PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 

 [Auteur] Marc Lévy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Je ne comprends pas comment on peut comparer Nothomb et Levy (sauf si on les a pas lus). Et parler d'aphorismes pour Marc Levy, j'ai dû louper une marche également... Il raconte juste des histoires sans prétention, d'après mon souvenir. C'est pas Muriel Barbery par exemple.
 
Manfred
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6874
   Âge  :  39
   Pensée du jour  :  "Écrire, c'est si souvent se souvenir de ce qui n'a jamais existé... Je ne suis jamais née, je n'ai jamais vécu : mais je me souviens et le souvenir est chair à vif."
   Date d'inscription  :  27/05/2012
    
                         
Manfred  /  Pouyoute (© Birdy)


Geadore a écrit:
Si Marc Levy était made in JE, il n'aurait que des éloges de votre part dans son topic "Parcours éditorial"
Laughing Pas faux.


J'écris : La maison noire et blanche
Je crée : Mots croisés
Je lis : The Village, Le petit café, Diane a disparu, Les serres sous le velours noir
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Citation :
C'est pas Muriel Barbery par exemple.

bah c'est pas plus prétentieux. ça c'est un bruit qui court je trouve aussi.

Sinon ça n'a pas de sens de juger l'ambition d'un lecteur je trouve.
ça sonne "ces pauvres gens incultes" et ça a aucune pertinence je trouve en plus que c'est moche.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Hel a écrit:
Citation :
C'est pas Muriel Barbery par exemple.

bah c'est pas plus prétentieux. ça c'est un bruit qui court je trouve aussi.

Personnellement, ce n'est pas un bruit qui court, c'est mon opinion du livre "L'élégance du hérisson" après lecture, opinion que j'étends à l'auteure Cool study Embarassed Impression en la lisant qu'elle se place au-dessus du lecteur (en plus je fais bien la distinction entre narrateur/perso et auteur donc c'est gravvvvve que je me fasse cette opinion en lisant un roman). Impression que je n'ai pas eue en lisant Marc Levy.

Hel a écrit:

Sinon ça n'a pas de sens de juger l'ambition d'un lecteur je trouve.
ça sonne "ces pauvres gens incultes" et ça a aucune pertinence je trouve en plus que c'est moche.

C'est clair.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Geadore a écrit:
Si Marc Levy était made in JE, il n'aurait que des éloges de votre part dans son topic "Parcours éditorial"

Laughing

J'ai "commencé" à lire Musso, Lévy, Beigbeder et Nothomb. Celui qui s'en sort le mieux est Beigbeider avec une accroche immédiate, un ton juste : ça parle.

Musso et Lévy ont aussi ce talent de dresser dès les premières lignes un tableau qu'on a envie de découvrir. C'est la différence, entre :
"c'est deux types qui entrent dans un bar... "
et
"deux types entrent dans un bar, je ne sais pas si l'un d'eux est vivant"
(exemple inventé)

Nothomb, même si c'est court et en caractères ENORMES, je ne peux pas,c 'est viscéral, c'est écrit trop simplement, avec des ficelles d'adolescent. Et puis l'auteure ne me parle pas, elle ne me donne pas envie d'entrer dans son univers. Les trois autres non plus, remarquez, mais le style passe mieux. Enfin, quelques minutes, quoi.

Reste le fond... et pour ça il aurait fallu que je les termine, ces livres, pour avoir un avis dessus. Pas de quoi fouetter un chat à  en écouter les bandes promo à la radio non plus

C'est ça qui me navre. Lorsqu'un artiste a un public, qu'il ne prenne pas de risques, qu'il entretienne le confort d'une prose sans recherches nouvelles.

les plus grandes œuvres procèdent d'un contexte, d'une expression puissante d'un sentiment, d'une émotion ou d'une idée. Un Gericault ou un Delacroix mettaient toute leur âme dans leurs pinceaux et c'est ce qui manque à ces quatre là. J'aime les âmes à la dérive d'une quête, auteur comme lecteurs... les autres m'ennuient profondément.
 
IrishSoul
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  141
   Âge  :  29
   Localisation  :  Enkidiev
   Pensée du jour  :  데이비드
   Date d'inscription  :  10/12/2015
    
                         
IrishSoul  /  Barge de Radetzky


Après les chatons,chacun ses goûts j'ai envie de dire Razz

C'est un de mes auteurs préférés et si ça ne plait pas à certains bah...C'est pas grave Laughing

Pisse & lauve (quoi?)
http://www.edilivre.com/ghost-of-you-20a630f746.html
 
Gary.D
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  100
   Âge  :  32
   Date d'inscription  :  19/09/2015
    
                         
Gary.D  /  Barge de Radetzky



De mon côté, j'aime bien les bouquins de Marc Levy tout en trouvant quand même, qu'en terme de qualité d'écriture, c'est plutôt mauvais.

C'est le genre de livres que je vais lire pour le plaisir, dans le métro en allant bosser par exemple, par ce que c'est tout léger et que ça se lit sans réfléchir (parfait quand on est pas réveillé le matin). A d'autres moments j'aurais plus envie de lire des auteurs qui maîtrisent vraiment l'écriture, le genre d'auteurs que je pourrais relire et relire juste pour l'art avec lequel ils tissent leurs mots (Barbery, Nabokov, Camus...)

Tout est relatif mes bons, tout est relatif.
 
Writer
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  550
   Âge  :  27
   Localisation  :  Entre deux lignes
   Pensée du jour  :  Pourquoi ?
   Date d'inscription  :  16/01/2015
    
                         
Writer  /  Gloire de son pair


Alors là, Marc Levy (et Musso, mais là n'est pas le sujet), je ne peux pas !! Ce n'est pas faute d'avoir essayé, mais je trouve cela tellement médiocre, tant sur l'histoire que l'aspect littéraire que je n'accroche pas.
Il n'y a rien qui fait que l'on peut être attiré par ces ouvrages plutôt que d'autres bien mieux écrits et travaillés.

Je ne comprends pas comment, avec une telle médiocrité littéraire, il peut être en tête de certaines ventes... Faut-il écrire des choses simples et sans saveur pour être "célèbres" ?

Victor Hugo, Maupassant, et bien d'autres de nos classiques doivent se retourner dans leurs tombes...
 
Aelita Prives
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  5
   Âge  :  29
   Date d'inscription  :  10/04/2017
    
                         
Aelita Prives  /  Magicien d'Oz


J'aime beaucoup Marc Levy; pas parce qu'il est célèbre, car je lis pleins d'auteurs auto-édités; mais pour ses histoires, sa façon d'écrire.
J'ai commencé par "Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites". Il m'a fallut le lire en plusieurs fois pour y arriver mais une fois fini, j'ai continuer de découvrir son univers que j'aime beaucoup.
Le dernier que j'ai lu est "Où es-tu?". Celui-ci se lisait; mais je l'ai moins aimé comparé aux autres que j'ai pu lire.
 
Richard-James
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  201
   Âge  :  34
   Date d'inscription  :  09/08/2016
    
                         
Richard-James  /  Autostoppeur galactique


Je me souviens avoir lu deux de ses bouquins quand j'étais ado. Sept Jours Pour Une Eternité ... et Et si C'était Vrai. C'était il y a presque 15 ans, et mes goûts ont changé depuis. Pour autant, j'avais plutôt bien accroché à l'histoire, mais je serais incapable de me souvenir son style d'écriture.

Citation :
Je ne comprends pas comment, avec une telle médiocrité littéraire, il peut être en tête de certaines ventes... Faut-il écrire des choses simples et sans saveur pour être "célèbres" ?

Les ventes explosives des romans érotiques bas de gamme en sont malheureusement la preuve. Je me dis que certains auteurs mériteraient vraiment d'être édités, et malheureusement il y a cette espèce de mode de ces bouquins sans saveurs qui pullulent. C'est pareil avec la musique tu me diras Rolling Eyes

Citation :
Nothomb, même si c'est court et en caractères ENORMES, je ne peux pas,c 'est viscéral, c'est écrit trop simplement, avec des ficelles d'adolescent. Et puis l'auteure ne me parle pas, elle ne me donne pas envie d'entrer dans son univers.

Idem. Je pense que c'est physique avec cette nana. je ne la supporte simplement pas !!! Suspect

Enfin bref, je pense que c'est avant tout une question de goût. Ce qui est le plus agaçant c'est de voir le succès de certains auteurs, qui effectivement, une fois bien installés dans leurs petits souliers, ne font plus grand chose pour en sortir. Après, j'avoue que moi-même, j'ai du mal à quitter l'univers dans lequel je suis en ce moment, donc je peux comprendre.

Maintenant, dire que Lévy "ça craint" quand on le compare à de grands écrivains de la littérature française, je suis pas d'accord. On peu être un très bon écrivain, avoir un style simple mais efficace, sans pour autant être un passionné des classiques de la littérature française.
 
Fatalité
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  715
   Âge  :  35
   Localisation  :  Au sol.
   Pensée du jour  :  La fin.
   Date d'inscription  :  23/10/2017
    
                         
Fatalité  /  Blanchisseur de campagnes


Je renvoie à ce que j'ai dit d'Amélie Nothomb, en ajoutant seulement que Marc Lévy n'est ni léger, ni finaud comme elle, mais mélodramatique et merveilleux : il joue sur une corde sensible folklorique éternelle, contre laquelle il serait vain de se battre. Tout comme Guillaume Musso.
http://libertephilo.forumactif.org
 
Fatalité
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  715
   Âge  :  35
   Localisation  :  Au sol.
   Pensée du jour  :  La fin.
   Date d'inscription  :  23/10/2017
    
                         
Fatalité  /  Blanchisseur de campagnes


Causeur - Anastasie Liou, l’anti Marc Lévy

En quatrième de couverture de ''En Rêve et Contre tout'', de Liou Anastasie, il y a écrit:
Réfléchissez bien avant d'ouvrir ce livre. Une tempête prodigieuse s'y déchaîne en permanence. Celle de l'hypervolatilité de la vie intérieure, totalement déréglée à l'ère de l'information en continu. Là où les sentiments, les pensées et les souvenirs les plus précieux se déforment, s'égarent puis s'effacent à toute vitesse... N'essayez pas de rechercher un peu de réconfort en vous plongeant dans un roman. Depuis qu'une nouvelle génération de caractères imprimés, alliée à un papier et à une encre de qualité extra-cérébrale, a fait son apparition, lire tue ! Le Royaume-Uni, ayant enregistré le plus grand nombre au monde de victimes, s'est couvert de panneaux portant l'inscription : No books. Seul un homme résiste au fléau dit de la lecture stupéfiante. C'est le dernier Grand Lecteur, être d'exception, d'allure princière admiré et envié de tous. Qui se serait douté qu'il se nourrissait exclusivement de livres ? Qu'il se refusait à éprouver la moindre émotion d'origine..."non littéraire" ? Qu'il fuyait lui-même la vérité du coeur ? Mais, un soir qu'il s'apprête à relire Illusions perdues, voilà que tout bascule. Tout à coup les phrases qu'il était en train de déchiffrer vacillent. Son fauteuil se renverse. Le décor change. Le Grand Lecteur a tout juste le temps de s'apercevoir que son livre a disparu et qu'il se trouve soudain dans la chambre et dans le rêve d'une femme : Sophie L., revenue de l'oubli. "Orphée et Eurydice" revisite sur le mode tragi-comique, en forme de retour au premier regard, à la première joie et à la première page du destin et de l'amour. Un voyage extraordinaire sur fond de non-sense so british, de chasse au lapin blanc, de méditations sur le ressouvenir et son pouvoir de rédemption et de re-création. Un imaginaire en folle effervescence.
http://libertephilo.forumactif.org
 

 [Auteur] Marc Lévy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Bibliothèque :: Lectures critiques-