PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 

 [Structure] Comment donner naissance à un bon scénario ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Rikomer
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  624
   Âge  :  45
   Localisation  :  Thrakia
   Date d'inscription  :  05/09/2012
    
                         
Rikomer  /  Hé ! Makarénine


Selon moi, le scénario, la dramaturgie sont secondaires, vous pouvez préparer votre écriture en trente pages de notes sur héros, adjuvant, opposant, intrigue, chute... faire des fiches par personnage, etc. Et puis finalement lorsque vous vous mettrez à réellement écrire, vous vous apercevrez que vous buterez sur des passages qui vous paraissaient insignifiant de prime abord mais qui au moment d'écrire se révéleront être d'une importance capitale. Une foule de petits détails se rajouteront à votre plan qui risqueront de le rendre caduque et puis l'imagination change d'un jour à l'autre et tout ce travail peut aussi ne plus vous convenir après quelques semaines. Bref, vous risquez de mettre le travail scénaristique méthodique à la poubelle.
De surcroît, un excès de travail peut nuire aux sentiments exprimés dans votre œuvre, à force de trop prévoir, de trop ordonner, vous allez perdre l'âme de votre art. Et c'est pourtant cette âme, je veux dire en cela l'émotion qui se dégage de votre texte qui fera toute la différence. En fait, bien souvent, peu importe le scénario, ce qui fait toute la différence c'est le style. Regardez les centaines de bouquins sur la légende du roi Arthur, tous ont le même scénario: Excalibur, Merlin, l'adultère de Lancelot et Guenièvre, Morgane, Mordred, la quête du Graal, etc. Par contre tous ne sont pas intéressants à lire. Le style c'est ce qui va plaire aux yeux de votre lecteur, qui va l'inciter à lire la suite même si scénaristiquement parlant il ne se passe rien alors que vous pouvez multiplier les événements et rebondissements, et ennuyer profondément le lecteur. Je pense que les méthodes venues des States pour apprendre à écrire un roman valent pour les romans de gare, le style Ken Follet, alors certes ça se vendra ptet des millions, mais ça n'a rien à voir avec des chefs d’œuvre de la littérature.
Peut-on tous devenir artiste ? Vaste question, difficile de répondre. Je dirais que passé l'enfance et l'adolescence qui ont forgé les neuf dixièmes de notre personnalité et nous ont donné notre héritage culturel, il est difficile de le devenir par le travail sans avoir de prédispositions au départ. Je me souviens à l'école, j'avais des potes qui savaient dessiner superbement sur leur cahier, cela sans jamais avoir pris aucun cours, moi je savais pas, c'était toujours moche, après vers 25 ans j'ai voulu m'y mettre en prenant des cours et puis malgré la connaissance de tas de techniques, j'ai jamais réussi à devenir dessinateur. Par contre, dès l'âge de 13 ans, j'ai eu des prédispositions pour l'Histoire, je n'ai pas travaillé particulièrement pour ce faire, la passion a suffit, je me souviens à la fac on me demandait mon truc pour retenir des milliers de dates, ma réponse étant que malheureusement je n'en avais pas, il suffisait que je la lise une fois pour la retenir et cette mémoire exceptionnelle ne s'applique hélas qu'à l'Histoire. Je me souviens de tous ceux qui trimaient pour essayer d'être historiens, travaillant bien plus que moi, mais hélas en vain, je sais c'est injuste mais c'est comme ça.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


J'ai loupé le coche,j'ai cru qu'il voulait écrire un scénar de film!

Mes conseils sont judicieux quand même Razz

(M'enfin)
 
cmzx
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  270
   Âge  :  30
   Localisation  :  Montpellier
   Pensée du jour  :  Lex est quod notamus
   Date d'inscription  :  12/12/2012
    
                         
cmzx  /  Autostoppeur galactique


@Rikomer :
Je suis d'accord qu'à force de préparer, on passe complètement à côté parfois, on perd l'envie, on s'embrouille. C'est comme partout : il faut trouver le juste milieu. Tout est question de "dosage".
En revanche, je pense qu'il faut quand même travailler le scénario : On ne peut pas faire quelque chose d'extraordinaire sans "rien".

@Fleurdepat :
Citation :
Si tu veux faire un bon roman, les premiers écueils que tu te dois de contourner ou surmonter, sont les prioritaires: orthographe, grammaire et conjugaison, à travailler encore et encore.

Tout à fait, mais ceci constitue la forme. Nous débattons justement ici sur le fond, qui est selon moi un peu délaissé par certains.
http://www.cosmossaga.com
 
SergentMajor
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  478
   Âge  :  41
   Pensée du jour  :  Je crois qu'il est temps de remettre les pendules à leur place (Johnny Hallyday)
   Date d'inscription  :  15/08/2012
    
                         
SergentMajor  /  Pour qui sonne Lestat


Je pense que quand le sujet est bon, quand les personnages sont attachants, quand l'histoire est intéressante...on le sent au fond de soi. Même si on manque de confiance en soi au niveau du style (quii viendra petit à petit de toute façon) on a quand même consience de la valeur de l'histoire qu'on a imaginée et des personnages qu'on a créés.

Trouver le bon sujet de roman avec les bons personnages, c'est comme un coup de foudre. On a le coeur qui bat plus vite, on a des sueurs froides, on est impatient de s'y mettre, on visualise trés vite les personnages, les rebondissements nous sautent aux yeux, on se dit p...trop fort! on le sait quoi!

Quand on cherche désespéremment à savoir si ce qu'on écrit est valable, à mon avis, c'est trés mauvais signe... No
 
Natanaël Esykie
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  253
   Âge  :  31
   Pensée du jour  :  Longues agonies d'un hiver trop tardif
   Date d'inscription  :  10/06/2012
    
                         
Natanaël Esykie  /  Autostoppeur galactique


Je ne sais pas SM (haha, pardon), prends mon cas par exemple :
J'ai tous les symptômes que tu décris en pensant à mon roman, mais il me manque un petit truc pour pouvoir vraiment m'y mettre : un scénario en béton. J'ai mille-et-unes idées, des grandes lignes, des situations, des rebondissements, une fin, un début, des personnages qui évoluent, etc.
Il me manque juste à finir : le gros fil rouge qui reliera tout ça pour passer du projet de roman au roman.

Et franchement, toutes ces discussions sur les méthodes, ça m'a débloqué l'imagination, et ça m'a permis de regarder autrement les histoires que je connaissais, et par la même occasion d'ajouter des éléments auxquels je n'avais pas pensé ou pas saisi l'importance. J'suis pas loin du compte !
http://www.esykie.me
 
SergentMajor
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  478
   Âge  :  41
   Pensée du jour  :  Je crois qu'il est temps de remettre les pendules à leur place (Johnny Hallyday)
   Date d'inscription  :  15/08/2012
    
                         
SergentMajor  /  Pour qui sonne Lestat


C'est trop d'idées ou trop peu? Faut faire le tri. :mrgreen:

Parfois une idée peut poluer une histoire parce qu'elle n'a rien à y faire ou qu'elle prend trop de place par rapport à l'intrigue principale. Mieux vaut alors la virer sans pitié et la mettre de côté pour un autre roman.
Il peut arriver la même chose avec un personnage. Hop, dégage! Tu revivras dans une autre histoire, mais là tu me déranges, désolé.

J'ai l'impression que c'est comme si tu avais une grosse pelote de laine sans pouvoir la dérouler. Tu as sans doute trop d'idées qui peuvent servirent de fil rouge sans savoir lequel choisir.

A mon avis, tu devrais commencer à écrire (tu as déjà le début, la fin et les grandes lignes d'aprés ce que tu dis), quand tu auras choppé le bout de la ficelle l'histoire se déroulera d'elle même en éliminant le superflu, en mettant les personnages à leur bonne place et en te faisant réaliser que c'est cette idée là qui doit être le fil rouge et pas une autre.

Je crois que quand on "vit" l'aventure avec les personnages c'est beaucoup plus facile et concret que dessayer d'imaginer tout les détails à l'avance. C'est plus clair dans la tête tout se met en place...même des trucs auquels on aurait pas pensé à la base.

Enfin, c'est comme ça que je vois les choses :mrgreen:
 
cmzx
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  270
   Âge  :  30
   Localisation  :  Montpellier
   Pensée du jour  :  Lex est quod notamus
   Date d'inscription  :  12/12/2012
    
                         
cmzx  /  Autostoppeur galactique


SergentMajor a écrit:

Quand on cherche désespéremment à savoir si ce qu'on écrit est valable, à mon avis, c'est trés mauvais signe... No

Pourquoi ?
http://www.cosmossaga.com
 
SergentMajor
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  478
   Âge  :  41
   Pensée du jour  :  Je crois qu'il est temps de remettre les pendules à leur place (Johnny Hallyday)
   Date d'inscription  :  15/08/2012
    
                         
SergentMajor  /  Pour qui sonne Lestat


Parce que comme je l'explique dans le même post, quand on tient une bonne histoire, on ne se pose pas de questions, on le sait! Wink
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je viensde finir" Premier roman" mode d'emploi de Laure Pécher.

Celivre est génialparce qu'ilpermet deux choses, principalement.

1) Il t'invite à te poser les BONNES questions.

- D'où viendra lemouvement de mon roman ? Quelles seront les motivations de l'action? La quête est elle unprétexte à une "quête de sens?

Et le plus important : Qu'est ce que je veux EXPRIMER (non expliquer, définir, ressentir ou raconter), comment,pourquoi?

2)Ilte donne des pistes STRUCTURELLES.Te permet d'éviter des erreurs de logique interne, de cohérence.

3) Il t'explique que le but d'un romanpubliable est de FONCTIONNER. Le style, la forme, la patte de l'auteur est (presque) secondaire.

Poure preuve Marc Lévy. Il fonctionne à mort, ses schémas sont même proches de la tragédie grecque, (si si).

Avant, je pensais qu'un roman devait fasciner, éblouir, transcender.

Maintenant jesuis sûr qu'iln'ya plus que deux catégories de romans : ceuxqui fonctionnent, et ceux quine fonctionnent pas.

Après, c'est une affaire de différence entre une casio et une rolex.
 
Pêche Melba
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  474
   Âge  :  39
   Date d'inscription  :  11/09/2012
    
                         
Pêche Melba  /  Pour qui sonne Lestat


Citation :
Parce que comme je l'explique dans le même post, quand on tient une bonne histoire, on ne se pose pas de questions, on le sait!

Une histoire peut paraître intéressante à celui qui l'écrit, et à personne d'autre...sinon ce serait trop simple. Je pense en particulier à ces auteurs qui s'imaginent passionner les foules avec leur biographie plus ou moins romancée et qui ne comprennent pas pourquoi personne ne veut de leur histoire, aussi bien écrite soit-elle...

Personnellement, je peux lire la meilleure prose du monde, si ça ne raconte rien (ou rien qui m'accroche), je laisse tomber. Une forme brillante au service d'un fond fourni, voilà ce que j'aime. Je ne supporte pas les auteurs qui s'écoutent parler (ou qui se regardent lire, c'est selon).

Eh oui, écrire, c'est compliqué Laughing et être publié encore plus.
 
cmzx
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  270
   Âge  :  30
   Localisation  :  Montpellier
   Pensée du jour  :  Lex est quod notamus
   Date d'inscription  :  12/12/2012
    
                         
cmzx  /  Autostoppeur galactique


SergentMajor a écrit:
Parce que comme je l'explique dans le même post, quand on tient une bonne histoire, on ne se pose pas de questions, on le sait! Wink

Si tu crois à la souveraineté de tes idées, grand bien te fasse. Je n'ai personnellement pas la prétention d'affirmer que ce que j'imagine lors d'un premier jet et parfait, et je pense que travailler le fond autant que la forme est important.

@Fabre :
Intéressant comme intervention... Donc d'après toi, la forme est secondaire et le fond et ce qui fait que des lecteurs vont adorer une histoire ou non ?
http://www.cosmossaga.com
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Citation :
@Fabre :
Intéressant comme intervention... Donc d'après toi, la forme est secondaire et le fond et ce qui fait que des lecteurs vont adorer une histoire ou non ?


Ce n'est ni une histoire de fond,ni une histoire de forme: c'est une histoire de STRUCTURE.

La forme et le fond n'ont rien avoir, c'est relatif au style ou aux questions que soulève l'auteur etc.

Non, ton roman doit fonctionner, c'est à dire Développer une intrigue, une cohérence, une construction.

Je n'avais pas conscience de ce "3e" aspect. Je le rattachais naïvement à la forme.

Pour prendre un exemple simple :

A va voir B. Ca c'est le résumé de ton histoire.

Mais quand A voir voir B? pourquoi? Raconteras tu leur rencontre du point de vuede A, de b, d'un narrateur extérieur? Chronologiquement ounon? avec des flashback ounon? Et pourquoi fais-tu certains choix, en quoi celasied aumieux ce que tu veux exprimer?

La Structure, ce sont tous les choix qui n'ont rien avoir avec un quelconque talent ou art.C'est de la pure technique, qui doit être cohérente avec le reste et SERVIR le récit (je ne choisis pas d'écrire en je parce que c'est cool mais parce que4asert mon expression).

Et je me suis trompé: s'exprimer peut induire unlongmonologue sur sa vie etcc'est pas le but du roman.

Le but est de raconter, le but est le récit.

Mais tout çaest très neufpour moi aussi,hein.Je terenvoie à l'ouvrage^^
 
fleurdepat
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  1791
   Âge  :  58
   Localisation  :  un jour ici l'autre là
   Pensée du jour  :  Mon âme est à l'océan ce que mon coeur est à l'amour
   Date d'inscription  :  31/07/2012
    
                         
fleurdepat  /  Fiancée roide


Citation :
Après, c'est une affaire de différence entre une casio et une rolex.
Malheureusement on vent plus de Casio que de Rolex
http://ennkhala.e-monsite.com/?fbclid=IwAR0jJzYjyIfWCqBflEI7iXmj
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Citation :
Malheureusement on vent plus de Casio que de Rolex

Valeur éco vs valeur symbolique.

Mais rolex et casio est un mauvaisexemple.
 
Rikomer
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  624
   Âge  :  45
   Localisation  :  Thrakia
   Date d'inscription  :  05/09/2012
    
                         
Rikomer  /  Hé ! Makarénine


Un roman qui "fonctionne" et qui se vend ça peut être une œuvre minable, il suffit de regarder les rayons de supermarché. En revanche, combien de chefs-d’œuvre n'ont eu aucun succès à leur parution ? Les fleurs du mal de Baudelaire avaient été vivement critiquées. En théâtre, le grand Molière n'a pas toujours été adulé, bien au contraire. Le cinéma le montre aussi tous les jours: Independance Day, Titanic, ont été des gros succès et pourtant ils véhiculent des clichés, et sont en fait bien mauvais. Combien de fois je peux deviner à l'avance le scénario des comédies sentimentales américaines (le gars un peu paumé au départ qui se révèle le meilleur type du monde à la fin, la femme qui passe trop de temps au travail et oublie les valeurs familiales, la vie tranquille idéalisée des petites villes où tout le monde se connait, la "magie de Noël", etc etc), moi j'en ai tellement vu des films à la structure identique que franchement, en voir de nouveaux adoptant la même structure, ça me fait plutôt gerber.
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 [Structure] Comment donner naissance à un bon scénario ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-