PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 

 [Demi-Nuit 02 mars] Commentaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Nywth
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3865
   Âge  :  24
   Date d'inscription  :  12/07/2011
    
                         
Nywth  /  Ex-Ombre passée du côté encore plus obscur.


Postez ici vos commentaires sur les extraits des textes écrits pendant cette Demi-Nuit JE et répondez aux commentaires reçus sur les vôtres !

• En postant des extraits, vous vous engagez à commenter les autres.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


A propos de l'extrait présenté par Zaou.

J'ai un peu été perdu par l'abondance d'adjectifs, j'ai une préférence pour les styles synthétiques et sobres, mais le passage a l'air intéressant. On a pas vraiment le même vocabulaire, le style est différent du mien, mais c'est toujours bon de lire quelqu'un d'autre.

Si éventuellement tu mettais un peu de contexte, une petite phrase qui résume l'ensemble, ça aiderait à comprendre l'importance du paragraphe posté par rapport à ton projet.

Santanza
 
Guardian of the Moon
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1833
   Âge  :  23
   Localisation  :  Neverland
   Pensée du jour  :  We are all stories in the end. Just make it a good one.
   Date d'inscription  :  11/07/2012
    
                         
Guardian of the Moon  /  Journal du posteur


L'extrait de Santanza :

Citation :
Très tôt, on m’a placé dans une famille d’accueil. Enfin, ce n’était ni une famille et il n’y avait pas d’accueil, mais ça s’appelait bien comme ça, « famille d’accueil ».
"Enfin, ce n'était pas une famille" peut-être ? ça fait bizarre avec ni je trouve mais attend les autres commentaires.

Déprimant ton texte, mais superbe. Je pense qu'on ne peut pas mieux expliquer le sentiment d'un enfant comme ça, en manque d'amour. Tu comptes le mettre sur le forum? Parce que si oui, lance-moi le lien.

Quant à Zaou, j'avoue que le début est assez compliqué à lire avec autant d'adjectifs (mais ça, Santanza l'a dit)
Mais sinon, ça m'a l'air bien. Bon, c'est difficile de faire un long commentaire sur 500 mots à peine, alors je crois que j'ai terminé. Ah non, j'ai oublié : j'adore la phrase d'Aurèle !

Gregor :

Citation :
Arnoult n’aurait eu qu’une envie en cet instant. Contredire la sage maxime d’un parvenu qu’il avait réduit à l’état de loque.
" Arnoult n'aurait eu qu'une envie en cet instant : contredire la sage..."
J'aime ton texte. Fantastique en plus, que rêver de mieux?
Je l'ai lu sans problème et me pose UNE question : que s'est-il passé ?

Nyjée :
Citation :

Quand j’étais petit, je croyais qu’avant, le monde était gris, et puis qu’un jour, il y avait eu du rose sur les joues des femmes et du vert dans leur vêtement. Je croyais au « passage à la couleur ». Comme si avant, le bleu n’avait pas le droit d’exister, même dans le ciel.
Que s'est vrai ! J'ai cru la même chose quand j'étais petite (et incroyablement crédule)
Fin de ton extrait ! Tout lu entièrement et je trouve ça trop mignon ! (bon, faut vraiment que j'arrête de dire ça, je le dis tout le temps) Ton écriture est fluide.
L'autoroute...drôle de nom pour un roman mais on a vu pire!

Bon, vous l'aurez remarqué, j'arrive pas à faire de long commentaire sur un si court texte mais pour l'instant je dois dire que j'ai apprécié chaque extrait Smile
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Comme il risque d’y avoir pas mal d’extrait, je fais des commentaires succincts, restant disponible pour développer si besoin.

Santanzana

Il y a un côté larmoyant qui transpire un peu trop, à mon goût. La situation initiale pousse elle-même à cette note, mais je trouve que le choix de tes mots accentue trop. Pourtant il y a au milieu de tout ça des idées qui se tiennent. C’est crédible mais sur joué. C'est un peu dommage.

Zaou.

J’aime bien le contraste qui nous ballade un peu. Entre une certaine poésie descriptive du début, et le côté cru et plus terre à terre qui suit. Après arrosé les aromatiques ça a un côté qui me dépasse, puisque destiné en principe à la consommation. Mais bon c’est un extrait, on n’a pas toutes les clefs !

Gregor
Avec quatre personnages différents dans les premières lignes je confesse que j’ai eu du mal à me glisser dans ton extrait, l’histoire semble d’emblée complexement fantasy …Juste te souligner deux petites choses:

Citation :
Il n’aurait pas se tenir assis

Manque un petit truc là.

Citation :
nœuds rouges et sanglants, sales, dérangeants

L’impression qu’il y a un excès de qualificatifs qui me semblent mal assortis.

Nyjée
C’est très riche en notions diverses en un si cours extrait.

Citation :
Le monde sans couleur / gris n’a jamais pu exister, en fait. Il ne pouvait simplement pas oublier ces cheveux qui gambadent devant, sous les rayons roux du soleil

Je ne sais pas si les temps concordent vraiment entre la première et la deuxième phrase. La première me boque un peu par son slash. Mais je me dis que c’est peut-être une manière de noter quelque chose que tu n’as pas tranché.

Lolita se dessine très vite, elle correspond peut-être un peu trop à son prénom, mais le descriptif que tu en fais a un quelque chose…
Sinon c’est agréable à lire. J’aime bien le coup du rossignol.

L’extrait pousse à la curiosité.

Guardian of the moon

Citation :
La pluie tombait sur la vieille église du village. Je tourne la tête, regarde le vitrail de la Vierge Marie, elle semblait pleurer. J’eus presque envie de prendre un caillou et de lui lancer dessus. Elle faisait genre d’être triste, mais c’était que du mytho.

Tes temps ne sont pas raccord. Il faut trancher. J’ai trouvé ça un peu brouillon, il manque parfois des mots, les idées s’entremêlent, je peine à dégager un sens. A la deuxième lecture ça devient un peu plus net, je trouve qu’il y a une répétition entre l’attitude prêté au vitrail et celle de la tante, ça casse l’effet et mine un peu la crédibilité. La ref’ à l’avare bof. Y a ton vivant qui sommeille sous l’apparence brouillone qui pourrait me plaire, mais ça reste trop fouillis.

Topaze

Citation :
Comme lorsque, gamin, on s'amuse à coller une pile sur sa langue, pour voir.
J’ai relevé ça, parce que ça me semblait judicieux, de l'imager de cette façon.

Après c’est étrange, je trouve ça à la fois facile à suivre, et très hachuré dans l’enchainement des idées. Peut-être qu’il manque un peu de liant, un côté plus rédigé. Mais c’est peut-être aussi voulu, un côté saccadé comme un rappel à un demi sommeil, un état second qui pourrait coller au contexte.

Gwenouille
Citation :

Un homme. Je devais rêver. Alors que je relevai la tête, j'aperçu une forme se détacher de l'horizon. La personne était vêtue de blanc. Et après reflexion, je remarquai que c'était égalemment mon cas. Quand avais-je pris la peine de me changer ? Je me concentrai mais mon cerveau était aussi brumeux que cet autre monde dans lequel j'évoluai. Intérieurement, je priai pour qu'il se retourne. Que cette personne croise mon regard et que je puisse y lire des explications. A mon goût, ça faisait trop longtemps que j'étais coincée dans ce paysage de coton et je commençai sérieusement à suffoquer.

Réflexion/ également.

Je trouve que tu devrais trancher ici, si c’est un homme pourquoi ne pas le nommer comme tel ? Ou alors laisser planer le doute : Un homme ? Ou alors elle aperçoit encore quelqu’un d’autre et il faudrait préciser.

Sinon si on devait se trouver au paradis, et que la narratrice venait de décéder, ça a un côté trop prévisible qui s’accorde mal avec son étonnement complet. Moi je me retrouve de blanc vêtu, dans le contexte que tu poses, je ne vais pas me poser des questions 110 ans, même si l’éternité s’offre à moi.
 
Nywth
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3865
   Âge  :  24
   Date d'inscription  :  12/07/2011
    
                         
Nywth  /  Ex-Ombre passée du côté encore plus obscur.


Mes commentaires arriveront cet après-midi, je réponds déjà aux deux qui m'ont été adressé.

Guardian of the Moon a écrit:
Nyjée :

Que s'est vrai ! J'ai cru la même chose quand j'étais petite (et incroyablement crédule)
Fin de ton extrait ! Tout lu entièrement et je trouve ça trop mignon ! (bon, faut vraiment que j'arrête de dire ça, je le dis tout le temps) Ton écriture est fluide.
L'autoroute...drôle de nom pour un roman mais on a vu pire!
C'est pas spécialement censé être mignon, mais bon Smile
L'autoroute c'est vraiment provisoire, étant donné que j'ai commencé à rédiger, concrètement, ce matin. Le postulat de base est une autoroute. (Alors que tout se déroule dans un champ dans l’extrait. Oui, c'est un peu du foutage de gueule.)

Hel a écrit:
Nyjée
Je ne sais pas si les temps concordent vraiment entre la première et la deuxième phrase. La première me boque un peu par son slash. Mais je me dis que c’est peut-être une manière de noter quelque chose que tu n’as pas tranché.
Lolita se dessine très vite, elle correspond peut-être un peu trop à son prénom, mais le descriptif que tu en fais a un quelque chose…
Sinon c’est agréable à lire. J’aime bien le coup du rossignol.
Je ne sais pas trop. J'en tendance à utiliser l'imparfait en valeur de conditionnel dans un récit au présent, c'est très casse-gueule. J'ai hésité plusieurs fois sur la concordance, en fait. Pas spécialement à cet endroit. Il faut voir.
Il est connoté, le prénom "Lolita", à part éventuellement dans le sens "diva" ? Sinon, merci Smile
 
Zaou
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  557
   Âge  :  37
   Localisation  :  02
   Pensée du jour  :  Ecrit un peu, un chapitre, un paragraphe, une phrase. Non, même un mot, écrit !
   Date d'inscription  :  04/09/2012
    
                         
Zaou  /  Gloire de son pair


Extrait de Santanza :
Si tu es famille d'accueil avec un enfant tu es payé pour t'en occuper (et tu as du suivre une formation et tout pour l'accueillir chez toi).
J'aime pas trop les résumés éclairs de plusieurs années de vie. Je préfère découvrir les personnages petit à petit au fil de l'histoire.

Extrait de Gregor :
Trop de noms d'un coup ça me confusionne (tu me diras c'est un extrait c'est normal) et je ne comprend pas bien les tenants et les aboutissants de la réflexion d'Arnoult.

Extrait de Nyjée :
Il y a des problèmes de temps dans ton extrait (présent/passé et même futur! -retournera, aura-), en tout cas je ne suis pas à l'aise.
J'aime bien le passage de couleur Smile
Citation :
Jasmine et Marie-Rose sont parties dans un coin, Francis est allé pisser, Lolita commence à marcher
Ce passage fait trop énumération pour moi.
Citation :
Alors elle les laissait filer en éclats d’argent entre ses doigts, et elle me regardait quand je la réprimandais, elle ne comprenait sans doute pas pourquoi je ne voulais pas qu’elle se défasse de tout comme ça.
Je ne vois pas comment le narrateur/la narratrice sait que Lolita laisse fuir ses sentiments.

Extrait de Hel :
Citation :
ça auréolait du respect de l’équipe.
pas super beau.
Citation :
Un truc qui m’échappait complètement et dont la perspective me glaçait. C’était
: plutôt que .
Citation :
de ne plus penser me concentrant
de me concentrer?
Citation :
Plus tard je réchauffais mon humeur à la saveur d’un café machine fadasse, depuis un mois que je carburais à ce régime, j’avais appris à prendre le temps de la transition.
ponctuation à revoir.
Extrait sympa, je suis bien rentré dedans même si la partie de la description sur le travail à la chaîne pourrait être plus fluide.

Quant à mon extrait Aurèle est irrévérencieux et méprise les normes stupides de la société, pisser sur des aromatiques correspond bien à cette image ... et est un moyen parfaitement sain de les fertiliser.

Extrait de Guardian :
Citation :
J’eus presque envie de prendre un caillou et de lui lancer dessus.
Met du présent "J'ai".
Je ne comprend pas trop la problématique du "pas croyant". C'est plutôt classique en fait que dans les familles les enfants ne le soient pas contrairement aux parents. Et généralement ces derniers le savent pertinemment.

Extrait de Topaze :
Bien écrit, bon style. En revanche ça fait un long morceau où il ne se passe pas grand chose et où on n'a pas non plus d'indice franc sur le personnage ou quoi. Je suis pas trop fan.

Extrait de Gwenouille :
Les questions "Comment étais-je arrivée là" et "Quand avais-je pris la peine de me changer" font un peu mauvais cliché.
Le deuxième paragraphe est moche.
J'aime bien le reste, je sens qu'il y aurait moyen d'améliorer la description des trois personnes.
http://vitalitepaleo.com/
 
Foxi
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1867
   Âge  :  24
   Localisation  :  ...* (42)
   Pensée du jour  :  Les giraffes sont a l'origine de l'extinction des licornes
   Date d'inscription  :  29/05/2011
    
                         
Foxi  /  Journal du posteur


Sans plus attendre, ces fameux commentaires:

Santanza> Mis a part le fait que ton extrait me fait affreusement pense au vilain petit canard et que ce genre d’histoires me tape sur les nerfs, je n’ai pas grand-chose a redire. Juste la :
« Dès l’âge de quatre ans je suivais mon palpitant, aveuglément, comme tous les enfants. »
J’ai l’impression que t’as rate une case Very Happy

Zaou> J’adore le contraste entre ta description bien poetique, bien lyrique et le « Là, flatté de la mélodie des passereaux, il arrosa allégrement de pisse les aromatiques bordant le mur ». Je ne sais pas par contre pour le « Il se redressa douloureusement sur son lit » : l’evocation du lit serait peut etre a virer, ou a reformuler.

Greg> « Deenick avait déjà été réduit à l’état de loque humaine » Je suppose que le truc en gras fait reference a un truc « intra-ouvragier ». Par contre, comme ca revient quelques lignes plus bas, avec exactement la meme formulation, ca sonne mal. Ensuite « Mais ses mots eux, avaient résonné longtemps encore, tandis qu’il arpentait le sol instable de la plage de Manhattan. Et il avait oublié cet épisode pendant des années. » Je comprends ce que tu veux dire, mais a la premiere lecture, on dirait que les deux phrases se contredisent.
Apres, ca baigne, meme si quand on est laique de l’univers, on est un peu paume :lol :

Nyjee> Je reprendrais juste ce qui a été dit avant, le « Le monde sans couleur / gris n’a jamais pu exister, en fait. Il ne pouvait simplement pas oublier ces cheveux qui gambadent devant, sous les rayons roux du soleil. », ou le slash fait un peu bizarre (mais encore), et je ne vois pas trop lien entre les deux phrases. Apres, les temps que t’utilisent me paraissent bizarres.
Sinon, c’est zoooooliiii :lol :

Hel> J’aime bien comment tu decris tout ce petit univers. Par contre, je ne comprends pas l’evocation de « l’hiver avant l’hiver » … Apres, le « je m’efforçais de ne plus penser », c’est pas plutot « a ne pas penser » ? Ou c’est vraiment que je suis crevee ? Finalement, je crois que la derniere phrase est a revoir.
Sympa a part ca Smile

Guardian> Pas trop fatiguee ? :mrgreen : Comme je te disais, faudrais des apostrophes a « l’Avare » ; ensuite, je ne sais pas si la comparaison est bien choisie… Etant donne que c’est un role que Funes endossait... Enfin bon : ton monde, ton choix ! Apres, y a un autre truc qui m’a fait bien rire… « J’en ai aucune envie, je suis pas croyant, comme mon copain quoi. Je sais même pas comment il a pu le cacher à ses parents ! Mon Dieu ! »
A part ca, bonnes continuations !

Topaze> Alors… Dans l’ensemble, j’aime beaucoup, surtout le passage sur les cotes la… Juste un petit truc, au debut, le « C'est épuisant. C'est usant », bah j’y enleverai un « c’est ». La on dirait que t’arrivait pas a te decider sur lequel choisir.

Gwen> Sympa dans l’ensemble, ca m’a fait rire le coup du « A mon goût, ça faisait trop longtemps que j'étais coincée dans ce paysage de coton et je commençai sérieusement à suffoquer. ». Dans ce meme paragraphe, fait attention aux « était ». Y en a que tu pourrais remplacer.
Bonne chance pour la suite Very Happy

Casdenor> Hmm… Un passage… ose ? :lol : Je changerai peut etre la fin de cette phrase : « Asarha peinait apparemment à se relever, et vacilla quelques instants lorsqu'il fut enfin debout. ». Il y a qqch dedans qui sonne comme une repetition, mais je ne sais pas quoi…
A part ca, sympa, meme si en tant qu’etranger a l’histoire, c’est pas facile (ceci n’est pas une critique !)

Etania, qu’est a Montreal et a la migraine !!!> Le passage ou ils se font encercler m’as vraiment donne envie de degueuler. Je sais pas trop pourquoi, mais bon. Apres, juste une petite remarque : « Les portes étaient fermées et la herse, baissée. ». A quoi elle sert la virgule ?

Penseur > J’aime bcp cette vision du bus, elle est bien vraie. Fait juste attention au debut, a la repetition de « bus »… Est-ce que tu vas développer sur les deux femmes ? Parce que ca semble etre une bonne base, dans tous les cas. Bonnes continuations !

Je passerai corriger les autres extraits plus tard, desole Revan et Flicky!


 
Nywth
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  3865
   Âge  :  24
   Date d'inscription  :  12/07/2011
    
                         
Nywth  /  Ex-Ombre passée du côté encore plus obscur.


Bon, je crois que je vais avoir une explication au niveau des temps, sinon, je vais me prendre des remarques à chaque fois Smile La manière dont j'ai écrit cet extrait repose sur un principe d'instantané passé/présent/futur. C'est à dire, se rapprocher le plus de la manière dont on pense et dont on perçoit les choses, plutôt que d'utiliser des artifices grossiers du type "elle pensa" ou "elle se souvient de". Un évènement futur peut devenir passé dans l'espace entre deux phrases, puisque les pensées prennent le pas sur la réalité. D'où les temps qui paraissent plus souvent laborieux et illogiques qu'ils ne me semblent l'être. Un exemple frappant : "Quand elle se retournera, il y aura aussi ses petits seins pointus. D’ailleurs, elle s’est arrêtée," Entre les deux phrases, il y a comme quelques secondes, où elle se retourne et s'arrête ; quand la narration reprend, l'action vient de se produire, donc passé composé.

Alors maintenant, j'ai illustré ça en couleur, et, si vous voyez encore des problèmes sur les temps, il faudrait me le dire au cas par cas plutôt...

[Demi-Nuit 02 mars] Commentaires 251346Sanstitre2
 
Gwenouille
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1512
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  02/03/2013
    
                         
Gwenouille  /  Roland curieux


Gwenouille
Citation :

Un homme. Je devais rêver. Alors que je relevai la tête, j'aperçu une forme se détacher de l'horizon. La personne était vêtue de blanc. Et après reflexion, je remarquai que c'était égalemment mon cas. Quand avais-je pris la peine de me changer ? Je me concentrai mais mon cerveau était aussi brumeux que cet autre monde dans lequel j'évoluai. Intérieurement, je priai pour qu'il se retourne. Que cette personne croise mon regard et que je puisse y lire des explications. A mon goût, ça faisait trop longtemps que j'étais coincée dans ce paysage de coton et je commençai sérieusement à suffoquer.

Réflexion/ également.

Je trouve que tu devrais trancher ici, si c’est un homme pourquoi ne pas le nommer comme tel ? Ou alors laisser planer le doute : Un homme ? Ou alors elle aperçoit encore quelqu’un d’autre et il faudrait préciser.

Sinon si on devait se trouver au paradis, et que la narratrice venait de décéder, ça a un côté trop prévisible qui s’accorde mal avec son étonnement complet. Moi je me retrouve de blanc vêtu, dans le contexte que tu poses, je ne vais pas me poser des questions 110 ans, même si l’éternité s’offre à moi.[/justify]
[/quote]

Yep Smile c'est entendu. Je cherche bien évidemment le cliché, étant donné que j'ai écrit tout ca en une heure, j'ai pas encore relu pour corriger x)
De plus, tu te poses pas de questions parce que tu es resté sur terre. Je peux t'assurer que si tu te retrouvais dans un tel paysage, tu penserais "WTF, comment est-ce que je sors de là ?" et non "Ah ben je suis au paradis". Elle pourrait tout bonnement rêver. J'ai sûrement mal traduit à l'écrit le sentiment que je voulais faire passer, mais nous on se permet de le comprendre aisément car on est bien en vie. Tout comme on pourait dire à une personne dans un feuilleton "mais il t'aime, c'est évident !". Seulement quand on vit ces choses, c'est nettement moins évident.
J'avoue que oui, j'ai foncé dans le cliché, que les trois personnes pourraient être mieux décrites (j'avais la flemme de le faire : mon but étant d'essayer d'écrire le plus possible et non le mieux possible : c'était le challenge non ? j'ai essayé de m'y tenir...).
J'ai même pas encore définis mon héroine principale, qui se contredit presque dès que les dialogues arrivent. Je sais que mon début va changer avec la suite, pour ça que je ne prends pas la peine d'entrer dans les détails. Juste que le fait qu'elle soit au paradis n'est pas une évidence, et que ce serait se planter que de ne pas la faire desemparée. J'ai justement besoin de ce cliché pour le démonter par la suite :s Pour laisser les lecteurs penser "ah, trop facile !" avant de leur dire "eh bien non, je ne vais pas par là."
Après beaucoup de gens n'aiment pas les clichés, je pense que ça dépend du type d'écriture. J'aime me servir des clichés, tout comme le vieux shnok qui pourrait être "Dieu" (un autre cliché). Malheureusement l'extrait à poster devait être court donc ça coupe l'effet...
Je te (je vous?) referai lire ça dans un futur (lointain?) quand ça aura été rebossé (si c'est rebossé un jour).
 
Zaou
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  557
   Âge  :  37
   Localisation  :  02
   Pensée du jour  :  Ecrit un peu, un chapitre, un paragraphe, une phrase. Non, même un mot, écrit !
   Date d'inscription  :  04/09/2012
    
                         
Zaou  /  Gloire de son pair


Extrait de Casdenor :
Citation :
Mirwoël laissa apparaître les ongles qui ornaient ses doigts et sourit. Baneglin s'avança vers elle, l'embrassa tendrement, avant d'aller poser la dague sur une table qui se situait entre la porte et le fauteuil, légèrement sur la gauche. Träfildiel, quant à elle, referma la porte.
J'ai pas les lieux dans la tête donc ce passage ne me parle pas. Mais il y avait peut être une description avant?
Citation :
« Regarde-le, tu auras la réponse. »
Moi j'ai lu et j'ai pas la réponse :£
Citation :
et vacilla quelques instants lorsqu'il fut enfin debout.
A inverser ou modifier, il faudrait que le vacillement se lise après le redressement.
Citation :
Träfildiel s'approcha de lui et laissa passer sa main dans son dos nu. Ses ongles y tracèrent une longue traîne rouge. Asarha gémit et accrocha l'épaule de la dryade de ses dents.
Passage mystérieux, pourquoi la dryade le griffe-t-il? comment on peut accrocher une épaule avec des dents et qu'est ce que cela signifie?
Citation :
qu'elle avait remis sur ses épaules en quittant les rives du lac.
et hop téléportation dans le passé, j'aime pas.
Pas trop compris à quoi rime la seconde partie mais c'est pas très fluide et il y a des répétitions (mille par ex).

Extrait de Etania :
Citation :
Autour d’eux pourtant, les rues semblaient relativement propres. Une carcasse d’animal pourrie, des excréments au sol, des murs suintants de pisse et des ordures grouillant de vermine
Très relativement alors xd moi j'aurais pas dit propre ^^
Citation :
Amaïa remarqua que tous avaient l’air particulièrement malade
C'est quoi qui leur donne cet air? Indices descriptifs?

Bizarre que les rues soient vides et que soudain il y ait une "foule".

Je ne connaissais pas le terme tour de flanquement, j'aurai appris quelque chose Smile

J'aime bien ton style même si j'ai l'impression que tu pourrais encore l'affiner.

Extrait de Foxi :
pris => prit.
Citation :
puis escalada le mur de planches
elle escalade l’échelle ou le mur?
Citation :
d’une autre personne
Des indices? Genre "à côté d'une jeune femme blonde" (oui c'est l'inconscient qui parle :p)
Citation :
jurant comme un poissonnier
ça fait plus rigolo qu'effrayant.
Citation :
- Joli boulot Irga ! L’a eu à pic ! Bientôt ‘va te mettre aux courses près des Vergers !
A retravailler pour être plus compréhensible.

Extrait du Penseur :
Citation :
Le bus partait alors que les derniers s'asseyaient encore
j'aurais inversé les propositions.
répétition de bus.
Citation :
les vitres vibraient à cause du vrombissement des moteurs
modification faites en rouge, trop long sinon.
Citation :
semblaient prêt à tomber délicatement sur la ville.
Le semblaient va pas.
toues => toutes
Joli passage descriptif, j'aime.
Citation :
boules contenant de la pisse d'âne
Drôle d'image, j'imagine des boules en verre avec un liquide dedans.
Citation :
un tir tout à fait expert, acquis grâce aux jeux de guerre
un tir d'une précision diabolique, expertise gagné lors des innombrables jeux de guerre...
Le parfois a replacer, de même pour le toujours.
Citation :
connaissons leurs habitudes, leur rythme de vie.
S'intègre mal.
J'aime beaucoup ton extrait, bien écrit, style fluide, de belles images.

Pour Nyjée :
J'ai bien compris que c'était volontaire cette histoire de temps. Mais je trouve quand même ça assez désagréable à la lecture.
http://vitalitepaleo.com/
 
Topaze
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  710
   Âge  :  34
   Localisation  :  Loin. Souvent.
   Pensée du jour  :  Moins loin. Moins souvent.
   Date d'inscription  :  08/12/2008
    
                         
Topaze  /  Chat de Schrödinger


SANTANZA >
Citation :
Je ne possède ni mère, ni père, et je n’ai pas souvenance

« Souvenance », un peu old school ? A voir avec le reste du texte.

Citation :
d’avoir connu de véritables moments de tendresse. Je ne sais pas pourquoi, peut-être qu’il y a une personne là-haut qui décide, un grand bâtisseur, un grand architecte de l’univers, un créateur d’homme qui a décidé que moi, je n’aurais pas le droit de connaître la tendresse.

Un peu émo. Divagation larmoyante.


Citation :
Très tôt, on m’a placé dans une famille d’accueil. Enfin, ce n’était ni une famille et il n’y avait pas d’accueil,

Le « ni » pas suivi par un autre « ni », j'ai un doute.

Citation :
mais ça s’appelait bien comme ça, « famille d’accueil ».

Téléphoné.

Citation :
Mes parents d’accueil

Faut pas les appeler comme ça, t'as déjà dit que tu les considérais pas comme accueillant. Tu te contredis.


Citation :
Quant à ma mère, elle faisait des ménages comme on dit.

Comme ont dit ?

Citation :

Toutes les marques d’affection, aussi infimes soient-elles, dès le plus jeune âge, sont importantes pour la construction de sa personnalité, c'est ce qu'on dit.

C'est ce qu'on dit ? Qui dit ça ? Ca ressemble à de la bien-pensance un peu putride.


Citation :
En CM2 j’ai pris conscience de ma situation : j’étais amoureux de toutes les filles à la fois.


Rozbaum, sors de ce corps !


GLOBAL : Eh beh, dans le genre tableau larmoyant, c'est réussi. Le titre est bien choisi. On a d'emblée envie de le frapper, le gus, pour qu'il arrête de geindre et qu'il se redresse ! C'est trop. Trop de guimauve, trop d'auto-flagellation. Le tableau manque de nuance, le personnage de profondeur. C'est plan-plan, « comme on dit ». (pour reprendre tes mots ^^)

Ceci dit : c'est écrit dans un style fluide, propre. Rien à redire là-dessus. Pas de fausses notes dans ce sens, la plume est claire.

----------------------------------------------------------------
ZAOU >
Citation :
[...]Une belette, les moustaches souillées de sang, surgit d'un trou caché, scruta les environs, puis s'empressa de traverser le jardin pour se mettre à couvert. Un cadre idyllique.

Tu peux te passer du « Un cadre idyllique. » C'est la problématique du show / tell (d'ailleurs, le conseil, c'est « Show, don't tell »). Tu viens de décrire un cadre idyllique, et le lecteur l'a visualisé. Pourquoi dire, dans ce cas, que c'est un cadre idyllique. Tu doutes de tes capacités de description ? Tu imposes ta vision au lecteur alors que tu lui laissais la possibilité de se faire une idée juste avant...


GLOBAL : Ah, pas mal. Je t'avoue que je le sentais assez mal, au départ. Le gros problème des auteurs de fantasy débutants, c'est qu'ils se sentent obligés de commencer leurs chapitres par le matin et une levée de campement, et de les terminer par la pause méritée. Le contre-pied est sympathique.


----------------------------------------------------------------
GREGOR >
Citation :
[...]état de loque[...]Contredire la sage maxime d’un parvenu qu’il avait réduit à l’état de loque.

Ca fait deux fois que tu utilises cette expression. J'ai du mal à rentrer dedans, beaucoup de noms et de notions qui se bousculent. Et énormément d'implicite, sur des choses que l'on ne connait pas, ce qui rend difficile la lecture.

Citation :

Si Deenick avait eu tort, rien n’aurait si mal tourné.

Implicite.

Citation :
Il n’aurait pas eu à jouer avec la dureté de ses ressentiments. Il n’aurait pas +à+ se tenir assis sur un banc terne qui sentait la rouille naissante et la douce aigreur de la déception.

Pour moi, naissante et douce sont de trop. Trop de qualificatifs. (et on est pas au resto chinois !)

Citation :
Une lucidité glaçante s’empara de lui, fracturant son intimité, liant ses idées de nœuds rouges et sanglants, sales, dérangeants.

Je ne suis pas toujours pour l'accumulation d'adjectifs. Quoi qu'il en soit, pour l'équilibre de la phrase, pour le rythme, je rajouterais un ET entre sales et dérangeants.

Citation :
Viltis s’était même comporté avec un profond irrespect pendant la cérémonie informelle
informelle fait de trop, mais peut-être en as-tu besoin pour que le rappel fonctionne.

Citation :
Arnoult savait que sa famille était restée dans un quartier anonyme de Vilnius, et il imagina un instant ce qu’ils devaient ressentir.

Qui ça, « ils » ?

Citation :
De la peur, et pas la fierté noble que lui avait inculquée son général de père. Il eut pitié, une seule seconde.

Lourd, le « une seule seconde ». Tu peux peut-être liée cette phrase à la suivante, pour souligner l'enchaînement des sentiments.


Citation :
La Confédération ne connaissait qu’un seul ennemi, et celui-ci était purement

Purement ?


GLOBAL : C'est très, très fouilli. J'espère que ce n'est que la conséquence de la richesse de ton roman, et que, tout au long de l'ouvrage, tu as fait un effort pour que le lecteur soit parfaitement imprégné de chaque passage que tu cites en rappel. C'est dur à suivre, d'autant plus que l'introspection s'étend en longueur et ouvre de multiples portes. Est-ce que ça mérite de s'y attarder autant ?

----------------------------------------------------------------
NYJEE >
Citation :
Le champ est grand. [...] Comme si avant, le bleu n’avait pas le droit d’exister, même dans le ciel.


J'aime bien tout le passage !

Citation :
Ou alors, il était con.

Mouais... Je suis sceptique sur l'effet recherché. Tu t'es empêtrée avec ton idée de noir et blanc.

Citation :
Je balance mes doigts en avant, je crochète les siens

Joliment dit.

Citation :
Elle a maigrit.

-t


GLOBAL : Chouette extrait. Je ne dirai qu'un chose, mais c'est très personnel. Le prénom Lolita me semble être une facilité pour un personnage littéraire, caricatural et inamovible. Pourquoi ne pas se dire « je décris une Lolita » et lui donner un prénom décent ? D'autant que tes descriptions sont réussies. Appuies-toi dessus, plus que sur des artifices dont tu n'as pas besoin !

----------------------------------------------------------------
HEL >

Citation :
On ne parlait pas comme ça au chef de file, non.

Dans l'industrie, on parle plutôt de chef de ligne, il me semble.

Citation :
le froid des ouvriers transit

transis. Des ouvrier transit, ça a quelque chose d'intestinal ^^

Citation :
de la tâche répétitive,

par la tâche

Citation :
ne pas se troubler aux rustreries

des rustreries ou face aux rustreries

Citation :
de la voix tonnante en cas de bourde, tout cela contribuait à faire de moi un élément acceptable. J’esquissais un presque sourire en guise de réponse, et c’est tout. En d’autres circonstances cela aurait semblé faiblard, mais ici cela suffisait pour marquer une forme de politesse.

Bien. C'est vrai. Bonne description globale, très juste.

Citation :
Le brouhaha de la machinerie rendant de toute façon impossible une conversation soutenue, chacun avait repris sa tâche et je m’efforçais de ne plus penser me concentrant sur la flopée de marchandise qui défilait sous mes yeux.

Là, moins juste, je trouve. Quand tu procèdes à ce genre de tâche répétitive, soit t'es tout le temps en train de discuter, soit ton cerveau fonctionne à plein régime, justement parce que les automatismes te laissent du « temps de cerveau disponible ».

Citation :
Plus tard je réchauffais mon humeur à la saveur d’un café machine fadasse,
Point.


GLOBAL : C'est une bonne description de ce genre de travail. Bien visé. Bon extrait.


----------------------------------------------------------------
GUARDIAN OF THE MOON>

Citation :
La pluie tombe sur la vieille église du village. Je tourne la tête, regarde le vitrail de la Vierge Marie, elle semble pleurer. J’eus presque envie

J'ai presque envie ?

Citation :
Je n’écoute pas, c’est bien trop compliqué pour moi tout ces truc

+s

Citation :
avec Dieu et tout le tralala. Et dire qu’il n’était pas croyant !


Oulà, tu parlais à la première personne et tu passe à la troisème ??? + Vu la description, ça se voit qu'il n'y croit pas. Pourquoi le redire ?

Citation :
T’inquiète, dans quelques minutes, je viens faire le signe de croix avec une feuille
avec une feuille ?

Citation :
Autrefois, j’aurais bien ri de cette connerie mais là, c’est d’autres circonstances.

Tu peux supprimer, « mais là, c’est d’autres circonstances. ». Ca mérite d'être sobre, au moins à cet endroit, vile racaille.

Citation :
Debout, devant le banc en bois de l’Eglise, je scrute la famille de mon ami. Des larmes roulent sur leurs joues,
Point ?

Citation :
enfin pas tous. Je bien remarque

remarque bien

Citation :
repartir dans sa merveilleuse maison dans les quartiers chics à Paris.

de

Citation :
Quand il m’avait dit que sa tante se fichait entièrement de lui, je ne l’avais pas cru,

Point.

Citation :
grossière erreur.

En quoi c'est une erreur grossière ? Trop d'emphase pour un truc sans importance.

Citation :
Bah, façon les vieilles dans son genre sont irrécupérables.

De toute façon. Si tu veux le contracter, souligne le. « D'façon ». Ce n'est pas parce que le personnage est illettré que l'on a envie de lire un texte d'illettré...


GLOBAL : J'ai pas pris le truc au point par point, parce que je n'y arrive pas. C'est imbuvable, et donc réussi, en un sens. Mais il y a beaucoup trop de fautes grammaticales, plus ou moins volontaires. Comme je l'ai dit plus haut : ce n'est pas parce que le personnage est illettré que tu dois l'être aussi.

C'est assez indigeste, de fait. Pour ne pas dire illisible.


----------------------------------------------------------------
GWENOUILLE>

Vu que tu m'as offert une critique très détaillée qui m'a bien aidé, je me suis attardé sur chaque élément de ton texte avec une attention particulière. C'est parti !

Citation :
J'étais comme entourée de nuages.

Nimbée ?

Citation :
Mes doigts glissèrent sur l'air aussi légèrement que si j'avais été une plume.
On parle des doigts, puis de la légèreté du personnage. Petite incohérence.

Citation :
Lassée de ce paysage monotone,

Il y a un paysage ? Je croyais que c'était de la brume ?

Citation :
je laissai mes pieds épouser le sol duveteux.

Elle volait / flottait, avant ?


Citation :
Il n'y avait rien à voir, pas plus qu'à entendre. J'avançai probablement vers un ailleurs incertain,

un + ailleurs + incertain = expression toute faite = 46 300 résultats dans Google.

Citation :
mais c'était à mon goût ce que j'avais de mieux à faire pour tromper l'ennuie.
-e
+ à mon goût me semble de trop. Trop d'incertitudes dans une seule phrase.

Citation :
Un homme. Je devais rêver. Alors que je relevai la tête, j'aperçu
+s
+ Elle voit d'abord l'homme, puis relève la tête ?

Citation :
une forme se détacher de l'horizon. La personne était vêtue de blanc. Et après réflexion, je remarquai que c'était égalemment mon cas.
-m
+ Ca lui demande de la réflexion, pour remarquer qu'elle est habillée en blanc ?

Citation :
Quand avais-je pris la peine de me changer ? Je me concentrai mais mon cerveau était aussi brumeux que cet autre monde dans lequel j'évoluai.
« Autre monde » fait un peu collé. La tentative de concentration mérite une description plus détaillée, l'introspection n'est que survolée.

Citation :
Intérieurement, je priai pour qu'il se retourne. Que cette personne

Pourquoi pas « Qu'il » pour alléger ?
Ca fait un peu amour onirique, pour le coup. Elle est une femme, il y a un homme, et elle PRIE pour qu'il se retourne ?

Citation :
croise mon regard et que je puisse y lire des explications. A mon goût, ça faisait trop longtemps que j'étais coincée dans ce paysage de coton et je commençai sérieusement à suffoquer.
Sérieusement ?

Citation :
- Suivant !

Hébétée, je me retournai. Rien. Personne. La voix était comme sortie de nul part.
nulle

Citation :
Je ne savais pas bien encore

encore bien ?

Citation :
lesquelles, mais j'étais certaine qu'il avait des choses à m'apprendre, des choses que j'avais besoin de savoir.

C'est très nébuleux, pour le coup. Elle a des questions, elle ne sait pas lesquelles, donc elle est incertaine, mais elle est certaine qu'il a des réponses et elle en a besoin alors même qu'elle ne sait pas de quoi elle a besoin. On confine à la philosophie, là ^^

Citation :
Le dos vouté,

voûté

Citation :
la barbe grisonnante et des rides si marquées qu'elles sillonaient

sillonnaient


Citation :
. Juste qu'avec sa peau de bébé, ses cheveux blonds blonds

Deux fois blonds ?

Citation :
peignés en arrière et les fossettes qui marquaient ses joues d'une touche de charme,

« Marquaient » est un peu fort, pour une touche.

Citation :
Le dernier, ou plutôt la dernière, était la plus belle femme que je n'avais jamais vue de ma vie.

La plus belle femme que j'avais vue de ma vie (même comme ça, c'est un peu lourd).

Citation :
Elle possédait une sorte d'aura qui attirait les regards et, en la voyant, je me doutais des ravages qu'elle devait provoquer parmis ses homonymes masculins.

Bizarre de penser à ça à cet instant-là. Ce doit être une pensée fémino-féminine. Vous êtes des barges !

+Fais gaffe, comme le narrateur dit que le vieux ressemble à son grand père et que l'ensemble du texte est nébuleux, le lecteur (moi) croit que c'est effectivement son grand-père. Du coup, on s'attend à ce que la nana soit sa mère qu'elle n'a jamais vue, et le jeune un amoureux hypothétique. Incompréhension. Je ne pense pas que ce soit ça, après relecture. Donc il y a un truc à faire.


GLOBAL : C'est très opalescent. J'ai eu du mal à accrocher, parce que j'ai eu le sentiment de ne pas être « conduit ». Beaucoup de choses qui apparaissent, qui disparaissent, une instabilité qui subit tout ça. Pas de profondeur, tout reste en surface. Pour un monde a priori conceptuel (tu dis qu'une imagination étrangère l'a créé), c'est un peu dommage, non ?[quote]

----------------------------------------------------------------
CASDENOR>
Citation :
Un vent froid parvenait de par

De par, c'est moche, hein, en plus d'être incorrect (si, si, cherche bien, j'ai déjà fait l'erreur, il y a quelques années). Des, ça suffit.

Citation :
L'énergie sexuelle la submergeait totalement, comme un alcool trop fort bu à jeun, et ses yeux, mi-clos, ne regardait déjà plus le monde physique, mais se mouvait entre les sons, les ombres et les lumières, les odeurs et les silences qui peuplaient la mélancolie onirique de sa transe.

J'aime bien le balancement de cette phrase.

GLOBAL : Je t'avoue que ce n'est pas la première fois que je lis un extrait de fantasy un peu chaud. Et à chaque fois, je me sens vraiment très peu concerné. Je ne suis pas touché. Je ne comprends pas. Pourquoi faire ?
Le style est bon, c'est limpide, ceci dit.

-----------------------------------------------------------------
ETANIA>
Citation :
Une carcasse d’animal pourrie, des excréments au sol, des murs suintants de pisse et des ordures grouillant de vermine, mais rien de tout cela n’expliquait l’odeur infecte qui régnait
Le verbe régner me semble mal choisi. Pesait, infestait, etc....

Citation :
Lorsqu’ils croisèrent les citadins, ceux-ci se précipitèrent aussitôt vers eux en quémandant bruyamment. Puis en un instant, venue de nul part,

nulle

Citation :
une foule vint soudainement les encercler. Des pères poussaient devant eux leurs jeunes filles aux joues creuses pour les proposer en mariage, des mères brandissaient leurs enfants malades pour s’attirer la pitié et des putes plus horribles les unes que les autres exhibaient leur poitrine sale pour émoustiller les gardes.

Mwarf, énorme !

GLOBAL : Très propre. Extrait de belle facture, qu'on ne dirait pas sorti d'un premier jet ! Mais peut-être ne l'est-il pas (insinuation vile et purement gratuite...)

-----------------------------------------------------------
FOXI>
GLOBAL : En dehors de la « tâche blonde », que je trouve horrible, le texte est propre, les actions se conçoivent clairement. Pas vu de défaut majeur. Il y a tout de même un effet « propret ». Trop propre, quoi ^^ Mais bon, en fantasy, ça passe bien en général.

-----------------------------------------------------------
UN PENSEUR>
GLOBAL : Super description du bus et des ses cahots. Je trouve amusant que le chauffeur ait mis le chauffage à fond. Le voilà autant chauffeur de bus que chauffeur de salle, au sens le plus primaire. Un bon texte, sans défaut majeur, qui retranscrit bien l'état d'esprit d'un penseur dans un transport en commun =)

------------------------------------------------------------
REVAN>
Citation :
Des ombres se mouvaient en contrebas, à mesure que le vent sifflait dans les branchages des arbres.
Branches, plutôt que branchages, non ? Je sais pas, ça me fait bizarre.

Citation :
Le vent sifflait dans ses oreilles, et les rotors de l’hélicoptère brassaient toujours cette atmosphère lourde, chargée d’électricité.
Brassaient une atmosphère lourde (sans le « toujours cette »)

Citation :
Dean adorait cette sensation de planer entre ciel et terre, la caresse du vent sur son visage, et cette impression d’invincibilité qui se dégageait de cette approche par hélitreuillage.
Moui. Invincibilité ? J'ai fait qu'un hélitreuillage, et c'est mou du gland. Par contre, si il descend sur corde lisse, ça ira un peu plus vite. Mais je ne pense pas qu'il se sentira invincible... Même quand j'ai sauté en parachute depuis un hélico, j'étais juste heureux de vivre et de faire un métier de ouf. Mais je ne me suis pas senti invincible ^^ J'étais pas en OPEX non plus, ceci dit.

Citation :
De la poussière le recouvrit, et le tournoiement des pals
pales

Citation :
L’homme le repéra enfin et tenta de le prendre pour cible. Deux balles dans la poitrine le stoppèrent net, et une dernière dans la tête l’envoya ad patres. Son cadavre s’effondra contre l’arbre, non sans laisser
J'aime le détachement qui se dégage du texte. Du coup, le « non sans laisser » fait bof bof. Plus simple et sobre.

Citation :
une marque sanglante qui macula le tronc. Dean attrapa son arme longue
Arme longue ?

GLOBAL : Sympa. Bonne description, ça paraît propre. Je n'ai jamais lu de roman à vocation militaire, mais l'action me paraît ici bien décrite et la visualisation des scènes est bonne =)


-------------------------------------------------
FLICKY>
Paris, 14h00 :

Citation :
À bout de souffle, elle échoue sur la lourde couverture.

La lumière ? Du souffle ?

Citation :
Ses phalanges confuses tentent de saisir les personnes que l'étoffe enveloppe si docilement. Sa prime mission vouée à l'échec, elle se dissout sur leurs peaux, les reliant comme par une ligne de pointillés.

Vraiment bizarre. Je pense que l'effet est raté. Prime mission est moche.

Citation :
Les contours en clair obscur de Gilles, juste à ses côtés, sont en fait bien plus intéressants que les lignes rigides des caractères d'imprimerie.

Ah, mais c'est un couple de loup-garous masculins ? Ca fait un peu concentration de fantasmes féminins adolescents... Mais si c'est le public, rien à dire.

Citation :
L'intéressé répond par un ronflement bien sonore. Frustré par une pareille réplique, Nicolau a rallié son poste initial en une seconde.

Passé composé malvenu.

Citation :
Un profond soupir de repenti salue cette triste conclusion.

soupir de repentir.

GLOBAL : Le sujet est sans intérêt à mes yeux, et j'ai beaucoup de mal avec ce genre de littérature. Vu que j'ai eu du mal avec ton texte, l'effet est peut-être réussi, qui sait ?
Du point de vue de la construction et du style, les deux me semblent un peu maladroits, mais néanmoins limpides, ce qui autorise une progression dans la bonne direction.



Dernière édition par Topaze le Dim 3 Mar 2013 - 16:13, édité 6 fois
 
Will, Le Fou
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  32
   Âge  :  24
   Pensée du jour  :  Je suis fou et j'assume
   Date d'inscription  :  03/03/2013
    
                         
Will, Le Fou  /  Petit chose


Je n'ai pas participé, je ne sais pas si j'ai le droit de commenter mais bon, je me lance quand même.

Santanza : comme Zaou l'a souligné, une famille d'accueil, afin, l'assistante sociale plus précisément, est payée pour s'occuper de l'enfant qu'elle accueille. A part ça, j'ai bien aimé ton texte, bien que je trouve que le côté "je suis un pauvre petit bonhomme" est un peu trop mis en avant. Par contre, la phrase : "
Citation :
Enfin, ce n’était ni une famille et il n’y avait pas d’accueil
" m'a bien fait rire !

Zaou : ton paysage est très bien décrit mais il y a peut-être un peu trop d'adjectifs.

Gregor : ton texte provient peut-être du milieu de ton roman parce que j'avoue qu'avec tous ces noms, je me suis rapidement perdu.

Nyjée Bah, j'ai pas grand chose à dire à part que j'ai aimé. Désolé, commentaire très court mais bon ^^

Hel: je suis rentré dedans sans problème, et puis c'est tellement vrai ! J'aime beaucoup ton écriture Wink

Topaze : J'aime beaucoup, surtout ton style.
Citation :
Comme lorsque, gamin, on s'amuse à coller une pile sur sa langue, pour voir.
Perso, je n'ai jamais fait ça ^^. Par contre, je trouve que tu vas trop souvent à la ligne mais après, chacun son avis (ça a dérangé personne à part moi)

Gwenouille :
Citation :
Le second était un petit jeune. Enfin "petit" était une façon de parler. On devait bien avoir le même âge, lui et moi

. Juste qu'avec sa peau de bébé, ses cheveux blonds blonds peignés en arrière et les fossettes qui marquaient ses joues d'une touche de charme, il avait l'air plus jeune qu'il ne l'était probablement.
Pourquoi vas-tu à la ligne?
Beaucoup de était que, peut-être tu pourrais remplacer mais sinon, c'est un bon extrait et je crois savoir où elle est Razz

Casdenor : Je n'ai pas trop compris mais c'est sûrement parce que je ne connais pas l'histoire (mince, doublon de Foxi, désolé) J'aime bien ton style Wink


 
Penpen
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  766
   Âge  :  25
   Date d'inscription  :  31/12/2011
    
                         
Penpen  /  Blanchisseur de campagnes


Santanza

Citation :
Enfin, ce n’était ni une famille et il n’y avait pas d’accueil, mais ça s’appelait bien comme ça, « famille d’accueil ».

Je ne pense pas que l'on peut mettre un "ni" dans une phrase s'il n'y en a pas un deuxième qui le suit immédiatement.

Dans l'extrait, tu t'éparpilles un peu dans tous les sens. Tu fais des évocations de la religion, tu parles aussi de l'amour et de ses déceptions, tu parles des parents, ect. Je pense que ton but n'est pas non plus de faire un journal intime, bien que tu sois en focalisation interne, donc tu devrais plus prendre le temps de te poser sur certains faits. Je pense notamment que tu devrais approfondir le caractère des parents. Après, je ne sais pas si tu a l'intention de le faire plus tard, mais dès cet extrait, qui semle être le début d'un roman (ou nouvelle), ce serait bien de lâcher deux-trois mots sur ces personnages qui semblent primordiaux.

Zaou

J'aime beaucoup cet extrait parce qu'on passe facilement de la description d'un paysage merveilleux à quelques détails inscrivant la description dans un univers un peu plus sombre : sang, pisse, croupion. Je remarque d'ailleurs pour ce dernier mot que, même si c'est un langage familier, semble plutôt poli, même s'il et dit d'un ton agressif. Rien à dire de plus, l'extrait est bien.

Gregor

Je dois bien t'avouer que je suis un très mauvais lecteur d'extraits, et donc que je tien m'a très peu parlé, déjà parce qu'il se situe au milieu de ton roman. Mais aussi, parce que j'ai l'impression que tu te disperses un peu trop dans les réflexions. Tu penses à une choses, puis tu enchaînes sur une autre, etc. Pour moi, le contexte étant trop obscur, je ne peux en dire plus.
Mais sinon, ça se lit quand même bien. Mais sans plus, y'a pas de mots particuliers qui distinguent cet extrait des autres, y'a pas de petits écarts de langage, tu restes dans des rails précis et tu déroules ton histoire. Peut-être que c'est à cause de l'absence de contexte, mais j'ai trouvé que ce texte manquait de fluidité.

Nyjée

Le cas Nyjée. Oui, tu es un sacré cas.
De toi, je n'ai toujours lu que des extraits. C'est peu-têtre aussi un peu le problème, parce que ces petites fenêtres ouvertes sur un roman bien plus complexe ne me laissent voir que de belles choses. Oui, j'aime beaucoup ce texte, il est complètement symbolique, tu fais des détours pour décrire des choses simples. Moi j'aie beaucoup, ça ressemble à une grande poéise. Mais après, je nsais pas si cela est supportable tout au long d'un roman.
D'ailleurs, je comprends pourquoi, lorsque tu relis ce que tu vais, quelques mois plus tard, tu n'es pas satisfaite de ce que tu as écrit. Ton texte offre un regard précis sur un monde, lorsque tu laisses reposer ce texte, que tu passes à autre chose, ta vision des choses change, et celle que tu as mise sur un texte te semble obsolète, peut-être un peu comme Proust qui avait besoin de faire des additions au fur et à mesure de son écriture.
On peut complimenter la symbolique de ton écriture,et en même temps la critiquer. Tu restes toujours dans une sorte de rêve qui n'en est pas un. Tu mets de la poésie partout, pensant que ça fera un effet parfait. Tu n'auras pas toujours l'unanimité avec ça. Mais en tout cas, moi j'aime beaucoup.
A mon avis, il faut avoir une sacrée culture poétique et des références pour te lire vraiment et tout comprendre. Moi j'aime bien lire sans forcément comprendre (un défaut, je sais, surtout quand il s'agit de te lire). Mais cette particularité de ton écriture là, cette insertion de petits morceaux de poésie, me donnent vraiment envie de lire, parce que ça, ça change de ce qu'on peut lire. Ton roman est une poésie. Ta poésie est un roman.

Hel

Citation :
En d’autres circonstances cela aurait semblé faiblard, mais ici cela suffisait pour marquer une forme de politesse.

Quelques fautes d'orthographe, de conjugaison aussi je crois. Mais le texte reste lisible, parce qu'il vient du début sûrement. En avoir plus aurait été bien. Fais attention au répétitions, comme au-dessus. Sinon, je n'ai vraiment rien à dire, et je ne vais pas m'amuser à inventer.


Voilà déjà pour les premiers extraits, je ferais sûrement le reste ce soir.
 
Zaou
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  557
   Âge  :  37
   Localisation  :  02
   Pensée du jour  :  Ecrit un peu, un chapitre, un paragraphe, une phrase. Non, même un mot, écrit !
   Date d'inscription  :  04/09/2012
    
                         
Zaou  /  Gloire de son pair


Extrait de Revan :
Citation :
et continua de voler en rases motte
"et continua" n'est pas super fluide.
Citation :
Des ombres se mouvaient en contrebas, à mesure que le vent sifflait dans les branchages des arbres
J'aurais inverser les propositions.

Ça fait trop énumération il faudrait alterner entre imparfait et passé simple, il y a aussi beaucoup trop de "et".

Extrait de Flicky :
Les deux premiers paragraphes sont un peu trop grandiloquent.
Citation :
Et même s'il n'aurait de compte à rendre qu'à sa seule conscience_ dont il se moque éperdument, Nicolau ne peut se résoudre à s'amuser contre le gré de son compagnon.
Paradoxal.

Il ne se passe pas grand chose, je préfère les descriptions/moments plus "essentielles".
http://vitalitepaleo.com/
 
Guardian of the Moon
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1833
   Âge  :  23
   Localisation  :  Neverland
   Pensée du jour  :  We are all stories in the end. Just make it a good one.
   Date d'inscription  :  11/07/2012
    
                         
Guardian of the Moon  /  Journal du posteur


Topaze :
Citation :
Oulà, tu parlais à la première personne et tu passe à la troisème ??? + Vu la description, ça se voit qu'il n'y croit pas. Pourquoi le redire ?
Non, là le personnage parle de son copain.

Foxi :
Citation :
Pas trop fatiguée ?
Je pète la forme, tu ne peux pas savoir ! et toi?
Citation :
Comme je te disais, faudrais des apostrophes a « l’Avare »
Je rectifie ça dans quelques minutes.

Citation :
A part ca, bonnes continuations !
Merci toi aussi Smile
 

 [Demi-Nuit 02 mars] Commentaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Communauté :: Laboratoire :: Écritures participatives-