PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 

 lettre de refus par une maison d'edition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


coucou tout le monde,

je viens de recevoir une réponse d'une maison d'édition, il s'agit d'Hachette jeunesse ici et elle me dit en gros qu'ils ont apprécié lire mon manuscrit, qu'il regroupe pas mal de qualités MAIS que l'histoire ne rentre pas dans leur ligne éditoriale.
Alors bon je sais qu'ici ,il existe pas mal de gens qui comme moi ont reçu ce courrier "boomerang" alors qu'ils ont envoyé leurs écrit pour être jugé par un comité de lecture.
Alors j'aimerais savoir si on leur a tenu le même discours, si ce dernier représente en réalité le message "refrain" que sortent toutes les maisons d'édition?

je suis novice comme vous avez pu le constater et j'en vois d'ici pas mal qui doivent sourire devant ma naïveté encore présente mais vu que je n'ai pas encore acheté AUDACE(suis fauchée en ce moment) j'ose espérer que quelques âmes charitables auront pitié et daigneront bien répondre à mes interrogations. Razz
 
Marc Anciel
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  2612
   Âge  :  41
   Localisation  :  Nord
   Pensée du jour  :  "Les mômes maintenant, ils lisent, ils lisent, ils lisent et résultat...ils sont encore puceaux à 10 ans..."
   Date d'inscription  :  17/09/2008
    
                         
Marc Anciel  /  Sous-chef de projet démoniaque chez Édilivre


Ca s'appelle une réponse circulaire polie. C'est la lettre type que les éditeurs envoient pour refuser un manuscrit (j'en ai tout un caisson ^^).
http://leguidedelecrivainambitieux.blogspot.fr/
 
lettre de refus par une maison d'edition 3990-50
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1893
   Âge  :  53
   Localisation  :  Loin de tout
   Date d'inscription  :  04/06/2009
    
                         
" L "  /  Journal du posteur


Lettre type destinée à ménager la susceptibilité de l'auteur. Chaque maison d'éditions en a plusieurs modèles prétapés, ne leur reste qu'à remplir les blancs (nom, prénom, numéro d'enregistrement, etc).
Une autre fois, peut-être, il faut savoir persévérer.
 
JC Heckers
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  101
   Âge  :  52
   Localisation  :  Paris
   Pensée du jour  :  Rien ne sert de pourrir, il faut mourir à point.
   Date d'inscription  :  20/09/2009
    
                         
JC Heckers  /  Barge de Radetzky


... Il faut aussi envisager le cas où le texte ne correspond effectivement pas à la ligne éditoriale, auquel cas il n'y aura même pas de passage par le comité de lecture.
Et les grands groupes sont tellement submergés de textes qu'ils sont obligés de procéder à un écrémage rapide. A tort parfois, mais il y aura toujours un autre éditeur chez qui on aura le nez plus fin. Le petit jeu, c'est de rechercher ceux qui seront les plus "compatibles" avec ce qu'on a écrit. Pas évident mais nécessaire pour ne pas se casser le nez systématiquement.

Au moins, eux, ils ont envoyé une lettre. Certains se contentent de balancer les tapuscrits à la poubelle et passent aux suivants sans prendre le temps d'avertir les auteurs qu'ils ne veulent pas d'eux.
http://chapitre0.blogspot.fr/
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Tu l'as envoyé à Hachette ?

La réponse à ta question se trouve aussi dans le nom de la maison d'édition. Sais-tu combien ils reçoivent de manuscrit par mois ?
 
May
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6015
   Âge  :  29
   Localisation  :  Le front collé au bureau.
   Pensée du jour  :  Il est temps que le facteur se venge et mange les escaliers en papier.
   Date d'inscription  :  17/02/2007
    
                         
May  /  Admin hors sujet cachée sous la poussière


Ils en reçoivent beaucoup et parfois en publient. Et oui et oui. Cela défrise, hein ?

Mais des romans de première fois, ils en publient peu. C'est peut être ce que tu voulais dire.


Existence en suspension.
http://fabriquetoi.tumblr.com/
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Exactement.

Lors d'un premier roman, on est peu connu, généralement (Sauf si on s'est fait sauter dans la piscine du loft juste avant, demandez à Loana)

Et hélas, le nom qu'on a importe plus que la qualité de ce qu'on fait pour qui veut faire son beurre. On me le répète assez comme ça en ce moment.

D'ailleurs, j'en ai un peu ma claque de participer à des soirées cucul juste pour dire que j'existe en tant qu'auteur quand je sais qu'à la fin, j'aurai des envies de meurtre.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


des soirée cucul ???
raconte Very Happy
 
lettre de refus par une maison d'edition 3990-50
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  1893
   Âge  :  53
   Localisation  :  Loin de tout
   Date d'inscription  :  04/06/2009
    
                         
" L "  /  Journal du posteur


Partout

Z
 
Hank
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  318
   Âge  :  55
   Localisation  :  Derrière toi !!!
   Pensée du jour  :  Si tu vois le Bouddha, tue le Bouddha
   Date d'inscription  :  16/05/2006
    
                         
Hank  /  Tapage au bout de la nuit


Mes petits chéris,

Ici Tonton Hank qui va expliquer comment ça marche dans les "Grandes Maisons d'Edition".
Vos superbes manuscrits sont lus vite fait par des trous du cul d'étudiants qui font ça pour pouvoir se faire un peu de blé. Certains ne savent même pas que Victor Hugo a écrit les Misérables, et d'autres n'ont jamais rien lu d'autre que leurs bouquins de cours. Ors, CE SONT EUX QUI DECIDENT EN 3 MINUTES CHRONO si votre petit chef d'oeuvre mérite de passer à l'étage au-dessus.
Au dessus, ce sont de vrais lecteurs, qui vont effectuer un duxième écrémage. Sauf que comme les bouquins sont resté au premier niveau, ceux qu'ils ont entre les mains, ne ressemblent souvent à rien.
Au final, 1 manuscrit sur mille aura la chance d'être édité. Et encore, on vous demandera de le retravailler, afin qu'il corresponde à la ligne éditorial, c'est à dire, à un produit de supermarché pour ados acnéïdes, ou ménagère émérite, ou encore jeune cadre dynamique.

Dans les petites maisons (toute petite) d'édition, les bon auteurs ont une meilleure chance de se faire repérer. Mais pas de gagner de l'argent. Si vous écrivez pour devenir riche et célèbre, laisser tomber tout de suite. La place est prise par de vrais écrivains : Loanna, le fils de Sheila, Jean pierre Coffe, et bientôt Thierry Henri.
Seul une quarantaine d'auteur français vivent à ce jour de leurs oeuvres... Les autres continuent de bosser à côté (quand ils ont la chance d'avoir un emploi).

Un jour, je vous raconterai comment je suis devenu un écrivain célèbre, en étant invité à faire une lecture dans la forêt magique à la demande des sept nains. Il paraît que là-bas, on enseigne mes livres dans les écoles... Mais c'est dans un pays trés lointain, dans une petite île perdue dans la mer des sarcasmes... Ca vaut mieux que rien !!!
 
Juliette n'avait pas peur
   
    Féminin
   Nombre de messages  :  6129
   Âge  :  22
   Pensée du jour  :  you'll cowards don't even smoke crack
   Date d'inscription  :  18/09/2008
    
                         
Juliette n'avait pas peur  /  Iphigénie in a bottle


Dis, Tonton Hank, dans ton conte aux sept nains, tu les as tous cotoyé, les nains. Tu jouais quel rôle ? Ca me fait peur.
http://lenuageetlecendrier.com/
 
Hank
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  318
   Âge  :  55
   Localisation  :  Derrière toi !!!
   Pensée du jour  :  Si tu vois le Bouddha, tue le Bouddha
   Date d'inscription  :  16/05/2006
    
                         
Hank  /  Tapage au bout de la nuit


Je suis en train de l'écrire. Je compte envoyer ça à un concours de nouvelles, mais vous l'aurez sans doute en exclu sur le forum. Quel rôle ? Je sais pas encore vraiment, mais depuis que je suis tout petit, je rêve de me taper la Méchante reine qui est quand même terriblement plus sexy que cette petite dinde de Blanche Neige...
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


C'est vrai que pour être publié c'est très difficile... Il faut avoir une bonne plume, de l'imagination et surtout retenir en haleine le lecteur jusqu'à la fin. J'ai beaucoup lu des récits, des romans amateur sur internet. Et très peu d'entre eux m'ont retenu plus de quelques minutes :s
Souvent c'est bien écrit mais il ne se passe rien. Il y a de la description, un personnage errant... et pas d'histoire. Enfin je suis moi même un très jeune écrivain (ça ne fais qu'un an environ que j'écris) mais j'ai remarqué une chose, il faut avoir une bonne dose de culot pour réussir à être publié. Regardez Christopher Paolini, il a tout lâché pour l'écriture. Il a étudié des romans puis pendant deux ans à écrit le premier tome d'Eragon. Après il les a vendu en s'auto-publiant je crois. Enfin bref... il y a beaucoup d'écrivain comme ça. Il faut travailler très dur et avoir énormément de patience.
 
Hank
   
    Masculin
   Nombre de messages  :  318
   Âge  :  55
   Localisation  :  Derrière toi !!!
   Pensée du jour  :  Si tu vois le Bouddha, tue le Bouddha
   Date d'inscription  :  16/05/2006
    
                         
Hank  /  Tapage au bout de la nuit


Allons Balian... Le mec dont tu parles a tout laché, mais habitait chez ses parents. Par contre, je connais des mecs qui ont tout laché et qui n'ont jamais rien vendu. Aujourd'hui, ils distribuent des journaux gratuits à la sortie du métro... Bon, on peut rêver de ce genre de vie. Devenir un clochard céleste ou un écrivain maudit qui deviendra célèbre aprés sa mort... Mais quand on sait ce qu'est devenu le monde de l'Edition aujourd'hui, il y a toutes les chances du monde que tu te maudisses pour rien !!!
Etre édité à compte d'éditeur, relève donc du gros coup de bol pour qui n'est pas "fils de..." ou ne fait pas parti de la galaxie des peoples. Ce qui explique l'état de déliquescence dans lequel se trouve hélàs notre littérature, qui sera sans doute bientôt une matière optionnelle du Bac, comme est en train de le devenir l'Histoire et la Géographie.

Etre écrivain aujourd'hui, c'est être un résistant. C'est vouloir réhabiliter le rêve, le sens des mots, la réflexion. C'est donc ultra subversif !!! C'est pour cela que j'aime les écrivains, même les mauvais. Eux, au moins, sont dans le camp du Bien.
Mais quand je parle d'écrivains, je parle de toi, des autres allumés de ce forum, de quelques rares auteurs... Pas des peoples ou des "fils de". Or, si tu ôtes leurs oeuvres des rayons de supermarchés, il ne restera pas frand chose.
 
avatar
   
    
                         
Invité  /  Invité


Tu as tout à fait raison malheureusement... En tout cas j'aime bien ta façon de penser!
Moi je dis, Vive la résistance! Et je pense qu'il y aura toujours des gens comme nous. Des gens qui continuerons de rêver et de vouloir les retransmettre avec leur plume.
Enfin je l'espère... Sinon la vie sur terre deviendra bien moche.
 

 lettre de refus par une maison d'edition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Jeunes Écrivains :: Communauté :: Panneau d'Affichage :: Concours et Appels à Textes-