PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 

 [Structure] Ces fins de romans qui vous ont déçus !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Lowena
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  179
   Âge  :  29
   Localisation  :  Entre Arrakis et Ankh-Morpork
   Date d'inscription  :  10/04/2014
    
                         
Lowena  /  Tycho l'homoncule


Je crois comprendre ce qui t'inquiètes.

Si ton lecteur arrive à la fin de ton bouquin, c'est pas parce qu'il s'est forcé de le lire mais qu'il s'est laissé entraîner dans ton monde, dans tes énigmes et ton histoire. Arrivé à la fin, il ne sera pas "fatigué mentalement" d'avoir lu tout le reste de ton histoire, parce que si c'était le cas il aurait lâché depuis longtemps. Surtout il ne faut pas confondre l'ennui et la fatigue mentale. Tant que ton lecteur ne s'ennuie pas, n'aie pas peur de le "fatiguer" des problèmes que ton personnage subira au contraire, c'est ce qui va le pousser à continuer à lire, pour savoir comment il va s'en sortir.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je me permets de répondre car contrairement à la plupart des gens qui sont intervenus, j'adore les fins ouvertes - enfin, pas toutes.

Citation :
Parce que le roman que j'ai presque fini d'écrire, par exemple, je ne me vois pas faire autre chose qu'une fin ouverte. Déjà, parce qu'une suite est prévue, mais ça, je le met de côté, c'est secondaire dans ma fin. Mais surtout parce que le personnage narrateur se demande du début à la fin s'il est fou ou si ce qu'il voit est réel. Et quand l'histoire se termine, forcément, l'interrogation touche à son paroxysme et si j'y réponds, je fais tout retomber. Donc au final, il ne le sait toujours pas, le lecteur non plus et... cette angoisse n'arrange rien à son état. C'est justement dans cette ouverture que se trouve toute la tragédie.
Et il me semble que c'est le moteur de tout récit fantastique: le doute, l'angoisse due aux interrogations qui restent sans réponse.
A mon sens, il faut quand même qu'il y ait un équilibre. Si tu tiens à la fin ouverte, pourquoi pas, vu ton scénario ça se justifie et ça me choquerait pas. Cependant, si tu réponds absolument jamais à aucune question que le lecteur se pose... c'est un parti très très risqué, et il faut faire attention dans ce cas à vraiment réussir à l'embarquer dans ton monde... En fait, je suis d'accord avec Lowena : si ton lecteur ne comprend rien du tout et ne voit pas où tu veux en venir, il va s'ennuyer. Or il faut le faire compatir avec ton personnage (donc éventuellement le fatiguer, oui) mais certainement pas l'ennuyer.

En tout cas ton projet semble intéressant et ambitieux...
 
Manduleen
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  344
   Âge  :  40
   Localisation  :  Entre la chaise et mon écran
   Pensée du jour  :  Ϸú ert dóttirin af ljósinu, ljósit fylg !
   Date d'inscription  :  10/11/2012
    
                         
Manduleen  /  Tapage au bout de la nuit


Je crois que dans mon premier bouquin, s'il y a bien un truc que j'ai réussi et un seul, c'est la fin (bon, ok, je n'ai pas un point de vue très objectif, je trouve mon premier livre assez mauvais dans l'ensemble).

En tout cas, elle a eu le don de surprendre en bien tous les lecteurs qui ont eu le courage de me faire un retour. ^^

C'est une fin "ouvert", dans le sens où il pourait éventuellement y avoir une suite, mais c'est surtout que jusqu'aux 10 dernières lignes, le lecteur ne sait pas de quoi je parle dans le dernier chapitre... et la chute donnée est à l'opposé du "sous-entendu" que j'ai créé les pages précédentes.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Dans le genre classique : le Cid. J'ai cherché durant des jours s'il existait une fin. Pour moi, il manque un morceau, c'est pas possible que l'histoire se finisse ainsi.  Smile 
 
Marc Anciel
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2612
   Âge  :  42
   Localisation  :  Nord
   Pensée du jour  :  "Les mômes maintenant, ils lisent, ils lisent, ils lisent et résultat...ils sont encore puceaux à 10 ans..."
   Date d'inscription  :  17/09/2008
    
                         
Marc Anciel  /  Sous-chef de projet démoniaque chez Édilivre


@Kal: Ok, bon ben donc c'est vraiment une question de goût totalement subjective. La fin d'Inception j'ai bien aimé, moi, même si là oui pour le coup, l'auteur ne tranche pas. C'est le bémol.

Et sinon là mon bouquin est en cours de lecture par des yeux vierges, justement pour que je sache si je fatigue, si j'ennuie etc Je suis assez confiant, je pense avoir pas trop mal amené le truc, même si je sais qu'il doit encore y avoir des défauts à corriger. En tout cas, c'est de très loin mon bouquin le plus abouti et le plus maîtrisé. On verra bien...
Quant à la fin, c'est un poil plus complexe que présenté comme je l'ai fait. Parce qu'en réalité, on sait qu'il est "fou", ou du moins qu'il entretient un rapport problématique avec le réel. Mais comme une de ses "hallucinations" lui fait remarquer: on peut très bien être "fou" et... être sujet à des apparitions véritables. Enfin, dans la littérature et le mysticisme, en tout cas...
Donc bon, moi c'est le genre de bouquin que je pourrais adorer (ce qui n'est pas forcément le cas de mes précédents textes, une fois que j'ai pris du recul), un livre qui interroge le rapport avec la réalité et le fantasme. J'aime les bouquins qui font réfléchir, sans donner des vérités toutes faites, une pensée précuite, prémâchée. Des questions. Des jeux de miroirs. Des mises en abyme. Borgès, dans le domaine, c'est le summum pour moi. J'aime qu'on me fasse participer, être acteur du livre que je lis, plutôt que simple spectateur. Que l'auteur joue avec moi, qu'il ne me prenne pas pour un con à qui il faut tout dire, tout apprendre, mais qu'il me prenne comme un complice, qu'il me fasse confiance pour comprendre, pour trouver les réponses, ou les chercher, sans pour autant me larguer et sombrer dans un délire sans queue ni tête. J'aime bien qu'un livre m'amène à me sentir intelligent, parce que j'arrive à suivre, que je résouds les énigmes, que je pose les bonnes questions, même si ce n'est qu'une illusion. C'est très compliqué, l'air de rien. Et je serais méga fier d'avoir réussi ça. J'ai essayé... On verra bien si j'ai réussi ou pas.
Je sais juste que certains d'entre vous ne l'achèteront pas, ce bouquin, quoi qu'il arrive. ^^
http://leguidedelecrivainambitieux.blogspot.fr/
 
DNDM
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  125
   Âge  :  38
   Localisation  :  Nantes
   Pensée du jour  :  J'aurais le dernier mot.
   Date d'inscription  :  21/11/2012
    
                         
DNDM  /  Barge de Radetzky


La fin de Inferno, de Dan Brown, est une honte. Je spoile sans vergogne, parce que de toute façon ce bouquin ne mérite pas d'être lu. En gros, tout ce qu'ont fait les personnages depuis le début du roman ne sert à rien, avant même la première ligne du roman le virus menaçant avait été relâché dans la nature, mais "en fait c'est pas grave finalement relâcher un virus qui rend une partie de la population mondiale stérile c'est pas une si mauvaise idée que ça vu les problèmes de surpopulation". Gerbant sur le fond, et exemple typique de la fin à éviter: tout le bouquin ne servait à rien, en fait. Ceci dit, tout le bouquin est très très mauvais et écrit avec les pieds, donc la fin n'est dans ce cas précis que la cerise sur le gâteau.

J'ai détesté la fin de Cujo, de Stephen King, aussi (mais je crois que je n'aime pas Stephen King de façon générale). Une nana se retrouve prisonnière d'une voiture en panne avec son gosse. Dehors, un saint-bernard enragé qui cherche à les bouffer. A la fin, la mère sort de la voiture et dégomme le chien à coup de battes de base-ball, juste avant que son mari n'arrive.
Tout cela pour qu'ils se rendent compte que le gamin est mort de chaud et de soif dans la voiture quelques minutes plus tôt.
Yeah.

C'est pas que je veuille forcément une happy end, loin de là. Mais il faut que le bouquin serve à quelque chose, qu'il y ait une évolution des personnages, qu'entre l'intro et la conclusion, ils aient appris quelque chose, résolu leurs problèmes interne, fait face à leur démon.

Là, dans ces deux cas, que dalle. Du suspens artificiel pendant tout le bouquin, et une fin sans aucun sens.
 
Gwenouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1512
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  02/03/2013
    
                         
Gwenouille  /  Roland curieux


Citation :

Et quand l'histoire se termine, forcément, l'interrogation touche à son paroxysme et si j'y réponds, je fais tout retomber. Donc au final, il ne le sait toujours pas, le lecteur non plus et... cette angoisse n'arrange rien à son état.

C'est pour ça que quand tu envisages une suite, il peut être intéressant d'avoir une trame globale (commune au cycle) et une trame interne (propre au tome en question). Une bonne fin, dans le cas d'un tome de cycle, pour moi, c'est une fin qui clôt tout de même quelque chose, un épisode, même si elle doit amener une questionnement sur la suite. Si tu n'as répondu à rien, si je n'ai pas la sensation que quelque chose se termine, alors en ce qui me concerne il ne s'agit pas d'une fin.
 
DNDM
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  125
   Âge  :  38
   Localisation  :  Nantes
   Pensée du jour  :  J'aurais le dernier mot.
   Date d'inscription  :  21/11/2012
    
                         
DNDM  /  Barge de Radetzky


Gwenouille a écrit:
Citation :

Et quand l'histoire se termine, forcément, l'interrogation touche à son paroxysme et si j'y réponds, je fais tout retomber. Donc au final, il ne le sait toujours pas, le lecteur non plus et... cette angoisse n'arrange rien à son état.

C'est pour ça que quand tu envisages une suite, il peut être intéressant d'avoir une trame globale (commune au cycle) et une trame interne (propre au tome en question). Une bonne fin, dans le cas d'un tome de cycle, pour moi, c'est une fin qui clôt tout de même quelque chose, un épisode, même si elle doit amener une questionnement sur la suite. Si tu n'as répondu à rien, si je n'ai pas la sensation que quelque chose se termine, alors en ce qui me concerne il ne s'agit pas d'une fin.

Tout à fait d'accord avec Gwenouille. Il ne faut pas confondre la fin de l'objet-livre que l'on a en main et la fin de l'histoire que l'auteur raconte. Une histoire peut être coupée en plusieurs livres pour des raisons économico-industrielles, mais dans ce cas là la "fin" du tome 1 n'est pas une fin, c'est juste l'endroit où l'on lâche le livre 1 pour prendre en main le livre 2.

 
Kal'
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  4034
   Âge  :  32
   Localisation  :  
   Date d'inscription  :  23/04/2008
    
                         
Kal'  /  Der grüne Fennek


Marc Anciel : Oui oui, c'est pour ça que je te précisais que je n'aime pas ces fins en général, c'est à prendre en compte !
 
Gwenouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1512
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  02/03/2013
    
                         
Gwenouille  /  Roland curieux


Kal' > pas aimé non plus la fin de Shutter Island :s
 
Marc Anciel
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2612
   Âge  :  42
   Localisation  :  Nord
   Pensée du jour  :  "Les mômes maintenant, ils lisent, ils lisent, ils lisent et résultat...ils sont encore puceaux à 10 ans..."
   Date d'inscription  :  17/09/2008
    
                         
Marc Anciel  /  Sous-chef de projet démoniaque chez Édilivre


Gwenouille a écrit:
Citation :

Et quand l'histoire se termine, forcément, l'interrogation touche à son paroxysme et si j'y réponds, je fais tout retomber. Donc au final, il ne le sait toujours pas, le lecteur non plus et... cette angoisse n'arrange rien à son état.

C'est pour ça que quand tu envisages une suite, il peut être intéressant d'avoir une trame globale (commune au cycle) et une trame interne (propre au tome en question). Une bonne fin, dans le cas d'un tome de cycle, pour moi, c'est une fin qui clôt tout de même quelque chose, un épisode, même si elle doit amener une questionnement sur la suite. Si tu n'as répondu à rien, si je n'ai pas la sensation que quelque chose se termine, alors en ce qui me concerne il ne s'agit pas d'une fin.

J'essaie de faire en sorte que chaque bouquin que j'écris ait un lien, même ténu, avec les autres, tout en constituant une entité distincte, qui n'a pas besoin des autres pour être compris et apprécié. Par exemple, dans mon ptit dernier, le narrateur est écrivain et il a sorti une pièce de théâtre... qui a réellement été publiée et jouée, même, sous le pseudo du narrateur. C'est ma façon d'interroger le rapport entre le réel et la fiction, de brouiller les pistes pour donner une autre dimension au texte. C'est un peu de la 3D littéraire. ^^
Donc oui, je souscris à ce que tu dis, même si je préfère que certaines questions restent en suspens. Le tout est que ce soit bien amené.
http://leguidedelecrivainambitieux.blogspot.fr/
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


@Kal : pour moi shutter island n'est pas une fin ouverte (je n'ai pas lu le bouquin je précise)
Spoiler:
 
Marc Anciel
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2612
   Âge  :  42
   Localisation  :  Nord
   Pensée du jour  :  "Les mômes maintenant, ils lisent, ils lisent, ils lisent et résultat...ils sont encore puceaux à 10 ans..."
   Date d'inscription  :  17/09/2008
    
                         
Marc Anciel  /  Sous-chef de projet démoniaque chez Édilivre


porthos a écrit:
@Kal : pour moi shutter island n'est pas une fin ouverte (je n'ai pas lu le bouquin je précise)
Spoiler:

Ha bah dans le bouquin, c'est clair pourtant,
Spoiler:
. Pas vu le film, par contre.
http://leguidedelecrivainambitieux.blogspot.fr/
 
Gwenouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1512
   Âge  :  33
   Date d'inscription  :  02/03/2013
    
                         
Gwenouille  /  Roland curieux


Citation :

J'essaie de faire en sorte que chaque bouquin que j'écris ait un lien, même ténu, avec les autres, tout en constituant une entité distincte, qui n'a pas besoin des autres pour être compris et apprécié. Par exemple, dans mon ptit dernier, le narrateur est écrivain et il a sorti une pièce de théâtre... qui a réellement été publiée et jouée, même, sous le pseudo du narrateur. C'est ma façon d'interroger le rapport entre le réel et la fiction, de brouiller les pistes pour donner une autre dimension au texte. C'est un peu de la 3D littéraire. ^^
Donc oui, je souscris à ce que tu dis, même si je préfère que certaines questions restent en suspens. Le tout est que ce soit bien amené.

J'aime beaucoup ce procédé qui mêle la fiction au réel. J'aime beaucoup quand il n'y a pas de limite distincte, en fait. Même si je n'ai pas aimé la fin de Shutter Island, paradoxalement, j'ai apprécié la façon dont la folie était présentée, ça m'a vraiment dérangée, frustrée, et en ce sens, c'est une bonne chose. J'aurais aimé que la fin soit claire. Mais aurais-je réellement apprécié la fin si elle l'avait été ? Je trouvais justement que la fin était dans la continuité du film, et qu'en ce sens, c'est une bonne fin, même si du coup j'ai des sentiments très partagés. Enfin, je ne sais pas trop comment expliquer ce feeling.
Pareil dans les romans qui mélangent réalité et fiction, ça me fait le même effet. La fiction n'est-elle pas, finalement, plus réelle que la réalité ? C'est une question que j'aime me poser. Pour ce qui est des questions qui restent en suspens, je te rejoins aussi. Mais je pense que tu peux avoir une fin fermée tout en laissant des questions en suspens. C'est juste que la question ne doit pas se poser sur la trame, mais sur un sujet plus profond. Par ex, celle que j'exploite dans mon roman (désolée de prendre cet exemple mais je peux justement en parler parce qu'il s'agit de mon roman), la question qui restera en suspens à la fin est : "est-on réellement maitre de son destin ?" et je pense que ça ne posera pas de soucis, car j'aurais quand même résolu les énigmes propres au tome/au cycle.

Les meilleures fins que j'ai lu, pour mois, étaient celles de "A la croisée des monde" et de "le livre des étoiles".

ATTENTION SPOILER :

Spoiler:
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


@Marc Anciel :
Citation :
Ha bah dans le bouquin, c'est clair pourtant,
Spoiler:
 :mrgreen: On est au moins d'accord que le fin ne semble pas si ouverte que ça!
Peut-être que le film a choisi de s'écarter du livre pour la fin, je ne sais pas  Rolling Eyes
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 [Structure] Ces fins de romans qui vous ont déçus !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-