PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -20%
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – ...
Voir le deal
239 €

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 

 Faut-il écrire seulement ce que l'on connaît ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
P'tite Lune
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  41
   Âge  :  25
   Localisation  :  Sur la Lune, prisonnière de mon imagination
   Pensée du jour  :  Avant de chercher à comprendre le fonctionnement de ce qui nous entoure, essayons de nous comprendre nous même.
   Date d'inscription  :  17/03/2013
    
                         
P'tite Lune  /  Petit chose


Merci ALTULA pour le compliment Smile Je me suis arrêté par peur d'être ennuyante !

Ecrire c'est aussi un moyen de voyager, à travers les lieux que nous faisons traverser à nos personnage. C'est ce que j'apprécie, avoir l'occasion de découvrir de nouvelles choses et d'être obligée d'approfondir un sujet pour mettre un maximum de détails crédibles.

En passant, j'apprécierais beaucoup de lire ce roman, ALTULA Smile

Le fantastique est de l'impro pas totalement libre, c'est quand même travaillé avant à force de reflexion !
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  31
   Âge  :  47
   Localisation  :  LA CIOTAT
   Date d'inscription  :  08/07/2014
    
                         
ALTULA  /  Petit chose


Hello P'tite Lune !

J'étais sincère ! ça fait plaisir de lire une personne de ton âge !! Et je suis tout à fait d'accord avec toi ! "Ecrire c'est aussi un moyen de voyager, à travers les lieux que nous faisons traverser à nos personnage au fil du roman.. !

Pour moi, si l'auteur arrive à s'évader en même temps que ses personnages... c'est pari gagné..!
Et c'est vraiment ce que j'ai ressenti en écrivant mon roman.. C'était du pur plaisir..
J'aurais aimé te le faire lire... il est resté sagement chez mes parents comme mes autres petites nouvelles que j'avais écrit avant. Lorsque j'ai quitté le nid, j'ai voulu abandonner ce qui faisait parti de mon adolescence... Actuellement, je suis en train de travailler sur un autre roman à l'eau de rose.. et ma ligne directrice est la même ! Des tonnes de recherches sur les pays où sont envoyés mes personnages..

Je ne sais pas si cela se passe comme ça pour toi, mais lorsque j'écris un conte ou un roman.. tout est déjà pré-dessiné dans ma tête..! s'en est même flippant des fois !lol. Par moment, je me presse pour coucher sur le papier mes idées de peur qu'elles s'échappent à jamais .. ! lol
tu as vu ! je suis même poète ! lol !!

En tout les cas, je te le redis encore, si tu as envie de partager un sentiment ou autres choses sur ce forum, n'ais pas peur d'être soulante ! Lâches-toi surtout ! Smile
En tant qu'auteur, tu ne dois jamais te retenir !! Smile
 
P'tite Lune
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  41
   Âge  :  25
   Localisation  :  Sur la Lune, prisonnière de mon imagination
   Pensée du jour  :  Avant de chercher à comprendre le fonctionnement de ce qui nous entoure, essayons de nous comprendre nous même.
   Date d'inscription  :  17/03/2013
    
                         
P'tite Lune  /  Petit chose


Salut ALTULA !

Je trouve totalement vrai ce que tu as dit : il faut s'évader en écrivant, partir avec nos personnages ! Mais on ne peut s'évader que si on s'éclate en écrivant (et vice-versa d'ailleurs). De toute manière, si on n'y arrive pas, ça veut dire soit qu'on se contraint à écrire, ce qui ne donne jamais rien de bon, soit qu'on s'auto-ennuie, et c'est pas bon non plus !

Dommage pour ton premier roman, mais si tu es à nouveau dans le bain de l'écriture c'est une bonne nouvelle !
Pour les recherches, il faut voir ça comme un moyen de se cultiver davantage, et d'écrire avec encore plus de crédibilité ! C'est préparer le terrain, afin d'être le meilleur guide possible, et ne pas s'embourber en chemin.

Et pour ce qui est d'avoir déjà le terrain déjà tracé en partie, j'ai exactement la même impression, on sait où on va. Parfois je me surprends même à avoir la réponse à une embûche comme si tout était là sans que tout m'ai été dévoilé. C'est à la fois perturbant et amusant ! Mais le problème, comme tu l'as dis, c'est qu'on a envie de se précipiter. Pour éviter ça (j'ai trop d'idée de différents romans en même temps ce qui peut être embêtant), j'ai plein de bloc-note, mais au final je ne retrouve jamais mes idées quand j'en ai besoin !

Au final, pour en revenir à la question du sujet après réflexion et discussion, je suis persuadée qu'on connait ce dont on a besoin pour écrire, et que lorsqu'on ne connait pas assez bien un sujet, on se documente, car l'envie de faire quelque-chose de bien prend le dessus Smile
 
Patricia Douce
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  483
   Âge  :  72
   Localisation  :  07200 St Julien du Serre
   Pensée du jour  :  L'optimiste plante un gland et achète un hamac
   Date d'inscription  :  26/05/2012
    
                         
Patricia Douce  /  Pour qui sonne Lestat


Mais que tout ceci est réducteur, Imaginez et laissez vous aller, je ne peux pas écrire dans la souffrance...Est-ce que j'ai vraiment envie d'écrire ce que je connais ou l'inverse, ben la réponse est que je n'en sais fichtre rien et que ça n'a pas d'importance... L'important c'est d'écrire et puis c'est tout.
http://patricia.douce.free.fr/
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  31
   Âge  :  47
   Localisation  :  LA CIOTAT
   Date d'inscription  :  08/07/2014
    
                         
ALTULA  /  Petit chose


Hello P'tite Lune !

Que puis-je ajouter à ce que tu viens de dire.. Rien ! C'est dingue, nous avons la même vision des choses concernant l'écriture !!
J'ai l'impression de me voir à ton âge ! lol

Après ce premier roman, j'ai continué a rédiger des petites nouvelles de temps à autres ! Ma passion ne s'est jamais volatilisée ! Smile
C'est du pur plaisir ! Pouvoir s'évader en même temps que nos personnages...
Et comme tu l'as dis, cela permet aussi de se cultiver lorsque l'ouvrage demande beaucoup de recherches avant de naître !

Comme je te l'ai confié hier, je travaille actuellement sur un roman à l'eau de rose. En parallèle, je façonne une trilogie d'histoires pour enfants. Cela permet de rajouter une difficulté supplémentaire à l'écriture et ça occupe énormément !lol

Mais je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin ! Lorsque tout sera définitivement achevé, j'aimerais m'essayer à l'invention d'un polar... Histoire de ne pas m'enfermer dans ce que je connais déjà !

En tout cas, cela fais plaisir de discuter avec une personne comme toi !
Et je te remercie aussi de prendre le temps de me répondre !Smile
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  31
   Âge  :  47
   Localisation  :  LA CIOTAT
   Date d'inscription  :  08/07/2014
    
                         
ALTULA  /  Petit chose


Bonsoir Patricia Douce,

Ce n'est pas réducteur que de vouloir apporter un semblant de crédibilité lorsque l'on envoie nos personnages dans des pays inconnus... J'estime qu'un peu de réalisme ne dénature pas un roman sorti tout droit de notre esprit ! Au contraire, cela donne du corps à l’œuvre ! Et le lecteur a le plaisir de découvrir des endroits réels sans bouger de son canapé !

Pour le reste, je laisse aller pleinement mon imagination !

Bien évidemment, chaque auteur est différent et il ne m'appartient pas de dire que seule ma méthode de travail est la bonne !
D'autant plus, que chaque genre littéraire est différent ! Et ne peut donc être traité de la même façon !Smile
Mais quoiqu'il en soit, l'imaginaire reste le seul maître dans un roman ou une nouvelle !
 
Laura Atréïdes
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1317
   Âge  :  28
   Localisation  :  Toulouse
   Date d'inscription  :  09/07/2014
    
                         
Laura Atréïdes  /  Tentatrice chauve


Personnellement je n'arrive pas à écrire sur ce que je ne connais pas, j'ai l'impression que j'ai du mal à le rendre authentique et je construis mon récit avec moins de "passion". J'ai une écriture assez personnelle où se mêle souvent et malgré moi des choses que j'ai vécu, deuil, difficulté, déceptions, toutes ces choses qui jalonnent une existence. Parce que oui, à 20 on peut déjà avoir passé pas mal d'épreuves. Mais il me reste encore plein de choses à découvrir et vivre, aussi, j'essaie de ne pas me limiter, et aborde des choses inconnues seulement cela m'est plus difficile.

Pour répondre à ta question, je ne pense pas qu'il faut écrire uniquement sur ce que l'on connait (ce serait bien réducteur je pense) mais pour tout sujet je crois qu'il faut un minimum de recherche, de travail, et une bonne part d'inspiration !
http://www.laura-ferret-rincon.com
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Perso je me documente énormément et j'y prend autant de plaisir que l'écriture. cela me rappelle une citation d' Audiard " parler de ce qu'on connais dénote un certain manque d'imagination"
 
boblafrite
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2474
   Âge  :  42
   Date d'inscription  :  30/04/2014
    
                         
boblafrite  /  Constance winner


pascal333 a écrit:
Perso je me documente énormément et j'y prend autant de plaisir que l'écriture. cela me rappelle une citation d' Audiard " parler de ce qu'on connais dénote un certain manque d'imagination"
j'approuve totalement.

je sais, ce message n'a rien de constructif...
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je vais citer un petit exemple. je n'ai jamais mis les pieds aux états unis, pourtant mon second bouquin (aventure initiatique) à compte d'éditeur se passait là bas, à cheval sur le Dakota du Sud et le wyomming (dans les black-hills pour tout dire). Je me suis énormément documenté et j'ai réussi (ça été le plus difficile) à dégoter une correspondante qui parlait Français dans la réserve indienne de Pine-Ridge. Lorsqu'il a été publié je lui en ai envoyé un exemplaire et je ne peux que me souvenir de ce qu'elle m'a dit, parce qu'à ce jour c'est le plus beau compliment que j'ai reçu : "J'ai l'impression que c'est mon voisin qui a écrit le livre". Maintenant je laisse de plus en plus tomber le territoire Francais pour là bas et j'ai une méthode très simple pour que ce soit cohérent. Actuellement un de ceux que je suis occupé à écrire se passe à philadelphie. Le personnage principal décide de déjeuner ? Je tape "restaurant philadelphie" sur google et j'ai le choix, je peux même trouver leur specialité, décrire l'intérieur (pour les bars c'est génial). C'est valable pour les rues, les boutiques, les parcs, les musées etc... C'est simple, et si c'est bien fait c'est hyper réaliste, le net est vraiment génial pour ça. Ca c'est cependant la méthode simplifiée, pour les lieux, mais je lis aussi beaucoup sur la vie quotidienne, un autre projet sur lequel je bosse actuellement c'est trois ou quatre livres à s'avaler, mais quel plaisir ! Cela dit, il y a un pendant à cela, Toute ma vie j'ai eu envie d'aller me balader aux EU et c'était un projet ficelé, et maintenant je recule chaque fois, je n'ai plus envie d'y aller... J'ai peur d'être déçu, que ce que j'ai révé n'existe pas.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


J'ai essayé d'écrire sur ce que je connais. Ce sont toujours des projets que j'ai fini par abandonner. Les heures de recherche et les gens que je contacte pour être crédible sur un sujet que je ne connais pas font partie intégrante de l'aventure, et j'apprécie autant cette partie-là que l'écriture en elle-même. En plus ça nous oblige un peu à nous ouvrir l'esprit, à nous pousser hors de nous, à aller vers d'autres terrains, et même à rencontrer des gens. J'approuve donc entièrement le post de Pascal et plusieurs autres que j'ai pu lire !
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Mayura a écrit:
J'ai essayé d'écrire sur ce que je connais. Ce sont toujours des projets que j'ai fini par abandonner. Les heures de recherche et les gens que je contacte pour être crédible sur un sujet que je ne connais pas font partie intégrante de l'aventure, et j'apprécie autant cette partie-là que l'écriture en elle-même. En plus ça nous oblige un peu à nous ouvrir l'esprit, à nous pousser hors de nous, à aller vers d'autres terrains, et même à rencontrer des gens. J'approuve donc entièrement le post de Pascal et plusieurs autres que j'ai pu lire !

Tout à fait d'accord...

Pour ma part, j'écris mon premier roman sur un thème qui ne me concerne en rien. Mais ce thème m'a touché au point d'y consacrer un livre. Tout s'est fait à partir de témoignages, c'est un défi personnel. Je me surprends moi-même et en même temps, j'ai l'impression de m'enrichir énormément, de gagner en ouverture d'esprit.
 
Shub
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2944
   Âge  :  117
   Localisation  :  À l'Ouest mais sans rien de nouveau
   Pensée du jour  :  Aller cueillir les escargots nu sur les baobabs
   Date d'inscription  :  12/09/2013
    
                         
Shub  /  Roberto Bel-Agneau


Drôle de thème quand même et drôle de question qui pourrait se révéler intéressante par la perception de nos limites, lesquelles sont conditionnées par la société qui impose les siennes. Et la SF ? Et le fantastique ? Ils connaissent ce qu'ils écrivent Philip K. Dick ou Tolkien ou Stephen King ou Frank Herbert ?
Je crois justement qu'on essaie d'écrire sur ce que l'on ne connaît pas ou pas encore avec d'éventuelles implications psychanalytiques. Connaissons-nous l'inconscient, le notre en particulier ?
Ce pourrait être une question intéressante si elle était envisagé précisément de façon paradoxale.
Arrêtons d'être scolaire s'il vous plait.
 
Diony
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  24
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  24/08/2014
    
                         
Diony  /  Homme invisible


Bonne question.
Je suis justement tombée il y a une semaine sur un blog d'apparence autobiographique relatant la réaction d'un homme face à une terrible nouvelle: le cancer sans rémission possible.
Au fil des postes on découvre ses souffrances, ses joies, ses épreuves. On y croit, on est à fond avec lui. Les commentaires sur le forum était plein d'émotion, principalement de la part de personnes atteintes du cancer ou de proches d'une personne malade.
Une question a fini par apparaître dans les commentaires: est-ce vraiment autobiographique? Ou est-ce une fiction? En gros, l'auteur parlait-il de ce q'il avait vécu/connaissait ou non?
Il est maintenant avéré que non, l'auteur n'a jamais eu le cancer ni même approché la mort de près. C'est justement pour ça qu'il souhaitait écrire ce blog. Pour se plonger dans les arcanes d'une situation qui vous retourne la vie et le cerveau et les sens.

Il est important d'explorer, non? Et de toucher l'autre, le mot aussi juste et aiguisé que possible. Ce que cet auteur de blog a su faire avec brio.
 
Mr. Jack
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  39
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  24/12/2013
    
                         
Mr. Jack  /  Petit chose


Question légitime et tout à fait intéressante.
C'est quelque chose qui m'a longtemps fait douter parce que j'ai beaucoup écrit sur le monde de l'espionnage (la CIA) et les guerres modernes (Kosovo, Afghanistan). Je n'ai rien connu de ces guerres, je n'ai jamais visité ces pays, rencontrer de kosovars et ma seule science sur le sujet repose sur des livres sur le sujet, sur des films ou séries, des témoignages et articles internet. Chacun comporte des éléments réels et d'autres fictifs, faire la part des choses revient ainsi à faire un travail d'investigation pour s'approcher au mieux de la vérité. Se baser sur l'intégrité des faits est une chose, mais s'y reposer entièrement en est une autre : pour l'auteur, écrire de la fiction n'est pas relater et paraphraser de la documentation mais bien ajouter du piquant au réel, y implanter une intrigue, du suspense, créer une narration en clair.

Si l'on saisit le problème en sens inverse, c'est le même : laisser couler son imagination sans puiser dans les expériences du réel, sans authenticité, sans une part d'investigation journalistique, c'est multiplier les chances d'écrire un livre médiocre ou mauvais.

Ainsi, peut-on écrire sur le deuil si on ne l'a jamais éprouvé ? Peut-on parler d'homosexualité sans s'y identifier ? Et par extension, si on pousse encore le problème plus loin : peut-on écrire un personnage féminin si l'on est un homme, peut-on écrire sur une personne âgée si l'on est jeune ?

Je pense que la démarche est risquée, mais peut être prometteuse si l'on parvient à conjuguer un travail sérieux et honnête de recherche puis un art efficace de la narration. Le prix à payer, c'est que ça ne sera jamais aussi bon que quelqu'un écrivant sur le sujet en le connaissant sur le bout des doigts (je ne pourrais par exemple jamais égaler John Le Carré, qui a passé sa vie au MI6 et a connu de grands espions lors de la guerre froide), autant dans la fidélité des évènements/détails que dans l'introspection en place. Il y a donc une sorte de résignation ou de cas de conscience évident, mais à partir du point où on a l'envie et qu'on aime faire, il faut simplement se lancer dans le bain !
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 Faut-il écrire seulement ce que l'on connaît ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-