution psychologique sans détailler les événements. J'ai peur que ce soit trop brutal si je me contente d'une ou deux scènes ou alors qu'on ne comprenne pas pourquoi en 4 ans, elle n'a toujours pas pris conscience de certaines choses...

Séléné.C a écrit:
Pour ce qui est des passages d'une date à l'autre... C'est toujours un peu délicat. Ca peut se faire en changeant de chapitre. Si tu as placé un prologue de type "souvenirs" ou "récit par quelqu'un", ça t'offre un moyen pour glisser des transitions.
FGFT a écrit:
Ceci me permet notamment de partir plusieurs mois de l'autre côté du monde avec un personnage secondaire qui remplit une mission au long cours, et de revenir vers mon héroïne alors que rien de particulier ne s'est passé dans sa vie.
Ceci dit, ce n'est peut-être pas transposable à ton roman !
J'ai pris le parti de raconter les 7 premières années du point de vue quasi-exclusif de cette seule héroïne et de ne varier qu'à partir d'un certain point où je ne suis pas encore donc ça risque d'être difficile. Mais j'avoue que je trouve ça très contraignant Razz
 
Lolo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  602
   Âge  :  33
   Localisation  :  Montréal, Québec
   Date d'inscription  :  22/10/2014
    
                         
Lolo  /  Hé ! Makarénine


Salut !

Tu t'es donnée un gros contrat ! Un roman historique, d'un seul point de vue... comment couvrir toute une période avec deux paires d'yeux seulement ? Il est normal que tu te demandes comment faire, selon moi, car il y trop d'angles à exploiter. De plus, si tu sens forcée de narrer des événements moins importants entre deux moments-clefs de l'histoire, tu risques d'ennuyer le lecteur, de le faire décrocher.

Je te propose donc d'établir deux ou trois points de vue secondaires, mais qui serviront...

1. À tuer remplir les temps morts de ton héroïne, pour garder l'attention des lecteurs. Passer d'un personnage à l'autre a le mérite d'attiser constamment la curiosité car on doit attendre pour connaître la suite ;
2. À définir ces événements historiques qui encadrent l'histoire plus personnelle de ton héroïne. Tu n'aurais plus, alors, à te sentir obligée de justifier la réaction de ton héroïne, car les explications seraient automatiquement intégrées ;
3. À couvrir une longue période et durée de temps tout en suscitant le mystère et l'intérêt, en exposant plusieurs points de vue et en les entrecoupant à l'occasion. Tu pourrais intégrer par exemple un point de vue plus directement lié à ces événements historiques, un autre plus reculé mais qui a néanmoins son importance.

Voilà ! Je crois que c'est une piste à envisager sérieusement !
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  11
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  22/12/2014
    
                         
Morganelle  /  Homme invisible


Merci @Lorandilas IV.
Je pense que tu as raison, ça fait trop de choses à gérer ensemble et il faudrait sérieusement que je réfléchisse à intégrer un point de vue secondaire. J'avais prévu de le faire plus tard quand la soeur de l'héroïne revient dans le récit mais peut-être que si je le faisais dès maintenant, ça me débloquerait certaines choses...

C'est juste que mon héroïne est censé manquer de recul sur tout un pan de ce qu'elle vit et prendre brutalement conscience de tout ça à peu près au moment de l'arrivée de sa soeur. Je me dis que s'il y a un point de vue alternatif, ça risque de nuire à cet effet de "désillusion". Dans ce sens, il y a un seul personnage qui pourrait éventuellement prendre en charge une partie de la narration sans que ça tranche trop avec la vision de l'héroïne mais ma crainte principale est que développer ce nouveau point de vue entrainera une surcharge de travail un peu malvenue vu ma lenteur...

Comme je travaille sur un roman historique, j'ai déjà énormément de recherches documentaires à faire, auxquels s'ajoute les réflexions sur mes personnages. Développer le point de vue de cette personne signifierait approfondir sa personnalité ET travailler plus en détail son background historique qui est assez différent de celui de l'héroïne Neutral
Mais de toute façon, je peux faire le test sur quelques passages... Il y a au moins une intrigue dont ce personnage est témoin et pas l'héroïne, et je trouvais ça compliqué à raconter en n'ayant que le point de vue de l'héroïne... Au pire, si ça ne fonctionne pas, je le transformerai en récit raconté à l'héroïne Smile
 
FGFT
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  127
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  21/11/2014
    
                         
FGFT  /  Barge de Radetzky


Si je comprends bien ce que tu dis, tu veux montrer la brutalité de la prise de conscience de ton héroïne en tenant le lecteur dans le même état qu'elle : il ne sait pas, puis il comprend d'un coup.
Cependant, l'effet me semble pouvoir être tout aussi bien atteint, voire amplifié, si le lecteur sait déjà, a déjà compris, et que ton héroïne reste dans ses illusions. Ainsi, ton lecteur verra d'abord l'histoire comme ton héroïne, puis il comprendra ce qu'il y a à comprendre avant elle, se demandant pourquoi elle n'ouvre pas les yeux, puis elle aura sa révélation qui sera d'autant plus marquée par l'attente de ce moment provoquée chez le lecteur.


(Il est tôt, je ne sais pas si je suis très clair)
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  11
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  22/12/2014
    
                         
Morganelle  /  Homme invisible


FGFT a écrit:
Si je comprends bien ce que tu dis, tu veux montrer la brutalité de la prise de conscience de ton héroïne en tenant le lecteur dans le même état qu'elle : il ne sait pas, puis il comprend d'un coup.
Cependant, l'effet me semble pouvoir être tout aussi bien atteint, voire amplifié, si le lecteur sait déjà, a déjà compris, et que ton héroïne reste dans ses illusions. Ainsi, ton lecteur verra d'abord l'histoire comme ton héroïne, puis il comprendra ce qu'il y a à comprendre avant elle, se demandant pourquoi elle n'ouvre pas les yeux, puis elle aura sa révélation qui sera d'autant plus marquée par l'attente de ce moment provoquée chez le lecteur.


(Il est tôt, je ne sais pas si je suis très clair)
Oui, tu as exactement compris ce que je voulais faire Very Happy
J'ai peur que ça la rende antipathique si le lecteur est plus lucide qu'elle en mode "mais elle est trop bête!" Tu penses vraiment que ça peut donner un effet amplifié?
Ceci dit c'est possible car je ne sais pas vraiment si le lecteur peut être aussi dupe que mon héroïne pendant tout ce temps :mrgreen:
 
FGFT
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  127
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  21/11/2014
    
                         
FGFT  /  Barge de Radetzky


Il y a effectivement un risque pour que cela rende ton héroïne antipathique... Mais ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose.
Désolé de prendre encore mon propre exemple, mais j'ai pris le parti de rendre ma propre héroïne pénible pour le lecteur au début.
Et puis, cela pourrait la rendre, au contraire, attachante au lecteur.
Tout ça est à réfléchir, et à tester !
 
Marc Valcoric
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  234
   Âge  :  56
   Localisation  :  Bayeux
   Date d'inscription  :  23/08/2015
    
                         
Marc Valcoric  /  Autostoppeur galactique


Quand il s'agit d'un roman historique, ancrée dans l'Histoire, tu peux faire intervenir un personnage complètement étranger à ton héroïne, mais qui vient témoigner, combler les trous et apporter des informations plus généralistes, voire proche de l'héroïne sans la connaitre. Tout dépend à quelle époque tu te trouves, où ce situe l'action.
Cela peut être le prévôt qui rend compte à son seigneur ou à son roi des événement de sa "circonscription" ; un marchand qui revient régulièrement sur le lieu de vie de l'héroïne et qui voit les changements, se renseignent sur les événements ; un prêtre qui rend compte à son cardinal (voire à son inquisiteur général) des détails de la vie de sa communauté ou de ses travers ; un sénéchal qui rend compte à son prince ou son seigneur éloigné de son domaine pour cause de guerre ou d'attachement à une "cour" ; d'un médecin ou d'un apothicaire qui tient journal de son travail ; d'une lettrée qui écrit des lettres (Mme de Sévigné pour l'exemple), etc.
Donc tout dépend du lieu, de l'époque.
Et tu peux le faire sous forme de lettre, de confession, de réflexion personnelle, entrecoupant ton récit par ses apartés constructives sur le déroulement. Et ce en s'ancrant dans les "trous", parlant par exemple d'un hiver rigoureux et d'un sénéchal réclamant des finances supplémentaires à son seigneur ou le droit de lever un nouvel impôt.
http://retoursepia.wix.com/entre
 
Lolo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  602
   Âge  :  33
   Localisation  :  Montréal, Québec
   Date d'inscription  :  22/10/2014
    
                         
Lolo  /  Hé ! Makarénine


C'est un risque, je pense, de faire comprendre quelque chose à son lecteur avant de le faire comprendre à son protagoniste, sauf si le contexte le justifie. Plusieurs points de vue servent à établir ce contexte : des choses vécues par un autre personnage, narrées d'un autre point de vue, ne peuvent être connues du protagoniste principal s'il n'est pas dans son entourage, non ?

C'est ici qu'entre en jeu l'auteur et son écriture. C'est son rôle, même, de savoir parsemer des informations ici et là sans vendre la mèche, en même temps qu'un grand défi — en regard, bien sûr, de la complexité de l'intrigue. Dans une certaine mesure, ça devrait même être un plaisir, puisqu'il s'agit d'une part importante du travail de construction du récit.

De mon côté, mon histoire sera constituée de trois intrigues secondaires, qui ensemble et seulement ensemble constitueront l'intrigue primaire, le fil principal du roman. Une intrigue principale, trois secondaires mais racontées de six points de vue ; autant dire que beaucoup de boulot m'attend. Je comprends donc tes interrogations.

Morganelle a écrit:
Comme je travaille sur un roman historique, j'ai déjà énormément de recherches documentaires à faire, auxquels s'ajoute les réflexions sur mes personnages. Développer le point de vue de cette personne signifierait approfondir sa personnalité ET travailler plus en détail son background historique qui est assez différent de celui de l'héroïne Neutral

Eh oui, écrire un roman, c'est tout un boulot. Il n'y a pas qu'un aspect à couvrir ; il faut les couvrir tous, et les traiter de manière égale. Une embarcation fabriquée trop lourde d'un côté chavirera. Pourquoi la fabriquer alors ?

Persévérance et vigilance !
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  11
   Âge  :  37
   Date d'inscription  :  22/12/2014
    
                         
Morganelle  /  Homme invisible


Petit suivi : afin de débloquer tout ça, j'ai entrepris de lire plusieurs romans historiques pour voir comment les auteurs géraient ces grandes portions de temps.
Ils ont tous plusieurs points de vue et la plupart n'hésitent pas à sauter d'un seul coup des mois voire des années pour faire avancer l'intrigue de manière rythmée. Cependant, cette avancée rapide me dérange en tant que lectrice car je trouve que certaines étapes sont bâclées, qu'on n'a pas le temps de savourer l'ambiance même si d'un côté, étant par nature une lectrice impatiente, j'apprécie que l'action avance.

Un roman de Juliette Benzoni que j'ai choisi pourrait être une bonne inspiration pour la narration. Son point de vue principal est de loin celui de l'héroïne mais son narrateur est omniscient malgré tout, ce qui fait que d'autres points de vue sont introduits à certains moments. Cela me convient car on retient surtout la vision de l'héroïne, et on fait peu attention aux courts paragraphes ou aux quelques pages vus d'un autre angle, mais cela rend la narration moins rigide.
D'autre part, plusieurs points de vue extérieurs se contentent de "commenter" l'action autour de l'héroïne sans s'attarder sur la psychologie du personnage qui commente.

Je maitrise mal l'écriture de l'omniscience du narrateur et j'avais donc l'impression que si j'ouvrais ma narration à un autre personnage, je serais obligée de me pencher de manière très détaillée sur ses pensées intimes, et donc son passé, ses motivations etc. Alors que je vois que Juliette Benzoni se contente de les faire "parler" sur des points précis tout en laissant dans l'ombre des pans entiers de leurs personnalités. Ce sont des points de vue traités différemment de celui de l'héroïne et je pense donc que je vais m'en inspirer.

Par contre, mes différentes lectures confirment que je n'aime pas beaucoup quand un roman historique fait de trop importantes ellipses... et je reste donc tentée de "combler les trous" dans mon propre récit pour ne pas ressentir cette impression de précipitation!
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 [Structure] Comment gérez-vous un récit qui se déroule sur un très grande nombre d'années?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-