PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

 [Auteur] Alain Damasio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
Le Condor des Andes
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3872
   Âge  :  115
   Pensée du jour  :  ;gloireàmay;
   Date d'inscription  :  24/01/2009
    
                         
Le Condor des Andes  /  Rapace du monde


Damasio truste littéralement les Utopiales : il est omniprésent. Quand on prétend mobiliser des thèmes sociaux et politiques aujourd'hui, on ne peut pas ignorer la place qu'on occupe... potentiellement au détriment des autres.

Je pense qu'on peut inviter des femmes autrices de SF sur des plateaux prestigieux sans tomber dans une discrimination positive simpliste. Il y en avait d'ailleurs sur d'autres plateaux moins prestigieux : sur la langue des signes, sur la SF chinoise, il y avait autant voire plus de femmes que d'hommes sur scène il me semble. Mais sur la grosse conf' qui parle de l'école politique de la SF française, le samedi soir, au milieu du Palais des Congrès... non là on n'a que des hommes. Dont Damasio.
Autre élément : remporter un contrat (activité pro nécessitant des compétences objectives) ou porter une parole sur un tel plateau (activité perso reposant bcp sur qui on est et qui on représente), ce n'est pas du tout la même logique. Pas la même portée, le même rôle de... représentation justement.

Plus généralement, pour moi le discours politique de Damasio est celui d'une fascination pour la désobéissance, du contre-feu ou contre-vent, d'un élan mi-mystique mi-politique vers la rébellion. Il peut inspirer mais je ne trouve pas ses réflexions si profondes. Éloquent, mais pas toujours pertinent. Sur le sujet en particulier (celui du féminisme, de la place et des représentations des femmes), je n'attendrai certainement pas de sa part la moindre leçon.
 
Elyon64
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  187
   Âge  :  32
   Localisation  :  Melbourne
   Date d'inscription  :  06/06/2019
    
                         
Elyon64  /  Tycho l'homoncule


Mais est-ce que ce n'est pas "simplement" un problème de marketing ? Damasio est connu, populaire donc forcement il occupera la scène centrale, celle qui attirera le plus grand nombre, vendra des entrées etc.
Pour moi ça dépasse complètement la personne de Damasio.

Je ne dis pas qu'il n'y pas de problème, au contraire. La SF est un des genres que je préfère et je compte sur les doigts d'une main les livres que j'ai lus et qui sont écrits par des femmes. Vu qu'un nom masculin aura plus de chance de se faire publier qu'un nom féminin, ça revient encore à ce qui est jugé vendeur par une maison d’édition. On en revient a un problème de marketing, de profit et plus globalement de société capitaliste qui est justement l'une des bêtes noires de Damasio.

A l'heure actuelle je trouve ça intéressant qu'il ait une parole qui justement critique ce système là. Alors oui, il y a certainement des femmes qui pourraient avoir un discours similaire, voire clairement plus abouti (comme tu dis, il est surtout éloquent), mais bref je n'ai pas trouvé sa réponse dénigrante ou arrogante.
https://www.wattpad.com/user/Elyon64
 
Le Condor des Andes
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  3872
   Âge  :  115
   Pensée du jour  :  ;gloireàmay;
   Date d'inscription  :  24/01/2009
    
                         
Le Condor des Andes  /  Rapace du monde


C'est bien sûr un problème de marketing et plus généralement, de patriarcat. On ne peut pas imputer à un seul homme la responsabilité complète de la place qu'il prend dans un espace, par construction sociale. Mais on peut lui imputer de ne rien faire pour modérer cette place, d'autant plus quand cet homme est 1. un homme particulièrement puissant dans cet espace et 2. un homme qui se pique de militantisme social et politique. En l'occurrence, Damasio pourrait être attentif aux enjeux concrets de libération, d'émancipation sociale, de révolte, dont il fait son fond de commerce littéraire. Et quand on signale à juste titre la place qu'il prend (sans le viser personnellement, d'ailleurs), il pourrait s'abstenir de justifier cette place par le fait d'être "exceptionnel". Je paraphrase à peine.

Au passage : n'importe qui peut lever le point et dire "Mort au capitalisme". Damasio sait écrire et il dit "Mort au capitalisme" en écrivant des histoires. Mais au-delà des postures visibles, je ne vois pas ce que Damasio aurait d'anticapitaliste, je ne vois pas ce que son écriture, sa "pensée", amène aux mouvements anticapitalistes. Mis à part une sorte de fascination artistique pour la révolution héroïque (l'idée qu'il s'en fait). Pour moi Damasio est un (bon) conteur, ce n'est pas un maître à penser.

Je suis très conforté dans cette idée par cette analyse de La zone du dehors. C'est un roman que j'ai lu il y a longtemps. J'en avais retenu un joyeux bordel révolutionnaire dans un monde un peu cliché, avec des fulgurances mais aussi des longueurs. Je ne me souviens pas avoir particulièrement retenu le virilisme explicite de son écriture, peut-être parce que je n'étais pas assez attentif à ces questions, peut-être parce que j'étais trop habitué à la SF des années 1950-1980, terriblement sexiste (je me soigne depuis). Toujours est-il que cette analyse a mis des mots sur ce qui me dérange le plus chez Damasio : il capitalise sur l'anticapitalisme, il adopte des postures progressistes mais ses mots sont fortement réacs, il se nourrit et propage cet imaginaire romantique (et stupide selon moi) de la révolution, des barricades, de la résistance torse nu, chemise au vent, qui pourrit pas mal les mouvements militants aujourd'hui. Il fait sans doute plus de mal que de bien. Je préférerais qu'il reste un bon conteur.

Par ailleurs il figure dans la liste des sélectionnés pour le prix Utopiales 2020, dans une sélection uniquement masculine (hors prix "jeunesse").
 

 [Auteur] Alain Damasio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Atelier :: Bibliothèque :: Lectures critiques-