PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 

 Un éditeur vendant un roman numérique à 2 euros déprécie t-il son ouvrage ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Tempus
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  72
   Âge  :  36
   Pensée du jour  :  On ne sait jamais ce que nous réserve demain...
   Date d'inscription  :  22/04/2015
    
                         
Tempus  /  Clochard céleste


Imaginons qu'un éditeur lambda décide de vendre ses romans numériques à 2 euros pièce. Est ce que cela a pour effet de déprécier un ouvrage ou de lutter contre le piratage ? Autrement dit, est-ce que le prix d'un livre reflète la qualité d'une œuvre ?
J'attends vos avis avec impatiente.
Merci d'avance.
 
Nagio
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  87
   Âge  :  55
   Date d'inscription  :  18/12/2012
    
                         
Nagio  /  Pippin le Bref


Je suppose que tu parles d'un prix permanent, pas d'une opération promo ?
Pour la lutte contre le piratage : aucun effet, j'ai déjà vu pirater des livres gratuits ou vendus 0,99 centimes.
Pour la dépréciation : déjà il faut voir si avec un prix de vente, ton éditeur rentre dans ses frais (maquette, corrections, couverture... voir ici pour une idée de que contient le prix : http://alliance-lab.org/archives/1072?lang=fr#.VUPY5OSgknQ)
On peut supposer qu'à deux euros, il se contentera d'une couverture minimaliste et qu'il ne paiera pas trop cher ses correcteurs - s'il engage des correcteurs tout court. Le livre risque donc d'être de moins bonne qualité (corrections, maquette) et moins attractif (couverture)
Il n'aura pas non plus les moyens de payer des encarts publicitaires, de faire de opérations promo... donc le livre risque de manquer de visibilité.
Cela n'enlève rien à la qualité intrinsèque du roman, mais aura probablement un impact sur ses ventes.
 
monilet
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1592
   Âge  :  72
   Localisation  :  Essonne -France, chtimmi d'origine et coeur
   Pensée du jour  :   monilet= auteur Claude Colson
   Date d'inscription  :  29/06/2011
    
                         
monilet  /  Roland curieux


J'ai eu un temps un e-book à 1,99 ; l'éditeur a relevé ensuite tous ses prix : il est passé à 2,99, ce qui lui a permis une opération de promo à 0,99 qui a donné lieu à 34 commandes, ce jour-là. Gain minime certes, mais opération découverte.
https://claudecolson.wordpress.com/
 
Tempus
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  72
   Âge  :  36
   Pensée du jour  :  On ne sait jamais ce que nous réserve demain...
   Date d'inscription  :  22/04/2015
    
                         
Tempus  /  Clochard céleste


Sans parler des droits d'auteur. 8% sur 2 euros cela ne fait pas beaucoup.
Selon vous cela ne serait donc envisageable que pour une opération promotion? Mais quel serait alors le bon prix ? 8 euros comme les livres au format poche ou plus ? Tout dépend des dépenses de l'éditeur pour créer son ouvrage. Je me trompe ?
 
idmuse
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  721
   Âge  :  46
   Localisation  :  Montréal
   Date d'inscription  :  12/06/2012
    
                         
idmuse  /  Blanchisseur de campagnes


Sur du numérique, tu touches + que 8% sinon y'a un souci
http://www.suzanneroy.net
 
paty
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  331
   Âge  :  40
   Date d'inscription  :  19/05/2014
    
                         
paty  /  Tapage au bout de la nuit


Je pense aussi que ça dépend aussi de la quantité à lire. Tu ne peux pas facturer un ebook à 5 euros pour 30 pages. C'est prendre le lecteur pour un idiot. En gros plus tu lis plus tu paies. C'est la logique. Après rien n'empêche de faire des promos plus tard pour relancer l'intérêt. Mais rien ne freine le piratage.
http://jeunesecrivains.superforum.fr/t36114-creations-infographi
 
fabiend
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  295
   Âge  :  41
   Localisation  :  Lens
   Pensée du jour  :  Ce canard est trop lourd ou corrompu
   Date d'inscription  :  30/09/2014
    
                         
fabiend  /  Autostoppeur galactique


Deux euros pour un roman complet, c'est brader son ouvrage. Ça envoie au lecteur le signal "oui, ce livre n'est pas terrible, alors, on le vend pas cher, hein, on ne peut décemment pas vous faire payer plus". Ça ne donne pas trop envie. Et puis, pour dégager un bénéfice avec un prix de vente comme ça, bon courage. Rien qu'en passant de 2 à 3 €, on fait au moins 50% de bénef en plus, et je ne pense pas qu'on décourage énormément d'acheteurs.

Le seul cas où des tarifs aussi bas (voire plus bas) se justifient, à mon avis, c'est dans le cadre promotionnel. Genre, une trilogie (ou plus) dont le premier tome est vendu pas cher, pour amener le lecteur à essayer et à acheter toute la série une fois conquis.

Pour un roman, selon moi, le juste prix du numérique se situe entre 3 et 7 euros, selon la longueur de l'ouvrage et selon que l'auteur est quelqu'un d'établi ou non.

Quant au piratage, quel que soit le tarif, les gens sont susceptibles de pirater. Je vois mal quelqu'un se dire "hmm, à deux euros, j'aurais acheté, mais quatre euros, c'est trop cher, je préfère pirater". Mais les livres piratés sont rarement lus en entier, alors...
http://fabiendelorme.fr
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  87
   Âge  :  45
   Date d'inscription  :  09/02/2015
    
                         
guillaume.gribane  /  Pippin le Bref


A mon avis, le prix d'un livre ne reflète pas la qualité de l'oeuvre. Mais alors vraiment pas. Je ne vais pas m'étendre sur des histoires du type "telle daube vendue une fortune alors que tel chef d'oeuvre est accessible gratos sur le net", ça se comprend tout seul.  Le choix du prix n'est à mon sens qu'une stratégie commerciale, rien d'autre. On peut miser sur un prix salé en misant sur l'idée que le lecteur va survaloriser l'oeuvre mais... Ça ne marchera probablement qu'avec des gens déjà très célèbres. Ou on peut casser les prix en espérant se faire un nom sur le ou les premiers romans, pour appâter les lecteurs. Du dumping textuel, en quelque sorte. Pour des inconnus, cette démarche a un sens, elle permet de construire une identité qui se rentabilisera sur le temps (enfin, si ça marche). Mais un faible prix dévalorise-t'il l'oeuvre ? J'en doute. Justement parce que nous savons qu'il existe du génie gratuit et du navrant payant, en abondance.

Ce n'est que mon opinion Wink
http://guillaumegribane.blogspot.fr
 
bozdodor
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  983
   Âge  :  37
   Pensée du jour  :  Merci à Irkan pour mon joli logo :)
   Date d'inscription  :  29/02/2012
    
                         
bozdodor  /  Bile au trésor


Moi je pense qu'il est normal de proposer un livre numérique moins cher qu'un livre papier. Au-dessus de 5 € ça se rapproche trop d'un prix poche. Après, pour un numérique à 2 € (enfin 1.99 normalement), tout dépend du nombre de pages. Un éditeur ne vendre pas 20 pages pour 4.99 par exemple.
http://www.editions-bozdodor.com
 
24bits
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  263
   Âge  :  32
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  11/01/2015
    
                         
24bits  /  Autostoppeur galactique


De mon point de vue, ça en dit surtout sur l'investissement d'un éditeur. Un éditeur qui peut vendre son bouquin 2e, il doit pas vraiment attendre de retour financiers ou alors il n'a strictement rien déboursé pour le produire. Je ne vois pas l'utilité d'avoir un éditeur, du coup...
Et puis ça en dit, indirectement, sur la qualité du livre donc.

Vendre un livre si peu cher, c'est possible qu'à compte d'auteur : 2e le livre, c'est à peu près ce qu'on peut espérer toucher sur un bouquin à 20.
(Certains pensent comme ça et certains "succès" de l'auto-publication sont arrivés grâce aux petits prix)
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Certains "grands classiques" étaient vendus à moins de 2 € (1.99 €) par Amazon Kindle.  Je ne sais pas si c'est encore le cas. Ça n'a donc strictement rien à voir avec la qualité de l'oeuvre (par ex. l'étranger de Camus). Il doit s'agir d'opérations promotionnelles, je pense. Ce sont, pour la plupart, des ouvrages édités en livres de poche et qu'on peut trouver facilement pour un prix similaire (parfois moins) d'occasion. On peut aussi imaginer que certains éditeurs, en panne de vente, bradent les bouquins. Des soldes, en quelque sorte.
 
Nyzette
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  508
   Âge  :  64
   Date d'inscription  :  11/03/2015
    
                         
Nyzette  /  Gloire de son pair


Je ne m'y connais pas assez mais j'ai l'impression que 1.99 est plutôt une offre d'appel censée ramener du monde sur le site, non?
https://www.facebook.com/pages/Petits-crayons/802987966449472
 
24bits
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  263
   Âge  :  32
   Localisation  :  Paris
   Date d'inscription  :  11/01/2015
    
                         
24bits  /  Autostoppeur galactique


Pour préciser : j'ai lu la question comme concernant une première édition et j'y ai répondu sous cet angle là.

Les classiques, comme toute réédition, n'entrent plus dans le même modèle économique qu'une première édition. Leur coût ne sont pas comparables.

Après, ok, dans l'absoluité du vaste marché de la littérature, on trouve de tout à 2 euros. Même Folio a une collection à 2e. Il faut s'entendre sur la nature de l'édition en question.
 
idmuse
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  721
   Âge  :  46
   Localisation  :  Montréal
   Date d'inscription  :  12/06/2012
    
                         
idmuse  /  Blanchisseur de campagnes


2 euros, c'est peu, c'est vrai, mais par exemple, la nouvelle collection de bragelonne / milady (snark / emma) c'est 4.99 pour un texte consistant (la taille varie, évidemment), alors que le roman papier est à 10 euros en numérique.
Sinon, à 2.99, en auto-édition, je peux dire que j'ai déjà fait pas mal de sous, donc je ne pense pas que ce soit dépréciatif. Ça dépend d'un tas de facteurs, à mon avis!
Ex: l'éditeur / auteur autopublié a-t-il déboursé le prix d'un correcteur? maquettiste pour la couv? (bref, va-t-il rentrer dans ses frais?)
l'éditeur / auteur est-il connu (ce qui justifie souvent le nombre de ventes estimé et la confiance que les gens mettront dans une oeuvre aussi peu chère)
Bref, dans ce domaine, il n'y a qu'une certitude: il n'y a pas de certitude.
http://www.suzanneroy.net
 
Pasiphae
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  8871
   Âge  :  28
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  nique la miette
   Date d'inscription  :  22/06/2010
    
                         
Pasiphae  /  Truquage geniphasien


Giratempu a écrit:
Certains "grands classiques" étaient vendus à moins de 2 € (1.99 €) par Amazon Kindle.  Je ne sais pas si c'est encore le cas. Ça n'a donc strictement rien à voir avec la qualité de l'oeuvre (par ex. l'étranger de Camus). Il doit s'agir d'opérations promotionnelles, je pense. Ce sont, pour la plupart, des ouvrages édités en livres de poche et qu'on peut trouver facilement pour un prix similaire (parfois moins) d'occasion. On peut aussi imaginer que certains éditeurs, en panne de vente, bradent les bouquins. Des soldes, en quelque sorte.

Oui sauf que les grands classiques antérieurs à 1945 sont... libres de droits. Donc leur texte ne peut être soumis à la vente, étant public (c'est le support que l'on fait payer, ce qui explique qu'un Balzac soit trouvable neuf dans les alentours de 3 ou 4€). Bon, Camus n'est pas encore libre de droits, donc ton explication doit fonctionner dans son cas !


Poésie – Traque – Liquide – Roman – Miettes – Nouvelles – L'heure du thé – Thèse – Ecriture - Journal - ça raconte - Îles
 

 Un éditeur vendant un roman numérique à 2 euros déprécie t-il son ouvrage ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication-