PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -38%
SSD Interne – PNY – CS900 Series 1 To ...
Voir le deal
64.99 €

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 

 [Univers] Quels sont les pires clichés d'un roman d'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Trikopp
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2374
   Âge  :  26
   Localisation  :  Strasbourg toujours
   Date d'inscription  :  23/11/2013
    
                         
Trikopp  /  ☣ Gifomane ☣


Judas a écrit:
Héliotrope a écrit:
parce que, justement, ils me semblent un peu empêtrés dans des conventions stylistiques comme scénaristiques. .

Ah oui vrai ça, mais c'est le problème de la littérature – j'exulte – en général. D'jà y'a peu d'écrivains qu'ont une once de style et s'ils venaient à en mettre, du style, l'histoire passerait au second plan, la maison d'édition reverrait sa com' – on vend pas du Céline comme du Levy – et les nanas et les ménagères des sondages ifop et sofrès achèterait pas ou moins — convention chronique du milieu de l'édition.

Le lecteur veut du cliché, c'est con mais c'est vendeur. L'histoire d'amour qui finit bien, le mec romantique qui sort pas une insulte lorsqu'il parle, fin bref, tout ça... et ça fait que on s'engage dans des conventions à la noix, croyant que tout le monde attend les mêmes choses. Cercle vicieux qui tend à créer la stagnation de la littérature.

+1

Commentaire sur une précédente page:
 
Cygfa
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  175
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  03/09/2014
    
                         
Cygfa  /  Tycho l'homoncule


Judas a écrit:
En termes de statistiques, si.

C'est-à-dire ? En termes de stats de ce que les gens attendent pour eux-mêmes ? Désolée, ce n'est pas pour pinailler mais pour être sûre de bien comprendre ^^ Je ne sais pas si tu parles de la vie réelle, d'un roman ou des deux.

(Non parce que bon, quand même, dans l'ensemble la société française post-68 a bien détesté le mariage et ce que ça représentait ; l'institution n'a de nouveau de l'attrait que depuis peu. Et sinon, il y a quand même des romans qui traitent des familles recomposées, de personnes divorcées qui retrouvent l'amour, blablabla ; le roman d'amour sait aussi s'adapter, parce qu'on ne veut pas exclure tout le lectorat qui est dans ce genre de situation ^^)
 
andalouse
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  64
   Âge  :  58
   Localisation  :  Corse
   Pensée du jour  :  plus tu pédale moins fort, moins t'avance plus vite!
   Date d'inscription  :  19/08/2014
    
                         
andalouse  /  Clochard céleste


Moi, je me pose juste une question: depuis quand n'avez vous pas lu de roman d'amour?
Au risque de passer pour une ringarde, il m'arrive d'en lire et même que j'en trouve des super bien écrits.
Alors c'est vrai qu'il y a une forêt de bouquins qui racontent exactement la même histoire (tant mieux, c'est ce qui m'a poussée à écrire!), et des personnes qui lisent toujours la même histoire avec délectation (ça j'avoue que ça m'étonne!!), mais parfois,  on tombe sur une pépite.
C'est rarement un auteur à polémique qui fait la gueule quand il est invité chez Ruquier, ou le beau dans les émission de cuisine, mais c'est un auteur qui produit un truc honnête et bien écrit, avec du style et tout!
Des histoires décalées, il y en a, des gosses qui font leur dents, il y en a, j'ai presque l'impression que c'est vous qui êtes en train de tomber dans le cliché des gars (et filles) qui trouvent que c'est trop nul les romans d'amour, comme si vous étiez d'une caste supérieure!
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Andalouse, on peut ne pas aimer les romans d'amour et comprendre que d'autres les apprécient, pas la peine de crier à l'élitisme des uns ou des autres ! D'ailleurs, qu'est-ce, au fond, qu'un roman d'amour ? A force d'en parler ici, je ne sais plus trop. Peut-être faudrait-il citer quelques exemples précis. Me vient à l'esprit Love, de Toni Morrisson, que j'ai lu l'année dernière, et que je recommanderais à tous les auteurs tentés par l'écriture d'un roman dit d'amour. Rien à voir avec la petite blonde rencontre le grand brun et coup de foudre et toussa. Une approche originale et passionnante, au contraire. Et c'est incontestablement un roman d'amour, à propos de l'amour.
.

résumé de l'éditeur :
 
Joliet
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  568
   Âge  :  38
   Localisation  :  Dans le train
   Pensée du jour  :  Cisgenre neurotypique
   Date d'inscription  :  11/09/2014
    
                         
Joliet  /  Du beau, du bon, du bonnet C


Ah mais loin de moi de dénigrer les romans d'amour, loin, loin, loin. Du roman d'amour j'en ai lu au kilo et j'en lis toujours.

Seulement étant moi-même le cliché de la célibataire trentenaire qui vit seule avec son chat et qui aime les romans d'amour, en lisant depuis 20 ans, désolée mais toujours les mêmes trames et toujours la même pucelle effarouchée, ça me fait plus kiffer. C'est même pas une question d'être bien ou mal écrit, c'est juste que du Harlequin je peux en écrire à la chaine. Alors si on peut me pondre l'histoire d'une mère célibataire unijambiste qui galère à serrer le voisin de palier, je prends.
 
Trikopp
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2374
   Âge  :  26
   Localisation  :  Strasbourg toujours
   Date d'inscription  :  23/11/2013
    
                         
Trikopp  /  ☣ Gifomane ☣


De la lassitude quoi.

Attention à ce que la nouveauté et la rupture de la tradition ne prennent pas le pas, dans le jugement qualitatif, sur la valeur objective de l’œuvre.
 
avatar
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  15
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  14/11/2013
    
                         
Kylani  /  Homme invisible


Bonsoir à tous (ou bonjour, ça dépend pour qui)

Je suis inscrite sur le forum depuis un moment et je vous lis beaucoup mais généralement j'évite de participer (un peu timide tout ça).

Cela dit, ce sujet m'interpelle un peu tout de même.

Il ne faut pas oublier le public visé, dans tout ça. Il est clair qu'une histoire d'amour destinée aux jeunes de 15 à 25 ans ne sera pas la même que pour un public plus âgé, qui cherchera peut-être quelque chose de profond, de plus terre à terre alors que les jeunes ont souvent encore envie de rêver au prince charmant.

Il faut se demander pourquoi on écrit et pour qui aussi. Est-ce qu'on veut dénoncer un phénomène de société ? Faire rêver les jeunettes ? Créer un prince charmant idéal dont on est amoureuse rien qu'en écrivant les premiers pas du personnage ? Raconter comment une femme (ou un homme) désabusé et blasé peut finalement retrouver l'amour malgré ses déceptions ?

Une bonne histoire d'amour peut être blindée de clichés, ce n'est pas un problème en soi, selon moi. L'important est que ça paraisse réel. Et la réalité est pleine de clichée, mais c'est comme ça. Ce n'est pas ce qui empêchera l’émotion d'être transmise. Je pense que tout dépend comme c'est écrit et traité. Pour moi il n'y a pas de limite. Peu importes les scènes, qu'elles soient vues et revues, le principal étant ce que tu transmets à travers elles.

J'espère avoir pu apporter une petite pierre à l'édifice, il s'agit bien sûr d'un avis personnel.
 
Lady Bella
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  652
   Âge  :  44
   Localisation  :  Montréal, Québec
   Pensée du jour  :  " Dont let yours dreams just be a dreams"
   Date d'inscription  :  29/01/2014
    
                         
Lady Bella  /  Hé ! Makarénine


Je suis d'accord avec Kylanie, pour ce qui attrait au genre de publique viser. J'imagine que les gens qui lise des roman d'amour y recherche certains cliché, je crois que finalement il faut seulement trouver une nouvelle façon de les âpreter... un peu comme une recette de notre grand mère a la quel on ajoute notre touche personnelle...
http://isabellew.x10host.com/
 
Zetta
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1012
   Âge  :  43
   Localisation  :  O moun païs
   Date d'inscription  :  12/02/2014
    
                         
Zetta  /  Effleure du mal


Je regrette d'avoir loupé cette discussion ! Andalouse, tu as l'air d'avoir des bons tuyaux, partage-les stp ! (j'adore les romans d'amour, désolée je me répète d'un post à l'autre).
Moi un des clichés qui me fatigue un peu dans les romans d'amour c'est le décor. Les protagonistes sont forcément urbains (100 000 habitants minimum), et travaillent dans la mode ou dans le milieu artistique pour madame, et dans les affaires pour monsieur. Si la dame est à la campagne, ça peut arriver, c'est qu'elle élève des chevaux.
Ils sont forcément riches, sauf éventuellement la fille au début. Ils vont à la salle de sport et à des soirées de charité, ce qui donne l'occasion à madame de mettre une robe magnifique sans rien dessous, et à monsieur de montrer à quel point il porte bien le smoking.
Dans les cas les plus aigus, monsieur possède un hélicoptère et/ou un bateau et/ou un jet privé. La grosse voiture est indispensable.
C'est assez américain mais dans l'ensemble, assez rengaine...
http://zettamarino.wix.com/romances-comme-ca
 
andalouse
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  64
   Âge  :  58
   Localisation  :  Corse
   Pensée du jour  :  plus tu pédale moins fort, moins t'avance plus vite!
   Date d'inscription  :  19/08/2014
    
                         
andalouse  /  Clochard céleste


Le problème avec les clichés, c'est quand tu essaies d'y échapper, ça a du mal à plaire.
Mon héros est torero (riche mais on ne s'en rend pas vraiment compte!), mon héroïne est une authentique pauvre, donc les chevaux elle les monte, mais pour guider des balades (c'est moins glamour), la ville est de province tout ce qu'il y a de banal, lui, il est espagnol et elle est française! Loin loin du modèle américain!

Et bé, comme ce n'est pas dans les critères habituels du roman d'amour, je rame pour le diffuser!

Mon roman d'amour actuel, et j'en suis dingue, c'est la série "outlander" de Diana Gabaldon. Il faut le lire en VO, parce qu'il est mal traduit avec des passages "oubliés", mais je n'arrive pas à arrêter.
 
Zetta
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1012
   Âge  :  43
   Localisation  :  O moun païs
   Date d'inscription  :  12/02/2014
    
                         
Zetta  /  Effleure du mal


C'est bizarre parce que moi je serais cliente, et je n'ai pas de raison de penser que je ne suis pas dans la moyenne... Il me semble avoir lu quelque chose de Diana Gabaldon (le cercle de pierre ?), mais en vf, et juste comme ça je me rappelle d'une scène de torture qui m'avait bloquée. C'est vrai qu'il y avait une belle histoire d'amour. A voir...
http://zettamarino.wix.com/romances-comme-ca
 
Aurèl'
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  21
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  25/08/2014
    
                         
Aurèl'  /  Homme invisible


Alors alors...

Commençons par les faits:
1. Il y a toujours une part de vérité dans les clichés. (75% environs.)
2. On adore les clichés et on en redemande parce que ce sont des repères et que tout le monde les connait.
3. Que serait une histoire d'amour (ou une histoire tout court) sans clichés ?

Que ce soit le bad boy absolument parfait (individu torturé mais qui au final se révèle être le prince charmant), ou la jeune fille raisonnable qui dit non mais qui hurle oui...ou encore le baiser sous la pluie, sur le quai de la gare et j'en passe, je crois que nous rêvons toutes et tous de vivre les clichés que nous rabâchent les livres et les films.

Je vous ai parlé de cette scène où la jeune fille tient des livres entre ses bras et les fait malencontreusement tomber en percutant un beau garçon dans les couloirs du lycée ? Non ? Bah voilà c'est fait.

Je compare ce genre de choses à une situation simple: vous écoutez de la musique dans la rue, et d'un coup, vous vous croyez dans un clip. C'est kitchissime à souhait mais...vous aimez !

Bah les clichés c'est pareil. C'est difficile de les rejeter parce qu'ils sont la base de tout ! Pire encore ! Ils sont partout ! En particulier dans les histoires d'amour...(Et pour les garçons de mauvaise foi: la fille qui enfile votre chemise le matin, ça fait parti de ces clichés là !)

Mais pour répondre de manière plus directe à la question posée: je suis friande des clichés à condition qu'ils soient travaillés, approfondis, exploités et mis en valeur. Je m'explique: vous voyez les romans de grand-mère (série passion, bleue, rose, ...) ? Mais si, mais si, avec la madame qui rencontre le monsieur mais qui peut pas être avec pour un malentendu absolument débile ! Toujours pas ? Mais siiiii..vous savez, ces romans où les héros vivent dans le monde moderne mais parlent comme des princes et des princesses ! MAIS SI ! Ces bouquins où il faut attendre que les personnages passent la nuit ensemble ou qu'ils se marient (et encore) pour se tutoyer ! Ah ! Bah quand même ! C'est ce genre de livre, léger, ridicule (aouch), qui pour moi, devrait utiliser les clichés correctement et pas comme un pseudo mélange de conte de fées et de livre "moderne". Bon cela dit...ce ne serait plus des romans de grand-mère...
 
Trikopp
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2374
   Âge  :  26
   Localisation  :  Strasbourg toujours
   Date d'inscription  :  23/11/2013
    
                         
Trikopp  /  ☣ Gifomane ☣


Aurèl :

Cliché ≠ lieu commun.
 
andalouse
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  64
   Âge  :  58
   Localisation  :  Corse
   Pensée du jour  :  plus tu pédale moins fort, moins t'avance plus vite!
   Date d'inscription  :  19/08/2014
    
                         
andalouse  /  Clochard céleste


Zetta a écrit:
C'est bizarre parce que moi je serais cliente, et je n'ai pas de raison de penser que je ne suis pas dans la moyenne... Il me semble avoir lu quelque chose de Diana Gabaldon (le cercle de pierre ?), mais en vf, et juste comme ça je me rappelle d'une scène de torture qui m'avait bloquée. C'est vrai qu'il y avait une belle histoire d'amour. A voir...

Je confirme qu'il y a bien une scène de torture abjecte, mais il y a aussi les plus belles déclarations d'amour que j'ai lues. Le héros a une histoire difficile, l'héroïne a du caractère, elle vient du futur, ce qui dynamise le propos, et on est dans aucun cliché, il est pas riche, il est roux et velu, elle tue des loups pour le sauver, il risque sa vie pour la sortir de plusieurs pièges....je pourrais en parler pendant des heures, et il y a autre chose que l'histoire d'amour, et ça, je crois que ça aide pas mal, ça offre aux personnages l'occasion d'exister autrement que l'un par rapport à l'autre, un peu comme dans la vie, quoi!
 
Zetta
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1012
   Âge  :  43
   Localisation  :  O moun païs
   Date d'inscription  :  12/02/2014
    
                         
Zetta  /  Effleure du mal


J'ai lu le premier chapitre de ton livre andalouse, je suis désolée du coup pour les chevaux Very Happy
Je suis assez tentée d'en savoir plus... un torero beau et ténébreux, c'est plutôt... osé comme personnage !

Aurèl, j'avoue que j'ai pas tout compris sur les livres de grand-mère.

Le cliché de la fille qui fait tomber ses bouquins m'a bien fait rire en revanche, c'est vrai, c'en est un autre.
http://zettamarino.wix.com/romances-comme-ca
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 [Univers] Quels sont les pires clichés d'un roman d'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-