PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 

 [Editeur] Publication de votre 1er roman : vos attentes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  38
   Âge  :  34
   Localisation  :  Liège
   Pensée du jour  :  Philiiiippe ! Je sais où tu t'caches !
   Date d'inscription  :  18/10/2012
    
                         
PoissonRougeMan  /  Petit chose


500 euros c'est beaucoup? Relativise. Un micro éditeur qui publie une douzaine de bouquins par an, ca lui coutera 6000 euros. Sur une année entière, c'est une somme ridicule. De quoi payer un employé pendant trois mois, pas plus. Donc s'il ne peut pas se permettre ca (et c'est déjà très bas), je préfère pas voir l'état de ses finances, parce qu'il est prêt à fermer.
Ce qui peut arriver aussi, c'est des boites où on te dit qu'il n'y a pas d'à valoir, puis quand tu t'éloignes un peu, ils t'en trouvent un, super magique. Ca m'est arrivé, c'est de la négociation.
Et enfin, je le rapelle, ce n'est pas de l'argent donné, c'est plutot un prêt qui est remboursé par tes droits sur les x premières ventes. L'éditeur n'est pas un mécène, il ne faut pas l'oublier.
 
Clementh
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  282
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  24/08/2011
    
                         
Clementh  /  Autostoppeur galactique


'Qui est remboursé par tes droits"

-> Oui, sauf que les ventes ne sont parfois même pas sûres de rattraper l'à-valoir. Les micro éditeurs n'ont pas leur place dans la diffusion et la distribution malheureusement, faute d'un catalogue ayant trop peu de livres.
 
Pêche Melba
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  474
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  11/09/2012
    
                         
Pêche Melba  /  Pour qui sonne Lestat



Si l'éditeur ne croit pas dur comme fer que les ventes rattraperont un a-valoir de 500 euros, autant qu'il s'abstienne de publier le bouquin.
 
Clementh
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  282
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  24/08/2011
    
                         
Clementh  /  Autostoppeur galactique


Ou alors autant qu'il s'abstienne de donner un à-valoir, qu'il peut utiliser dans de meilleures choses Wink.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  38
   Âge  :  34
   Localisation  :  Liège
   Pensée du jour  :  Philiiiippe ! Je sais où tu t'caches !
   Date d'inscription  :  18/10/2012
    
                         
PoissonRougeMan  /  Petit chose


Mais ce ne sont pas les 500 euros d'à valoir qui feront la différence dans la distribution/diffusion. Si une maison d'édition ne peut pas se permettre de donner 500 euros d'à valoir (rappelons le encore, c'est très peu), même après négociations, je pense qu'elle a d'autres priorités que la diffusion, et donc elle n'est pas à même de faire correctement le travail que je lui demande.
 
Clementh
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  282
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  24/08/2011
    
                         
Clementh  /  Autostoppeur galactique


Après, vous êtes libre de croire quoi que ce soit. Et si la façon de procéder d'une maison ne vous plaît pas, d'aller voir ailleurs ^^.
Je connais des tas de maisons qui ne donnent aucun à-valoir, et qui, pourtant, font bien leur boulot. Très bien même, avec des réalisations de qualité, et des ventes, certes modestes en papier, mais énorme en numérique.
 
Claireninou
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  288
   Âge  :  21
   Localisation  :  Sur une rivière en train de faire du rafting
   Pensée du jour  :  J'ai drôlement faim.
   Date d'inscription  :  08/09/2012
    
                         
Claireninou  /  Autostoppeur galactique


Et puis pour un vrai passioné se qui compte c'est de faire connaitre son oeuvre, pas d'être aussi riche que Bill Gates, qu'on gagne quelques sousous avec après...
http://shaira11000.tumblr.com
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  38
   Âge  :  34
   Localisation  :  Liège
   Pensée du jour  :  Philiiiippe ! Je sais où tu t'caches !
   Date d'inscription  :  18/10/2012
    
                         
PoissonRougeMan  /  Petit chose


@ Clementh : Ah mais tout à fait, à chacun de se faire sa propre opinion, et je ne suis pas sûr que je penserais ce que je dis maintenant si je ne l'avais pas expérimenté par moi-même. Mais je me dis quand même que si ça peut éviter à certains d'avoir de mauvaises surprises, mieux vaut prévenir que guérir.
Cela dit, tu entends quoi par "énorme"?

@ Claire : Je suis aussi d'accord là dessus. Et l'à valoir, c'est une garantie que l'éditeur va essayer de faire connaitre ton œuvre. Les partisans de l'à valoir ne rêvent pas forcément de richesse tu sais...
 
Clementh
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  282
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  24/08/2011
    
                         
Clementh  /  Autostoppeur galactique


Quand l'à-valoir agit comme une garantie, il est possible que je nuance mon jugement. Mais je continue de penser que l'argent qui va dans l'à-valoir pourrait très bien servir ailleurs (réalisation du livre par exemple, ou diffusion / distribution).

Attention, quand je dis "énorme", c'est à mettre en lien avec les ventes papier, qui elles, sont modestes. Je cherche à montrer le contraste.
 
Pêche Melba
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  474
   Âge  :  38
   Date d'inscription  :  11/09/2012
    
                         
Pêche Melba  /  Pour qui sonne Lestat


Devenir riche n'est pas la question.

Je remets en cause la stratégie qui consisterait à économiser sur l'a-valoir et notamment l'argument qui consiste à dire que cette somme serait mieux employée ailleurs (dans l'éventualité où les ventes ne la rattraperaient pas).

Si un éditeur part du principe qu'il peut publier des livres qui marcheront peu ou pas du tout, qu'il ne s'attende pas à devenir prospère et à durer. Car il faut payer l'imprimeur, le diffuseur, les stands sur les salons...en plus de l'auteur.

C'est peut-être malheureux à dire, mais les éditeurs qui coulent se retrouvent dans cette situation parce qu'ils marchent davantage au coup de coeur qu'au marketing. Je me souviens des défuntes éditions de l'Oxymore qui publiaient des recueils de nouvelles d'une qualité exceptionnelle (certains d'inconnus), ainsi que des anthologies thématiques qui valaient le détour. Les couvertures étaient sublimes, l'objet livre numéroté et cousu, les traductions excellentes (notamment celles des romans de Tanith Lee). Je suis la première à les regretter.

On peut dire ce qu'on veut, le coup de coeur et les gens sympas ne sont pas gages de santé financière et ne consolident pas les revenus d'une entreprise. Pour moi, un éditeur qui n'a pas les moyens de verser un à-valoir n'envoie pas un message de confiance. Que ce soit par rapport à ce qu'il décide malgré tout de publier, ou à sa solidité.
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  38
   Âge  :  34
   Localisation  :  Liège
   Pensée du jour  :  Philiiiippe ! Je sais où tu t'caches !
   Date d'inscription  :  18/10/2012
    
                         
PoissonRougeMan  /  Petit chose


Perso je pense qu'une maison d'édition vraiment sérieuse a un budget consacré à la diffusion, et un autre consacré à l'auteur. Après c'est à elle de voir si elle a suffisamment d'argent pour publier autant de bouquins qu'elle le veut. Si ce n'est pas le cas, il serait peut-être simplement préférable de réduire le nombre de publications.

D'accord, mais tu entends vingt ventes papier et 200 numériques? Ou c'est quand même plus conséquent?
 
Clementh
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  282
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  24/08/2011
    
                         
Clementh  /  Autostoppeur galactique


Je ne réponds pas de suite aux arguments, car je pars sous peu, mais je reviens après ! Smile

C'est tout de même plus conséquent que ça ! La maison en question existe depuis 2007 je crois, et elle s'en sort plutôt bien (même si, un temps, elle a songé à stopper la production de livres papiers, faute de ventes assez conséquentes, qui parvenaient à peine à combler les coûts de production).
 
Papigeo
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  339
   Âge  :  73
   Localisation  :  Basse Normandie
   Pensée du jour  :  C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son,que les gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con !
   Date d'inscription  :  02/07/2011
    
                         
Papigeo  /  Tapage au bout de la nuit


PoissonRougeMan a écrit:
Mais ce ne sont pas les 500 euros d'à valoir qui feront la différence dans la distribution/diffusion. Si une maison d'édition ne peut pas se permettre de donner 500 euros d'à valoir (rappelons le encore, c'est très peu), même après négociations, je pense qu'elle a d'autres priorités que la diffusion, et donc elle n'est pas à même de faire correctement le travail que je lui demande.

" je pense qu'elle a d'autres priorités que la diffusion,"

C'est grâce à la diffusion que l'éditeur gagne sa vie. S'il ne diffuse pas, il coule.
http://www.georges-hubel.com/
 
avatar
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  38
   Âge  :  34
   Localisation  :  Liège
   Pensée du jour  :  Philiiiippe ! Je sais où tu t'caches !
   Date d'inscription  :  18/10/2012
    
                         
PoissonRougeMan  /  Petit chose


Oui et non en fait ; en théorie c'est le boulot du diffuseur. D'où le nom. On peut dire aussi qu'une partie du boulot de promotion est assurée par le diffuseur, vu que c'est lui qui vend le bouquin aux libraires. Après c'est clair que l'éditeur a un gros rôle dans la promotion, mais 'faut pas du tout négliger le diffuseur.
Mais quand tu as un éditeur qui ne diffuse que dans quelques librairies locales, sans passer par un diffuseur correct donc - ou sans passer par un diffuseur du tout -, et qui en plus ne donne pas d'à valoir... Sincèrement, ça ne te refroidit pas?
Parce que moi, je pense "gars qui ne sait pas trop promouvoir, et qui ne compte pas vendre des masses, et juste rentrer dans ses frais".
Après oui, je serais d'accord pour signer à deux mains si je sais que la maison d'édition qui ne me donne pas d'à valoir m'offre un tirage décent et utilise les services d'un très bon diffuseur. Mais dans les petites maisons d'édition, c'est rarement le cas. Soit c'est du petit diffuseur jamais dispo en Fnac (sauf sur le site évidemment), soit c'est de l'auto-diffusion, et dans les deux cas... ça pue.
 
Clementh
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  282
   Âge  :  26
   Date d'inscription  :  24/08/2011
    
                         
Clementh  /  Autostoppeur galactique


En même temps, si vous pensez que les petites maisons ont toutes les moyens d'être sur les étagères FNAC, vous vous leurrez.

Prenons l'Atalante : c'est une maison d'édition de moyenne taille (et encore, elle est assez grosse quand même), et je n'ai jamais vu un seul de ses livres chez FNAC. Pourtant, ils font d'excellentes ventes...

Puis la FNAC, tout de suite le mastodonte tueur de libraires... :/
 

 [Editeur] Publication de votre 1er roman : vos attentes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Édition et Autopublication :: Maisons d'Édition-