PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 

 Un éditeur vendant un roman numérique à 2 euros déprécie t-il son ouvrage ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Noctis
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  416
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  24/07/2014
    
                         
Noctis  /  Pour qui sonne Lestat


Leah Dreams a écrit:
Noctis a écrit:
Je préfère de loin faire un don d'argent pour soutenir l'auteur tout en piratant ses livres plutôt que de donner un seul centime pour accéder à un e-book. Question de principes, de point de vue.

Qui va faire ça dans la pratique? Personne No


Je l'ai bien fait dans la musique, pour soutenir des groupes qui n'avaient pas les moyens de sortir des CD. Pourquoi ne pas le faire pour les livres, le jour où le papier n'existera plus ?
 
Nagio
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  87
   Âge  :  55
   Date d'inscription  :  18/12/2012
    
                         
Nagio  /  Pippin le Bref


Cela s'appelle se donner bonne conscience à peu de frais. Je pourrais faire le raisonnement inverse, en tant que lecteur de livres numériques: puisque le bouquin n'existe pas dans le format qui m'intéresse -pour moi, le numérique - à moi la copie pirate amoureusement scannée par des amis du numérique!
 
Noctis
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  416
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  24/07/2014
    
                         
Noctis  /  Pour qui sonne Lestat


Si tu as assez d'arguments défendables contre le papier, c'est ton droit.
Moi jamais je ne payerai un centime pour l'accès à un fichier qui ne m'appartient pas et qui n'a pas d'existence réelle ; pour moi un e-book n'est pas un livre et il se joue de mes droits, par conséquent : piratage, à l'image des jeux avec DRM. C'est un piratage idéologique.

Et pour le "peu de frais", si tu fais un don de 50 ou 100 euros à un auteur parce que tu aimes ce qu'il écrit, ce n'est pas "peu de frais". Certains donnent beaucoup, d'autres moins, ça s'est vu dans le soutien de Broken Sword 5, un jeu vidéo. Les gens voulaient que la série se poursuive, donc ils ont fait des dons...

Mais on ne va pas débattre de questions idéologiques ici, j'ai expliqué pourquoi je pense qu'un fichier numérique devrait être gratuit, après chacun son point de vue.
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  295
   Âge  :  41
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Autostoppeur galactique


Et si le même livre existe en version papier et en version électronique pirate, tu fais comment ? C'est l'amour du papier qui prend le dessus ou tu t'orientes vers la version pirate ?
http://fabiendelorme.fr
 
Pasiphae
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  8871
   Âge  :  28
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  nique la miette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Donc tout le travail qui a permis au livre numérique d'exister, ce n'est rien pour toi, on peut voler tous ces gens la conscience tranquille. De même j'imagine que tu ne paies pas ton forfait téléphonique, les concerts auxquels tu te rends, ta connexion Internet ou tes jeux vidéos sous prétexte qu'on n'a pas utilisé dix centimètres carrés de matière tangible pour les produire.


Poésie – Traque – Liquide – Roman – Miettes – Nouvelles – L'heure du thé – Thèse – Ecriture - Journal - ça raconte - Îles
En ligne
 
Noctis
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  416
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  24/07/2014
    
                         
Noctis  /  Pour qui sonne Lestat


Citation :
Et si le même livre existe en version papier et en version électronique pirate, tu fais comment ? C'est l'amour du papier qui prend le dessus ou tu t'orientes vers la version pirate ?


Bah j'achète le papier évidemment, le piratage n'est qu'en dernier recours, lorsqu'il n'existe pas d'alternative et qu'on veut nous "forcer" à passer par le numérique.

Citation :
De même j'imagine que tu ne paies pas ton forfait téléphonique, les concerts auxquels tu te rends, ta connexion Internet ou tes jeux vidéos sous prétexte qu'on n'a pas utilisé dix centimètres carrés de matière tangible pour les produire.


Tu confonds service et achat : un forfait/connexion et un concert ont toujours été des services. Par contre pour les jeux vidéo, jadis c'était un achat, maintenant ça devient de plus en plus un service, et je ne suis pas d'accord. Si un jeu vidéo existe en version boîtier je l'achète, mais s'il y a des DRM ou qu'il n'existe pas de support je le pirate. Quitte à ne rien posséder, pourquoi payer et être en plus soumis aux règles abusives d'une espèce de plateforme internet indésirable ?
Quant au travail fait dessus, c'est aussi le choix de l'éditeur de ne pas laisser la possibilité aux gens de le posséder... de ne pas laisser d'alternative... donc tant pis pour eux.
Dans le cas (rare) ou l'éditeur/l'auteur n'a simplement pas l'argent pour le sortir en physique, ça en revient au principe de les soutenir par des dons ou en achetant des produits dérivés.
CD Project ont été intelligents sur leur Witcher 3 : ils ont sorti une version boîte sans DRM, permettant à ceux qui veulent posséder leur jeu d'avoir cette possibilité. J'en ai acheté 3 exemplaires pour les soutenir...
 
Kylie Ravera
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  684
   Âge  :  44
   Localisation  :  Il est vilaine...
   Date d'inscription  :  28/06/2012
    
                         
Kylie Ravera  /  Hé ! Makarénine


En ce qui concerne les e-bouquins, il arrive assez fréquemment que des DRM soient ajoutées par les plateformes de distribution à l'insu des éditeurs et a fortiori des auteurs.
Que ces derniers se retrouvent pénalisés à cause de cela me paraît injuste, surtout lorsqu'il s'agit de pure players du numérique qui font des choses de qualité (ou d'autoédités dont les livres papier sont trop chers en raison des coûts d'impression à l'unité) .
DRM ou non, si je lis un livre, j'estime devoir rémunérer ceux qui l'ont produit à la hauteur de ce qu'ils attendent.
Donc j'achète et je paye.
Et je craque la DRM après pour posséder ce que j'ai acheté.
http://www.kylieravera.fr
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  295
   Âge  :  41
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Autostoppeur galactique


Intéressant. Les livres qui ne sont disponibles qu'en numérique sont assez rares. Quand c'est le cas, c'est parce que le livre n'est pas vendable en version papier. Un petit tirage d'un livre d'une petite centaine de pages, c'est au moins 3 € rien que pour l'impression. Quand on rajoute la marge de tout le monde (auteur, éditeur, distributeur, libraire, état) on arrive vite à une dizaine d'euros. Personne ne va payer un petit bouquin d'un auteur/éditeur inconnu à ce prix-là (pas en assez grosse quantité en tout cas).

Sinon, la plupart du temps, les deux formats sont proposés, car les publics concernés ne sont pas les mêmes (et tu en es l'exemple le plus flagrant Wink )

Dernier point : même le grand méchant Amazon propose, lorsqu'on met en vente un ebook sur sa plateforme, de choisir avec ou sans DRM. Il faut donc arrêter l'amalgame ebook = DRM, c'est loin d'être une règle absolue. (Et les études semblent confirmer que les ebooks sans DRM se vendent nettement mieux que les autres.)
http://fabiendelorme.fr
 
24bits
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  263
   Âge  :  32
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  11/01/2015
    
                         
24bits  /  Autostoppeur galactique


Noctis a écrit:
Quitte à ne rien posséder, pourquoi payer...

En fait tu te dis idéologique mais laisse moi en douter : tu n'es même pas capable, par principe, de te refuser le divertissement procuré par un produit qui va à l'encontre de ta philosophie...Moi j'appelle ça du petit caprice de pleureuse, non ? C'est quoi ton idéologie ? Voler un produit qui ne te plaît pas entièrement ? Tel pull tu vas le voler car il est en laine et que t'aurais préféré du cachemire ?
Tu n'as qu'une liberté, celle de ne pas acheter si tu n'es pas satisfait. Pas celle de voler.

Ah les beaux principes, tiens ! ^^
 
Noctis
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  416
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  24/07/2014
    
                         
Noctis  /  Pour qui sonne Lestat


24bits a écrit:
C'est quoi ton idéologie ? Voler un produit qui ne te plaît pas entièrement ?


Ce n'est pas le produit que je mets en cause, mais le principe consistant à détruire les droits du consommateur en lui enlevant la possibilité de posséder une version physique sans DRM. Ce procédé est généralement mis en place par la société ayant droit et non par le créateur lui-même.

Mais pour les livres pour l'instant tout va bien, comme dit fabiend pour l'instant les deux formats sont proposés afin de contenter tout le monde.
Là je critique surtout le jeu vidéo, où les versions boîte ont déjà presque disparu. Ils veulent forcer les gens à aller vers le numérique, donc leur enlever le choix du support, ce qui constitue, à mon sens, un manque de respect envers les fans des versions physiques.
Je n'ai jamais piraté un ebook, j'achète les livres papier.

Citation :
Et je craque la DRM après pour posséder ce que j'ai acheté.


Ce n'est pas certain que tu possèdes le fichier, même sans DRM.
 
Ombelle
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  223
   Âge  :  36
   Date d'inscription  :  13/12/2014
    
                         
Ombelle  /  Autostoppeur galactique


Je travaille dans une administration et nous allons de plus en plus vers la dématérialisation, que ce soit pour les formulaires, les justificatifs, les courriers ou même les factures. L'avènement des supports numérique, quel que soit le secteur, s'inscrit dans une logique d'évolution de notre société. On peut le regretter mais à mon avis, il faudra bien faire avec.
 
Gwenouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1512
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  02/03/2013
    
                         
Gwenouille  /  Roland curieux


"Quitte à ne rien posséder, pourquoi payer..."
Donc si je suis ta logique, les visites au musée, par exemple, devraient être gratuites ? Non parce que donner accès à un contenu ne devrait pas être considéré comme un service ?

Tu payes le livre papier mais pas le numérique, donc en gros tu ne payes que le support, et tu ne trouves pas normal de payer le contenu. Pourquoi au juste ? Parce que tout le temps qu'ont passé les gens qui travaillent pour le cinéma, la TV, les jeux-vidéo ou les livres pour rendre ce contenu digne d'intérêt n'est pas considéré comme un travail ? Donc les gens devraient faire des jeux tranquillement, durant leur temps libre, pour que les gens comme toi puissent les apprécier - ou non - et ne pas espérer de rémunération en échange ?
Donc quand tu publieras ton livre, si un jour tu le publies, tu accepteras de ne pas recevoir de rémunération pour le contenu, et de ne toucher qu'un faible pourcentage sur le papier pour rentabiliser la coupe des arbres qui auront servi à leur production ?
Donc tu acceptes, aussi, de ne jamais publier ton livre che un éditeur puisque le contenu n'a pas de valeur monétaire, puisqu'il est dû, quelque part... Je voulais juste m'assurer d'un truc : as-tu envoyé ton tapuscrit à un éditeur ? Pourquoi ? L'envoyer ne contredit-il pas au final ta superbe théorie ?

(PS : au passage tu peux bien tout voler, parce qu'il n'y a pas que dans le livre, le jeux-video ou le cinéma qu'on rachète les droits. Une maison d'édition qui décide de mettre des DRM à la place de l'auteur, c'est parce qu'elle a signé un contrat de cession de droit, du moins pour une période définie. Ce qui signifie que les droits passent momentanément, selon les conditions définies par le contrat, dans les mains de la maison. Donc que l'auteur n'est plus en mesure de mettre les DRM lui-même. Après, tu peux aller voler ton micro-onde, ta voiture, ton lave-linge et tout ce que tu veux car je pense qu'on ne comptera pas le nombre de compagnies qui rachètent des idées ou des concepts. Choses qui n'ont pas nécessairement de supports mais qui se retrouvent partout dans ta vie. Il n'y a plus qu'à te procurer un charrette, une yourte, et à partir vivre dans les Steppes...)
 
Noctis
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  416
   Âge  :  30
   Date d'inscription  :  24/07/2014
    
                         
Noctis  /  Pour qui sonne Lestat


Gwenouille a écrit:
"Quitte à ne rien posséder, pourquoi payer..."
Donc si je suis ta logique, les visites au musée, par exemple, devraient être gratuites ? Non parce que donner accès à un contenu ne devrait pas être considéré comme un service ?


J'ai déjà parlé du musée et du cinéma plus tôt dans le topic, si tu ne suis pas le fil de la conversation ce n'est pas la peine de venir pour me faire répéter...

Citation :
Donc quand tu publieras ton livre, si un jour tu le publies, tu accepteras de ne pas recevoir de rémunération pour le contenu, et de ne toucher qu'un faible pourcentage sur le papier pour rentabiliser la coupe des arbres qui auront servi à leur production ?


Oui bien sûr que j'accepterais, après il y a aussi l'éditeur qui a son mot à dire, donc pour les premières années ce ne sera sans doute pas possible. Et oui il sera publié on a la date de parution. PS : les machines à écran sont aussi mauvaises pour la terre que la coupe des arbres.

Citation :
Donc tu acceptes, aussi, de ne jamais publier ton livre che un éditeur puisque le contenu n'a pas de valeur monétaire, puisqu'il est dû, quelque part... Je voulais juste m'assurer d'un truc : as-tu envoyé ton tapuscrit à un éditeur ? Pourquoi ? L'envoyer ne contredit-il pas au final ta superbe théorie ?


Je ne vois pas ce que tu veux dire. Publier chez un éditeur est justement la garantie de mettre enfin notre texte sur un support pour lui donner une existence, et donc d'en faire un produit fini monnayable.

Citation :
PS : au passage tu peux bien tout voler, parce qu'il n'y a pas que dans le livre, le jeux-video ou le cinéma qu'on rachète les droits.


Tu confonds encore achat et service... comparer le cinéma avec les livres/jeux vidéo, c'est, comment dire...
Bref, tout ce que tu fais c'est me faire répéter ce que j'avais déjà expliqué avant.
Je vais donc m'arrêter là puisque j'ai déjà expliqué mon point de vue, et laisser d'autres personnes revenir au sujet.
 
Gwenouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1512
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  02/03/2013
    
                         
Gwenouille  /  Roland curieux


Explique moi encore la différence entre achat et service ? Car je ne vois même pas en quoi tu les opposes. Tu peux acheter un produit, et tu peux acheter un service.

Donc ton texte, tant qu'il n'est pas publié sur papier, n'existe pas ? Donc encore une fois, tu monnaies ton papier, mais pas le texte... :/ En gros c'est comme si tu me disais "peu importe le contenu du bouquin, l'important c'est qu'il soit imprimé sur du papier".

Désolée, j'aurais dû parler de DVD, de livre et de jeux-vidéo. Bien que le jeux-vidéo ne soit pas forcément matériel.

Mais oui je répète car je ne te trouve pas logique dans ta théorie... Et donc je ne comprends pas ton point de vue. Surtout l'impression qu'il sert à justifier facilement tout et n'importe quoi du moment que ça aille en ta faveur... ^^'
 
Pangolin
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  7870
   Âge  :  83
   Date d'inscription  :  21/11/2014
    
                         
Pangolin  /  Très premier degré


Hum. C'est l'amour vache, ici !

A douze ou vingt euros, la question ne se pose pas, c'est clair.
Mais deux euros... ? C'est le prix d'une tablette Milka de 200 grammes. Environ. (Bon plan, elle est à 1,89 euros dans le G20 à côté de chez moi.)

Et à ce prix-là, on bascule dans un schéma de substitution qui peut-être trèèèès dangereux.
Un exemple :
"Chéri, tu peux passer à la supérette vite-fait me prendre ce bouquin, là ? Tu sais, le truc à deux euros ?
- Je vais te chercher ça tout de suite, ma ptite biquette !"
Merde, pense-t-il alors qu'il est à ED, j'ai oublié : on a plus de préservatifs !"

Et là, il tombe sur la boite de six à deux euros, regarde le livre qu'il tient dans une main. Qui coûte deux euros aussi.

Voilà ce qui nous attend.
 

 Un éditeur vendant un roman numérique à 2 euros déprécie t-il son ouvrage ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-