PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-20%
Le deal à ne pas rater :
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – Charge 65W
239 € 299 €
Voir le deal

Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

 La forme, le fond : lequel conditionne l'autre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Pour ma part, je pense qu'il faut un habile dosage entre respect du fond prévu et harmonie dans la forme. Je rejoins Martial dans le fait qu'il faille que les mots et les phrases aient une rythmique, une tonalité particulière. Je concède aussi qu'il m'arrive très souvent d'employer un mot pour un autre pour que la tonalité soit plus en accord avec ce que je veux. La forme définit autant l'auteur que le fond ; c'est même d'ailleurs souvent là-dessus qu'on reconnaît un auteur. Si son fond est parfait mais qu'il écrit de la même manière que tous les autres écrivains, quel intérêt ?
Par contre, là où je ne suis pas d'accord, c'est que la forme puisse prendre le dessus sur le fond. Certes, l'harmonie et la rythmique des mots sont capitales, mais ce que j'ai envie d'écrire, ce que je veux montrer au lecteur, ne peut pas être changé. Si le personnage doit être grand, il sera grand, et si "grand" ne rentre pas dans ma phrase, un synonyme prendra sa place. Si ses chaussures doivent être rouge, elles seront rouges, vermillon, cramoisies, cerise, n'importe quoi, mais rouges en définitive. Je ne pourrais pas faire un revirement complet sur un détail du fond juste pour que ça sonne mieux dans le texte.
Fond et forme sont importants, mais je ne pense pas qu'une forme parfaite doive justifier le sacrifice d'un point particulier du fond. C'est à l'auteur de trouver le moyen de contourner la difficulté, par l'emploi d'une pirouette, pour conjuguer au même temps son écrit et ses pensées. Après tout, l'art de l'écriture, c'est un peu ça.
 
QuillQueen
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6087
   Âge  :  33
   Localisation  :  Liège
   Pensée du jour  :  La "recherche d'équilibre" sur JE est interrompue, ça manque de mécènes en temps de crise.
   Date d'inscription  :  11/01/2010
    
                         
QuillQueen  /  Wallonne OUvreuse de LIttérateurs POstiches


Orpha a écrit:

Par contre, là où je ne suis pas d'accord, c'est que la forme puisse prendre le dessus sur le fond. Certes, l'harmonie et la rythmique des mots sont capitales, mais ce que j'ai envie d'écrire, ce que je veux montrer au lecteur, ne peut pas être changé. Si le personnage doit être grand, il sera grand, et si "grand" ne rentre pas dans ma phrase, un synonyme prendra sa place. Si ses chaussures doivent être rouge, elles seront rouges, vermillon, cramoisies, cerise, n'importe quoi, mais rouges en définitive. Je ne pourrais pas faire un revirement complet sur un détail du fond juste pour que ça sonne mieux dans le texte.
Fond et forme sont importants, mais je ne pense pas qu'une forme parfaite doive justifier le sacrifice d'un point particulier du fond. C'est à l'auteur de trouver le moyen de contourner la difficulté, par l'emploi d'une pirouette, pour conjuguer au même temps son écrit et ses pensées. Après tout, l'art de l'écriture, c'est un peu ça.

cheers *smiley qui fait clap ! clap !*
 
Le_conteur
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2774
   Âge  :  54
   Date d'inscription  :  02/11/2010
    
                         
Le_conteur  /  Roberto Bel-Agneau


arf
une nouvelle fois, voilà la discussion qui tourne au: le fond c'est bien, mais attention la forme c'est bien aussi (et patati et patata ....)

comme pour les descriptions, oui il faut des descriptions .....

Il ne s'agit pas de dire la forme ne sert à rien, simplement qu'elle est la pour mettre en mot la fond (comme les descriptions, elles ne servent qu'à mettre en lumière le fond)

un avis comme un autre

++
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Le_conteur a écrit:
Il ne s'agit pas de dire la forme ne sert à rien
Je n'ai jamais dit ça, bien au contraire.

Le_conteur a écrit:
simplement qu'elle est la pour mettre en mot la fond
Ca ressemble un peu plus à ce que j'ai dit. Smile
 
Martial
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  537
   Âge  :  44
   Localisation  :  Eure-et-Loir
   Pensée du jour  :  aide-soignant
   Date d'inscription  :  22/06/2011
    
                         
Martial  /  Gloire de son pair


N'oubliez pas, au cas où, qu'il y a deux fonds : la trame principale d'un côté (les éléments importants, aussi petits soient-ils, la partie non négociable), et les détails de l'autre (les petits riens qui font que quelqu'un va s'abriter derrière un abribus ou un poteau électrique, la description physique de l'épicière du coin, etc).
En ce qui me concerne, je ne change que ce genre de détails : ceux qui n'ont, en définitive, aucune importance sur la trame de l'histoire.
Par exemple, si l'un de mes personnages doit être grand et que cela a une importance, quelle qu'elle soit, il restera grand, bien sûr; mais si cela n'a aucune incidence sur le fond, je peux très bien changer sa taille, s'il faut, pour améliorer la rythmique, les sonorités et l'harmonie générale.

Le but du sujet était de savoir si, pour l'ensemble de ce que vous deviez écrire, vous vous forciez à tout imaginer « gratuitement », ou si vous hierarchisiez certains éléments, et que, pour une partie d'entre eux, vous les imaginiez grâce à un rapport direct avec la forme de votre récit.

Les techniques d'écriture sont diverses et variées, celle-ci fait partie des miennes car j'utilise beaucoup l'oreille et parce qu'aussi, je lis mes textes à haute voix.

Enfin, je voudrais dire une chose qui me paraît assez évidente, mais peut-être pas pour tout le monde : si l'on a en tête une histoire géniale, vraiment bonne et que l'on ne sait pas l'écrire, personne ne la lira; alors que si l'on imagine une histoire banale (un type qui tombe amoureux d'une femme qui le trompe ensuite, par exemple), mais que l'on maîtrise parfaitement son style, cette histoire sera lue et risquera même de plaire au plus grand nombre.

Écrire, je crois, est plus difficile qu'imaginer; a fortiori pour les écrivains.
 
QuillQueen
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6087
   Âge  :  33
   Localisation  :  Liège
   Pensée du jour  :  La "recherche d'équilibre" sur JE est interrompue, ça manque de mécènes en temps de crise.
   Date d'inscription  :  11/01/2010
    
                         
QuillQueen  /  Wallonne OUvreuse de LIttérateurs POstiches


certes, mais par contre chez moi le plus petit détail a toujours autant d'importance que... que quoi d'ailleurs, l'histoire principale ? Enfin, pour ma part tout est principal... je ne sais pas comment dire... si l'épicerie du coin est devenue une boucherie hallal ça change tout quoi... et si on n'a pas le sens global du traitement de ses décors, avec autant de soin que les personnages, les dialogues, les contextes, les chutes, alors on ne peut pas pondre une belle oeuvre. je trouve que les grands auteurs ont toujours accordé une importance particulière à "tout", pas juste à une partie de leur récit. C'est même en ça qu'ils étaient grands, et ça rejoint ton idée ci-dessus qui permet de donner de l'importance à la moindre petite chose.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Martial a écrit:
mais je m'aperçois que, souvent, la forme conditionne le fond.

+1. j'ai la trame globale mais la plume file et dessine les personnalités. L'histoire peut complètement changer. Ecrire au feeling, c'est mon crédo. Mais je peux comprendre l'inverse bien que l'exercice tourne à une arithmétique moins gracieuse.

on en parlait avec Nox, ici
 
Martial
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  537
   Âge  :  44
   Localisation  :  Eure-et-Loir
   Pensée du jour  :  aide-soignant
   Date d'inscription  :  22/06/2011
    
                         
Martial  /  Gloire de son pair


Plume_du_reve : oui, j'ai dit que la moindre petite chose pouvait avoir de l'importance, mais de là à dire que tout est important, il y a un monde tout de même. Il faut, je crois, savoir hierarchiser les éléments du récit.

Si, à un moment donné, j'explique que la main gauche de quelqu'un est tranchée (Pascal si tu me lis Wink ), et que je doive, ensuite, choisir une direction par laquelle doive partir le personnage, j'écrirai sans doute qu'il est parti par la droite (c'est un exemple) pour éviter la répétition.

C'est en ce sens que ça ne me gêne pas de changer quelques éléments.

Mais bon, je comprends que peu d'entre vous partagent cette vision des choses.
 
dunca-ju
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  113
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  Alea jacta est !
   Date d'inscription  :  26/06/2014
    
                         
dunca-ju  /  Barge de Radetzky


Pour ma part je pense que la forme dépasse le fond en terme d'importance. Bien sûr un très beau texte qui ne veut rien dire sera toujours un beau texte (intergénérationnel) mais il ne voudra toujours rien dire.

Le problème est que tout le monde ou presque peut s'attribuer un même fond, un même sujet mais la forme établira la crédibilité du fond. Prenons par exemple un livre de gangsta à l'état pur. Des méchants, des bastons.
Les figures de style et tout ça c'est bien beau mais ce qui fera davantage vibrer le lecteur ce seront les scènes d'actions et pour ça il ne faut pas tourner autour du pot. Une forme "simple" n'est pas forcément mauvaise. Bien sûr que les métaphores et tout ça c'est beau mais la forme conditionne également un certain registre. Dans les livres d'actions (polars, thrillers) si on rêvasse trop on s'ennuie. King par exemple. ll est direct dans l'ensemble, voila pourquoi il est excellent.

Changement d'époque on prend Baudelaire. Bon. L'albatros  C'est quoi le fond ? L'histoire d'un mec rejeté et tout seul. Si la forme n'était pas si bonne on ne s'arrêterait même pas devant. Le fond est important bien sûr mais c'est la forme qui en fait la force. Autre exemple : La Fontaine.
Il se moquait du roi dans ses poèmes. Bon. L'autre on n'est même pas sûr qui s'en soit rendu compte et pourquoi ? Grâce à la forme. Le fond est simple : je te critique toi et ta toute puissance, toi qui te crois supérieur tu es un naze. Bon. Si il lui avait dit en face il y aurait ni corbeau ni renard puisqu'il aurait pas eu le temps on lui aurait coupé la tête avant. La forme implicite qu'il utilise lui vaut tout son mérite.
Voila.
 
Thomas
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3566
   Âge  :  32
   Pensée du jour  :  "Le génie de Mozart, de Picasso, de Joyce, d'Einstein réside dans la multiplication d'une manie, l'amplification d'une tare." ANISSA CORTO - YANN MOIX
   Date d'inscription  :  16/01/2011
    
                         
Thomas  /  Sang-Chaud Panza


Dunca : tu déterres.

Mais tu as résumé ma pensée.

(merci.)
https://debordements.wordpress.com/
 
dunca-ju
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  113
   Âge  :  26
   Pensée du jour  :  Alea jacta est !
   Date d'inscription  :  26/06/2014
    
                         
dunca-ju  /  Barge de Radetzky


Thomas a écrit:
Dunca : tu déterres.

Mais tu as résumé ma pensée.

(merci.)

héhé ! :woowoo:
 
   
    
                         
Contenu sponsorisé  /  


 

 La forme, le fond : lequel conditionne l'autre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Ressources :: Écritoire-