PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
 

 [Nuit 13 septembre] Commentaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Orcal
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5697
   Âge  :  38
   Localisation  :  En confinement dans moi-même.
   Pensée du jour  :  La solitude est la patrie des forts.
   Date d'inscription  :  23/04/2010
    
                         
Orcal  /  Déesse du foyer à la retraite


Postez ici vos commentaires sur les extraits des textes écrits pendant cette Nuit JE et répondez aux commentaires reçus sur les vôtres !

• En postant des extraits, vous vous engagez à commenter les autres.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Flora

C'est effectivement un peu dur de se glisser dans un extrait au cœur de l'action, hormis cela je trouve ce passage plutôt bien écrit, pas eu de gros bug à la lecture, c'est assez fluide, quelques tournures un chouillat lourdes peut-être.

Citation :
Rutha bascula immédiatement en arrière et roula dans le feu, bousculant une des bûches ainsi que le système qui maintenait la viande au-dessus du brasier.
Ici par exemple il y a peut-être possibilité de fluidifier un peu le tout, ça fait un peu détail laborieux "le système qui", le tournebroche?

et du coup:
Citation :
Rutha bascula immédiatement en arrière et roula dans le feu, bousculant une des bûches ainsi que le système qui maintenait la viande au-dessus du brasier. Le tout tomba sur la dragonnette, qui hurla à nouveau et bondit hors du bûcher.
En simplifiant la fin de la première phrase je ferais suivre d'une virgule et qui tomba ....Pour rester dans la continuité de l'action, donner du rythme et éviter "le tout tomba" qui est pas super, super.

Citation :
distinguer de délicates runes blanches sous tant de crasse aurait été délicat, mais Roland était sûr qu’il n’y avait rien à voir.
Je n'ai pas compris l'idée?

Citation :
Il recouvrit machinalement la nouvelle zone endolorie
Un tantinet lourd

Citation :
Elle ne se tut pas avant que sa dragonnette revienne vers elle et fourre une nouvelle fois sa tête sous sa robe.
Je pense qu'en simplifiant tu gagnes en fluidité du genre: Elle ne se tut qu'une fois sa dragonette ...
Un sentiment que tu veux parfois trop détailler et que cela alourdit tes phrases.

Citation :
la sorcière se pencha aussitôt pour récupérer Rutha dans ses bras et s’éloigna du feu, les épaules voutées.
Peut-être faire sauter la dernière virgule ça casse le rythme non?


-
Citation :
Paysanne, siffla Blanche entre ses dents.
- Vous comptez la laisser pleurer toute seule dans son coin ? s’enquit Grégoire.
- Elle ne pleurait pas, marmonna Roland.
- C’est vrai, on avait dépassé ce stade : on avait atteint le niveau de la fontaine.
Les deux dernières lignes de dialogues j'ai un peu de mal, peut-être un problème de temps :Elle ne pleure pas, on a dépassé...Pour coller à la logique de la première.

Quod
Ah, ah, j'étais bien curieuse de voir ce texte de plus près, je ne suis pas déçue. J'aime beaucoup l'idée, la façon dont tu as mis en scène le tout. Franchement je n'ai rien à dire sur l'écriture, je ne sais pas si je suis très objective compte tenu que j'ai vraiment apprécié l'extrait pour satisfaire à ma curiosité, mais non en fait rien de particulier de relevé. J'aime ta façon de jouer sur les mots et les tournures, ta façon d'imager. Je crois avoir relevé une petite coquille, voyons voir si je la retrouve...Eh bien non. Bref pour finir j'aime la main sur la pomme de la discorde et la dignité froissée qu'il ramasse pour s'en draper. Bonne continuation pour cette histoire!
 
Manfred
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6989
   Âge  :  40
   Pensée du jour  :  "Écrire, c'est si souvent se souvenir de ce qui n'a jamais existé... Je ne suis jamais née, je n'ai jamais vécu : mais je me souviens et le souvenir est chair à vif."
   Date d'inscription  :  27/05/2012
    
                         
Manfred  /  Pouyoute (© Birdy)


Merci beaucoup pour ce commentaire, Hel. I love you
Des coquilles, y'en a sûrement des tonnes vu mon état de fatigue quand j'ai retranscrit ça. Contente que ça t'ait plu, ça me fait plaisir venant de quelqu'un dont j'apprécie la prose.

Flora, j'attends que tous les extraits soient postés pour faire tous les commentaires d'un coup.

EDIT du 23:

Bon, personne d'autre n'a posté d'extrait, je vais au moins commenté Flora.

Citation :
Il recouvrit machinalement la nouvelle zone endolorie
Les mots choisis pour décrire son geste me laisse sceptique: "recouvrit", "nouvelle zone"... Il y avait moyen de trouver des termes moins génériques.

Citation :
- Lâchez-moi..., demanda-t-il d’une voix éteinte.
Je ne comprends pas qui dit ça. Si c'est Valeria, il faut corriger le pronom.

Citation :
la sorcière se pencha aussitôt pour récupérer Rutha dans ses bras et s’éloigna du feu, les épaules voutées
Je vois mal comment elle se déplace pour s'éloigner, si elle soutient le dragon.

Citation :
- C’est vrai, on avait dépassé ce stade : on avait atteint le niveau de la fontaine.
Ici, la répétition rend la phrase assez plate.


Dans l'ensemble, je ne trouve pas de défauts majeurs à ton extrait, même si on s'attarde un peu sur les gesticulations de Valeria.
La personnalité des intervenants de la scène ressort bien au travers de leurs attitudes et paroles.


Au fait, c'est qui ou c'est quoi St-Georges?


[Nuit 13 septembre] Commentaires 210302113706623531
 

 [Nuit 13 septembre] Commentaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Communauté :: Laboratoire :: Écritures participatives-