PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-40%
Le deal à ne pas rater :
Machine à café avec broyeur KRUPS YY4384FD Essential
357.99 € 599.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Fil conducteur d'une histoire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
animiix
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  38
   Âge  :  27
   Date d'inscription  :  19/09/2013
    
                         
animiix  /  Petit chose


Oyé !

Bon, voilà depuis peu j'ai enfin retrouver l'inspiration d'écrire, j'en ai donc profité pour reprendre mon roman que j'avais un peu laissé de coté, et tout ceci m'as conduit à recommencer... A zéro !

Hé oui... Je n'étais surement pas satisfait de ce que j'avais écris auparavant... Et l'autre jour en continuant à lire " Docteur Sleep" de Stephen King, je me suis arrêté un petit temps sur sa façon d'effectuer ces transitions entre chaque moments de son histoire. Détail en citation.

(avec en prime un extrait (Non corrigé encore.) de mon roman ! )

Je vous faits confiance, ce qui est écrit est le début de mon roman et... Je ne voudrais pas voir des répliques ! Wink

Florian Didier a écrit:
Clope au bec, Swanhild Capper était assise sur  le rebord de la fenêtre de sa chambre, attendant que le temps passe. Elle venait d'avoir tout juste 18 ans aujourd'hui, et elle savait trop bien ce qui allait ce passé. Conformément à la loi du gouvernement du monde libre, toute personne venant d'atteindre sa majorité se voyait dans l'obligation d'être conduit dans un centre de jugement  afin d'y passer … Des tests, rien de plus. Enfin c'était ce que son père disait, pour lui et sa mère tout avait fonctionné à merveilles, il ne voyait pas pourquoi cela serait différent pour ces enfants, et encore plus pour sa fille. Il avait peut-être raison de se méfier de  Swanhild, trop imprévisible, trop... Rebelle. Dans le quartier, personne n'avait encore oublié l'incendie de l'avant-poste de la garde officielle, cependant tout le monde ignorait les responsables de ce crime. Pas elle. C'était un jour de printemps, Swan Capper flânait dans la rue avec son petit ami, Joe, tous deux partageait un profond mépris pour les institutions gouvernementales, et ils n'étaient pas les seuls pour autant simplement, personne n'osait élever leurs voix sous peine d'une sanction pouvant aller jusqu'à une condamnation à mort, mais cela n'effrayait en rien les deux jeunes tourtereaux. Preuve est que sur un coup de tête datant de plusieurs jours, un plan entièrement vu et revu pendant des heures, le coup de l'année c'était produit. Ce n'était pas si évident de croire qu'une fille comme Swan Capper puisse passer tant de temps à réfléchir, elle était plus du genre impulsive, pour elle, trop de réflexion était semblable à dormir sur place, au final elle préférait foncée dans le tas. Mais ce jour-là il fallait faire preuve de prudence, si jamais on venait à les prendre s'en était finis pour eux. Bien sûr, ils avaient prévus de s'y prendre le soir, Swanhild devait se livrée aux gardes tandis que Joe lui pénètrerait par l'arrière de l'avant-poste, endroit très peu surveiller et cela s'expliquait surement du fait que la porte de l'arrière donnait sur une pièce qu'on surnommait “ Le pourrissoir aux corps”. Et bien évidemment, comme son nom l'indiquait, les gardes entreposait dans cette pièce les corps de victimes de meurtres mais principalement ceux des condamnés, et dieu sait combien de malfamés vivent dans ce groupement.
1.
Swan  Capper flippait dans sa cellule ce jour-là, et si le plan tombait à l'eau ? Devrait-elle pourrir dans cette pièce ou toute chaleur y était dépourvue ? C'était-elle rendue saoul pour un échec ? La réaction de son père lui venait par avance, l'entendant grommeler, rouge de honte à la vue du comportement de sa fille. Et sa mère n'était malheureusement pas mieux, sa voix cassante lui rappellerait à combien de fois elle pouvait être naïve de s'imaginer  duper le gouvernement.

Bref voilà, en gros, King coupait son récit par un chiffre que je jugerait d'intemporel (en tout cas pour mon cas, le chiffre correspond à une transition intemporel ) et ainsi de suite.

D'après vous, est-ce une bonne manière de procéder ? Est-ce pas nuisible pour la continuité du fil conducteur de mon histoire ?

Merci par avances pour les quelques conseils que vous aurez à me fournir ! Very Happy
 
Manduleen
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  344
   Âge  :  40
   Localisation  :  Entre la chaise et mon écran
   Pensée du jour  :  Ϸú ert dóttirin af ljósinu, ljósit fylg !
   Date d'inscription  :  10/11/2012
    
                         
Manduleen  /  Tapage au bout de la nuit


Si, un saut de page, c'est bien aussi. Parce qu'un chiffre comme au milieu d'une page : bof, ça fait un peu "je veux économiser du papier s'il vous plaît".

Sinon, bon courage pour les corrections...
 
Géronimo
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  367
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  18/04/2014
    
                         
Géronimo  /  Tapage au bout de la nuit


Manduleen a écrit:

Sinon, bon courage pour les corrections...
Haha

D'accord avec Manduleen, je trouve que ça fait un peu étrange.. à défaut d'un saut de page, un saut de ligne ne serait pas de trop.
 
Séléné.C
   
    Autre / Ne pas divulguer
   Nombre de messages  :  13985
   Âge  :  47
   Localisation  :  Côte d'Or & d'Opale
   Pensée du jour  :  Confiance et longueur de Temps...
   Date d'inscription  :  11/01/2013
    
                         
Séléné.C  /  La femme qui tomba amoureuse de la lune


Je ne comprends pas la question...
Le "1" en bas de ta citation indique le passage du Prologue au 1° chapitre, non ? Mis à part qu'il faudrait peut-être aérer en sautant une ligne avant et peut-être aussi une après, je ne vois pas ce qu'on peut y redire...
Quand au "18" pour l'âge de la jeune fille... Ca fait "économie", oui, mais il y a aussi un impact psychologique plus directement numérique que si tu avais écrit "dix-huit" en toutes lettres, je crois.
http://scriptorium2.canalblog.com
 
Noctis
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  416
   Âge  :  31
   Date d'inscription  :  24/07/2014
    
                         
Noctis  /  Pour qui sonne Lestat


Mais, pfff... pourquoi tout le monde veut être technique dans l'écriture. Il faut écrire comme on ressent... écrire comme on vit. Bien sûr après, lors de la relecture, il faut vérifier que ça part pas n'importe comment. Mais en attendant... si on sent que ça passe à autre chose, que ça change de scène, ou ne sais-je, il y a une coupure.

C'est comme l'autre sujet là, "comment écrire une scène érotique"... soit on la ressent, et on l'écrit, soit on ne ressent rien et il vaut mieux ne rien mettre. Il n'y a rien de pire qu'une scène qui sonne faux.
 
QuillQueen
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6087
   Âge  :  33
   Localisation  :  Liège
   Pensée du jour  :  La "recherche d'équilibre" sur JE est interrompue, ça manque de mécènes en temps de crise.
   Date d'inscription  :  11/01/2010
    
                         
QuillQueen  /  Wallonne OUvreuse de LIttérateurs POstiches


quoi, les chiffres et les lettres, c'est ça le débat ?

Auitant que je me souvienne, la règle d'écriture disait que pour la narration, on a le choix, et que pour les dialogues, on écrit en toutes lettres. Donc beaucoup font tout en lettres.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Si tu veux signaler le passage du prologue au chapitre un, autant faire un saut de page, c'est plus clair et aéré.
Et personnellement, j'en ai marre de voir des remarques sur les possibles répliques/plagiats, on est sur un forum d'écrivains, on a mieux à faire...
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Fil conducteur d'une histoire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-